AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782841565542
240 pages
Éditeur : Editions du Rouergue (03/09/2004)
4.71/5   7 notes
Résumé :
Les douze nouvelles de ce recueil, d'une beauté sourde et pénétrante comme le charbon qui s'insinue sous la peau, constituent l'œuvre entière de Breece D'J Pancake, ce jeune auteur qui, à 26 ans, choisit de s'enfoncer le canon d'un fusil dans la bouche et de s'ôter la vie. Elles sont, dans le paysage littéraire américain, l'un des modèles de la forme brève. L'auteur y fait le récit souvent mélancolique, parfois gouailleur, d'une histoire singulière, celle de la Virg... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
blandine5674
  02 décembre 2021
Ce livre pour moi détient un record : celui de l'attente la plus longue. Il y a sept ans j'ai vu passer la critique de Bookycooky et depuis je n'ai cessé de le chercher à un prix raisonnable. Mais qu'attendent les éditeurs pour le rééditer ?
12 nouvelles avec une écriture qui se rapproche de Raymond Carver. Des gens simples, pauvres, ouvriers qui ont toujours l'espoir d'un ailleurs. Partir, où aller, revenir, vie d'ennuis où les seules distractions sont la chasse, l'alcool et le sexe. le rien peut-il se remplir ? L'espoir est pourtant présent dans ces petits riens qui ont, parfois, donné de la joie. Il y a l'humain mais aussi la nature avec les Appalaches en toile de fond et le rapport homme-animaux. Ma préférée est 'Au fond'. On y trouve Buddy, mineur qui espère offrir une vie meilleure à sa compagne qui s'enfuira, lassée d'attendre. Ne reste que l'assiette dans l'évier. Qu'arrivera-t-il au bois sec ? est forte avec Ottie qui revient chez lui et voit Bus dans un fauteuil roulant qui les ramènent à l'accident. Et il y a celle... Bref, elles sont toutes bonnes. Seul et unique publication de cet auteur qui s'est suicidé à 26 ans. Quelle perte pour nous lecteurs !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          284
Ambages
  30 décembre 2017
« Chicago, Chicago, that toddlin' town... » Vous connaissez, Sinatra... Un gamin en rêvait de cette ville. Mais c'est loin de la Virginie-Occidentale. Difficile de quitter son territoire. Mais il y croit.
« Quand j'ai demandé à Mr Dent, le prof de gym, si le carré de sa cornemuse était égal à la somme des carrés des deux nénés de sa nana, il m'a mis la tête au carré dans les vestiaires et je me suis juré de ne plus jamais toucher à mon oiseau. En plus, Chicago valait amplement Mrs Dent et il y avait tellement de Mrs Dent à Chicago que j'avais largement de quoi me faire violer pendant un million d'années. »
Un recueil de nouvelles merveilleuses. Une écriture qui plonge dans les souffrances de vies tristes, abandonnées et dès que Breece D'J Pancake parle de la nature, des feuilles des animaux, alors une poésie se fait jour. Un auteur écorché vif. Les nouvelles accrochent immédiatement par la plume qui déploie une ambiance froide, qui me plongeait dans la tête des personnages, par leur paroles ou leurs pensées, qui me faisait comprendre par touches fines ce qui n'est pas dit, pas écrit, et qui me surprenait dans les chutes, faisant monter une inquiétude, une angoisse et un twist qui chagrine. On craint et finalement on se rend compte que ...c'est bien pire. Ces vies dures et tristes marquent. Comme si rien ne pouvait y faire, impossible de sortir des marécages gluants où vous êtes nés, ça vous colle à la peau. Il évoque les mineurs, la jeunesse et ses liens avec la famille, les souvenirs, l'amour, la solitude, et tellement d'autres thèmes de manière fine et délicate. Ma préférée est sans doute Une chambre à vie, une histoire de marin, parce que ça a été le choc de la rencontre avec cet auteur. Les autres se déroulent dans le noir ou à la campagne, humide ou sèche, voire sous la neige, mais c'est jamais vraiment la bonne température pour y être heureux.
Son seul et unique recueil qu'il nous laisse comme un brûlot qui vogue prêt à vous exploser les sens, à vous sauter à l'âme dès la première ligne. Je n'arrive pas à croire que ces textes ne soient pas accessibles, il faut absolument rééditer ces douze nouvelles. Pourquoi laisser tomber dans l'oubli une telle merveille ? Je lance un appel aux Éditions le Rouergue, s'il vous plait :)
En attendant la prochaine parution - j'y crois ! - je remercie infiniment Bookycooky pour cette découverte, petite pépite ....voyageuse
« La véranda qui court à l'arrière est traversée par une brise légère et il la laisse se glisser entre les boutons de sa chemise, s'assied sur la balancelle et écoute les premières feuilles mortes des érables argentés qui bavardent de l'autre côté du chemin à la terre bien tassée. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          298
Bookycooky
  01 novembre 2014
Ce livre trainait dans ma bibliothèque depuis quelques années ,attendant d'être lu.Je ne me souviens même plus sur quelle référence l'ai-je acheté.Récemment lisant un entretien avec John Burnside ,j'apprend qu'il voudrait le faire découvrir aux lecteurs comme la perle méconnue(il y réfère comme récemment traduit ce qui n'est pas exacte,la traduction datant de dix ans).Donc m'y voici plongée de suite.Burnside a raison,ces douze nouvelles publiées à titre posthume en 1983 sont magnifiques.Malheureusement c'est la totalité de ses écrits,l'auteur s'étant suicidé à l'âge de vingt-six ans.Toutes se passent en Virginie occidentale,au pied des Appalaches.Entre la nature(des descriptions grandioses) et les animaux omniprésents,les personnages très divers,fermier,mécanicien,boxeur,mineur,batelier...traînent leur mal de vivre.Des les premières nouvelles "une chambre à vie" et "tribolites"la magie de la prose nous enveloppe.Les descriptions de paysage rappellent les films de Tarkovski,tellement c'est beau.Mon préféré (bien que difficile de le dire je les ai toutes aimées)est "mon salut a moi",l'histoire d'un ado mécanicien,vivant à Rock Camp ,un trou perdu,qui fantasme sur la vie de son pote parti à Chicago,un bijou d'humour!Pancake est salué par Kurt Vonnegut en ces mots(qui se trouvent sur la chemise du livre)"Breece D'J Pancake est simplement le meilleur et le plus sincère écrivain que j'aie jamais lu.Je soupçonne que ça faisait trop mal et que ce n'était pas drôle du tout d'être aussi bon.Mais cela,ni vous ni moi ne le saurons jamais".
Que dire de plus,lisez-le et jugez en de vous-même!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2111
SBys
  03 mai 2017
On tombe rarement sur Qu'arrivera-t-il au bois sec ? par hasard. Livre épuisé depuis belle lurette, et en plus, difficile à trouver, tellement qu'il faut faire des pieds et des mains pour en trouver un exemplaire. Alors il a nécessairement quelqu'un qui nous en a parlé. Dans mon cas, j'ai entendu ce nom lors de la rediffusion d'une émission de radio, qui devait dater de la fin des années 1970, où on demandait à Tom Waits ses influences littéraires. Après avoir nommé Raymond Carver ou Charles Bukowski, le chanteur à la voix rauque sort de son chapeau cet auteur inconnu Breece D'J Pancake.
Dans ce recueil, on retrouve 16 nouvelles remarquables, purement intenses et intensément sincères. Un enchainement de personnages, généralement jeunes, qui font une entrée difficile dans la vie adulte. Une question se dessine dans presque chacune de ces nouvelles : comment faire pour se tirer de ce bled perdu ? Presque à chaque fois, le personnage de ces nouvelles cherche un moyen pour prendre la fuite afin d'éviter de terminer comme tout le monde, passer sa vie dans ce patelin. Parce que rester dans ce patelin, ça veut dire retrouver, jour après jour, les mêmes emmerdes, qui seront partagées avec le même monde : du réchauffer qui devient vite insupportable. On aura compris, très peu des personnages y arriveront.
Une fois que ces camionneur, mécanicien, mineur et j'en passe, comprennent que la fuite sera impossible, et qu'ils devront faire avec ça, cette réalité; on perçoit ceux-là se forger progressivement une carapace, pour se protéger. En d'autres termes, on observe le moment où le cuir de la peau se durcit, et cette opération, ne se fait pas tendrement.
C'est cela qui m'a touché dans les 16 nouvelles de Pancake, cette dureté, à l'os, et ce n'est presque pas une métaphore, comme si on voyait un chien dévorer les os de notre lapin qu'on a aimé. Ça fait mal, et on se dit que pour parvenir à une transcription aussi juste et sincère, Breece Pancake n'a certainement pas eu la vie facile. On est triste aussi par le fait qu'il n'ait que ces 16 nouvelles, rien de plus. C'est dommage. On aurait bien aimé qu'il ait pu trouver le moyen de s'échapper, pour nous écrire quelques nouvelles de plus, ou tout simplement pour faire autre chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
blandine5674blandine5674   02 décembre 2021
- Ça doit t’aider à oublier, j’imagine.
- Oui, monsieur. Il y a tout un tas de coups que j’ai reçus de vous dont je ne me souviens pas.
Commenter  J’apprécie          60
blandine5674blandine5674   29 novembre 2021
En cette journée de printemps qu’il avait passée avec Sheila, ils avaient attrapé une perche vert et or et l’avaient regardée se balancer toute arrosée de lumière.
Sheila avait dit :
- Ce qu’il y a de plus joli, c’est le ventre, je trouve.
Ottie l’avait attrapée en riant.
- Toutes ces couleurs et tu choisis le blanc ?
Commenter  J’apprécie          100
blandine5674blandine5674   29 novembre 2021
- Tout le monde veut faire des études pour devenir quelqu’un. Eh bien, quand tout le monde va dans un sens, c’est que c’est le moment de faire demi-tour et de repartir dans l’autre sens, tu vois ?
Commenter  J’apprécie          23
AmbagesAmbages   25 décembre 2017
La pluie tombe goutte à goutte et, tandis qu'elle s'infiltre dans le sol pour le rafraîchir, un brouillard se lève. Le brouillard s'enroule sur lui-même, peuplant les branches et les ravines de petits fantômes. Le soleil essaie de percer cette brume, mais il est réduit à n'être qu'une tache marron terne dans le ciel rosé. Partout où il y a du brouillard, la lumière a des reflets dorés et orangés.
Commenter  J’apprécie          254
AmbagesAmbages   28 décembre 2017
Une par une, il ramasse les feuilles mortes les plus proches, les ramène à lui en même temps que ces années vécues dans la précipitation. En touchant les bords froissés d'une feuille roussie, il voit, dans le couchant, des couleurs qui viennent encore éclabousser sa surface.
Commenter  J’apprécie          210

autres livres classés : nature writingVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Nature writing

Quel philosophe est considéré comme le fondateur du Nature writing?

Ralph Waldo Emerson
Henry David Thoreau
Benjamin Franklin

10 questions
82 lecteurs ont répondu
Thèmes : nature writing , écologie , littératureCréer un quiz sur ce livre