AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jim Lee (Illustrateur)Alex Sinclair (Illustrateur)
EAN : 9791026822103
304 pages
Éditeur : Urban Comics Editions (24/06/2020)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 125 notes)
Résumé :
Batman se retrouve assailli par tous ses ennemis, lorsqu’un mystérieux personnage qui dissimule son visage sous des bandelettes apparaît. Son nom ? Silence. Son but ? Harceler le justicier jusqu’à lui faire perdre raison. Catwoman saura-t-elle lui apporter l’aide et le réconfort dont il a cruellement besoin ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
garrytopper9
  12 décembre 2015
Je lis de plus en plus de récits sur Batman, qui est clairement l'un de mes personnages de comics favoris. Après avoir entamé la saga Knightfall, Grant Morrisson présente Batman, Un long haloween, Amère victoire, Batman new 52, j'ai découvert avec Batman Silence une histoire passionnante et très construite.
Dans ce récit, notre chevalier noir se retrouve attaqué par de nombreux ennemis connus, mais également par un nouveau venu, le dénommé Silence.
Les rebondissements sont nombreux, et Batman aurait besoin de l'aide de ses alliés pour déjouer une terrible machination. Je n'en dirais pas plus pour ne pas dévoiler l'intrigue, mais on se fait mener par le bout du nez avec un véritable plaisir, jusqu'à la dernière page. Les dessins, couleurs, encrages et illustrations sont juste sublimes.
Sans doute l'une des meilleures histoire de Batman !
Commenter  J’apprécie          292
Barbuz
  19 février 2021
"Silence" ("Hush" en VO) est un album cartonné d'à peu près deux cent soixante-dix pages (bonus inclus) paru dans la collection DC Essentiels d'Urban Comics en mai 2013. "Hush" est un récit consacré à Batman comprenant les "Batman" #608-619 (décembre 2002 à novembre 2003), soit douze numéros de la série régulière.
L'équipe artistique est composée de Jeph Loeb (scénario), Jim Lee (dessins), Scott Williams (encrage) et d'Alex Sinclair (mise en couleurs) ; ces deux derniers ont travaillé plusieurs fois avec Lee.
Gotham City, le chantier naval, un peu avant minuit. Batman ouvre un cadenas à l'acide. Il soulève un rideau de fer et s'engage sans tarder dans un couloir obscur ; il lui reste une minute et treize secondes avant de trouver l'otage. le FBI et le DEUS ont coupé le courant du site. Il tombe sur un premier malabar, Nathan Les-Doigts-de-Fée, un ex-CIA, qu'il neutralise à l'aide de quelques Batarangs recouverts d'un poison paralysant. le second est Tommy Harper, trafiquant d'armes pour le compte de l'IRA. Batman sait qu'Harper a une prothèse métallique dans le crâne ; un simple aimant lui suffit à mettre le sbire hors d'état de nuire. C'est ensuite au tour de Carlos Valdez, un mercenaire chilien, que Batman immobilise avec une Bat-corde. le dernier, Hancock l'Araignée, est un truand de Gotham City à qui Batman a cassé deux côtes il y a trois jours. le Chevalier noir appuie là où ça fait mal, ficelle son ultime adversaire et le pend par les pieds afin de l'interroger. le justicier lui demande où est le petit. L'autre lui jure d'abord qu'il l'ignore, mais peur et superstition le poussent à lâcher le morceau. Batman trouve le garçon, retenu dans une pièce fermée d'une porte étanche avec volant ; le vengeur masqué en plastique l'encadrement, ordonne à l'enfant, par le hublot, de se tenir au sol et de se boucher les oreilles, puis fait exploser son plastic. le gamin, intimidé, se laisse emporter par son sauveur. Il reste trente-sept secondes. Batman utilise son Bat-grappin pour les hisser, lui et le petit, au sommet de cet entrepôt. Il se demande comment Superman gérerait la situation...
Loeb conçoit une intrigue menée tambour battant, dans laquelle Batman est confronté aux ennemis habituels, le Joker, Killer Croc, Poison Ivy, l'Épouvantail, le Sphinx, Ra's Al-Ghul, etc. Outre cette belle galerie de super-criminels, l'auteur l'oppose également à son rival symbolique, Superman. Loeb creuse l'enfance de Bruce Wayne - peu exploitée, au fond - et en dévoile un pan nouveau pour développer son histoire. Il sème un peu de distraction dans la vie privée de Wayne-Batman avec la sémillante Selina Kyle alias Catwoman, et fait considérablement avancer leur relation. Enfin, il emprunte aux événements tragiques du passé pour enrichir le récit et déboussoler le lecteur, pour qui il est difficile de résister à l'efficacité de ce scénario généreux en retournements de situations, d'autant que le texte (surtout les soliloques de Wayne) est soigné. Graphiquement, c'est l'univers De Lee, c'est-à-dire celui du culte du corps et de la beauté autant que celui de l'action. La plupart des protagonistes (les héros, en tout cas) sont plastiquement idéalisés. Les femmes présentent des tailles de guêpe, de longues jambes, des poitrines proportionnées et saillantes, de grands yeux en amandes ; le trait De Lee expose un archétype fantasmé de beauté finalement "commune" car commerciale, mais sans être vulgaire. Les hommes ne sont pas en reste. Leurs corps sont sculptés, sans excès afin d'éviter toute sensation de lourdeur. Les mâchoires sont carrées, les traits, fins. Batman irradie l'assurance, la confiance en soi ; à la fois puissant et massif (parfois de façon exagérée), il prend souvent la pose. Tout cela est malheureusement dénué de la moindre émotion, et la variété des expressions faciales est réduite au minimum. Malgré des planches spectaculaires (la mise en couleurs y est pour beaucoup, voir notamment la scène de l'opéra) et plutôt soignées, Lee ne dispose pas du trait qui aurait métamorphosé ce "cache-cache policier" à grand spectacle en un récit plus viscéral - ou plus émouvant. Mais sans doute n'était-ce pas là la finalité de "Silence".
La traduction de Jérôme Wicky est très satisfaisante, et le texte est impeccable. le recueil est généreux en bonus (dessins, explications, photos, etc.). L'interview de Loeb et Lee est un numéro de cabotinage à l'américaine, qui nous coûte neuf pages.
"Silence" propose une intrigue menée de main de maître par Loeb, accompagnée des illustrations explosives, mais peu expressives De Lee. À l'issue de ce succès, DC Comics envisagea une suite par les mêmes ; elle est finalement restée lettre morte.
Lien : https://les-bd-de-barbuz.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Presence
  10 juillet 2015
Mark Chiarello (responsable éditorial chez DC comics à l'époque) décide de frapper un très grand coup en mettant sur la série mensuelle de Batman 2 superstars : Jeph Loeb au scénario et Jim Lee au dessin. Ce tome comprend l'intégralité de leur histoire, soit les numéros 608 à 619 parus en 2002 et 2003. La pression est énorme.
À l'occasion d'une enquête sur enlèvement d'enfant, Batman finit par se retrouver à la poursuite du responsable de la résurgence massive de ses principaux ennemis et la réponse ne sera pas agréable. Jeph Loeb réussit miraculeusement à tout faire tenir au sein d'une véritable histoire qui revient sur un pan inédit du passé de Bruce Wayne et sur la relation que Batman entretient avec Catwoman. le personnage de Hush sera d'ailleurs repris par d'autres scénariste dont Paul Dini dans le coeur de silence.
La pression pèse en premier lieu sur Jim Lee qui doit relever le défi de tenir un rythme de parution mensuelle (chose qu'il n'a plus fait depuis X-Men). La solution est vite trouvée par l'éditeur : le 1er numéro ne sortira que lorsqu'il en aura dessiné 9 sur les 12 prévus. le résultat est du grand Jim Lee, tout en détail en grâce et en force. Rien que pour les dessins (fort bien encrés par son acolyte de toujours, Scott Williams), cette histoire mérite sa place dans votre bibliothèque. Toutes les pages sont dynamiques, le lecteur a l'impression de redécouvrir chaque personnage comme si c'était la première fois (même Batman). C'est magnifique. L'avance qu'il avait prise avant la parution du premier numéro lui permet de terminer ses planches sereinement et dans les temps, sans sacrifier à la qualité de ses illustrations. Tout est parfait comme dans un rêve.
Deuxième défi : Jeph Loeb doit livrer un scénario qui tienne la distance et qui permette à Jim Lee de briller de mille feux. Loeb n'en est pas à son coup d'essai, il a déjà réalisé 2 séries en 12 et 13 parties chacune qui figurent dans les histoires de Batman les plus mémorables : Un long Halloween & Amère victoire. Dès l'initialisation du projet, il sait qu'il va travailler avec Jim Lee. il convoque donc tous les personnages qui ont fait le mythe pour que Jim Lee puisse leur redonner un coup de fouet graphique. Ils sont tous là : Killer Croc, Catwoman, Poison Ivy, Huntress, Alfred, Loïs Lane, Clark Kent, Joker & Harley Quinn, James Gordon, Nightwing, Ra's al Ghul & Talia, Harvey Dent, Riddler, Robin, Scarecrow... et même Krypto.
Et au delà de ce feu d'artifice, Jeph Loeb et Jim Lee se payent le luxe d'ajouter une couche signifiante et durable au mythe de Batman et de Bruce Wayne en introduisant le personnage de Hush. Bien sûr, il est possible de trouver à redire sur la linéarité du scénario ou sur le choix d'en mettre le plus possible sur une page, mais ne boudez pas votre plaisir... ça, c'est du comics du super-héros !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Deslivresetlesmots
  13 octobre 2015
J'avais déjà découvert cet arc quelques années auparavant, mais c'était suffisamment loin dans mon esprit pour que je découvre l'histoire à nouveau (et oui, que je cherche l'identité du « mystérieux personnage », j'ai un peu honte). Comme vous le savez peut-être, Eaglemoss a lancé récemment un abonnement pour les ouvrages DC Comics. Les Éditions Atlas avaient fait la même chose pour Marvel il y a quelques années, et c'est maintenant à la Justice League et compagnie de briller !
Tout d'abord, il me semble important de s'arrêter sur l'édition en elle-même, avec quelques déceptions. Les auteurs ne sont pas mentionnés sur la couverture. Si, si. Je pensais pas que c'était légalement possible de faire ça (enfin, là où je travaille, ça l'est pas, mais passons) mais c'est pas chouette. Non seulement il y a assez de place, mais même si ce n'était pas le cas, il serait toujours possible de retirer la bande présente sur le haut de la première de couverture, sur laquelle est écrit « DC Comics – le meilleur des super-héros ». le titre de la collection / abonnement. Enfin, oui, j'ai bien compris que j'achetais du DC Comics, le logo est présent sur la première et quatrième de couverture et sur la tranche. Je sais que c'est parfois difficile de créditer les auteurs pour les comics, puisque différents contributeurs travaillent sur un même ouvrage (scénario, dessin, encrage, couleur…). Et je sais que c'est quasi impossible de créditer tout le monde pour des crossover de centaines de pages, qui s'échelonnent sur plusieurs années et différents auteurs. Généralement, on a tout de même le droit au scénariste et dessinateur sur la couverture !
Visiblement c'est pas un soucis primordial de Eaglemoss. La traduction non plus. Les traducteurs sont souvent les parents pauvres de l'édition mais pour le coup, la personne qui s'est occupée de cette traduction est complètement absente. J'ai eu beau chercher, je n'ai pas trouvé. Bref. Autre petite complainte : la reliure a pas dû être testée, puisque lors des planches en double page, on a pas mal de perte entre les deux pages. C'est dommage, particulièrement quand ça concerne du texte !
Mise à part cela, ce sont tout de même de beaux objets. Silence a en effet été publié en deux parties. Les couvertures sont très belles, et en fin de livre sont publiés les couvertures alternatives et quelques sketchs : c'est vraiment beau à découvrir. Les tranches présentent un bout de fresque, qui montrera à terme les principaux héros et antagonistes de l'univers DC. Contrairement à l'abonnement Marvel édité par les Éditions Atlas il y a quelques années, cette fois-ci c'est bien fait. En effet, l'abonnement en question ne publiait pas les numéros dans l'ordre. J'ai dû arrêter après le troisième numéro et du coup le truc ne ressemble à rien sur mon étagère. Pour comparer, j'ai reçu les trois premiers numéros de Eaglemoss, et j'ai Green Lantern sur la tranche. Ça fait classe.
Pour commencer l'histoire, on a le droit à une remise en contexte, par rapport aux personnages et aux auteurs. C'est plus court que ce qu'on a l'habitude de lire chez Urban Comics, mais en l'occurrence ça m'a suffit. Après, Batman est le personnage que j'ai le plus lu et je connaissais déjà l'histoire, donc il ne faut pas trop me faire confiance.
Pour ce qui est de l'histoire en elle-même, rien à redire. On suit Batman dans la découverte de ce mystérieux antagoniste, qui provoque pas mal de remises en questions chez les différents personnages. C'est très bien fait et très intéressant à lire ! On retrouve d'ailleurs de nombreux alliés de la chauve-souris, même si l'histoire est centrée sur Batman et Catwoman. Leur relation a d'ailleurs un rôle important ici, mais j'ai globalement trouvé que c'était bien traité. Sauf à un moment où des scènes sont entrecoupées bizarrement avec des flash-backs où Bruce se remémore un moment avec Selina et… J'ai pas trouvé que ça faisait grand sens, ça m'a semblé plutôt brouillon.
En dehors de cet aspect, l'histoire traite aussi des relations que Bruce peut avoir avec ses autres alliés. Les Robins ont bien sûr leur place dans ce sens et étant fan des différents « Golden Boys », j'ai beaucoup apprécié. Et puis, comme d'habitude, heureusement que Alfred est là !
Pas étonnant que l'abonnement commence par cet arc, il est des plus important dans l'histoire de Batman et puis, il est magnifiquement bien traité.
Lien : https://deslivresetlesmots.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SebPierre
  09 septembre 2020
Bons ou méchants, tous semblent vouloir s'en prendre à Batman, sans que ce dernier puisse trouver qui en est à l'origine...Et l'idylle naissante de Brice Wayne avec Selina Kyle alias Catwoman n'arrange rien...
Encore une bonne claque visuelle, mention spéciale aux séquences "souvenirs" style aquarelle et un casting exceptionnel, tout le gratin de DC étant au service de cet excellent One Shot!
Commenter  J’apprécie          130


critiques presse (4)
BulledEncre   17 novembre 2015
Un classique de l’univers Batman parfait pour découvrir le personnage.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDGest   03 juin 2014
Du début à la fin, l’auteur aura instauré un bel équilibre entre action pure et moments plus apaisants, permettant de vivre l’histoire au plus près des acteurs et de leurs émotions.
Lire la critique sur le site : BDGest
Bedeo   07 juin 2013
Une lecture que nous vous recommandons vivement pour la haute tension du scénario et pour le florilège des personnages.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Sceneario   06 mai 2013
Le casting est impressionnant, c'est vrai, mais on a tout de même vite le sentiment qu'il s'agit là presque du jubilé de Jim Lee, de sa petite trotte autour de la piste, les mains au ciel sous les acclamations.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
laulauttelaulautte   03 octobre 2015
[Batman] Si être détective était facile...
...la police n'aurait pas besoin de moi.
[Nightwing] De l'humour?
Là, tu m'inquiètes.
Commenter  J’apprécie          100
Boris02Boris02   29 août 2012
Le garçon tremble. Pas beaucoup plus vieux que moi quand... Je dois lui faire peur, autant que tout le reste. Ca me fait penser à Clark. A comment lui, il gérerait ça. Pas seulement en volant et en tordant des barreaux. Clark serait capable de sourire. C'est son côté boy-scout. Et il saurait quoi dire pour rassurer ce gamin. Mais Clark n'est pas là, et le gamin devra se contenter de moi. Parce qu'on est à Gotham. Et c'est aussi bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
xnewloxnewlo   19 octobre 2015
-Batman... Parfois, une enquête c'est comme chercher ses lunettes. On les retrouve toujours dans le dernier endroit auquel on aurait pensé.
Commenter  J’apprécie          60
laulauttelaulautte   30 août 2015
[Batman] Talia. Ra's. Luthor. Parler d'un panier de crabes serait faire insulte aux crabes.
Commenter  J’apprécie          60
laulauttelaulautte   30 août 2015
[Poison Ivy]
Impulsif.
Irréfléchi.
Stupide.
Un homme.
Commenter  J’apprécie          80

Lire un extrait
Video de Jeph Loeb (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jeph Loeb
Vidéo de Jeph Loeb
autres livres classés : batmanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Comics : Les héros de Marvel

Elle peut se dématérialiser, et ainsi traverser les objets solides, les murs, les plafonds ... Il s'agit bien sûr de ...

Kate Winslet
Kitty Pryde
Hello Kitty
Katy Perry

10 questions
195 lecteurs ont répondu
Thèmes : comics , super-hérosCréer un quiz sur ce livre