AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2353480276
Éditeur : Le Lézard Noir (19/05/2011)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 24 notes)
Résumé :

Ce roman graphique américain suit Daniel Wells à son arrivée dans une petite ville de la provincejaponaise au poste d’assistant scolaire. Ce journal d’une solitude semi-autobiographique suit les difficiles tentatives du jeune homme pour s’intégrer à une société étrange et étrangère. Lars Martinson propose une sorte de Stupeur et Tremblement ou de Lost in Translation subtil et feutré, o&... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
jovidalens
  23 octobre 2013
Plombant !
Roman graphique, sur fond vert très, très pale et très, très grisâtre.
Quatre fenêtres par page, avec la bonne idée de ne pas les avoir entourées, enfermées dans un pourtour noir. Pas de lumière, sauf, rarement celle d'un ciel étoilé, comme les arêtes d'un morceau de graphite qui capte une étincelle. C'est étouffant, statique, cloisonné.
L'auteur utilise uniquement (ou presque) de courtes lignes parallèles, en horizontal, vertical et quadrillage. Stupéfiant florilège de ces petites lignes droites. Travail précis qui représente la ville avec exactitude. Véritable maîtrise du trait, et de la mise en page !
Plombant !
L'anti-héros de cette histoire. Il s'agirait d'un jeune homme agé d'un quart de siècle, mais "il ne les fait pas" ses vingt-cinq printemps. A le voir, quasiment tout le temps, la tête baissée, le regard fixé sur ses souliers, le geste étriqué, on le sent usé par la vie, au seuil de maladies dégénératives, signes avant-coureur du grand âge.
Plombante...sa personnalité !
Mais quelle idée lui a pris d'accepter un poste de professeur assistant d'anglais dans un collège au fin fond du Japon ! Il est timide, complètement introverti, sans curiosité, démuni loin de ses repères. Il se dit lui-même toujours fatigué, et il passe son temps libre (et il en a beaucoup du temps libre) entre regarder la télévision et dormir. Quand il se trouve dans un pays aussi surprenant...
C'est certain, il n'a jamais su communiquer avec quiconque, mais alors, pourquoi avoir accepter un poste dans un pays aussi désorientant ?
En réalisant ce roman graphique, Lars Martinson avait pour objectif de démontrer combien il est difficile de s'adapter à un pays dont on ne maîtrise ni la langue, ni les coutumes, comment le déracinement devient anxiogène et annhilant. Objectif atteint, lorsque le lecteur est confronté aux idéogrammes japonnais, aux contextes quotidiens pour lesquels aucun éclaircissement n'est apporté. Mais comment adhérer à la déconvenue, à l'errance de cet ectoplasme, qui n'a même pas pris la peine, avant d'arriver, d'apprendre quelques phrases de survie ? Quand, l'ampoule de sa salle debain grille, il n'a même pas la force d'aller en chercher une autre ? Il ne se trouve tout de même pas sur une île déserte !
Ne s'intéressant à rien, il n'intéresse personne. Et, comment ne pas comprendre que chacun le fuit ?
Mais que la réalisation de cette BD est belle et surprenante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Little_Daisy
  05 juin 2014
Vous rêvez de partir vivre au Japon ?
Cependant, entre le rêve & la réalité il y a parfois un fossé …
Tonoharu est une bd publiée en 2011 aux éditions le Lézard Noir. Cet ouvrage est fortement inspiré de la vie de Lars Martinson, l'auteur qui a lui-même vécu au Japon comme assistant d'anglais. Pour en savoir plus sur l'auteur rien ne vaut son blog !
Synopsis
Ce roman graphique américain suit Daniel Wells à son arrivée dans une petite ville de la province japonaise au poste d'assistant scolaire. Ce journal d'une solitude semi-autobiographique suit les difficiles tentatives du jeune homme pour s'intégrer à une société étrange et étrangère. Lars Martinson propose une sorte de Stupeur et Tremblement ou de Lost in Translation subtil et feutré, où le Japon se dévoile dans un trait dur et dans le silence d'une province grise et monolithique. La rigidité feinte du dessin, qui révèle l'influence de Chris Ware et de Seth, résonne avec l'immobilisme de la vie du personnage, empruntant parfois au registre des gravures qui ont fait les grands récits de voyages européens.
Un avis d'ancienne fille au pair à l'étranger
Voilà, je ne suis pas partie au Japon mais, en Irlande. Je trouve cependant que le propos de Lars Martinson dans Tonoharu est très vrai. Quand on part vivre à l'étranger, il y a toujours un moment où le mal du pays nous guette. L'utilisation de notre langue maternelle est ressentie comme un besoin face à notre de facilité à communiquer dans notre langage "d'emprunt", la langue du pays d'accueil.
Les problèmes de langage
Les problèmes de langage
Ensuite, l'intégration n'est pas toujours chose facile ! Se faire des amis, s'habituer aux us & coutumes locales … c'est-à-dire changer, oui mais encore faut-il pouvoir et accepter !
Bref, à travers des tranches de vie de Wells, des moments banals, l'auteur pose avec brio les soucis du quotidien des expats'.
En noir & blanc, avec un style épuré, cette bd est plus que sympathique et je la conseille à tous les gens qui veulent partir vivre ailleurs en pensant qu'ailleurs c'est toujours mieux. Je la conseille aussi à tous ceux qui sont loin, à tous ceux qui aiment voyager … en fait à tout le monde !
Envie de plus ?
Vous en voulez plus sur les voyages aux Japon ?
Je vous recommande vivement le très bon ouvrage de Florent Chavouet, Manabé Shima qui raconte son voyage par des illustrations magnifiques & des commentaires très drôles. Sûrement plus amusant et plus grand public que Tonoharu, ce livre fera un cadeau parfait ! Entre humour et graphismes soignés, Manabé Shima est un livre génial qui m'a transporté dans le sac à dos de F. Chavouet.
Lien : http://chickon.fr/2014/04/24..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
yvantilleuil
  06 novembre 2011
Ce diptyque paru aux éditions le Lézard Noir est un roman graphique semi-autobiographique inspiré de l'expérience de Lars Martinson, lorsqu'il fut professeur d'anglais au japon pendant trois ans.
Le récit invite à suivre le quotidien de Daniel Wells, un expatrié américain qui se retrouve assistant scolaire au Japon, dans une école située dans un petit bled de province nommé Tônoharu. Si le mur érigé par les différences culturelles et la barrière linguistique semble plus difficile à franchir que prévu, l'attitude attentiste de ce jeune homme de vingt-cinq ans n'est pas non plus étrangère à ses problèmes d'intégration. Ses contacts plutôt pathétiques avec les locaux se limitent à quelques collègues de travail et même ses échanges avec les autres expatriés sont finalement d'une maladresse rare. Au fil des errances de ce spectateur passif, perdu au sein d'une culture assez étanche à l'ouverture vers autrui, le lecteur finit d'ailleurs par comprendre que Daniel a du mal à s'intégrer dans la société, peu importe l'endroit. L'histoire de cet homme qui se cherche est donc renforcée par un exil qui rend tout contact social encore plus difficile et accentue encore un peu plus son isolement. À la limite, il se sert même inconsciemment de cette immersion dans la société japonaise comme d'une excuse à sa condition, mettant ainsi son incapacité à s'intégrer sur le dos de la différence.
C'est avec une grande justesse de ton que Lars Martinson relate ce plongeon vers l'inconnu, offrant ainsi un regard différent sur le pays du soleil le levant : le regard d'un américain confronté au vide de sa propre existence.
Dans un style qui fait penser au travail de Seth, Lars Martinson parvient à accentuer l'immobilisme de son personnage. Usant d'un format gaufrier de quatre cases par page, d'un cadrage très statique et de décors immobiles répétitifs, il impose un rythme lent qui fait écho au quotidien monotone du personnage principal. le dessin monochrome aux tons verdâtres tristes renforce l'atmosphère pesante du récit et la solitude déprimante de cet étranger.
Et, contrairement à ce personnage qui hésite à prolonger son séjour d'un an en terre nippone, le lecteur est tout de suite partant pour un deuxième tome.
Retrouvez ce comics dans le TOP 2011 de mon blog !
Lien : http://brusselsboy.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LiliLee
  30 juin 2016
Une BD qui raconte l'exil d'un Américain au Japon, loin de l'image attractive, moderne et déjantée que l'on peut avoir de ce pays. On suit les pas d'un jeune homme, Dan, qui part comme assistant d'anglais dans un bled un peu paumé et où il ne se passe pas grand chose. On se rend compte ainsi de la difficulté à se retrouver dans un pays aux coutumes si éloignées de celle de l'Occident, où la difficulté de la langue est une barrière efficace contre les liens sociaux et où la solitude semble encore plus tenace lorsqu'on est loin des siens.
Malgré tout, on s'attache au personnage qui essaie de mettre à profit cette année passée dans un pays si différent du sien. On s'imagine que les premiers temps à l'étranger ressemblent beaucoup à ça pour de nombreux expatriés quelle que soit la destination choisie et cela nous donne aussi un autre regard sur le Japon, à l'opposé des sushis et du courant zen que l'on imagine.
J'ai aimé mais ça ne met pas vraiment en joie!
Commenter  J’apprécie          00
Fromtheavenue
  23 novembre 2012
Voici un roman graphique que j'ai lu d'une traite. Un récit semi autobiographique qui va à l'encontre des idées reçues sur la culture japonaise et les Japonais.
C'est l'histoire de Daniel Wells, un américain de 25 ans, débarquant au Japon comme assistant professeur d'anglais dans une petite ville de province Tonoharu. de nature timide, il a du mal à communiquer et aller à la rencontre des autres. Les seuls expatriés, comme lui, semblent s'intégrer, contrairement à lui. Il fera néanmoins quelques rencontres qui ne lui permettront pas forcément de s'ouvrir aux autres. J'ai parfois eu envie d'aller secouer Daniel pour qu'il se bouge !!!
Comme le souligne Lars Martison dans la préface, il a choisi de ne pas traduire les dialogues en japonais, mettant ainsi le lecteur dans la même position que ses personnages étrangers. C'est effectivement très bien vu!
Ce volume de 269 pages réunit 2 volumes initialement parus aux États-Unis en 2008 et 2010. Deux autres tomes sont prévus.
Lien : http://fromtheavenue.blogspo..
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
BDSelection   16 juin 2011
Loin de l'image pop et frénétique qui illustre souvent le japon, ce récit semi-autobiographique nous livre ici une vision plus inattendue de ce pays.
Lire la critique sur le site : BDSelection
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
miladomilado   24 juin 2016
- La vie au Japon a l'air très dure pour toi !
- Ouais... Mais c'est marrant... D'une certaine manière, c'est moins stressant. Aux Etats-Unis je ne me sens pas à ma place non plus, mais là-bas je n'ai aucune excuse, tu vois ? Comme au Japon tout le monde s'attend à ce que je sois bizarre et inapte, ça enlève toute la pression.
- HA HA HA
Commenter  J’apprécie          80
jovidalensjovidalens   22 octobre 2013
Dès fois j'ai l'impression de n'être là que depuis quelques semaines. A d'autres moments, j'ai l'impression que ça fait des années. Je n'imaginais pas que le passage du temps puisse être si nuancé avant de vivre ici.
Mais j'en suis venu à mettre en cause beaucoup d'autres choses que je tenais pour acquises.
Commenter  J’apprécie          10
jovidalensjovidalens   22 octobre 2013
L'avantage des collégiens, c'est qu'ils ne te tripotent pas tout le temps. Tu devrais voir ça à l'école primaire !
C'est comme s'il y avait un gros néon au dessus de mes seins "attrapez-moi" !
Commenter  J’apprécie          20
Video de Lars Martinson (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lars Martinson
Chronique BD de Pénélope Bagieu : Tonoharu de Lars Martinson.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les romans graphiques incontournables

Quel héros de bande dessinée commence ses aventures par une ballade en mer salée?

Tintin
Corto Maltese
Mortimer
Peter Pan

7 questions
70 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman graphiqueCréer un quiz sur ce livre