AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9780714890531
128 pages
Éditeur : Phaidon (30/09/1999)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Suite aux atrocités de la guerre de 39/45, George Rodger, à la recherche d'un lieu vierge, pur, trouve son chemin de Damas dans l'Afrique tribale, au Soudan, auprès des Noubas (ex-Numides) qui vivent suivant leurs traditions ancestrales. Il fait des photos des fêtes (luttes à main nues, au bâton, au bracelet) et rédige un texte qui relate son voyage.
(Nb: Il n'y a pas de 4ème de couverture)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
tristantristan
  23 mai 2019
Co-fondateur de l'agence Magnum (avec Henri cartier-Bresson et d'autres), George Rodger est comme tous les photographes signalé par une image emblématique de son oeuvre: en l'occurence il s'agit de son portrait magistral du champion de lutte Korongo, porté à hauteur d'épaule par un adversaire vaincu. En témoignant de cette vie primitive par son écrit et sas photographies en noir et blanc reproduites dans l'ouvrage, l'auteur savait que le lien fragile entre l'homme et la nature , reposait sur un équilibre précaire menacé par le progrès et a su témoigner dans cet ouvrage de cette "vie primitive", de sa trame si riche, avant qu'elle ne disparaisse définitivement.
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
tristantristantristantristan   23 mai 2019
Ce furent les Arabes, marchands de Noirs, qui poussèrent les Noubas à chercher refuge dans les djebels. (...) les villages des Noubas. Ils étaient suspendus à une telle hauteur et ils faisaient à ce point partie du terrain environnant qu'on avait l'impression que des poignées de petites huttes ventrues avaient été lancées sur les collines pour s'y enraciner dans les crevasses des rochers. (...) les lutteurs (...). C'était des hommes d'une stature extraordinaire, les épaules massives comme celles des taureaux. Chacun d'entre eux mesurait plus de deux mètres, leurs corps étaient puissants et proportionnés.
pp. 11,31 et 45
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
tristantristantristantristan   23 décembre 2019
Il est considéré comme impoli, en Kordofan, de commencer une conversation en mentionnant l'objet principal de sa visite, de montrer de la curiosité, ou d'être excessivement intéressé par les affaires des visiteurs.
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : soudanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox