AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Benjamin Kuntzer (Traducteur)
ISBN : 2352942640
Éditeur : Bragelonne (03/02/2009)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 65 notes)
Résumé :
Grâce à la magie qui coule dans ses veines, la jeune Melke sait se rendre invisible. Un don partagé par son frère Hantje et qui ferait d'eux des voleurs hors pair, s'ils n'avaient renoncé à cet héritage et refusé de devenir de véritables "spectres" s'enrichissant grâce à des larcins faciles. Pourtant, un matin, Hantje a franchi l'interdit. Tandis qu'il dérobait les trésors des salamandres, cruelles créatures avides d'or et de pierreries, il s'est fait capturer. En é... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  20 septembre 2013
La Voleuse sans ombre est ma première lecture avec une liseuse. J'adore les livres mais ma bibliothèque n'étant pas extensible, la liseuse était la solution qui me paraissait la plus adéquat. Et je dois dire que l'expérience a été très positive. Il faut dire que le roman y a beaucoup contribué car je l'ai dévoré en deux jours. Pourtant, La Voleuse sans ombre n'est pas vraiment ce à quoi je m'attendais. Je m'étais imaginée lire une histoire de voleuse faisant usage de ses pouvoirs durant tous le roman mais au final on assiste plutôt à un huis clos entre Melke, Liana, Bastian, Handje et Endal. Il y a du surnaturel, bien entendu, mais au final, c'est la psychologie des personnages qui est mise en avant, et les relations qu'ils tissent petit à petit.
Et j'ai adoré. Je suis pourtant friande de surnaturel et de fantastique mais cela ne m'a pas dérangé que ces éléments ne soient que très secondaires. La force des sentiments et les événements qui se succèdent font qu'on ne s'ennuie jamais. L'intensité du récit permet au lecteur d'être happé très facilement dans cet univers et il est très difficile de s'en détacher. J'avoue pourtant qu'au tout début, j'ai trouvé Bastian insupportable, trop violent dans ces sentiments et ses propos, et il était difficile d'accepter ses actions et ses pensées envers Melke. La malédiction qui pèse sur les Sal Vere est monstrueuse et il est facile de comprendre la colère du dernier homme de la famille. On ne peut que compatir au sort de Liana et Bastian. Et pourtant, la soeur sait se montrer humaine dès le début. Elle n'a pas vécu toutes les épreuves de son frère, c'est certain, mais la balance qui existe entre les deux caractères rend le début de l'histoire plus supportable.
Et puis, petit à petit, tout change. Doucement, avec subtilité. Les personnages évoluent irrémédiablement. Et on souhaite tout au long de l'histoire qu'ils puissent tous s'en sortir. le lecteur n'est pas épargné, d'ailleurs. Certains événements sont très durs, voire insoutenables, et il arrive un moment de l'histoire où continuer à lire est assez difficile tant l'appréhension d'un nouveau malheur est quasi constante. La dernière partie du roman a été pour le coup plus stressante que le reste de l'histoire. Mais je pense que c'est toujours plus ou moins les cas quand on s'attache aux personnages. On espère toujours jusqu'à la dernière ligne que rien de fâcheux ne leur arrivera...
Je tiens aussi à féliciter l'auteur pour la présence d'Endal (pour son histoire aussi bien entendu). La présence du chien de Bastian donne à l'histoire un élément peu ordinaire et très appréciable. Il est un personnage à part entière car on suit aussi son évolution, et part le biais de ses pensées, il nous permet de voir sous un autre jour le monde du roman. Son innocence, la façon simple et pure qu'il a de voir le monde est rafraichissant. Il est ce compagnon fidèle mais aussi, la représentation de la vérité dans un monde de tromperie et de secrets. J'ai vraiment adoré sa présence.
La Voleuse sans ombre a donc été un excellent moment de lecture. Passionnant et passionné, il ne laisse pas indifférent de part sa justesse, les sujets contemporains qu'il traite et le style fluide et chargé d'émotions de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
leinavaleski
  02 août 2013
Quand j'ai commencé à lire ce livre, je m'attendais à une sorte de récit d'aventure concernant une voleuse ayant la particularité d'être un spectre (c'est-à-dire qu'elle peut devenir invisible). Je me suis très vite rendu compte de mon erreur car après les premières pages racontant une course poursuite, on entre dans le domaine de la romance. En effet, notre voleuse n'utilisera son pouvoir qu'à deux reprises et le reste du temps, sa nature ne sera qu'une des raisons de la haine que lui voue l'homme qu'elle a volé et chez qui elle va devoir vivre.

Cette haine va évoluer tout au long du récit, notamment en raison de l'intervention de la soeur du jeune homme qui est une jeune femme adorable et très gentille. Ces deux-là ainsi que la voleuse et son frère vont devoir partager un domicile mais aussi un but, récupérer ce qui a été volé puisque la voleuse l'a échangé contre son frère qui croupissait, et c'est le mot, chez les salamandres. Cet objet est lié à une malédiction et il est vital de le récupérer. Je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous spoiler mais j'avoue que la fin est très prévisible, du moins en ce qui concerne les relations entre les personnages.

L'auteure a intégré du surnaturel à cette romance avec les salamandres mais aussi un psaaron (créatures aimant coucher avec les humains et qu'ils soient d'accord ou non, l'expérience n'est jamais agréable). Mais ils ne servent finalement que les intérêts de l'histoire et ne sont pas vraiment intégrés à l'univers. On aurait pu sans problèmes les remplacer par un magicien sans scrupules ou un peuple de barbares. Et à part nos quatre héros, personne ne semble se préoccuper de ces créatures. à propos des personnages secondaires, ils n'ont pas de vrai rôle dans l'histoire, ils ne servent pas à grand-chose et si il se passe bien quelque chose au village, ça n'a aucune influence sur le reste de l'histoire. Déjà que les personnages principaux ne me laisseront pas un souvenir impérissable, c'est pire pour les autres.

J'ai quand même bien aimé les deux couples frère/soeur, même si leurs « problèmes psychologiques » m'ont paru bien exagérés pour le peu de temps que l'auteure consacre à leur résolution. Et finalement, celui que j'ai préféré, c'est le chien. C'est le seul qui a un comportement logique, sans lui il ne se passerait pas grand-chose et des secrets ne seraient pas dévoilés. Car en plus d'aider à l'arrestation d'un meurtrier (ne nous emballez pas, le meurtre ne présente aucun intérêt pour l'intrigue principale), il sert aussi d'entremetteur. Autrement dit, l'auteure se facilite grandement le travail avec un animal qui communique avec son maître par la pensée, sent le mensonge et le désir.

Je relève pas mal de défauts qui font que ce roman ne restera pas dans ma mémoire mais j'ai quand même apprécié cette lecture. L'auteure a une plume très agréable et a bien su gérer le rythme du récit. Je l'ai donc lu assez rapidement et non sans plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lianne
  04 octobre 2018
Pendant quasiment toute ma lecture je me suis dit que j'adorais et puis la fin est arrivée ..
La jeune Melke et son frère Hantje sont des "spectres". Ils peuvent se rendre invisible ce qui pourrait faire d'eux des voleurs accomplis mais ils ont choisi de rejeter ce don et de vivre normalement.
Cependant un jour, sans prévenir sa soeur, Hantje a tenté d'aller voler le trésor d'un nid de Salamandre qu'ils avaient découvert. Celles ci l'ont surprit en plein acte et le retiennent prisonnier tout en le torturant.
Pour récupérer son frère avant qu'il ne finisse par mourir, Melke est chargée par les Salamandres d'aller voler un collier dans une ferme des environ.
Ce qu'elle ne sait pas c'est que ce collier n'était pas un simple collier, il est l'objet d'une terrible malédiction qui retombe sur la famille qui l'a perdu. Melke se retrouve au coeur d'une tragédie qui va mener plus d'une personne au désastre ...

Commençons par les choses qui fâchent pour s'en débarrasser. En fait ici nous sommes clairement sur une tragédie, le ton est lourd et sombre avec certains passages vraiment durs. Mais ce que je n'ai pas aimé c'était le fait que l'autrice transforme ça en romance dans les 20 dernières pages avec un happy end digne de Disney au milieu du Trône de Fer.
Je veux bien qu'on cherche a se relever après tant de détresse mais le contraste était vraiment trop important pour moi, comme des montagnes russes émotionnelles qui finissent par dérailler. En fait j'aurais préféré ne pas lire cette fin et finir avec juste l'espoir d'un happy end, je trouve que ça aurait été un peu plus cohérent dans l'ensemble.
Ceci dit, si on retire ce problème la, j'avoue que j'ai vraiment été prise dans le reste. Contrairement à certaines personnes je n'ai pas du tout trouvé le temps long, j'ai littéralement dévoré l'histoire pour savoir la suite.
Alors c'est vrai qu'en fait en dehors du début et de la fin il ne se passe concrètement pas grand chose, vu que tout le milieu n'est que l'attente d'un événement qui met du temps à arriver. Mais ce temps est passé surtout à faire évoluer les relations entre les personnages et à explorer leur passé. Au final j'ai trouvé ça très intéressant.
On est limite sur un huis clos vu que 90% du livre se passe dans une ferme à coté d'un village du coup c'est vrai que le monde n'est pas vraiment exploré, surtout que ce coin de pays est vraiment ce qu'il y a de plus classique en fantasy, une bourgade de type médiéval dont on ne connais pas le type de gouvernement. C'est vraiment générique, un peu comme pour dire que cette histoire aurait pu se passer n'importe ou.
De toute façon le monde n'a pas vraiment d'importance dans ce récit, vu que le sujet principal est la magie. La magie de ce monde se manifeste sous deux formes. La première par les dons que possèdent certaines personnes. Ces dons sont considérés plus comme des malédictions en fait car ils n'apportent que des ennuis. Dans l'histoire nous en rencontrons trois : les spectres, les soigneurs et le don de communiquer avec les animaux.
Les quatre personnages principaux ici ont tous un don et en cela ils sont rejetés, d'où le fait de ne pas vraiment s'intégrer à la population du coin. C'est encore plus vrai pour les spectres qui sont carrément recherchés et exécutés de façon horrible dans la plupart des pays.
La seconde forme que peut prendre la magie est sous la forme de créatures magiques élémentaires. Celles ci, cruelles et sans empathie sont vraiment un peu le croque mitaine pour la population. Ils cohabitent mais ils en ont vraiment très peur et ce n'est pas du tout sans raison. Elles sont aussi très sexualisées. Par exemple les Salamandres, créature de feu, adorent le sexe et aiment se faire payer de cette façon par les humains, même si la relation en question n'a rien d'agréable pour l'humain en question (brulure, violence ...).

C'est la que je fais un petit trigger warning pour les personnes sensibles, il y a des viols dans ce livre (oui au pluriel), on parle aussi de suicide et de toutes sortes de détresses liées à ces éléments.

Pour résumé, je suis mitigée sur cette lecture. J'ai adoré la quasi totalité, qui a même faillit me faire pleurer à certains moments, mais la fin m'a tellement déçue que je ressent limite de la colère qu'on ai pu réussir à gâcher quelque chose que j'appréciais tellement avant.
Lien : http://delivreenlivres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Earane
  07 décembre 2014
Melke et Hantje sont ce que l'on appelle des spectres, des êtres capables de se rendre invisibles. Cela aurait pu leur simplifier la vie et les rendre riches, sauf qu'ils se sont toujours promis de ne jamais utiliser leur pouvoir...jusqu'au jour où Hantje rompt cette promesse et se rend dans le domaine des salamandres pour leur voler leur butin. Afin de le délivrer, sa soeur n'a alors d'autres choix que de voler un collier appartenant à la famille sal Vere. Malheureusement, les choses ne se passent pas comme prévu et ce vol, qui lui semblait au début des plus banal, va finalement avoir des conséquences inattendues et dévastatrices sur les deux familles.
Quand j'ai commencé ce livre, je m'attendais à lire une histoire pleine d'action, d'aventures et de magie. Pourtant, c'est surtout sur la psychologie des personnages que l'auteur choisit de mettre l'accent, si bien que la majorité de l'action se déroule sur le domaine des sal Vere . Plus précisément, c'est à travers les points de vue de Melke et de Bastian sal Vere que l'on découvre l'histoire. Ce sont leurs émotions qu'Emily Gee nous décrit, leurs pensées dont elle nous fait part. Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle le fait avec talent: je n'ai vraiment eu aucune difficulté à entrer dans la peau des personnages tant leurs sentiments et réflexions sont décrites en détail et avec profondeur. L'auteur prend le temps de développer ses personnages, si bien qu'à mesure que l'histoire progresse, une certaine compréhension s'installe entre eux.
Mais plus encore que la relation entre Bastian et Melke, c'est celle entre Bastian et son chien-loup, Endal, qui m'a touchée (et qui m'a rappelé celle entre Fitz et Oeil-de-Nuit dans l'Assassin Royal): aucune hiérarchie entre eux, juste une amitié indéfectible, ainsi qu'une volonté de comprendre l'autre malgré leurs différences.
Le monde d'Emily Gee n'est cependant pas uniquement peuplé d'humains et de salamandres: griffons, lamies et psaarons (des créatures marines) sont également de la partie. Si les griffons et les lamies ne sont décrits qu'à travers les histoires contées par Melke à son frère, les salamandres et les psaarons sont eux au centre de l'histoire. Bien que toutes les créatures soient dépeintes comme des êtres monstrueux - les griffons ravissent les vierges, les lamies séduisent les hommes, les salamandres profitent du désespoir des humains pour passer des marchés - j'ai trouvé certains aspects de l'histoire des psaarons presque poétique. A mon sens, ce sont les seules créatures dont la violence est motivée par autre chose que la cruauté pure.
Malheureusement, la richesse des personnages est ce qui fait à la fois la force et la faiblesse de ce livre: l'auteur centre tellement son histoire autour de ses personnages que l'univers est un peu laissé à l'abandon. le concept de magie est peu exploité, les seules précisions sur les griffons et les lamies nous sont données à travers deux histoires et les seuls endroits explorés sont le domaine sal Vere, la grotte des salamandres et la ville de Thierry. J'ai trouvé cela plutôt dommage car l'immersion dans le monde créé par l'auteur en prend un coup.
Légère déception également concernant la fin que l'on peut voir arriver à des kilomètres, mais qui n'est pas forcément mauvaise en soit, juste classique.
En définitive, La Voleuse d'Ombre aura été une bonne découverte. Un livre imparfait certes, mais néanmoins plaisant à lire. Emily Gee est définitivement un auteur à suivre selon moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MarcF
  17 avril 2012
L'histoire commence par une course poursuite. L'héroïne Melke a volé un collier précieux à la famille val Sere qu'elle doit donner aux salamandres pour sauver son frère. Elle est poursuivie par Bastian et son chien Endal.
Melke est un « spectre », un personnage qui a le don de se rendre invisible ce qui les rend sur ce monde hais, bannis voir tués.
Bastian et son chien rejoignent Melke trop tard pour récupérer le collier, mais Hantje, le frère de Melke, lui est rendu mourant et elle doit promettre à Bastian de récupérer le collier pour que celui-ci l'amène voir une guérisseuse qui n'est autre que Liana, sa soeur.
On apprend rapidement que ce collier a été volé à un animal mythique, le psaaron qui en retour a maudit les val Sere dont les terres sont devenues desséchées et dont les animaux meurent les uns après les autres.
Pendant la moitié du livre, le temps qui Hantje se remette de ses blessures, on aura une sorte de huis-clos entre ses 4 personnages qui vont apprendre à se connaitre : Liana toujours prête à aider et qui comprend de suite Melke et son frère, Bastian enfermé dans sa haine pour celle qui l'a privé de sa seule chance de restaurer le domaine val Sere et Melke qui cherche sa place dans cette famille. Endal le chien est aussi un personnage à part entière et même un caractère que j'ai beaucoup aimé dans le livre.
A part la course poursuite du début, il faut attendre une bonne moitié du livre quand Melke part chercher le collier chez les salamandres pour voir l'histoire s'accélérer et les personnages se mettre à évoluer dans leurs certitudes.
On n'est pas dans la fantasy classique, car l'approche est assez surprenante et l'emphase est plus sur les interactions entre les personnages que sur l'action proprement dite, mais les personnages sont bien décrits et l'histoire sympathique, même si la fin est un peu convenue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
florencemflorencem   21 septembre 2013
Le chant prit de l'ampleur, une clameur susurrée. Ce n'était pas seulement un bruit, mais aussi une sensation qui courait sur sa peau, l'irritant légèrement. C'était en elle. Le son parcourait ses veines en un million de picotements, emplissait ses poumons et vibrait jusque dans sa moelle. Lorsque les battements de son cœur se firent plus intenses et plus rapides, le son s'amplifia dans ses oreilles. Il l'entourait, l'engloutissait, devenait plus terrifiant que le chien et la rivière réunis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
florencemflorencem   22 septembre 2013
L’épuisement rôdait autour de la conscience de l’homme, maintenu à l’écart par sa rage. La rage était tout. La rage et la fureur, qui couvraient un austère noyau de terreur. S’il ne récupérait par ce collier… Non, il trouverait la voleuse.
Commenter  J’apprécie          130
CrunchesCrunches   30 mars 2012
Il resta debout dans le crépuscule, le pantalon et la chemise raides de sang. Sa peau tirait là où il avait séché.
Il voulait se récurer, se rendre à la maison de bain. Ou, à défaut, aux bains publics de Thierry. Il ne voulait pas se contenter d’un sceau d’eau froide tiré du puits.
La lumière d’une bougie illuminait la cuisine. Faites que ce soit Liana.
C’était le spectre. Elle tourna la tête et son visage perdit de son habituelle froideur inexpressive.
Ils se dévisagèrent pendant de longues secondes.
- Tout va bien ? finit-elle par demander.
Il entendit un léger ton de surprise.
Enfal était aux pieds de son maître et gémissait, en se frottant contre ses jambes.
-Ne me touche pas.
-Je vais bien, répondit-il d’une voix sombre. Veux-tu aller me tirer de l’eau au puits ?
Elle ne bougea pas.
- Tout ce sang….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SaintongeSaintonge   09 septembre 2015
Bastian lui sourit en retour. Il avait conscience de cette étrange sensation dans sa poitrine, une curieuse légèreté, un frisson subit d'impatience, une sensation bizarre de .... joie ?
Commenter  J’apprécie          50
EaraneEarane   07 décembre 2014
Bastian le regarda. Un chien. Une créature toute simple qui aimait courir après les bâtons et aboyer sur les lézards, et qui avait conscience de choses que la plupart des humains ignoraient. Il pouvait dire quand les gens avaient peur ou lorsqu’ils mentaient, ou lorsqu’ils désiraient quelqu’un d’autre.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : littérature néo-zélandaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1416 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre