AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Paul Caracalla (Directeur de publication)
EAN : 9782207253755
249 pages
Éditeur : Denoël (13/06/2002)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :

Réédition en partenariat avec France Inter. Personnage hors norme de la chanson française, Boby Lapointe, le "bourreau des mots", n'a connu la gloire qu'après sa mort en 1972. Il n'a cessé, depuis, de gagner de nouveaux publics. Beaucoup de ses admirateurs ignorent sans doute certains aspects de sa vie : son goût pour les mathématiques, par exemple (loin d'être un canular, le système bibibinaire qu'il mit au po... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
koalas
  15 février 2015
"J'ai aimé ce que j'ai compris !...J'ai compris ce que j'ai aimé !...J'ai rien compris, j'ai tout aimé !..."
Propos des ravissantes minettes dénudées dessinées par Wolinski qui illustrent l'intérieur de l'album de Boby Lapointe ": comprends qui peut"
Ou comprend qui veut!
Lapointophile dans l'âme depuis belle lurette. Boby Lapointe fait partie de mes chanteurs préférés que je passe en boucle dans l'autoradio de ma grosse caisse. le poète au phrasé percutant et à la fleur contendante met du baume au coeur et au moteur. Les petits, ça les met en joie et les grands ça les rend tout rouges ! Même la voiture pétarade de joie.
Voilà qu'un jour, je tombe sur la biographie de Boby Lapointe de Jacques Perciot. Mon sang ne fait qu'un tour de manivelle. J'y découvre un grand poète dans la vie et sur scène. Je ne me retiens pas de vous tartiner à ma manière de savoureux et vigoureux extraits :
- Moi, le philosophe et l'esthète : Nous étions trois, j'commence par moi, moi qu'on traite de poèt' car je fais des vers...
Originaire de Pézenas, née d'une famille bourgeoise joyeuse. Boby Lapointe va s'émanciper de son milieu pour vivre la bohème rive gauche et côtoyer aussi bien le gratin que les laissés pour compte.
Doué en maths, un lointain lien de parenté avec le génial Pascal, il s'oriente un temps vers des études scientifiques et invente un système "bibinaire". Pourtant c'est vers les vers qu'il jongle avec dextérité qu'il va jeter son dévolu :
- avec un brin de fantaisie, youpi, youpi !
Le vin gai et débonnaire, il aime les femmes, se déguiser, faire la fête, balancer des calembours et des jeux de mots :
- Madame Mado m'a dit ne venez pas mardi car il y a mon mari qui revient mercredi...
Auteur-compositeur-interprète, il invente une façon de chanter, de faire danser les mots, qui est tout à fait personnelle et que personne ne pourra jamais imiter ailleurs :
- Pour faire un tube de toilette-en chantant sur un air bête-avec des jeux de mots laids-il faut pondre des couplets...
Il fait swinguer les onomatopées :
- Extrait de Méli-mélodie : oui, mon doux minet, le mini, oui la mini est la manie est la manie de Mélanie...
le soir, au Cheval d'or, aux Trois Baudets, à l'Alhambra, au Port-du salut il chante l'air pressé l'oeil furieux et rigolard devant un public bourgeois qu'il faut dérider. Il a le gout de l'absurde. Il commence par son fameux sketch le Tripier :
j'aime mieux tout vous dire...on m'a mis là comme bouche trou...et...je ne suis pas bouche-trou...je suis tripier...bouche trou c'est pas mon métier !
Sur scène, le personnage est gigotant, marrant, farfelu. Au goût de certain un peu trop original. Faut dire qu'il est imprévisible dans la vie et sur la scène. Il aime se déguiser et se dévêtir. Un soir à moitié nu habillé d'un slip kangourou et chaussé de charentaises, il montre au public éberlué où se situe sur sa personne la Vénus de Milo et le lion de Belfort ...Rire assuré. La gloire, il l'approchera. Il chantera à l'Olympia, en première partie d'Aznavour et de Johnny Hallyday, un bide rauque 'n 'roll auprès des yéyé. Mais c'est avec ses ami Georges Brassens et Pierre Perret qu'il fera les meilleurs tournées...de rire. Boby a un grand coeur, ce qu'il aime le plus c'est faire faire danser les vieilles dames et faire rire les gosses avec ses chansons :
- Si l'on ne voit pas pleurer les poissons qui sont dans l'eau profonde, c'est que jamais quand il sont polissons leur maman ne les gronde...
A la radio et à la télévision, on le boycotte par peur de choquer un auditoire grand public. Boby Lapointe se qualifiera lui-même de chanteur radiopassif. Jacques Perciot et Philippe Gildas qui travaillaient à Radio Luxembourg le passait à l'antenne malgré l'avis de leur patron.
Boby Lapointe se fera connaître outre-manche comme chanteur sous-titré dans le film de François Truffaut "Tirez sur le pianiste" adapté du roman de David Goodis. Un petit rôle à coté de Charles Aznavour, Marie Dubois, Nicole Berger, Michele mercier. Il chantera plusieurs de ses chansons dont "Framboise" Refrain : Quelle avanie! Avanie et Framboise sont les mamelles du destin et "Marcelle" Extrait : elle a l'oeil vif, la fesse fraîche et le sein arrogant ! Il va traîner longtemps cette casserole de "chanteur sous-titré", de chanteur qui n'articule pas et qui manque de portée vocale comme son poteau Jean Yanne.
Et il a du bobo Boby. Il est mort en 1972 à cinquante ans.
Sentimental bourreau aïe aïe aïe!...
Et vlan passe moi l'éponge.
Voila quelques extraits de cette détonante biographie de Jacques Perciot qui rend un bien bel homme-mage au poète qui était en avance sur son temps et son tempo. Indispensable pour les lapointophiles et les zamoureux des mots;
Boby Lapointe à écouter sans modération à tout' 'heure !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          296

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
koalaskoalas   15 février 2015
Je suis venu à la chanson parce que je suis poète par nature et que j'adore donner des claques par tempérament. Alors, la chanson, ça a permis de réunir la poésie et les claques. On peut donner des claques avec des mots, des claques avec la musique...On donne des claques musicales, des claques verbales...Toutes sortes de claques!"
Commenter  J’apprécie          170
koalaskoalas   16 février 2015
Le lundi je mendie
Le mardi je mendie
Et l'mercredi, et le jeudi
Le vendredi , le samedi
Mais quand qu'c'est qu'c'est dimanche
J'paye un croissant au chien
Le chien lui il s'en fout...
ça ou du pain...
Mais le bourgeois qui passe
Sur le trottoir d'en face
ça le fout en pétard
C'est rigolard
Et j'en jouis
Toute la nuit
Jusqu'au lundi !

Et le lundi je mendie...bof...

(Revanche)



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Video de Jacques Perciot (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Perciot
La java sans modération.
autres livres classés : motsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1047 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre