AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782203203303
232 pages
Casterman (04/01/2023)
3.62/5   82 notes
Résumé :
Zazou, jeune anorexique de 24 ans au tempérament impétueux, participe à sa première réunion des food addicts, très proche de celles bien connues des Alcooliques Anonymes. Epaulée par sa marraine Bambi, la jeune fille va faire la connaissance de différents malades qui racontent leurs vécus au groupe. Au fil des témoignages, les dangers de la malbouffe et de la surconsommation de sucre se révèlent, et Zazou comprend pourquoi il s'agit de la première drogue consommée a... >Voir plus
Que lire après Junk Food : Les dessous d'une addictionVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
3,62

sur 82 notes
5
4 avis
4
10 avis
3
3 avis
2
2 avis
1
0 avis
J'étais particulièrement attiré par le thème de cette BD à savoir la Junk food qui entraîne une addiction à certains aliments. Je voulais surtout connaître les dessous de cette addiction qui touchent tant d'individus dans le monde. L'indice de poids est là pour le prouver malheureusement.

Pour autant, le traitement réalisé par l'autrice d'origine mexicaine Emilie Gleason ne m'a absolument pas convaincu. C'est brouillon et loufoque à la fois. On s'éparpille de témoignages en témoignages sans aller directement à l'essentiel. Je ressors vidé de cette lecture et avec une absence d'information qui m'aurait pourtant été bien utile.

Je retiens néanmoins que c'est la combinaison du gras et du sucré qui crée les conditions de cette addiction sur certaines personnes qui vont craquer. J'ai retenu également le top des aliments les plus addictifs à savoir le chocolat, la crème glacée, les frites, la pizza et le cookie. Tout ce que j'aime. On aurait pu ajouter le pot de Nutella !

Si 95% des occidentaux boivent de l'alcool, 10% deviennent alcoolique. Cependant, on apprendra que peu de gens arrivent à contrôler leur alimentation. C'est sans doute le plus grave danger pour l'avenir en terme de maladie et de santé publique.

Au niveau du dessin, j'ai été ébloui par autant de couleurs criardes qui ne font pas dans le bon goût et l'élégance du trait. Je préfère dire la vérité ce que j'ai ressenti que de mentir. Ce n'est pas du tout le style graphique que j'affectionne et pourtant, je suis assez large.

J'aimerais bien voir à l'avenir d'autres BD sur ce thème avec un traitement différent et un peu plus scientifique. Il est vrai que la mal-bouffe est un vrai sujet de société.
Commenter  J’apprécie          693
Club N°51 : BD sélectionnée
------------------------------------

Je m'attendais à une BD axée sur le coté sociétal et scientifique (statistique, mécanisme de l'addiction) mais en fait c'est une BD qui se focalise principalement sur le témoignage des victimes de l'addiction à la nourriture (et c'est pas plus mal !).

Différents profils de food addicts sont mis en évidence avec des histoires personnelles très différentes qui permettent d'humaniser cette addiction.

On est ici très loin des discours culpabilisants et axés sur l'obésité, la prise de poids qui n'étant qu'une conséquence possible de l'addiction à la nourriture.

L'aspect psychologique de cette addiction est par contre plus étoffé.

Je comprend le parti pris d'avoir un style de dessin volontairement écoeurant (c'est très moche et acidulé) pour faire un lien avec le propos mais je trouve ça dommage car cela va détourner beaucoup de lecteurs de cette BD intéressante.

Gilles
------------------------------------

L'addiction à la "junk-food", une réalité racontée dans cette BD au travers de plusieurs témoignages.

Le dessin, au service du propos, est lourd, gavant, écoeurant, dégoulinant.

Morgane N.
------------------------------------

Le fond a l'avantage de faire parler les premiers concernés à travers des témoignages pour une approche différentes des troubles alimentaires.

J'ai l'impression qu'il ne fait pas l'impasse sur des aspects peut-être moins connus, et certainement pas moins problématiques pour les concernés (addictions variées, relations sociales biaisées…)

La dernière page est très grinçante, et à mon sens particulièrement parlante au vu de tous les récits rassemblés dans cette BD.

J'ai détesté le graphisme et la construction narrative, dans l'enchaînement des récits et la mise ne relation des personnages par exemple, ne m'a pas trop plu…

Je pense que ça peut rester une lecture intéressante, pour comprendre autrement certaines choses.

Perceval
------------------------------------

Lien : https://mediatheque.lannion...
Commenter  J’apprécie          280
Cette BD un peu spéciale a pour sujet les addictions alimentaires, et autres maladies (anorexie et boulimie) : si le but est louable, si on apprend quelques trucs, et si le test de l'addiction est franchement opportun en plein milieu, sur le fond, c'est globalement noyé dans des cas particuliers et divers moins convaincants. Et pour tout dire, sur la forme, je ne suis pas fan de ce genre de dessins distendus, se chevauchant, même si j'ai bien compris que les déformations humaines sont sans doute liées à des attitudes alimentaires. Trop bordélique pour moi.
Commenter  J’apprécie          220
Plus jamais vous ne regarderez un part de cheesecake de la même façon après avoir lu Junk Food.

A la fois gras et sucré, le cheesecake rend fou les rats à qui ont en donnent, abolissant tout sentiment de satiété.

Ma petite voix critique aurait tendance à dire que 1) nous ne sommes pas de rats et peut-on scientifiquement appliqué aux humains ce qui est montré chez des rats 2) qu'après une part de cheesecake même si j'adore ça et que je suis très gourmande, je n'ai pas envie d'en reprendre une autre (ou pas tout de suite).
Je ne suis peut-être pas la lectrice idéale pour lire "Junk Food" car passionnée de pâtisserie, j'ai toujours regardé d'un oeil suspect la diabolisation du sucre (comme de tout aliment d'ailleurs, en sachant qu'en se penchant en arrière, les aliments à bannir ont varié selon les époques).Néanmoins, je suis tout à fait consciente que l'industrie agro-alimentaire sucre ce qui n'est pas sensé être trop sucré, propose des aliments tout prêts trop gras ou trop salés.
C'est aussi cela que dénoncent les auteurs de Junk Food à travers le parcours de personnes totalement accros à la bouffe.
Pour eux, la malbouffe est une drogue exactement au même niveau qu'une drogue dure et le phénomène d'addiction présente exactement les mêmes symptômes. Pour appuyer leur démonstration, ils ne lésinent sur les effets de dessins (un peu trop à mon goût vous l'aurez compris) mais c'est peut-être aussi pour dédramatiser et traiter cela avec un certain humour. Pour traiter cette addiction à la junk food, il existe l'équivalent des alcooliques anonymes aux Etats-Unis sauf que ce n'est pas l'alcool qui est interdit mais le sucre et la farine. Mêmes étapes à suivre (dont celle consistant à lister toutes les personnes à qui on a fait du mal ...on parle toujours de nourriture) et avec bien-sûr un fond religieux.
J'aurais tendance à penser que les comportements alimentaires sont liés à des choses plus profondes et inconscientes et le besoin de combler un vide et qu'interdire le sucre et la farine déplacera l'addiction sur autre chose ...mais je ne suis pas psy.
Quoiqu'il en soit, les couleurs survitaminées choisis par les auteurs de cette bande dessinée montrent bien la folie quasi destructrice dans laquelle les personnes qu'ils ont rencontré sont tombés.

Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          180
Une bande dessinée colorée à l'image du sujet qu'elle traite.

J'aimerai remercier Babelio et les éditions Casterman pour l'envoi de cette bande dessinée à l'occasion de la Masse Critique Graphiques.

Zazou, une jeune anorexique, veut se rendre à une réunion « FA in recovery anonymous » (Food Addict en rétablissement anonymes). Arrivée aux portes de cet établissement, elle se dégonfle. Au moment de faire demi-tours, Zazou y rencontre Bambi, une habituée. Toutes les deux discutent et Zazou décide de participer à sa première réunion FA. La jeune anorexique découvre ce lieu mais surtout les foods addicts et leur histoire.

Cette BD traite non seulement de la junk food mais aussi des foods addicts, de leur histoire et de la nourriture en général. Emilie GLEASON et Arthur CROQUE se sont inspirés de témoignages réels et de multiples documents afin d'en créer la partie « histoire de Zazou » et la partie « documentaire ». Les informations sont savamment données, ce qui rend la BD intéressante et non lourde (ou indigeste). Les transitions entre l'histoire de Zazou et les échanges journalistes (partie « documentaire ») sont fluides. J'ai bien aimé l'humour de cette BD : les blagues ne sont pas potaches et présentes à quelques moments de l'histoire (sans être trop présentes).
Le clin d'oeil à Pete Doherty et son addiction à la nourriture m'a particulièrement étonnée.
Le point négatif a été, pour moi, le personnage principal Zazou. Je l'ai trouvé infernale avec son sale caractère et son agressivité envers les autres.

Concernant les dessins, je les ai bien aimés. Je n'ai pas l'habitude de ce type de dessins mais ils sont simples et colorés (comme les paquets de bonbon ou autres emballages de junk food).

En sommes, j'ai bien aimé cette bande dessinée. Les informations sont intéressantes et découlent d'une vraie recherche documentaire et de discussions avec d'anciens food addicts même si je reste sur ma fin/faim (oups !).

Je recommanderai cette BD aux adolescents et aux adultes qui veulent passer un bon moment et qui sont curieux quant au monde des foods addicts.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (6)
Bedeo
27 février 2023
Junk Food tend un miroir au lecteur, matérialisé par le questionnaire en fin d’ouvrage : et si toi aussi, tu étais un food addict qui s’ignore ? De façon plus générale, le récit invite à nous interroger sur nos pratiques alimentaires. Il est probable qu’une fois l’album refermé, le lecteur se posera deux fois la question avant de mettre un paquet de M&M ou un pot de Nutella dans son caddie. Une lecture particulièrement stimulante.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Bibliobs
20 février 2023
Avis à la population, nous sommes tous drogués. Au sucre, révèlent le journaliste Arthur Croque et la dessinatrice Emilie Gleason.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Culturebox
20 février 2023
Avec "Junk Food", c'est une enquête sérieuse et fouillée sur l'addiction à la malbouffe, mise en scène de façon rigolote et dynamique, que nous proposent Emilie Gleason et Arthur Croque.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Auracan
06 février 2023
Assurément, le lecteur ne sortira pas indemne de cette docu-fiction fort intéressante et si l’on venait à réfléchir à deux fois avant de se jeter sur un cheesecake, parfaite illustration du cocktail détonnant gras/sucre, c’est que le récit aura été suffisamment percutant.
Lire la critique sur le site : Auracan
LeSoir
23 janvier 2023
Le sucre est la pire des drogues mais il est partout. Emilie Gleason signe un réquisitoire graphique très documenté contre les effets pervers de la « Junk Food ».
Lire la critique sur le site : LeSoir
BoDoi
19 janvier 2023
C’est sur le récit de cette expérience réelle que s’ouvre cette fascinante enquête sur l’addiction à la nourriture, signée du journaliste Arthur Croque et de la brillante Émilie Gleason (Ted drôle de coco). Ensemble, ils mettent en image les témoignages d’accros à la bouffe, dans une mise en scène ébouriffante.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
On pardonne tout aux femmes enceintes. Pour moi, c'est l'occasion d'oser l'impensable : bouffer devant les gens. Je fais mon eating-out !
Commenter  J’apprécie          300
Avec ses tonnes de sucre, ses protéines fumants et son fromage fondu, la malbouffe affole le cerveau comme le sexe ou la cigarette provoquant plaisir, réconfort, mais aussi dépendance.
Commenter  J’apprécie          10
Excuse-moi de t'ennuyer avec mon amitié
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Émilie Gleason (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Émilie Gleason
Elene Usdin nous raconte comment elle a imaginé et réalisé sa toute première bande dessinée, René·e au bois dormant.
Cet épisode a été préparé par Sonia Déchamps Introduction : Sonia Déchamps Avec : Elene Usdin Réalisation : Sonia Déchamps Musique : Sparky Dessins : Emilie Gleason. Ce podcast a été réalisé en partenariat avec le Service Nouvelle Génération de la Bibliothèque publique d'information.
autres livres classés : troubles alimentairesVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (162) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5215 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}