AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2738129196
Éditeur : Odile Jacob (26/09/2013)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
La nature a-t-elle un prix ? Comment valoriser le capital qu'elle représente pour construire un autre rapport de l'homme à son environnement ? Peut-on rendre compatibles l'impératif écologique et la prospérité de l'économie ? Ce livre rompt avec la pensée économique traditionnelle, qui considère la nature comme un stock limité de ressources, dont l'épuisement menace la croissance. A cette vision fondée sur la rareté, Christian De Perthuis et Pierre-André Jouvet oppo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
wellibus2
  04 novembre 2015
Depuis au moins le XIXe siècle, les économistes qui craignent une raréfaction des ressources naturelles (Robert T. Malthus, David Ricardo, Dennis Meadows…) s'opposent à ceux qui considèrent que le progrès technique permet toujours d'en trouver de nouvelles (Robert Solow, par exemple). Les auteurs renvoient dos à dos ces théoriciens en considérant qu'à l'heure du réchauffement climatique et de la perte de biodiversité, ce n'est plus tant des ressources dont il faut s'inquiéter que de la préservation des systèmes de régulation du capital naturel.
Au-delà de ce constat, ils passent en revue les différentes solutions prônées par deux traditions de pensées : celle qui fait confiance au marché pour verdir l'économie par une intégration des externalités négatives dans les prix, et celle qui fonde son espoir dans une planification revisitée.
En bons économistes, les deux auteurs montrent que la théorie économique n'a pas dit son dernier mot pour inspirer, sinon identifier, des catalyseurs à même d'assurer une véritable transition écologique en France et en Europe. Tarification du carbone, économie circulaire, etc., les économistes ont leur mot à dire dans ce débat.
Reste le risque de perdre en compétitivité face aux pays émergents ou de ne répondre qu'à des préoccupations de bobos ? Des idées reçues que cet ouvrage contribue à tordre.
http://www.alternatives-economiques.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
wellibus2wellibus2   04 novembre 2015
La décroissance verte est-elle pour autant le bon antidote ?
La critique de l'optimisme technologique par ses partisans risque fort d'aboutir à une diminution des efforts de recherche et développement. Or le passage à l'économie verte réclame une démultiplication des innovations qui ne tomberont pas du ciel mais exigent un renforcement des investissements en matière de recherche et développement.
Ceci s'applique à l'industrie et aux services, mais également aux activités agricoles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
wellibus2wellibus2   04 novembre 2015
La décroissance verte est-elle pour autant le bon antidote ?
La critique de l'optimisme technologique par ses partisans risque fort d'aboutir à une diminution des efforts de recherche et développement. Or le passage à l'économie verte réclame une démultiplication des innovations qui ne tomberont pas du ciel mais exigent un renforcement des investissements en matière de recherche et développement.
Ceci s'applique à l'industrie et aux services, mais également aux activités agricoles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ay_guadalquiviray_guadalquivir   03 février 2015
Dans la fameuse correspondance entre Voltaire et Rousseau au lendemain du tremblement de terre de Lisbonne en 1755, le second exprime bien la vision dominante de son temps en affirmant que seule la nature est responsable de telles catastrophes face auxquelles l'ingéniosité des hommes reste impuissante. Il faut attendre le XIXe siècle pour que l'idée de progrès s'impose dans la représentation collective avec le positivisme et la naissance de l'économie politique. (P15)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ay_guadalquiviray_guadalquivir   24 février 2015
L'opinion publique ne se soucie guère de la façon dont on calcule le PIB. En revanche, elle sait fort bien que sa croissance est directement corrélée à deux de ses préoccupations principales : l'emploi et le pouvoir d'achat. (P68)
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Christian de Perthuis (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian de Perthuis
À l’occasion de la parution du supplément Revue Banque de décembre 2014, publié en partenariat avec l’AMAFI, Revue Banque organiser le 13e Forum des auteurs sur le thème : Matières premières : le fonctionnement des marchés en question.
autres livres classés : climatVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
47 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre