AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Anthologie de la poésie française (22)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
tamara29
  14 novembre 2015
Il est plus de 6h et je n'arrive toujours pas à dormir. Une tasse de café froid traîne à côté de 'l'anthologie de la poésie française' de Pompidou qui me suit depuis des années. Ou plus exactement je suis ces poètes si passionnés, si vivants, depuis si longtemps, depuis mon adolescence... Mais cette nuit, ils n'arrivent pas à me parler comme d'habitude.
Mon corps et mes pensées réagissent aux dernières nouvelles. Envie de vomir, de pleurer, de frissonner. Et mes utopies s'effritent, celles sur le bien vivre ensemble, le respect de l'autre... face à ces horreurs, à la vacuité de la vie.
Pourtant la vacuité, cette image de vide qu'elle renvoie, me paraîtraient plus douces que tout ce sang versé, cette haine et cette violence qui me donnent des haut-le-coeur.
Si je n'étais plus là, cela ne ferait rien. Je ne suis qu'une petite fourmi lambda dans un monde qui convulse, qui implose. Qu'une fourmi lambda qui n'a rien créé, ni d'oeuvre signifiante, ni travaillé pour l'Institut Pasteur ni donné assez de son temps à une association caritative. Je ne suis qu'une petite fourmi qui, dans un 'plops' pourrait, comme une bulle de savon, ne plus être sans que cela ne se remarque, ne change quoi que ce soit à la marche du monde ; sans que la Terre continue de tourner comme elle tourne mal.
Je n'arrive pas à dormir. Cauchemar éveillé. Besoin de chaleur, de contacts, de sourires d'amis, de mots apaisants pour me prouver qu'il n'y a pas que du froid et des morts. J'ai écrit à mes amis parisiens pour être rassurée...
Vers 4h, j'ai ouvert l'Anthologie de Pompidou pour y (re)trouver des poèmes, des mots magiques qui effaceraient les images que j'ai encore sous les yeux, qui feraient oublier ces pensées ressassées, incessantes. Je tourne les pages, pressée, oppressée, suffocante, manquant d'air. Je cherche encore à me sauver. Pourquoi ? Ridicule. Les larmes finissent bien par couler. J'ai froid, j'ai mal. Même ces rimes qui d'habitude me réchauffent le coeur, cette nuit, ne suffisent pas et me paraissent presque dérisoires. A côté, toujours, si proches, à peine quelques rimes plus loin, ou même en filigrane, il y a le désespoir, la déchirure, la souffrance de l'être délaissé, esseulé. Il y a toujours le mot fin. Qui parfois peut même sembler salutaire. Mieux que ces nuits blanches et tous ces cris, et toutes ces larmes. le noir qui s'impose, qui prévaut à tout, sur tout. Qui remporte à la fin.

Peut-être que dans quelques jours, je me dirai qu'il faut que je passe à des romans à l'eau de rose pour avoir une vision plus opaque et naïve du monde.
Peut-être plus sûrement, le coeur moins à vif, je retournerai vers ces poètes (Hugo, Rimbaud, Baudelaire, Eluard et tous les autres...) qui me sauvent bien souvent. Et si des larmes seront versées, ce sera peut-être pour la beauté des mots, pour la beauté du coeur. Pour mon utopie retrouvée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          542
ThierryCABOT
  14 janvier 2013
Je recommande vivement la lecture de cette merveilleuse anthologie.
Il est agréable de constater qu'un homme politique ayant assumé les plus hautes charges de l'Etat - il fut successivement Premier ministre et Président de la République - était animé d'une véritable passion pour la poésie.
De celle-ci, en préambule, il donne même une définition très heureuse : "Lorsqu'un poème ou simplement un vers provoque chez le lecteur une sorte de choc, le tire hors de lui-même, le jetant dans le rêve, ou au contraire le contraint à descendre en lui plus profondément jusqu'à le confronter avec l'être et le destin, à ces signes se reconnaît la réussite poétique."
C'est donc par ses effets que l'ancien normalien parvient le mieux à appréhender les caractéristiques de ce que l'on appelle la poésie. Souvenons-nous de la célèbre formule de Paul Eluard : "le poète est celui qui inspire bien plus que celui qui est inspiré".
Il va de soi cependant que tout lecteur d'une anthologie se trouve fatalement en désaccord avec certains choix de son auteur.
Ce fut mon cas évidemment. J'eusse aimé que Rimbaud dans ses oeuvres versifiées occupât une place plus importante. Quantitativement, les poèmes classiques de Baudelaire semblent jouir d'un traitement de faveur par rapport à ceux de Victor Hugo. Marceline Desbordes-Valmore est quelque peu réduite à la portion congrue.
Mais qu'importe ! Dans ses grandes lignes, l'anthologie pompidolienne tient ses promesses. Ce sont bel et bien globalement les plus beaux poèmes de la langue française que Georges Pompidou nous invite à découvrir ou à redécouvrir.
Ne cédant en rien aux sirènes de la mode, celui-ci non sans sagacité sait faire la part de l'essentiel et de l'accessoire. Les engouements passagers, les affichages hasardeux, les raccourcis caricaturaux, le snobisme ambiant sont tour à tour dénoncés, pointés du doigt avec la sévérité idoine. Car derrière les mouvements de surface, Georges Pompidou sait voir les oeuvres majeures, les massifs incontournables de notre Panthéon poétique.
Autre point positif à mes yeux, Corneille et Racine y font leur entrée dans des proportions significatives. Après tout, Georges Pompidou n'a pas tort de hisser ces deux dramaturges au rang des meilleurs poètes ; leurs tragédies à maints endroits sont pleines en effet de beautés poétiques, et il eût été dommage de se priver de telles pages.
Un regret pour finir. D'après des critères selon moi fallacieux, Georges Pompidou écarte sans vergogne les poèmes en prose de Baudelaire et de Rimbaud, jugeant que ces derniers restent assez bien représentés par leurs vers. Fâcheuse erreur ! C'était mettre des bornes à un art qui depuis le dix-neuvième siècle avait exploré des voies nouvelles.
Malgré des réserves, un sentiment général prédomine en guise de conclusion. Comparativement aux autres - dans ce domaine le pire côtoie souvent le meilleur - l'anthologie de Georges Pompidou a plutôt fière allure. Equilibrée, riche, exigeante, émaillée de commentaires d'une rare finesse, celle-ci en fait ne manque pas de charme ni de séduction. On s'y plonge avec ravissement. On y fait mille découvertes. D'Eustache Deschamps à Paul Eluard, une évidence bientôt s'impose à chacun : la poésie française est l'une des plus grandes qui soient.
Et Georges Pompidou s'est grandi lui-même en nous offrant ses inestimables pépites.
Lien : http://www.p-o-s-i-e.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          321
araucaria
  10 février 2014
Une anthologie qui comporte de grands classiques, mais aussi des découvertes... Un bon recueil, cependant comme pour toute anthologie, il y a des poésies que j'aime moins, des écrivains auxquels je suis moins sensibles, d'où ma note tempérée. Bon livre cependant, qui pourra être feuilleté et refeuilleté au gré de mes envies.
Lien : http://araucaria20six.fr/
Commenter  J’apprécie          310
Epictete
  11 janvier 2014
Nous savions que le président Georges Pompidou et son épouse appréciaient l'art (en particulier l'art moderne) mais je ne savais pas qu'il goutait également à ce point à la poésie.
Il nous offre ici une sélection très classique et qui en livre de poche permet d'emporter partout avec soi un peu de patrimoine;
Cela a été la première anthologie que j'ai possédé, et elle m'a marqué. Les suivantes ne présentaient finalement que bien peu d'originalité par rapport à celle-ci.
Finalement, une anthologie n'est pas faite pour être "originale", ! le tout est d'en avoir toujours une à portée de main.
Commenter  J’apprécie          231
Kenehan
  15 décembre 2012
Ma culture concernant la poésie en a pris un coup quand je me suis rendu compte que j'étais incapable de réciter un poème français par coeur. Dès lors, et dans un soudain accès de fièvre poétique, je me suis procuré cette anthologie.

Un recueil très pratique pour retrouver de célèbres vers parmi les plus grands poèmes de la littérature française. Tout n'y est pas bien entendu, Georges Pompidou a fait sa sélection parmi ce qu'il estimait être incontournable dans une anthologie. Mais c'est un très bon moyen de découvrir ou redécouvrir certains poètes et ça donne envie d'aller fouiller plus loin dans les oeuvres, voire même de jeter un oeil sur les anthologies de la pléiade (par siècle) ou encore sur les oeuvres complètes de certains auteurs afin de dénicher ces mots qui nous feront vibrer.
Ici, la période survolée est assez importante et intéressante. de plus, c'est tout à fait abordable. Sans compter, que la prise en main est aisée que l'on recherche un auteur précis ou juste un poème au hasard.

Un excellent premier pas pour qui veut s'aventurer du côté de la poésie sans trop savoir par où ou par qui commencer. Et puis, maintenant je suis fier d'enfin pouvoir réciter sans erreur les 3 ou 4 poèmes qui sont désormais ancrés dans mon esprit. En espérant, que petit à petit d'autres les y rejoindront.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Blandine2
  02 janvier 2019
On m'a offert ce livre pour mes 18 ou 20 ans...
Je l'ai lu avec avidité et relu avec passion.
Il m'a souvent accompagnée, à cette époque déjà un peu lointaine, sur les chemins de la rêverie et de la poésie.
Un beau livre d'éveil à offrir à ceux à qui on veut faire découvrir la belle poésie française.
Pour moi un de mes livres pilier et fondateur.
Commenter  J’apprécie          160
sebbys
  30 octobre 2012
Je n'ai pas lu le livre en entier. Je n'ai fait que certains poèmes de ce livre, d'autant que je me suis arrêté à "à une passante", poème que j'ai l'occasion d'étudier en long, en large et en travers en cours. Chacun des poèmes présents dans ce livre est magnifique, je n'oublie pas non plus "le lac" d'Alphonse de Lamartine, un poème long mais très beau.

Georges Pompidou a eu tout à fait raison de réunir dans cet ouvrage tous les plus beaux poèmes de ces derniers siècles. La lecture de ce recueil est longue mais tout à fait agréable. Merci de nous faire partager toutes ces belles émotions au cours de toutes ces lectures
Commenter  J’apprécie          140
Lucielu
  24 octobre 2010
L'essentiel de la poésie française. Il devrait être dans toutes les bibliothèques, dans toutes les poches pour l'ouvrir au hasard et lire, encore et encore, ces vers familiers qui ne sont pourtant jamais tout à fait les mêmes, le livre à l'intérieur duquel se trouvent tous les livres...
Commenter  J’apprécie          100
JEANNEBLANCHET
  03 août 2011
un ami physicien se moquait il y a quelques années de mon inculture poétique... moi qui étais engagée dans les sciences humaines et de l 'âme je me devais de connaitre voire d'apprécier la poésie.... sourires.... ne doutant pas de ma faculté de perfectibilité il m'offrit cette anthologie.... aujourd'hui c'est moi qui l'offre à mes proches, jeunes et moins jeunes....
Commenter  J’apprécie          90
frandj
  11 mars 2018
Imagine-t-on un président de la République Française – actuellement E. Macron, ou ses prédécesseurs immédiats – signant une anthologie de la poésie française ? Certes non ! Et pourtant, Georges Pompidou l'a fait. Homme d'une très vaste culture, il était passionné de littérature (comme, du reste, François Mitterand), et particulièrement de poésie. Il a donc personnellement choisi les textes qu'il voulait partager avec ses lecteurs, et tous les poètes importants s'y retrouvent pour notre plus grand plaisir. Publier une anthologie de la poésie, ce n'est pas un acte créatif, mais c'est une forme d'engagement: la révélation de ses goûts intimes dans le domaine poétique. Ce volune est à lire absolument. Mais il faut le faire peu à peu, avec délectation et au gré de notre fantaisie.


Commenter  J’apprécie          70


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pompidou, des sous !

D'après Alain Pompidou, que transportait sa mère Claude dans sa valise en toutes circonstances ?

un flacon de Chanel N°5, un carré Hermès et une robe Givenchy
La Bible et le Coran
un pain de campagne, un saucisson, une bouteille de vin de Cahors
Deux romans : Mme Bovary et La Princesse de Clèves

10 questions
31 lecteurs ont répondu
Thème : Georges PompidouCréer un quiz sur ce livre