AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791091281942
Éditeur : Ecole Nationale Supérieure Sciences Information Et Bibliothèques (28/11/2017)

Note moyenne : 2.7/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Que signifie être historien à l'âge du numérique ? N’est-ce que participer à une évolution méthodologique, comparable à celle de l’introduction naguère des statistiques pour l’analyse du temps long ? Ne s’agit-il que de profiter d’une aubaine, l’offre de ressources numérisées à destination des « rechercheurs » de toute nature s’accroissant à une échelle exponentielle ? Ou, au contraire, faut-il considérer avec circonspection la masse incessamment renouvelée d’une ar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Ogrimoire
  08 avril 2019
Ce livre n'est naturellement pas destiné au grand public, comme pourrait l'être un roman policier, un livre de science-fiction ou un livre de bit-lit. Pourtant, il est intéressant à plusieurs titres.
D'abord, il montre assez bien la difficulté, qui dépasse le cadre des seuls historiens, qu'il peut y avoir à intégrer dans sa pratique, et, plus largement, dans la vie de tous les jours, de nouveaux outils numériques, dont la puissance est appréciable, mais dont les ressorts échappent à beaucoup d'entre nous.
Ainsi, la citation que j'ai choisie ne concerne pas que les historiens. le format PDF est effectivement largement répandu – longtemps, il a été présenté comme une façon de s'assurer que le document ne puisse pas être modifié, ce qui est finalement erroné -, et pose de réelles difficultés de réutilisation, surtout si l'original (en word, par exemple), n'a pas été conservé.
Pour les non-historiens, ce livre propose une réflexion sur ce qu'est la démarche historique, et sur la façon dont cette discipline est amené à évoluer au rythme du numérique. Or l'histoire est l'un des outils du citoyen…
Aux historiens, elle offre une vision des acquis de l'expérience de Philippe Rygiel, et soulève les grandes questions des quinze ou vingt prochaines années, et peut-être au-delà : comment travailler avec les sources du web, comment former les historiens de demain, comment préparer les prochaines étapes…
Naturellement, je n'ai pas la prétention d'avoir fait une lecture scientifique de ce livre. Je laisse cela aux spécialistes. Mais j'y retrouve nombre des interrogations qui découlent de l'omniprésence du numérique. En effet, tout est désormais vu comme une donnée, qu'il faut encoder pour la rendre exploitable par les ordinateurs. Mais qui dit codage dit traduction, et qui dit traduction dit transformation, voire déformation.
S'il n'est donc pas à mettre entre toutes les mains, ce livre se lit suffisamment bien pour ceux qui ont l'habitude de fréquenter un peu les milieux académiques, et qui s'intéressent à ces deux sujets que sont l'histoire et le numérique.
Lien : https://ogrimoire.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
som
  15 avril 2019
Archives papier, ressources numériques. Entre le temps long et l'immédiateté, la pénurie des sources des temps anciens et l'infobésité numérique d'aujourd'hui, il y a bien quoi faire tourner la tête de tout historien contemporain, sans oublier la cruciale question du croisement, de la véracité et de l'évaluation des sources. Alors le numérique : une malédiction ou une chance ? Un peu des deux à en croire Phlippe Rygiel, tant internet permet d'une part d'accéder rapidement à des données éparpillées à travers les cinq continents, échanger et travailler avec une communauté élargie, publier et faire connaître ses travaux au-delà du petit cercle des initiés. A contrario, la surabondance des informations, l'accélération du temps et de l'espace inhérente au web se seraient-ils pas en train de réinterroger puissamment les fondements d'une méthodologie ancestrale ?
Après avoir dressé un état des lieux de la question, l'auteur ouvre la réflexion vers des perceptives assez réjouissantes en soulignant les conditions de leur réalisation.
Sur cette problématique diablement actuelle et ardue, Philippe Rygiel propose une matière à réflexion aux spécialistes bien sûr, mais aussi à tous celles et ceux intéressés par la question de la construction de l'histoire, qu'elle soit ancienne ou contemporaine.
Lu dans le cadre de Masse Critique Babelio.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Wickerbottom
  16 mai 2019
Comme déjà bien explicité par les critiques existantes, Historien à l'âge du numérique de Philippe Rygiel est un ouvrage destiné aux professionnels, spécialistes ou concerné.e.s par la question, mais qui peut également intéresser toute personne curieuse des outils numériques et du devenir des archives et documents.
N'étant pas historienne, mais bibliothécaire, utilisant au quotidien les outils numériques dans le cadre de mes missions de médiation du patrimoine, j'ai forcément trouvé cet ouvrage fort utile !
Si le développement du Web et des outils de numérisation permet à la fois la conservation et l'accès d'un plus grand nombre aux documents d'étude, il n'est pas toujours aisé de s'y retrouver, d'une part, et cela entraîne des inquiétudes quand à la conservation ou l'utilisation des originaux, d'autre part.
Un regret sur le premier chapitre, "essai de description des services web offerts aux professionnels de l'histoire contemporaine", sur le fait qu'il ne soit pas actualisé (reprise d'un article de 1997).
Le point de vue est très orienté sur les principes du fonctionnement du web, ce qui est intéressant et apporte un éclairage spécifique, mais est parfois un peu ardu - et, en ce qui me concerne, inattendu ! le point de vue de l''utilisateur de contenu, contenu que l'on participe à produire et surtout à organiser en tant que bibliothécaire (ou autres professionnels de l'information et du patrimoine) a particulièrement retenu mon attention, autour par exemple des questions de plein texte, champs interrogeables et recherches croisées possibles... ou pas (j'ai moi aussi passé quelques temps sur certaines bases à faire du dépouillement fiche à fiche... comment dire...).
Comment aussi inscrire le temps long de l'histoire dans ce contexte de renouvellement dynamique et rapide des outils numériques actuels ? Quelle pérennité ? Ah, que de souvenirs, les demandes aux services informatiques pour obtenir des permaliens vers nos notices, les tutos avec captures d'écran pour expliquer aux collègues comment partager ce menu numérisé sur facebook sans arriver sur une 404... mais je m'égare !
En tant que bibliothécaire toujours, je suis rassurée par la volonté manifeste de l'historien de revenir toujours à la source ;) une question pas si anodine.
Philippe Rygiel fait également dans cet ouvrage un état des lieux de l'offre en ligne, de ce que cela modifie dans la recherche historique, dans son écriture et sa transmission, mais aussi comment l'on aborde et construit les traces et les corpus de demain.
Un essai spécialisé qui vaut donc la peine d'être lu, que l'on soit ou non spécialiste, qui fait part d'angles de vue marqués, parfois surprenants, mais est un aspect finalement enrichissant et éclairé de cette question particulièrement d'actualité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gaellemernier76
  14 mars 2020
J'ai trouvé ce livre intéressant mais il est bourré de fautes d'orthographe et la syntaxe est assez étranges, les phrases sont très longues et les virgules à répétition empêche parfois la compréhension.
Commenter  J’apprécie          00
Conseildes4
  19 avril 2020
C'était vraiment barbant à lire. Et franchement avec les progrès de la technologie actuelle, je doute que tout ces trucs qui ont été écrits vers 2004 soient encore d'actualité. Et pourquoi l'historien doit être un informaticien ? Il suffit que des informaticiens s'occupent des pages web, et que les historiens publient pas besoin de faire les deux.
Lien : https://www.senscritique.com..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
FaignanFaignan   09 juillet 2020
Nous enseignons une histoire pourtant, que ce soit à nos étudiants ou bien aux élèves du secondaire, qui généralement ignore assez superbement tant le droit que la technique ou la science et ne prête aux faits économiques et sociaux qu'une attention polie mais passagère, tendance que la dernière mouture des programmes d'histoire destinés aux classes du secondaire ne fait que renforcer. (P. 20)
Commenter  J’apprécie          00
FaignanFaignan   09 juillet 2020
La situation apparaît sans doute particulièrement sombre aux historiens, utilisateurs de matériaux rarement disponibles sous forme numérique, qui voient se multiplier, par la grâce d'internet, textes et évocation du passé produits par de multiples acteurs, qui leur contestent le monopole du discours légitime sur l'histoire. (P.9)
Commenter  J’apprécie          00
OgrimoireOgrimoire   08 avril 2019
La généralisation des PDF en mode image, sans que soient toujours conservés les documents maîtres, considérés comme de simples brouillons, se révèle en l’occurrence avoir des effets secondaires assez désastreux.
Commenter  J’apprécie          100

autres livres classés : informationsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1996 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre