AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
3,68

sur 50 notes
5
10 avis
4
21 avis
3
8 avis
2
1 avis
1
0 avis
Je remercie Pascale Lécosse pour l'envoi de son roman.
Pascale Lécosse publie son premier roman » Mademoiselle, à la folie ! « aux éditions De La Martinière en 2017. Une histoire douce-amère, dans laquelle se mêlent rires et larmes, dans une écriture délicate et élégante.
Catherine Delcour est une grande comédienne de théâtre, talentueuse et admirée. A l'approche de la cinquantaine, elle ne doit son succès qu'à son travail et sa ténacité.
p. 7 : » Je ne crois pas au destin, ce que je veux, je le prends. J'ai depuis toujours le goût de l'effort, du travail, sans lesquels le talent ne suffit pas. «
Son assistante et amie dévouée, Mina, constate progressivement des troubles de la mémoire chez Catherine. En vivant à ses côtés pour des raisons pratiques, elle s'aperçoit d'une dégradation manifeste de son état. Mais le tandem de ces deux femmes fonctionne comme un vieux couple. Leur complicité est à la fois drôle et touchante.
p. 21 : » Je m'appelle Mina Flamand. Il y a dix-huit ans, j'ai laissé ma vie pour accompagner Catherine. Notre attachement repose principalement sur le respect et sur l'admiration. […] Après toutes ces années passées ensemble, je sais que notre collaboration comme notre amitié soit une évidence. «
Jean, l'amant épisodique de Catherine depuis quinze ans, fait des apparitions entre son poste au Ministère de la Culture et sa vie auprès de sa femme. Mais Catherine accepte cette situation. Même si un drame dans sa vie de femme a provoqué chez elle une fragilité, que seule Mina a su comprendre, soutenir et accompagner. Mina n'apprécie pas la double vie menée par cet homme, et ne se prive pas de lui faire savoir.
p. 60 : » En quoi pourrions-nous être comparables ? En rien, je pense. Il exhibe Catherine comme un trophée quand je la protège des regards envieux. Il s'étonne de ses troubles, quand je m'en inquiète. Il l'applaudit aux premières quand je l'encourage aux répétitions. Il est là-bas quand elle est ici, il est ses nuits blanches, je suis ses nuits d'encre. «
Mais ils ne sont pas les seuls à prendre conscience des soucis de santé de Catherine. Dans des moments de lucidité, elle sent que quelque chose se dérègle en elle, qu'elle en perd le contrôle.
p. 13 : » Je ressens quelque chose d'inhabituel encombrer mon esprit et s'acharner à me diminuer. «
Mina l'emmène consulter le professeur Zweibaum, un neurologue réputé. le diagnostic est sans appel. La maladie a pris possession de la mémoire de Catherine, la privant petit à petit de son autonomie et de sa grandeur.
p. 50 : » Aurais-je la force de bouter cet ennemi sournois qui envahit mon intelligence pour s'emparer de ma liberté ? Ce que j'aimais faire, je ne m'en souviens pas ; ce que l'on attend de moi, je n'en ai pas la moindre idée. «
Entièrement dévouée à son amie, Mina assiste, impuissante à l'évolution de la maladie.
p. 80 : » Si je le pouvais, je retiendrais pour elle le temps qui file et je l'enfermerais avant qu'il ne nous détruise. Je lui donnerais mes souvenirs en remplacement des siens. Mais la vérité, c'est que je ne peux rien, rien du tout. «
C'est une histoire d'amitié bouleversante, à double narration, où les voix de Catherine et de Mina se mêlent au gré de cette maladie, dévastatrice. Cet amour inconditionnel est la force de l'une comme de l'autre.
p. 13 : » Je parle, elle écoute, je cherche, elle trouve, nous sommes une paire, un tout. «
Si l'une a su s'effacer pour porter l'autre dans une grande carrière, elles ont l'une pour l'autre un respect total. Catherine semble sensible à l'extrême dévouement de Mina, et c'est là toute la clé de ce roman. Cette relation est magnifique. Les dialogues m'ont fait rire autant que pleurer. Ce roman est une belle découverte.
Lien : https://missbook85.wordpress..
Commenter  J’apprécie          321
« Mademoiselle » est une grande comédienne, de celles que l'on admire et que l'on envie parfois tant leurs vies donnent l'impression d'être un tableau sans nuages.
Mais qu'en est-il lorsque le rideau tombe ?

Catherine Delcourt est-elle cette femme comblée qu'elle tente de paraître ?
En tout cas, elle s'emploie à cacher ses blessures. Sa solitude qu'elle se donne l'illusion d'ignorer en partie grâce à Mina, à la fois secrétaire, gouvernante, amie, confidente, c'est elle qui sera là lorsque la perte de mémoire deviendra de plus en plus invalidante.
L'ombre de la grande Annie Girardot m'a accompagnée tout au long de cette belle lecture.
« Mademoiselle à la folie » est aussi une belle histoire d'amitié entre deux femmes.

Pascale Lécosse m'a touché au coeur avec son joli premier roman.
En s'emparant d'un sujet ô combien douloureux, la maladie d'Alzeimer, elle réussit à nous conter une histoire douce-amère, portée par une écriture toute en délicatesse.


Commenter  J’apprécie          240
La mémoire qui flanche, la vie qui prend des allures plus floues... Etre confronté à ces pathologies dégénérescentes est de toute façon un drame, alors, que dire lorsque la "malade" est une actrice adulée, au faîte de sa carrière bâtie surtout au théâtre ? C'est ce qui arrive à Catherine Deltour, sous les yeux de Mina, sa fidèle assistante, son amie, celle qui d'habitude résout tous ses problèmes. Mais qui cette fois ne peut qu'assister, impuissante, à la chute progressive de Catherine...
Ce premier roman a le mérite de choisir la légèreté pour aborder ce sujet lourd et c'est sans doute ce qui rend l'ensemble touchant. Car Mina fait tout pour que l'environnement de Catherine lui soit toujours aussi léger, facile et que l'illusion demeure le plus longtemps possible aux yeux du monde et surtout de la principale intéressée. L'auteure joue sur les codes du théâtre à la fois dans son écriture et la mise en scène de son intrigue, d'où peut-être cette impression d'irréalité qui m'a suivie tout au long de ma lecture.
C'est un premier roman qui saura toucher de nombreux lecteurs, j'en suis certaine même si personnellement, il m'a manqué un peu de profondeur pour être tout à fait convaincue.
Commenter  J’apprécie          220
Merci aux 68 premières Fois pour l'envoi de ce roman au titre évocateur et prometteur qui me permet de découvrir Pascale Lécosse. Mademoiselle, à la folie ! est un titre exclamatif, comme un cri de plaisir ou de souffrance, car on peut aimer à la folie ou souffrir de démence. Ce titre annonce de l'émotion, une approche affective, du dynamisme, de la vie. C'est un titre attractif.

Les actrices et les comédiennes se font toujours appeler Mademoiselle, quel que soit leur âge, même si ce sont de grandes dames particulièrement talentueuses. Les actrices et les comédiennes ont dans leur entourage immédiat une personne qui fait office d'assistante, de secrétaire, de confidente… La personne qui occupe ce poste privilégié devient souvent une véritable amie et se place en protectrice face au monde extérieur, prête à tout pour empêcher les indiscrétions, surtout si elles touchent à l'état de santé de la personne célèbre, atteinte par des troubles de la mémoire et une forme de démence de type Alzheimer.
Tel est le thème de ce très court roman.
La brièveté m'a d'abord un peu inquiétée : à peine 125 pages ! Certes, l'auteure a commencé à écrire comme dramaturge et le format théâtral est court, mais tout de même...

Mes craintes se sont progressivement estompées à la lecture. Nous retrouvons ici un ton de comédie, autour de scènes dialoguées efficaces, bien menées, à la limite de l'humour et du tragique, d'une légèreté salutaire qui évite l'écueil d'un pathos où il serait facile de tomber. Nous avons surtout des monologues, prises de paroles à la première personne, points de vue alternés de l'actrice et de son assistante, polyphonie féminine, intimiste au ton toujours juste. le texte est scindé en mois, de septembre à décembre, comme quatre actes précédés d'un prologue présentatif et suivi d'un épilogue prévisible. La forme reste donc très théâtrale, dans un décor qui change peu, dans une temporalité et un espace réduits à un présent qui perd ses attaches dans le passé et toute possibilité de projection dans l'avenir.

Pascale Lécosse livre avec ce livre deux très beaux portraits de femmes, travaillés mais stylisés. Elle nous donne des clés de lecture que chaque lecteur pourra développer à son gré : la notion de sacrifice, les apparences sauvegardées, la nécessité du mensonge, la perte angoissante des repères et de la mémoire, la prise de conscience de la malade et de son entourage, l'impuissance… L'auteure mêle à son récit le personnage secondaire de l'amant, témoin à la fois présent et distancié, intéressant surtout par sa fonction politique de Ministre de la Culture, qui permet quelques piques satiriques. La journaliste et la voyante servent l'action principale entre cliché et efficacité dramatique.

Mademoiselle, à la folie ! se lit vite, sans difficulté apparente. Son petit format permet facilement la relecture car c'est un texte qui mérite des retours : lu trop rapidement, sans réflexion, il peut plaire sur le moment et s'oublier très vite, ce qui serait dommage.
Une belle surprise, entre profondeur et légèreté.
Commenter  J’apprécie          200
La formule peut sembler éculée, mais ce court roman se lit effectivement dune traite, car le lecteur est d'emblée emporté par le ton du récit, confié à cette «Mademoiselle» dont la carrière au théâtre et au cinéma a été éblouissante. On peut, par exemple, imaginer Catherine Delcour sous les traits de Danielle Darrieux dont la carrière fut également très riche, tant au cinéma qu'au théâtre. Pour le reste, Pascale Lécosse imagine sa diva vivant sur l'île Saint-Louis avec Mina, son assistante et confidente et ayant une liaison avec Jean, un homme politique qui lui offre à la fois son affection et sa liberté. La vie passe, le trio se croise et s'épie, tour à tour joyeux, lucide, tendre, puis jaloux, voire cruel.
Si pour Catherine il n'est pas question de quitter la scène, les petits oublis et les pannes de mémoire se multiplient. On sent alors petit à petit sa vie filer vers cet inexorable drame annoncé dès le titre du livre…
L'auteur mène de main de maître ce bel exercice qui ne fait jamais basculer le récit dans un drame sordide. On pourra même lui reprocher de s'être arrêtée trop tôt et de ne n'avoir semé que de petits cailloux ici et là, le long d'un parcours insouciant qui va mener vers une fin redoutée.
Oui, il faut prendre garde à la douceur des choses!

Lien : https://collectiondelivres.w..
Commenter  J’apprécie          110
Bref roman émouvant.
Deux femmes : une comédienne pétillante et adulée, quarante-huit ans, et Mina, son assistante, son amie intime.
Et un amant épisodique, depuis quinze ans.
Chacune raconte et livre ses pensées alternativement.
Au début, on ne comprend pas tout de suite ce qu'il se passe. Surtout quand, comme moi, on ne lit pas les quatrièmes de couverture.
Catherine a des trous de mémoire attribués au surmenage.
Mais c'est la dégénérescence neurologique qui s'insinue.
"Ce que j'aimais faire, je ne m'en souviens pas; ce que l'on attend de moi, je n'en ai pas la moindre idée. "
Aux phases de lucidité font suite les phases de noir absolu : qui est cet homme , qui est cette femme ?
" J'ai dans la tête un mal gourmand qui me transforme en rosier stérile. une saleté qui fait de moi une autre."
Mina, l'amie indéfectible qui a tout sacrifié pour elle , souffre aussi ;
"On ne sait jamais quand on voit quelqu'un pour la dernière fois, je voudrais retrouver notre vie d'avant, pour revivre à l'infini notre dernier moment d'insouciance et l'embaumer."
Lorsque Catherine note : "Le temps me pèse, m'écrase, ratatine mon existence déjà rétrécie ", Mina pense : "je dois être là et m'oublier pour lui laisser toute la place que sa pathologie exige".
Les deux femmes vivent ces derniers moi dans la souffrance. Je cite en conclusion : "A la scène, j'ai joué mille vies pour finalement passer à côté de la mienne."

Ces pages semblent justes. L'auteur s'appuie-t-elle sur une situation semblable pour si bien nous la transmettre ?
J'ai été touchée par l'amitié profonde de Mina et son sacrifice.
Commenter  J’apprécie          110
Ce livre retrace une partie de la vie det Catherine Delcour, grande comédienne de théâtre adorée par son public.Elle n'est pas seule: sa fidèle Mina, assistante dévouée aux moindres caprices de Catherine. Mais  Mina est également La mémoire de Catherine et ce depuis toujours . Mais depuis peu, l'actrice se perd dans les méandres de ses souvenirs. Mais Mina essaie tant bien que mal de cacher cela aux yeux de tous ainsi que de ceux de Catherine.... Sauver les apparences voilà 1 nouvelle mission
Pascale Lécosse a choisi de traiter de la maladie d'Alzheimer, cette maladie que l'on préférerait oublier et ne pas nommer, mais tout en délicatesse et poésie.
L'auteur nous plonge dans les pensées, souvenirs de ces 2 amies pendant les mois qui suivent la découverte de la maladie.
Malgré un sujet pas facile , l'auteur arrive à traiter avec légèreté (telle les bulles du champagne dont Catherine boit 1 coupe par jour) et élégance ce sujet délicat usqu'à 1 fin féroce mais choisie librement par Catherine.
Ce roman loin d'être facile est joyeux par moments, triste par d'autres mais nous fait bien sentir les difficultés de cette maladie tant pour le " malade " que pour son entourage.
Un roman assez court mais d'une belle écriture.
Commenter  J’apprécie          90
Catherine, une très célèbre comédienne de 48 ans, glisse progressivement dans des ténèbres dont elle ne sortira pas. le récit qui couvre une période de quelques mois, de septembre à Noël, fait alterner la voix de Catherine et celle de Mina sa fidèle assistante depuis 18 ans.
Catherine perd le fil de ses pensées, par moments ne reconnaît plus ses proches, cherche ses mots, ses idées..." Comme une armée en déroute, les mots désertent, les idées sortent des rangs pour me livrer bataille", elle consigne dans un carnet ce qu'elle vient de faire pour s'en souvenir et ce qu'elle a à faire.
Mina, qui est devenue son amie, doit vivre avec les absences de Catherine, ses sautes d'humeur et ses obsessions, sa paranoïa et les phases de mélancolie où Catherine n'a plus goût à rien sauf au champagne.

C'est une sorte de huis clos que nous décrit Pascale Lécosse, entre Catherine qui "s'égare dans les méandres de ses amnésies" mais qui vit aussi de douloureux moments de lucidité et Mina qui doit tout supporter, ne rien montrer de son chagrin et de son impuissance mais aussi protéger son amie en faisant en sorte que personne ne sache rien de son état qu'elle met sur le compte du surmenage.

Dans ce roman Pascale Lécosse décrit finement les ressentis de la personne malade, ses éclairs de lucidité au milieu de ses moments de démence "Mina je ne veux pas vivre morte" mais aussi ceux de celle qui l'accompagne "Je n'ai plus de temps à moi pour être triste, je dois réfléchir pour deux, apaiser ses colères, supporter ses humeurs, chercher pour elle le mot juste pour l'idée qui s'échappe aussitôt... Je dois être là et m'oublier pour lui laisser toute la place que sa pathologie exige."
Certainement inspiré de son vécu avec sa mère atteinte de la maladie d'Alzheimer, Pascale Lécosse signe un récit court mais dense qui sonne terriblement juste. C'est tout simplement bouleversant.
Une très belle découverte que je dois aux 68 premières fois.

Ce roman de la sélection des 68 premières fois a été sélectionné pour le prix Stanislas du premier roman remporté par Sébastien Spitzer pour Ces rêves qu'on piétine.
Lien : http://leslivresdejoelle.blo..
Commenter  J’apprécie          80
Deux points de vue complémentaires structurent le premier roman de Pascale Lécosse. Celui de Catherine Delcour, actrice admirée, pleine de vie, de fantaisie et entièrement vouée à son art et celui de Mina Flamand, son assistante, son amie. Et désormais sa mémoire. Car Catherine est atteinte d'une forme de dégénérescence cognitive précoce qui effiloche le tissu de ses souvenirs, n'en laissant plus que lambeaux à sa conscience. Attentive, à l'affût de la moindre dégradation de l'état de son amie, Mina devient littéralement le garde-fou de Catherine et la survivance de la vie dont cette dernière est progressivement amputée.
La limpidité de la narration et de l'écriture, sa brièveté même, laisse affleurer des ondulations de tristesse tout en exprimant pudiquement la part lumineuse de l'amitié et de la confiance. Sans fioritures, mais avec justesse et finesse, l'auteur nous insère dans ce combat subreptice contre l'oubli. La force et la noblesse des sentiments, la peur du naufrage, l'effacement de la mémoire et du langage sont évoqués avec une sensibilité qui tient le pathos et la mièvrerie à distance.
C'est pourtant la gorge serrée d'émotion que j'ai tourné les dernières pages de ce roman de douleur feutrée et de digne élégance.
Commenter  J’apprécie          80
Jolie et triste histoire d'une grande comédienne - pour qui la mémoire est un outil de travail - Catherine, artiste encore jeune, séduisante, charmeuse, qui vit une liaison depuis des années avec un « Jean », ministre de la Culture et de la communication. A la veille de la cérémonie de remise de la Légion d'honneur, on dirait que tout se mélange un peu dans sa tête. Des coupes de champagne avant onze heures du matin, des embrouillements de souvenirs, de toutes petites absences, un regard qui se perd, des idées venues on ne sait d'où... La consultation d'un neurologue sera sans appel. La maladie est déjà bien installée.

Mina, l'amie de toujours, l'assistante qui veille au confort de Catherine, dans l'ombre, qui la protège et, surtout, qui cache le terrible secret, Mina est dévastée. Place des « aidants », que personne n'aide, eux. Douleur de l'amie tendre et dévouée, qui n'en peut plus de se taire et finit par avouer à l'amant.

Après la splendeur, la misère d'une vie qui ne peut se raccrocher à rien. le choc est forcément terrible pour le malade, pour ses proches, mais peut-être totalement inacceptable dans ce monde de la scène où le paraître est primordial, où la chute après la gloire est intolérable.

Quand la hantise du « trou de mémoire », connue de la plupart des comédiens, se transforme en certitude de ne plus pouvoir jouer, ne plus être en mesure de vivre sa vie de passeur de textes, de quel désespoir n'est-on pas capable ?

De beaux personnages se croisent dans ce livre, s'aiment et vibrent et souffrent ensemble. L'écriture de Pascale Lécosse est chaleureuse, sensible, alerte et vive comme une écriture théâtrale. Saynètes drôles et émouvantes alternent, jusqu'au final, prévisible et inattendu à la fois.

Évidemment, on va se poser la question : comédienne passée par le Français, actrice de cinéma, d'origine russe, frappée de la maladie d'Alzheimer, de qui parle-t-on ici ? est-ce un roman à clef ou une pure fiction qui, comme toute bonne fiction, est parfaitement plausible ? Peu importe, c'est un premier roman réussi.
Commenter  J’apprécie          70




Lecteurs (71) Voir plus



Quiz Voir plus

Le Cid (Corneille)

Que signifie "Le Cid" en arabe ?

le seigneur
le voleur
le meurtrier

10 questions
767 lecteurs ont répondu
Thèmes : théâtreCréer un quiz sur ce livre

{* *}