AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Le Trône de Fer, Intégrale 2 : A Clash of Kings (127)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
fnitter
  24 mars 2014
Second tome, en respectant l'oeuvre originale en trois parties (découpage à la française).

La bataille des rois : un titre trompeur.
Ned Stark est mort. Mais les rumeurs de bâtardise de Joffrey, actuel roi des sept couronnes, font que Stannis et Renly, frères de feu Robert Barathéon, se sont également proclamés roi et veulent ou vont marcher ou voguer sur Port Réal. Robb, autoproclamé roi du Nord poursuit également sa route. Voilà pour les rois.
Nous suivons également Arya, en route pour le mur où se trouve John et les préparations de Tyrion désormais main du roi et probablement le seul Lannister avec un soupçon d'humanité. Daenerys n'apparaît que dans un seul chapitre.

Le titre est trompeur, oui, car de bataille point il n'y aura. L'auteur continue de nous raconter une belle histoire, sans concession, sans mièvrerie, la dure réalité, certes des puissants et de quelques figures (John et Aria), mais sans fards. La bataille se trouve sur le terrain politique, et encore. Ce tome eût été un livre à part entière au lieu d'être un découpage artificiel voulu par l'éditeur pour des motifs financiers qu'il aurait été clairement déséquilibré (que les adeptes de la concordance des temps, n'hésitent pas au besoin à reprendre cette phrase :-)). On le qualifiera donc de tome charnière.
Restent une lecture fluide (je ne vois toujours pas le problème de traduction, en dehors de quelques apostrophes trop présentes dans le parlé "paysan") et immersive et nombre d'aphorismes savoureux ponctuant régulièrement le récit.

Suivi de L'ombre maléfique :
Les frères ennemis baratheon sont prêts à s'affronter. Tyrion prépare la défense de Port Real qui crie famine. Robb accumule les victoires contre les Lannister et se rapproche de son objectif. Jon et Arya poursuivent leur bonhomme de chemin. Et Daenerys suscite les convoitises, maitresse des dragons.

Que dire de ce tome ? la même chose que pour la bataille des rois. Il est certes plus rythmé, plus nerveux, mais là encore, il n'est au final qu'un tome de préparation pour le tome suivant qui s'annonce explosif (je n'ai pas de mérite à le penser, j'ai vu la série TV).

Laissons-nous donc porter par la douce musique (vraiment ?) de George R.R. Martin, à grand renfort de coups tordus, de réalpolitique, d'amours fraternelles contrariées vers ce final que j'appelle de tous mes voeux.

Et enfin : le trône de fer, tome 5 : L'invincible forteresse.
Les destins de Theon, Tyrion, Jon, Catelyn et Daenerys se poursuivent.
L'heure est enfin venue pour Stanis d'attaquer Port Real. Winterfell est en danger et Robb se trouve entre deux feux. Jon est toujours au-delà du mur et le destin de la mère des dragons ne sera encore dans ce tome que peu abordé.

On a bien compris désormais que l'on n'a pas à faire à du Gemmell. Ici point de longues descriptions de batailles héroïques et sanglante. Oh, l'attaque de Port Real nous sera bien contée, mais l'auteur a tendance à passer assez rapidement sur ces combats. Il passe aussi assez rapidement sur d'autres aspects de l'histoire, nous mettant directement devant le fait accompli.
Pour ceux qui, comme moi, ont vu la série avant de lire le livre, il y a parfois quelques déceptions, parce qu'on aurait bien voulu avoir un développement littéraire plus conséquent de certaines scènes, mais l'auteur se concentre surtout sur les interactions entres ses personnages et leur psychologie, leur donnant par contre une consistance exceptionnelle.

L'histoire avance lentement, il faut bien l'avouer, mais elle avance et reste passionnante à lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          896
TheWind
  23 février 2015
Portrait Chinois 2ème édition.
Le Trône de Fer. Intégrale 2


Si j'étais un arbre, je serais l' « arbre-coeur », cet immense barral élevé au coeur du domaine des Stark. Bois sacré à l'écorce blanche et au visage sculpté dans son tronc, il est doté, selon les Nordiens, de pouvoirs magiques. Permettra-t-il aux Stark de se retrouver un jour ?


Si j'étais un peuple, je serais le peuple libre. Les « Sauvageons » ont choisi de vivre au-delà du Mur pour échapper à la servitude des gens du Sud. Même si certains d'entre eux se montrent cruels et sanguinaires, la plupart des Sauvageons rêve de liberté et lutte pour leur survie quotidienne au coeur de l'Eternel Hiver. Je ne peux parler des Sauvageons sans parler d'Osha et d'Ygrid . Deux personnages secondaires que j'aime beaucoup. Combattantes, fières et indociles, elles apportent, chacune à leur manière, un attrait non négligeable aux épisodes vécus par Bran et Jon.


Si j'étais un mets, je serais une soupe. Cette fameuse soupe amenée par Arya aux prisonniers du Nord, à Harrenhal. Encore un symbole du courage de la petite. Arya est tout simplement incroyable. Elle ne recule devant rien et son comportement fougueux et rebelle font d'elle un personnage très attachant.


Si j'étais un surnom, je serais « petit oiseau ». Sobriquet donné par « le Limier » à Sansa Stark. Sandor Clegane est le garde du corps personnel de Joffrey Lannister. Colosse sans pitié, il n'en reste pas moins émouvant lorsqu'il veille sur Sansa. Au fil de cette intégrale 2, sa carapace de guerrier terrible s'effilochera pour montrer peu à peu un homme à l'âme blessée et non dénué de compassion.


Si j'étais un rêve, j'aimerais être celui de Bran. Parce que j'aime les loups. Tout simplement.


Si j'étais une pensée, je serais celle de Tyrion. Être dans la tête de Tyrion, quel plaisir ! Même dans les moments les plus difficiles, ce petit bout d'homme n'en continue pas moins à faire preuve d'humour ! Ses dialogues houleux avec sa soeur Cersei sont savoureux ! Et j'apprécie particulièrement que l'auteur nous fasse part des pensées intimes de Tyrion dans ces moments là, montrant ainsi toute sa perspicacité et sa lucidité.


Si j'étais une ville, je ne voudrais pas être Qarth. Cité faste, luxueuse et confortable. Après un long difficile périple dans le désert, Daenerys aurait pu considérer Qarth comme un havre de paix. Et pourtant, la Khaleesi ne baissera pas la garde pour autant et elle aura bien raison... Qarth cité merveilleuse mais ô combien retorse !


Si j'étais une cellule, je serais celle de Jaime Lannister. Ce dernier est détestable ; c'est un fait. Pourtant, je ne peux m'empêcher d'admirer son audace et son impertinence face à Catlyn, alors qu'il se trouve enchaîné à Vivesaigues et qu'elle vient le visiter. Elle-même ne peut s'empêcher de penser : «  Y a-t-il jamais eu au monde d'homme plus beau et plus ignoble que celui-ci ? ». J'ai déjà écrit dans le portrait chinois précédent de l'Intégrale 1 que le personnage de Catlyn était sans doute le plus proche de ma personnalité. Là encore, sans trahir ce qu'il se passera par la suite, je peux avouer que cet épisode le confirme.


Si j'étais un accessoire, je serais le gantelet à l'écrevisse de Ramsay Snow, le Bâtard de Roose Bolton, qui d'un revers bien ajusté pulvérise la pommette de Theon Greyjoy. Ce traître l'a bien mérité, non ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          374
Marple
  25 août 2014
Suite de la critique du tome 1.
Ce qui rend cette saga intéressante, c'est que les tomes se suivent mais ne se ressemblent pas, en tout cas pas trop. Dans ce tome 2, point de mise en place ou de présentation des personnages, on est dans le vif du sujet, et le sujet tourne essentiellement autour des jeux de pouvoirs et des stratagèmes géniaux ou machiavéliques pour l'acquérir et le conserver. On passe beaucoup de temps avec Tyrion, aussi brillant qu'il est difforme et laid, aux Eyrié ou à Port-Réal, à réfléchir, à créer et à organiser. Beaucoup de temps aussi, et même un peu trop à mon goût, avec Daenerys, qui, de farouche est en train de virer illuminée...

L'univers est toujours aussi cohérent, avec ses mestres, ses septas et septons, ses bannerets et suzerains, ses eunuques, ses moineaux et sa géographie matérialisée en début d'ouvrage par une carte des 7 royaumes, et les personnages sont bien plus riches et intéressants qu'ils le semblaient au début : Tyrion, évidemment, mais aussi Sansa Stark, la jolie dinde obligée d'ouvrir les yeux sur la réalité du monde et de la cour, la courageuse petite Aria qui fait des travaux d'aiguille particuliers, Jon confronté à l'âpreté du monde et à la camaraderie du Mur, le cruel benêt Joffrey qui se trouve malencontreusement être le roi de Westeros...

Comme déjà écrit pour le tome 1, ce n'est pas de la "grande littérature", mais c'est agréable à lire... et impossible à lâcher ! Ce tome intelligent, astucieux et retors m'a vraiment donné envie de plonger dans le tome 3, ce que j'ai fait aussitôt. Suite donc dans la critique du tome 3.
2/xx dans le challenge Pavés de Gwen21.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          344
pdemweb1
  26 août 2014
Le titre "Trônes de Fer" est peut être moins représentatif que le titre anglais " Game of thrones . car il y a plus d'une couronnes à capter. Pas de chance de trouver un paysan en train de cultiver la terre, il n'y a que des soldats, et des auberges en plus des rois. La société sur l'île de Westeros n'a pas de clergé, ni de tiers états. Donc le livre se consacre aux batailles, pas de considérations sociales ce qui donne beaucoup d'activité dans le roman.
R.R.Martin a imaginé des femmes avec de fortes personnalités et c'est une très bonne idée car elle est originale et donne un grand intérêt au livre.
Malheureusement R.R.Martin traite mal ses personnages : d'un chapitre à l'autre, il n'hésite pas à faire disparaître des personnages qu'ils soient ou qu'ils soient 'odieux , ce qui m'a oppressé, ce qui m'a empêché de relacher mon effort de lecture...
Commenter  J’apprécie          274
Aline1102
  05 avril 2013
Le royaume de Sept couronnes est en émoi. Cinq seigneurs se sont auto-proclamés héritiers légitimes du Trône de Fer et s'affrontent, à coup d'épee ou de plume, selon leurs affinités, afin de vaincre les opposants. Cela n'arrange pas la situation de la population, puisque la guerre qui fait rage détruit les récoltes. La famine commence à s'installer du fait du peu d'importance des réserves engrangées ; or l'hiver vient, les mestres de Villevieille l'ont affirmé, et il s'avère nécessaire de stocker des vivres pour survivre à cette terrible saison.

En plus de la guerre, une autre phénomène inquiète les populations et leurs seigneurs : depuis quelques jours, une étrange comète écarlate est apparue dans le ciel. Chaque peuple l'interprète à sa guise, selon son allégeance, mais beaucoup y voient un mauvais présage...


Difficile de résumer et commenter ce second volume de L'Intégrale du Trône de Fer sans spoiler le premier tome... Afin d'éviter une mauvaise surprise à ceux qui voudraient découvrir la sage de George R.R. Martin, je vais diviser mon commentaire en deux parties bien séparées : la première, très superficielle sera destinée à ceux qui souhaitent lire le Trône de Fer, la seconde pourra être lue par ceux qui ont déjà découvert le Trône de Fer ou qui préfèrent prendre connaissance des différents rebondissements avant de les lire eux-mêmes (si, si, de telles gens existent ! Ma maman, par exemple, qui sait tout ce qu'il se passe dans cette Intégrale 2 sans même avoir lu la première).

Cette seconde Intégrale contient trois tomes de la saga du Trône de Fer (chaque tome étant également publié en volume individuel aux éditions J'ai lu) :

- La Bataille des Rois (tome 3) ;

- L'Ombre maléfique (tome 4) ;

- L'Invincible forteresse (tome 5).

Ce qui est étonnant dans ce volume de l'Intégrale, c'est la capacité de George R.R. Martin à jouer avec les sentiments de ses lecteurs : aucun personnage n'est totalement bon ou mauvais et il est donc impossible de haïr même les plus odieux d'entre eux (sauf peut-être Cersei, celle-là c'est une vraie peste) ou d'admirer inconditionnellement les plus honorables. Car aucun des personnages du Trône de Fer ne reste odieux ou honorable très longtemps...

Malgré cela j'ai remarqué, au cours de ma lecture, que ceux des personnages que l'on peut qualifier de "bons" (parce qu'ils sont considérés comme tels par leurs contemporains) sont aussi ceux sur lesquels le sort semble s'acharner. Les malheureux subissent désastre après désastre et leur situation devient de plus en plus désespérée. Les "méchants", par contre, semblent s'en tirer à bon compte et devenir de plus en plus mauvais sans que cela ne leur attire aucun ennui.

Mon personnage préféré, Tyrion Lannister (dit " le Lutin ") est toujours bien présent. Sa langue est toujours aussi bien pendue et ne lui amène pas que des succès...



Attention, spoilers dans la suite du commentaire !!

Pour illustrer la démarcation entre "bons" et "méchants" dont je parlais ci-dessus, voici deux exemples très frappants.

Dans le camp des "bons", on retrouve tout naturellement les Stark. du moins ce qu'il en reste car la famille qui fût l'une des plus importante des Sept couronnes semble bien partie pour finir décimée et oubliée. Prenons l'exemple d'Arya, la plus jeune des filles d'Eddard et de Catelyn Stark. Arya est parvenue à quitter Port-Réal après avoir assisté à la décapitation de son père mais, depuis, elle parcourt les routes du royaume dans tous les sens sans jamais atteindre la destination souhaitée : d'abord en route pour Winterfell, elle doit ensuite changer ses plans et compte se rendre à Vivesaigues, le fief de son grand-père Tully, où se trouvent sa mère et son frère aîné, Robb. Au terme de cette seconde Intégrale, Arya n'est pas encore parvenue à bon port...

Joffrey Baratheon, par contre, s'en sort à bon compte. Mioche cruel et à moitié fou (son Lutin d'oncle le compare d'ailleurs volontiers à Aerys II Targaryen qui, durant son règne, avait été surnommé le Fol...) Joff fait donc partie du clan des "méchants". Pourtant il n'est jamais puni, si ce n'est par Tyrion. Sa mère, la reine Cersei, lui passe tous ses caprices. Et l'affreux Joffrey peut maltraiter Sansa Stark (qui est toujours otage au Donjon Rouge) tant qu'il veut sans que personne ne réagisse. Drôle de souverain !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Cer45Rt
  09 juillet 2019
C'est toujours avec passion que je suis les conflits qui anime la terre de Westeros. Il faut dire qu'avec tous ces rebondissements, on a pas le temps de s'ennuyer !... Et qu'on a vraiment envie de connaître la réponse à cette grave question : qui va monter sur le Trône de Fer, au final ?... Qui est-ce qui va régner sur Westeros ( ou, du moins, sur le sud de Westeros, parce qu'il est possible que le nord reste indépendant… Sans même parler des Iles de Fer… ) ?... Qui est-ce qui va régenter, ordonner sur notre chère terre que nous aimons tant ?... Qui régnera donc ?...
La question reste insoluble, et les retournements de situation imprévisibles sont garantis !!!
George R.R. Martin a décidément le talent de mettre en scène les diverses passions des hommes, et son oeuvre est comme une tragédie grecque ( à ceci près qu'on y a rajouté une bonne couche de fantasy… ), avec les personnages tourmentés, un certain caractère sanglant et même les histoires de famille particulières…
La série de George R.R. Martin est toujours haletante, passionnante, tellement, tellement humaine.
Cet auteur donne ses lettres de noblesse à la fantasy ; nous avions déjà des épopées homériques ; nous avons maintenant des épopées homériques, avec en prime, la plus profonde des humanités accordées aux personnages ( qui sont, comme je l'ai déjà dit, pas indigne de la tragédie grecque, de Sophocle ou d'Euripide. )
Mon impatience de lire la suite n'a pas disparue, elle ne fait que s'amplifier au fur et à mesure que je lis les différents épisodes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
candlemas
  15 octobre 2016
Tout a sans doute déjà été dit... mais, admirateur de Druon et Tolkien, je ne pouvais pas de ne pas témoigner, comme tant d'autres, mon goût pour ces romans, désormais pour moi aussi un classique de la fantasy. Ses personnages ambigüs, son côté noir qui l'éloigne d'autres romans de fantasy trop ados à mon goût, le choix de raconter alternativement le point de vue d'un personnage, tout contribue à soutenir la lecture de cette longue saga.
Je prendrai partie dans la polémique relative à la traduction de Jean Sola, en estimant qu'elle est excellente, et son style soi-disant archaïsant et moins direct, j'aime... si c'est une adaptation a goût français, elle est pertinente et réussie... un style un peu soutenu ne nuit pas.
Je lirai avec plaisir la suite.
Blog intéressant à ce sujet :
http://thibaultdelavaud.fr/2014/04/28/la-traduction-de-game-of-thrones-est-elle-si-mauvaise/
Commenter  J’apprécie          143
fleya
  29 juillet 2018
Ouf! Je referme ce gros pavé! Non pas que je n'ai pas aimé, au contraire! Des semaines que je vis à Westeros! Que je tremble pour le destin d'Aria, que je maudis Cersei et ses manigances, que je prends le frais au côté de Snow, que je découvre la belle Quarth avec les yeux de Daeneris, que je parcours les bois auprès d'Eté, Broussailles et Bran, que je me creuse les méninges sur les plans du lutin,...
Bref, si je m'écoutais je me lancerai directement dans le troisième intégral! Mais ce serait un risque d'overdose. Je vais laisser passer deux trois lectures pour replonger dans l'univers si foisonnant de Martin!
Avant de lire les romans, j'ai bien évidement vu la série, et ai hâte de découvrir la dernière saison cet hiver! On m'a beaucoup dit, tu verras les livres sont très différents de la série... et bien pour le moment, je ne trouve pas. Il y a certes des informations en plus, l'histoire qui diffèrent légèrement mais la série est pour ma part très fidèle aux romans.
Je ne regrette cependant pas de redécouvrir l'histoire, même si je sais déjà où nous mène les pas des personnages, c'est comme relire le Seigneur des Anneaux une seconde fois, on ne s'en lasse pas!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
etohyuta
  07 février 2016
Dans ce tome deux, nous poursuivons notre voyage dans les 7 couronnes, et même au delà (des mers, du mur).
voici un ouvrage conséquent : 955 pages tout de même, qui nous entraine, toujours dans cette lutte permanente de pouvoir, que nous connaissions déjà dans le premier tome. Sauf que de 1 rois, nous passons à 5, sans compter daenerys, qui a toujours des vues sur la couronne, depuis ses terres lointaines.
on se concentre ici sur les affaires du royaume, et la guerre qui découle de toutes ces couronnes en trop. On parle un peu moins de daenerys et de jon, même si au fil de la lecture il poursuivent eux aussi leur route.
Le fait est qu'ayant eu beaucoup de travail ce mois ci, j'ai lu cet ouvrage beaucoup plus doucement que je ne l'aurai fait d'ordinaire. le fait que les paragraphes concernant daenerys et jon, étant complétement indépendant du reste de l'histoire, il m'arrivait parfois d'oublier quelques détails du paragraphe précédent les concernant et de perdre un peu le fil au paragraphe suivant.
Le nombre de personnage augmente également, il m'est arrivée je l'avoue de me dire "c'est qui celui la déjà" en entendant le nom de ser machin, ser truc, dont on parle un coup par leur prénom, une autre fois en y incluant le nom de famille. Bref, ma lecture a été parfois un peu confuse, d'autant plus que je n'ai pas vu la série.
voici ma critique principale de cet ouvrage.
Il n'en demeure pas mois qu'en fermant le livre je ne pense qu'à ouvrir le suivant .... au suivant donc !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Missnefer13500
  09 juin 2019
Une énième avis après la bataille dirai-je . Qui n'apportera pas grand chose tant tout a été dit je pense sur l'oeuvre de George RR Martin. Mais je m'y colle quand même.
'avoue que pour une fois je le fais à l'envers. Habituellement je lis les romans avant de visionner la série. Mais cette fois-ci je suis sous le charme de cette mythique saga cinématographique qui défraie la chronique et dont le final laisse les fans abasourdis, mécontents. Donc forcement la curiosité l'emporte : quand est-il de l'oeuvre originale ? Les scénaristes dont George Martin RR sont-ils restés fidèles à la saga de base ?
Nombreux sont ceux qui ont abandonnés la lecture de cette titanesque saga dont chaque tome en version intégrale avoisine les 1000 pages. Il faut reconnaître qu'il est plus difficile à suivre sur le papier les aventures de nos protagonistes que dans la série. L'auteur nous perd parfois en route avec tous les membres de ces nombreuses familles : Stark, Lannister, Tyrell, Barathéon, Arryn, Tully, Targaryen... sans parler des personnages de l'ombre tels que les Autres.
Mais l'on se passionne pour les aventures de tous ces personnages qui guerroient au nom de diverses raisons : pouvoir, vengeance, survie de leur maison, protection de leur héritage.
On se prend d'empathie pour certains d'entre eux et pour autant l'auteur parvient à nous déconcerter en faisant évoluer nos sentiments, tant les protagonistes ne sont ni blanc , ni noir, et que le fait que bien doit triompher du mal est loin d'être une évidence, tant tout est si contrasté, tant les motivations des acteurs de l'intrigue peuvent à un moment nous sembler justifiables.
L'auteur brosse le portrait d'individus forts, faibles, monstrueux et touchants tout à la fois. Éprouvant des sentiments, vivants des événements justifiants parfois leurs actes qui en deviennent pardonnables parfois. C'est ainsi que l'on s'émeut devant des rebondissements inattendus et que l'on s'en vient à détester l'auteur pour le sort qu'il réserve à certains de ses héros, que l'on s'en réjouit,aussi, que l'on tremble pour eux.
A l'approche historique s'inspirant de l'époque moyenâgeuse avec ses concepts de chevalerie, de guerre sanglantes, de lutte pour un obtenir un trône, vient se mêler le coté surnaturel, à peine évoqué pour l'instant mais qui intrigue sur l'issue des événements.
Événements qui sont contés suivant plusieurs points de vues, sans pour autant que les personnages prennent la parole, mais qui nous sont partagés à travers leurs yeux et leurs ressentis.
C'est le plus qu'apporte la lecture par rapport à la série, même si parfois les passages au vu de la longueur descriptive sont parfois un peu indigestes, mais qui ont permis aux scénaristes de mettre en scène les détails de grandes batailles ou de grands banquets.
L'auteur nous passionne pour toutes ces intrigues politiques et le sort, parfois, dramatique et inattendu des personnages. On ne sait jamais à quoi s'attendre. Avec George Martin RR rien n'est prévisible. Ce qui déconcerte un peu, tant en notre fort intérieur on ne peut qu'imaginer que la justice triomphera et que happy-end il y aura. Cependant les choix de l'auteur, sont à posteriori, justifiables dans ce contexte historico-fantastique, univers de duplicité, de vengeance, de loyauté et trahison.
C'est donc avec beaucoup appréhension que j'avance à petit pas dans ce monde virtuel dans lequel le talent de l'auteur pour nous attacher de manière improbable à tous les protagonistes et à leur avenir est inconstatable.
L'on note, bien évidemment, des interprétations nuancés dans la série qui cependant s'appuie sur les bases du roman, et je dois avouer sont très cohérentes et bien plus intéressantes pour les intrigues politiques menées par certains personnages de la saga.

Lien : http://missneferlectures.ekl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le Trône de Fer, intégrale 2

Qui est le cadet des enfants Stark?

Sansa
Arya
Bran
Rickon

45 questions
235 lecteurs ont répondu
Thème : Le Trône de Fer, Intégrale 2 : A Clash of Kings de George R.R. MartinCréer un quiz sur ce livre
.. ..