AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2355541167
Éditeur : Le chasseur abstrait éditeur (31/05/2013)
Résumé :
Anick Roschi nous présente quelques textes voyageurs déjà publiés dans des blogs et les journaux numériques de la planète . . . Il puise son inspiration au fil de la grande toile tissée par l'actualité mondiale. Une actualité quotidienne qui interroge le présent, interpelle la mémoire et l'oubli, rappelle notre vulnérabilité face aux grandes blessures humaines. Une prose poétique libérée de ses habituels chemins académiques, une démarche quelque peu hétéroclite, ina... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
anirosch
  23 mai 2013

Chronique de M. Michel Host rédacteur pour La Cause littéraire :
Nuits de Carton, d'Anick Roschi

Recueil bref, tranchant comme le couteau dans la plaie, comme le cri éploré dans la nuit de l'humain. Il s'ouvre sur les Clandestines :
Dans le repli / D'une vague argentée / de jeunes corps s'échouent /
Ces « jeunes corps », avec d'autres moins jeunes parfois, c'est sur les côtes de la Calabre, de la Sardaigne et de l'Andalousie qu'ils se rendent, après les rêves, « À de funestes / Rendez-vous ». Nous savons de qui ils sont, de quelles incuries ils ont péri, sur quelles espérances ils se sont fracassés. Anick Roschi tient cette note basse tout au long, il saisit la peine de l'Autre, mais n'en agite pas la marionnette sur les scènes poétiques. Il ne hurle pas contre tant de cruauté, il n'accuse ni ne se fait pleureuse patentée ou hurlante ou vaticinante contre l'injustice. Voilà ce qui m'a arrêté, avec cette « vague argentée » dont Lorca eût fait una cuna, un berceau pour le malheur de ce monde. D'ordinaire, je ne goûte pas du tout, je veux dire que j'exècre cette poésie de la plainte universelle et des bons sentiments qui auraient dû, s'ils avaient eu au coeur et au sang quelques degrés de l'alcool de vérité avec un peu de force, éviter que l'on eût tant de malheurs à déplorer, tant de plaintes à proférer. Cette poésie-là, qui vient après Senghor et Césaire, et Nicolas Guillén, lesquels ne sont pas en cause par conséquent, emplit de nos jours des recueils par milliers avec de vaines paroles qui jamais n'ont rien changé, paroles de l'après-coup que j'assimile aux pleurnicheries du résistant de la dernière minute, de celui qui sait bien la pose qu'il convient de prendre pour n'avoir pas le sentiment de venir trop tard ou simplement. de cet art de la nostalgie apitoyée des éditeurs (de poésie notamment) font ployer leur rayonnages, art simulé de l'espoir du jour meilleur, de la grande fraternité tant souhaitable quoique, hormis les mots creux et répétitifs ou les comédies habituelles, on ne fasse rien ou si peu pour la mettre en oeuvre. Poésie bouillie pour les chats maigres, tu m'écoeures ! L'esclave est mort, tu demandes à son petit-fils de gémir encore et toujours, parfois même tu jettes l'anathème et fais mine d'aller combattre à nouveau. Avec toi, le petit-fils de l'esclave restera esclave dans sa tête, il ne se sortira pas de ce pétrin. Quant à l'esclavagiste-colonisateur, je n'en parle pas. Lui non plus, son petit-fils veux-je dire, ne s'en tirera pas comme ça, d'ailleurs tu ne le souhaites pas, il te le faut cet ennemi, quoique mort et enterré depuis longtemps. D'où que tes vers, libres ou comptés, devraient lucidement s'appeler idéologie et non poésie. Tu ne « fais » rien, tu n'engages pas l'avenir autrement qu'en ton éternel et stérile planctus. Tu es poésie de répétition, morte et enterrée (2).
Anick Roschi, ce n'est pas cela, c'en est même fort loin, ses Déferlantes esclaves / Aux mains volontaires… et [leurs] Rois maudits / Secouent / Nos lits / de gouvernance.
Ah, nos bonnes gouvernances ! Nos risibles gouvernances ! Tout l'humour de ce poète consiste à n'en pas dire davantage. Il laisse le lecteur, le récitant, libres de compléter et de conclure. Il ménage l'ambiguïté, car le poème s'intitule Rois maudits… Qui sont-ils, ces rois-là ? de quels siècles ? de quels continents ? le monde de l'ignominie est sans fin ni frontières : c'est ici Anna Politkovskaïa : Une colombe, ce soir, est tombée. C'est là Neda, pour moi une inconnue, on ne peut tout savoir de la méchanceté, surtout si le tout puissant / a décidé // Pour toi / Neda, et même (et surtout) si Ton sang / Coule / Sur nos petits écrans.
Anick Roschi ne procède pas par amples tableaux de bataille, par furieuses dénonciations. le coup d'épée dans l'eau, le coup de pied de l'âne, ce n'est pas son genre. Il jette une seule pierre à l'homme qui change la femme en pierre – Femme pierre / D'un jour répudié // Pierre d'amants / Pierre d'aimés/ Homme pierre / D'obscurité. Il songe à l'oubli où demeure désormais le peuple Tamoul, au passant que tue la bombe un jour de marché… car au bout de ces choses, au bout de la rue, […] rue défigurée / Dieu est passant / Dieu est passé : sous l'image, le sens caché. Dieu, oui, est bien passé par là, et il s'est tant fait à notre indifférente ressemblance que nous ne distinguons plus sa silhouette. le poète nous lance ses suggestions avec cette sérénité que procure la force du constat. S'il s'attache aux Mémoires, c'est aussi bien aux victimes du Zyklon B qu'à celles aux yeux / Hagards / s'agripp[ant] / À nos regards / Nus, et à celles de la Terre murée / Isolée /Niée / Encore abandonnée de Palestine. Il est dans toutes les mémoires, même celles qu'il ne nomme pas. Il sait qu'elles se lient les unes aux autres par l'obstinée souffrance. Il permet le double sens et le double regard : rien n'est univoque, et surtout pas le mal. En cela il se rend inacceptable pour la pensée unique qui tranche avec une papale autorité du bien et du mal, des bons et des méchants. On ne le recevra ni à droite ni à gauche, pour autant qu'existent encore ces catégories désuètes. S'il prononce ces mots, finalement : – Liberté… Égalité… Fraternité… –, nos emblèmes ou notre ritournelle, c'est qu'il cherche, appelle et voit un autre temps, d'un désir renouvelé À chaque naissance, seule excuse au péché d'idéalisme :
Voici le temps / Exorcisé / de nos raisons planétaires / le temps / Articulé / D'une capitale / Terre.
C'est donc là croyance humaine en ce qu'elle n'exclut d'autres croyances, sachant que la folie, le mal, la faiblesse sont les choses du monde et de cette terre les mieux partagées. Cette poésie nous parle à voix retenue et pas pour ne rien nous dire. Elle est belle, clairement à l'honneur de la pensée du temps présent et des temps à venir (3).
Les illustrations de Valérie Constantin méritent d'être remarquées, car elles entrent de plain-pied, il me semble, dans le projet poétique. J'en parle tardivement, mais non par raccroc, car elles sont essentielles, répétant ad nauseam ces nuits de cartons de beaucoup de ceux que « la vague argentée » n'a pas retenus dans son mortel « repli ». Ces emballages compressés, liés en énormes ballots et que l'on voit transportés par camions entiers vers les usines de transformation, ce sont les mêmes dans lesquels, sous lesquels, à Tokyo et à Paris, à New-York et à Moscou… se protègent du froid de la nuit ces inconnus échoués dans l'ailleurs, chez nous, nos frères que nous méprisons en ne les voyant plus. Allons, que je cesse ma plainte !
(2) Je me rappelle avoir entendu, il y a de cela quelques années, le romancier malgache Jean-Luc Raharimanana s'élever contre cette éternelle complainte mortifère et, au fond, satisfaite.
(3) Autres publications d'Anick Roschi : le voyage des ombres, Editions du Cygne, 2007. Pour Haïti (ouvrage collectif ) Editions Desnel, 2010.

Michel Host
Prix Robert Walser 1984, pour L'Ombre, le fleuve, l'été ; prix Goncourt 1986, pour Valet de nuit ; Grand prix de la nouvelle S.G.D.L. 2008 pour Heureux mortels

Chroniqueur pour " La Cause Littéraire " : le scalp en feu - V Septembre 2013
http://www.lacauselitteraire.fr/le-scalp-en-feu-v
http://www.lechasseurabstrait.com/chasseur/spip.php?page=ouvrages&auteur=Anick%20ROSCHI

Lien : http://www.lechasseurabstrai..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
aniroschanirosch   31 août 2015
Lelitteraire.com :

Anick Roschi : la poé­sie sans fard

L’être n’existe que par l’autre : encore faut-il à celui-là — comme à la poé­sie — la puis­sance de sor­tir du nar­cis­sisme qui n’est qu’une indif­fé­rence affec­tive. Anick Roschi le prouve dans les « Clan­des­tines » qui habitent la saga d’une des tra­gé­dies de notre époque et d’un monde schi­zo­phré­nique : abon­dance d’un côté, misère de l’autre. Le poète (son nom pour­rait être trom­peur) nous confronte à tous ces émigrés qui fuyant la misère ou la guerre tentent de rejoindre les côtes ita­liennes, grecques ou espa­gnoles. Tout finit par­fois par « de funestes / Rendez-vous ». En effet « Dans le repli / D’une vague argen­tée / De jeunes corps / S’échouent » avant d’avoir atteint ce qui pour eux auraient eu — du moins le rêvaient-ils ainsi — valeur de Graal. D’une misère ils sont pas­sés direc­te­ment à la mort sous le joug de pré­ten­dus pas­seurs d’écumes qui les ont livrés aux abysses de la mer. Le texte du poète franco-suisse est fidèle à son pro­pos : frac­tal et sans la moindre fio­ri­ture afin que s’entende le cri des dis­pa­rus. Il ramène l’humanité entière à sa plus ter­rible condi­tion – mélange d’indifférence et d’égoïsme.

La vic­time est donc ce sem­blable, ce frère qui « né quelque part » n’a pas eu la chance de voir le jour du bon côté de la Médi­ter­ra­née. Cet autre au moment de trou­ver comme lin­ceul la « vague argen­tée » est évoqué sans pathos. Roschi ne lar­moie pas : repre­nant une veine chère à Aimé Césaire, il évoque sans laïus huma­niste de bonne conscience et sans la moindre illu­sion les « Défer­lantes esclaves »- lâchées aux mains de sbires et de « rois mau­dits » que nous avons sacrés. Elles sont les vic­times des Etats où l’argent des poten­tats compte plus que leurs citoyens. Mais ce monde de l’ignoble est aussi le nôtre : il est sans fron­tière et atem­po­rel. Et les vic­times seront — au mieux — des images pour les chaînes d’information.

Anick Roschi rap­pelle sim­ple­ment com­ment non seule­ment les « rois » mais les « Dieux », du moins ceux qui agitent leurs marion­nettes, font le jeu de la catas­trophe humaine. Rap­pe­lant toutes les vic­times du monde : aux émigrés font échos les « Hagards » de la « Terre murée / Iso­lée /Niée / Encore aban­don­née » de la Pales­tine. Tou­te­fois, le poète à l’intelligence de ne jamais tom­ber dans le mani­chéisme qui par­ta­ge­rait très sim­ple­ment le bien et le mal, les bons et des méchants. C’est là la grande force du livre : il témoigne des voyages sans arrivée.

jean-paul gavard-perret

http://www.lelitteraire.com/?p=15677

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : actualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr


Lecteurs (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
693 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre