AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782954412788
506 pages
Éditeur : OniroProds (01/09/2017)

Note moyenne : 4.32/5 (sur 11 notes)
Résumé :
« « Le Cercle » désigne une société secrète cachée dans les ombres de l’Histoire depuis ses balbutiements, et fédère le peuple immortel que les humains nomment « vampires ». »

En France, Saraï est une jeune immortelle assignée à résidence depuis toujours ou presque. Elle a été jugée pour avoir manifesté un pouvoir parapsychique interdit, un don qu’on lui a retiré avant de la marier de force et de la contraindre à ne jamais quitter sa maison.
En... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Symphonie42
  29 novembre 2020
Pour commencer, l'univers est vraiment intéressant. L'histoire se passe dans notre monde, mais on suit exclusivement le côté « vampires » ou immortels, comme ils préfèrent s'appeler. On découvre alors un univers très hiérarchisé, anciennement monarchique, mais à présent gouverné par les Maîtres, sortes de ministres qui se sont arrogés le pouvoir suite à la disparition d'Elizabeta, la dernière reine légitime (car immortelle-née). le Vatican est par ailleurs en étroite relation avec le Cercle.
Le milieu subit également un certain nombre de règles, par exemple les femmes sont obligées de se marier, la transformation de mortels et les sources de nourriture sont très encadrées, et les vampires possédant des pouvoirs sont dépossédés de ces derniers. C'est d'ailleurs le point de départ de l'intrigue, lorsque Saraï et d'autres immortels récupèrent leurs dons lors d'une éclipse. Il lui faut alors soit se cacher, soit se soumettre… soit agir.
Du côté des protagonistes, nous nous intéressons surtout à trois femmes, une immortelle-née, Elizabeta, et deux vampires « transformées », Giovanna et Saraï. Elizabeta est un personnage central par son importance, mais elle est incapable d'agir, enfermée dans une poupée. Elle est néanmoins la narratrice de quelques passages nous permettant d'en savoir plus sur le background de l'histoire. Quant à Giovanna et Saraï, le roman alterne entre leurs points de vue à la première personne (je ne raffole pas de la première personne, ni de la narration au présent, mais il s'agit juste de mes goûts).
Le roman, si je l'ai bien apprécié, n'est pas un coup de coeur, trop éloigné de mes goûts, puisqu'ici on est sur une intrigue « politique », dans la mesure où elle suit un coup d'état qui se prépare depuis des siècles, et qui voit son aboutissement pendant l'éclipse. J'ai trouvé par moment quelques longueurs, surtout au milieu, et j'avais cru que Saraï et Giovanna auraient plus d'importance dans ce coup d'état, mais elles arrivent en fait en cours de route, donc un certain nombre de choses avaient déjà été mises en place par d'autres personnages, bien avant qu'elles ne soient nées. Mais bon, ce n'est pas un soucis de qualité, c'est surtout que je préfère les récits épiques^^
Il y a quand même quelques points qui m'ont particulièrement plu. Déjà, le personnage de Saraï, qui souffrait d'une leucémie quand elle était humaine. J'avais un peu peur qu'on nous parle d'une guérison magique grâce à sa transformation, et c'est en fait plus compliqué que ça : la leucémie ne risque plus de la tuer, mais elle reste très fatigable et globalement plus fragile. Un vampire malade chronique ? J'adore ! Ensuite, il y a bien une petite romance, mais aucune scène de sexe.
Pour finir, la double fin : la première permet de lire le tome comme un one-shot, alors que la seconde annonce le tome suivant. J'ai trouvé l'idée plutôt intéressante, puisque l'auteur peut continuer ou non avec le tome 2 sans se retrouvé frustré.

Même si le roman s'éloigne de mes goûts habituels, je l'ai bien apprécié. L'univers est assez original pour ce type d'histoires, de même que l'intrigue, qui parle de complots, de politique et d'émancipation. le style de l'autrice colle bien au roman, et je salue le travail de correction qui a été effectué 🙂
Lien : https://limaginaerumdesympho..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Khalya
  25 mai 2019
Même si je m'attache toujours au texte plus qu'à la couverture, il faut bien reconnaitre qu'il est rare qu'un livre autoédité soit pourvu d'une couverture d'une telle splendeur. Il faut saluer le travail de Xavier Collette qui en est l'auteur.
Quant au texte, il est à la hauteur de la couverture. En lisant ce roman, on ne se douterait pas qu'il s'agit d'un livre autoédité (et on se demande ce que fabriquent les maisons d'éditions pour laisser passer une telle pépite, à moins que l'auteur ne les ai envoyé sur les roses). L'histoire est originale et quasiment dépourvue de coquille (une dizaine à tout casser, qui ne gênent pas la lecture, sur un total de 501p).
Ici, si on a une histoire de vampires, on n'est pas dans une histoire à la Twilight ou Journal d'un vampire avec de gentils vampires tombant éperdument amoureux d'un(e) humain(e) et décidant, pour ses beaux yeux, de ne plus boire que du sang de porc ou à la rigueur, du sang en poche. Non. Ici les humains ne sont pas vraiment en odeur de sainteté et si on ne les massacre pas joyeusement dans les rues, c'est parce que les vampires ont douloureusement conscience du danger que représenterait pour eux la découverte par les humains de leur existence.
La nation vampire était à l'origine une monarchie mais le pouvoir a été progressivement récupéré par les grands maîtres (sorte de ministres, un peu comme Pépin le Bref, maire du palais, qui a joyeusement usurpé le trône en virant Childéric III à la mode du « pousse-toi de là que j'm'y mette).
Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes si les grands maîtres n'étaient pas à la botte du Vatican et ne prenaient pas lois sur lois liberticides et totalement injustifiées.
Donc en fait, ce que l'on va suivre c'est tout simplement la préparation et la mise en place d'un coup d'Etat. Car tout est politique dans ce roman et tout ce qui se met en place a été pensé depuis des décennies, pour ne pas dire des siècles.
La narration alterne entre Saraï et Giovanna, deux jeunes immortelles qui se sont attirées le courroux des grands maîtres bien malgré elles. Régulièrement, un intermède d'Elisabeta, la reine dont l'esprit est piégé dans une poupée, raconte des faits qui se sont passés entre 1680 et 1830 et qui ont une incidence directe sur l'histoire qui a lieu en 2015.
La plume de Rozenn est vraiment addictive, elle est riche sans être ridiculement soutenue. J'ai vraiment beaucoup aimé son style.
En général, je n'aime pas les fins alternatives mais là, on n'a pas une fin alternative qui prend la place de la fin. C'est comme si on vous disait : vous pouvez vous arrêter à la page 500. C'est une fin. Mais vous pouvez lire aussi la page 501. Elle s'inscrit dans la continuité de la page 500 mais change totalement la fin. C'était vraiment bien trouvé et il fallait le talent pour l'écrire comme ça.
Au départ, je comptais lire un livre dans la journée et lire Elisabeta le soir à raison d'un ou deux chapitres par soir. Mais j'en ai été incapable. Une fois le roman commencé, je n'ai plus pu le poser jusqu'à l'avoir fini ! Un vrai coup de coeur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Khiad
  01 septembre 2017
Je vais commencer par une mention pour la couverture que je trouve vraiment très jolie. La vampire, avec sa chevelure immaculée et sa robe écarlate, ressort sur le fond sombre. le trône est superbe aussi, tout à fait dans le propos, et, bien que différent, il m'a fait penser au Trône de Fer. :p
J'ai été ravie de découvrir la plume de l'auteure, que j'ai trouvé vraiment très agréable et fluide (malgré quelques coquilles, mais étant donné que je les ai signalées, je ne pense pas qu'elles resteront bien longtemps). Il y a peut-être parfois, un petit manque de rythme, mais c'est une impression tout à fait personnelle. Rozenn Illiano a su me faire voyager de la France en Italie et intégrer le monde très fermé des immortels.
Parce qu'ici, même s'il est question de vampires, ce n'est pas comme ça qu'ils aiment à être appelés : ce sont des immortels, des êtres nobles et non des bêtes sauvages. Et leur vie est loin d'être simple, vous pouvez me croire ! Entre complots, oppression, asservissement sous des lois dictatoriales et révolte, il fait meilleur être humain (enfin un humain lambda, très loin du Cercles et de ses Maîtres) qu'immortel.
L'univers vampirique de l'auteure est unique et vaste à la fois. J'ai eu l'impression de retrouver quelques touches d'autres oeuvres, par exemple Twilight (ni pour le côté brillant au soleil ni pour la romance) et Underworld (pour le côté magouille interne et révolte, les lycans et les grosses bastons en moins). C'est un univers vraiment très travaillé, très appliqué et bien décrit. le contexte et les lois sont décrits avec précision, ce qui nous permet une immersion plus facile.
J'ai beaucoup apprécié la mise en page de l'histoire, avec chaque chapitre commençant par un extrait de quelque chose : d'une prophétie, des chroniques du Cercle, de lois, du pacte d'Innocent XI... On y apprend des choses importantes et je trouve que cela donne du corps au texte, tout comme le fait d'avoir choisi d'alterner entre les points de vue de Saraï et celui de Giovanna, sans oublier les quelques intermèdes d'Elisabeta qui nous en apprend plus sur son passé, sur le Cercle, les Maîtres et les Dissidenti.
C'est dans ce contexte que nous retrouvons Saraï, une jeune immortelle assignée à résidence par les Maîtres à cause d'un don qu'on lui a pourtant enlevé. C'est une scribe qui retranscrit des textes anciens pour le compte des Maîtres. Mais un jour d'éclipse, son don va revenir et sa vie va basculer.
Giovanna, quant à elle, est une jeune humaine, une Gemella. C'est à dire une humaine élevée dans une famille au courant de l'existence des immortels. Une humaine qui a été liée de force à l'un d'entre eux pour lui servir de réserve de sang personnelle. Autant dire qu'elle n'est pas enchantée de sa situation... Mais, un fameux jour d'éclipse, elle va se faire attaquer. Sa vie va être encore plus chamboulée et elle va se retrouver à être entraînée dans quelque chose qui la dépasse.
On retrouve aussi le personnage d'Elisabeta, une ancienne Reine immortelle dont l'âme est piégée à l'intérieur d'une poupée de porcelaine. Ce personnage est celui qui m'a le plus touché parce que sa situation, même si très importante, est aussi la plus difficile. La scène de sa capture m'a particulièrement émue et a failli me faire verser une larme.
Ce livre, c'est un combat pour la liberté. Ce livre, c'est la preuve que le monde n'est jamais juste ni équitable. Ce livre, c'est la preuve que, même si l'on vit des centaines voire des milliers d'années, si le régime en place est trop dictatorial, personne ne peut être heureux. Ce livre, ce sont des plans, de la rébellion, de la rage, de la rancoeur, de la magie, du mystère, des secrets un peu d'action, d'humour et des immortels. Beaucoup d'immortels. Quelques humains aussi. Ce livre, c'est une très légère pointe de romance, comme un arrière goût subtil qui ne prend pas l'ascendant sur le dominant. Ce livre, c'est le point de vue de trois femmes aux histoires différentes mais pourtant si semblables. Trois femmes qui sont spectatrices de leur propre vie et qui vont décider de se battre pour en redevenir les actrices, quitte à se mettre en danger.
En résumé, c'est une lecture qui m'a plu par la richesse de son univers, dans sa façon de voir et d'appréhender les vampires ainsi que par la plume agréable de Rozenn Illiano. Sans oublier des personnages travaillés et combatifs auxquels on s'accroche sans difficulté. Ainsi qu'une petite surprise à la fin.
C'est un livre dans lequel j'ai pris du plaisir à évoluer en compagnie d'être qui nous font tous plus ou moins rêver, et j'ai apprécier vivre cette aventure aux côtés de Saraï, Giovanna et Elisabeta.
Si vous aimez les histoires de vampires qui changent de ce que l'on peut habituellement trouver, n'hésitez plus et venez vous plonger entre les pages Elisabeta ! ^^
Lien : http://booksfeedmemore.eklab..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Le_plaisir_de_lire
  23 août 2017
Commençons déjà par l'univers. L'auteure a créé une véritable société vampirique, avec ses règles, sa hiérarchie etc. Ca change beaucoup des autres livres sur les vampires que j'ai pu lire, et j'ai trouvé ça génial et du coup assez original dans son approche. Beaucoup de règles régissent les vampires, et même le processus de vampirisation d'autrui. Il y a une vraie structure, qui permet d'installer une ambiance agréable et réaliste. La société des vampires, très ancienne, garde des traditions et des principes très patriarcaux, notamment en ce qui concerne les femmes. Elles sont par exemple obligées de se marier.
Fait intéressant, le Vatican lui-même est complice de la société des vampires, ce que j'ai trouvé très original aussi.
J'ai également beaucoup aimé les différences entre les jeunes vampires et les vieux. Les jeunes supportent mal leurs conditions, ne peuvent quasiment subir aucune lumière, et leur vie est difficile. Ceux qui sont vampires depuis longtemps peuvent supporter les rayons du soleil (en tout cas pendant un moment), et possèdent de vraies résistances. Ils sont presque immortels.
Le contraste entre les personnages nouvellement vampirisés et les autres est vraiment intéressant.
Le récit nous fait suivre alternativement Saraï et Giovanna. Saraï est une vampire très âgée. Elle est cependant assignée à résidence car elle est une scribe. Son rôle est de conserver l'histoire de son peuple, ce qui est, chez les vampires, une punition. Les scribes sont enfermés chez eux, sous surveillance, à cause d'une faute qu'ils auraient commis, et à qui on a enlevé leurs pouvoirs.
Saraï, retrouve finalement ses pouvoirs, ce qui lui permet, comme indiqué sur la quatrième de couverture, de communiquer également avec Elisabeta, reine immortelle dont l'âme a été enfermée.
Giovanna est une « gemella« , une humaine mariée à un vampire (Luciano) afin de lui servir de « garde-soif« .
Les personnages sont riches, très vivants, très réalistes, paradoxalement humains et ont des réactions logiques selon leur caractère. La psychologie des personnages est plutôt avancée, même du côté d'Elisabeta ou des personnages secondaires.
Je me suis beaucoup attachée à ces deux personnages, ainsi qu'à Luciano et Raphaël (un humain, meilleur ami de Giovanna).
Quelques chapitres nous permettent de suivre le passé d'Elisabeta, afin de mieux comprendre son histoire, mais surtout de justifier les changements qui devraient être faits dans la société vampirique, afin que les choses s'améliorent. le changement entre le passé et le présent est intelligemment fait.
Le rythme est très bien dosé, tant dans le descriptif que dans les scènes d'action, et le lecteur est embarqué dans une véritable aventure.
C'est un gros livre, et un tome unique, qui tient toutes ses promesses ! le style d'écriture m'a vraiment plu, porté par un récit très réaliste, se passant sur Terre et à notre époque.
J'avoue avoir été soulée par les vampires. D'abord les films Twilight, une catastrophe selon moi. Heureusement, j'ai lu les livres après, et bien qu'ils ne soient pas tous parfaits, ils sont très bons dans l'ensemble. Ensuite, évidemment, toute la mode vampire qui a suivi m'a clairement dégoutée des vampires.
Ce livre m'a réconcilié avec ces créatures emblématiques, grâce à un vrai récit mature qu'il ne faut d'ailleurs pas mettre entre les mains de jeunes ados.
La fin m'a beaucoup plu, d'autant que le roman m'a surpris tout au long de l'histoire. J'aurai tout de même aimé en savoir un peu plus par le biais d'un petit épilogue, ce qu'il advenait des personnages, cinq, dix ou cent ans plus tard peut-être.
Pour toutes les raisons évoquées au-dessus, il s'agit là d'un vrai coup de coeur !
Retrouvez la critique complète sur le plaisir de lire : http://www.leplaisirdelire.fr/elisabeta-rozenn-illiano/
Lien : http://www.leplaisirdelire.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Oliveoued
  04 novembre 2017
Mes premiers livres de vampires étaient d'Anne Rice et de Bram Stocker. J'ai eu un véritable amour pour ces romans, tout dans la retenue et l'élégance.
Et puis sont arrivés les vampires de la bit-lit et je me suis détachée de tout ça car je n'y trouvais plus ce que j'attendais d'un roman sur les vampires.
Mais je suis restée curieuse de ce genre et le roman de Rozenn Illiano m'a charmé de suite, par sa couverture d'abord puis son résumé et m'a réconcilié avec le genre ! Ce fut un réel coup de coeur !

Dans ce roman, nous voyageons entre la France et l'Italie mais aussi entre le présent et le passé grâce aux souvenirs d'Elisabeta.

En France, nous suivons Saraï, jeune immortelle mariée de force et privée de son don par les Maîtres. Elle remplie la fonction de scribe pour le Cercle.
En Italie, nous suivons Giovanna, une jeune humaine devenue Gemella, c'est à dire plus clairement qu'elle est une réserve de sang pour l'humain avec qui elle a été lié.

Mais une éclipse de soleil, événement qui permet aux immortels de regarder le soleil sans mourir, va tout changer.

Nous découvrons ici un univers régit par le Cercle, qui entrave les immortels (oui car le mot vampire, ils n'aiment pas vraiment) avec des lois et des règles dictées par les Maîtres. Et tout ça est bien sûr contrôlé par l'Eglise au nom des hommes.


Il fut un temps où les immortels étaient plus libres, où les Nés régnaient sur leur peuple.

Et si ce temps, les Dissidenti le faisait revenir ?

Et c'est dans ce contexte de révolution que l'histoire se déroule. On y découvre deux femmes fortes qui ne lâchent rien et une ancienne reine qui nous entraîne de révélations en révélations.

L'univers de l'auteure est extrêmement travaillé, son écriture est un délice. On ne voit pas le temps passer et on en demande encore à la fin du livre !

Je vous conseille vivement la découverte de ce roman pour renouer avec l'image du vampire d'Anne Rice, élégant et envoûtant, dans un univers plein de complots.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
KhiadKhiad   31 août 2017
Nous, immortels, n’avons pas le droit de regarder le soleil dans les yeux. Victimes d’une malédiction si ancienne que nous en avons oublié l’origine, nous sommes condamnés à nous réfugier dans les ombres. Vivre au grand jour nous est interdit, et si nous contrevenons à cette règle millénaire, la lumière nous brûle. Elle nous tue quand nous levons les yeux vers le soleil, ou quand nous sommes trop jeunes pour l’endurer. C’est d’ailleurs pour cette raison que je ne sors jamais de chez moi : si je fuyais durant la nuit, le jour me rattraperait bien assez tôt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
KhiadKhiad   31 août 2017
L’ambiance me paraît tout à la fois étrange et incroyablement sereine : un calme de monde qui retient son souffle dans la pénombre, presque une atmosphère de fin des Temps.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : vampiresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Vous avez dit vampires ?

Qui a écrit "Dracula" ?

Oscar Wilde
Bram Stoker
Arthur Conan Doyle
Mary Selley

15 questions
1795 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , vampiresCréer un quiz sur ce livre