AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782888900443
142 pages
Éditeur : Paquet (17/01/2006)

Note moyenne : 4.15/5 (sur 10 notes)
Résumé :
" Stan Sakai a une qualité rare partagée par très peu d'auteurs : Le talent de vous faire oublier que vous êtes en train de lire une, regarder un film ou lire une bande dessinée. Ils vous plongent complètement dans leur univers, vous font participer à enture et quand vous avez fini, vous en voulez encore. Comme avec un bon livre ou un bon film, ça n'est qu'après avoir fini de lire Usagi Yojimbo qu'on commence à se rendre compte combien l'histoire est bien construite... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Alfaric
  20 août 2018
Ce tome 7 regroupe les récits suivants :
Le récit intitulé "Kitsuné" (février 1992) constitue la 1ère apparition du personnage du même nom qui relève de l'archétype de la strong independant woman roublarde et sympathique, mais somme toute criminelle et finalement hautement dangereuse : nous sommes en présence d'une nouvelle héritière de Milady de Winter (remember Fujiko de la saga "Lupin III" ^^) ! Mais ce récit est aussi pour Usagi l'occasion de régler ses comptes avec le parieur qui lui causé bien des ennuis lors d'un concours de cerfs-volants (voir tome 5)
"Gaki" (février 1992) est un petit flashback consacré à l'apprentissage d'Usagi sous la houlette de son sensei Katsuichi. C'est une petit histoire fantastique vite lue et vite oubliée, et c'est très bien ainsi, qui emprunte aux codes pour ne pas dire aux gimmicks des films d'horreur hollywoodiens eighties...
"Rituel inachevé" (avril 1992) est un histoire de yurei (= fantôme) : Usagi arrive dans un village hanté en passe de devenir un village fantôme à cause d'un revenant autrefois vassal du Seigneur Mifune massacré après la Bataille d'Adachigahara... le récit et sa résolution font la part belle au bushido, car Usagi est le seul à pouvoir par delà la mort aider son ancien compagnon d'arme à accomplir son seppuku et retrouver son honneur perdu... Notez que le récit a été inspiré par le mentor de l'auteur, à savoir Sergio Aragones !
"La Bobine de fil emmêlé" est à la fois un récit flashback et un récit fantastique : nous sommes dans les conséquences de la Bataille d'Adachigahara et Usagi encore samouraï est en cavale pour échapper aux troupes du Seigneur Hijiki qui viennent de l'emporter par traîtrise sur les troupes du Seigneur Mifune... Et il tombe de Charybde en Scylla car en échappant à ses poursuivants il tombe entre les griffes d'une sorcière anthropophage, classique du fantastique asiatique... Usagi ne doit la vie sauve qu'au fantôme de son seigneur porteur d'une morale que devrait se faire tatouer tout ceux destinés à gouverner, car rêve ou réalité il n'y a rien de plus grand que la loyauté d'un dirigeant envers ceux qu'ils doit protéger ! (la ploutocratie mondialisée est lol, mais attention au retour de bâton !)
"Gen" (juin à novembre 1992) constitue le gros du tome et le relève carrément vers le haut un tome plein de récits de transition...
Usagi sauve Gen d'un redoutable bandit et de ses lézards de combat. Tandis que Gen se repose pour soigner ses blessures, Usagi fait la connaissance de Dame Asano, une veuve de daïmio à la recherche du fourbe Oda prmut magistrat qui autrefois trahit de la plus vile des manières le Clan Shirogeta. Il s'agit d'un archétype du pervers narcissique ambitieux et cupide qui a préféré tout brûler pour être un Seigneur des Cendres plutôt que rester à la place qui n'aurait dû être la sienne, mais dont tout le monde aurait dû se débarrasser tellement c'était est un nuisible et/ou un parasite à éliminer : on en a sans doute tous déjà rencontré un dans sa vie IRL ! Tous les espoirs de cette dernière repose sur la quête de vengeance du légendaire général Murakami, or Gen est son fils... Tout le récit est basé sur les tourments intérieurs de Gen qui se prétend égoïste mais qui dans les moments clés s'est toujours révélé altruiste. Nous découvrons ainsi son passé, et la manière dont son père obnubilé par le bushido lui a volé son enfance avant de provoquer la mort de sa mère ce qui déclencha la rupture entre le père poursuivant sa quête de vengeance et le fils désespérément en quête d'indépendance... La tension est vivre entre Usagi qui agit en justicier solitaire et Gen qui refuse d'agir en justicier solitaire, mais quand Dame Asano sombre dans la folie en confondant le père et le fils, Gen qui se retrouve face à la Némésis du général Murakami devient Colère !!! Un récit très émouvant, d'autant plus émouvant que SPOILERS (pleurs)...
Dans "Le Retour de Kisuné" (février 1993), Gen et Usagi sont toujours ensemble et tombent sur la bien nommée Kitsuné : Gen se fait vamper, et Usagi qui lui n'est pas né de dernière pluie se fait une joie de ne pas le détromper... Sauf que cette dernière est entrée en possession d'un document compromettant au coeur de la rivalité entre deux marchands prêts à tout et au reste par amour de l'argent... Qui rira le dernier en ne s'étant pas fait arnaquer ? le suspens est insoutenable ^^
Dans "La Dernière histoire d'Ino" (mars 1993), Gen et Usagi sont toujours ensemble et après avoir vaincu une troupe de bandits au clair de lune tombent sur Zato-Ino blessé à mort et sur son épouse enceinte... On poursuit l'épilogue de "La Conspiration du Dragon Rugissant" et nous sommes toujours dans la rédemption du rhinocéros chasseur de primes qui s'acharne sur un hibou présage de mauvais augure (et la saleté finit par crever car il faut terminer par un « tout est bien qui finit bien » ^^) alors le le lapin rônin fait tout ce qu'il peut pour ramener dans le monde des vivants celui qui fut à la fois son ami et son ennemi... Gen est particulièrement touchant, voulant à la fois absolument sauver la seule chose de bien qu'il a accomplit dans sa vie et offrir à celui qui fut un bref pendants un trop bref moment son compagnon d'arme ce qu'il a toujours souhaité à savoir la paix de l'esprit… Mais est-ce vraiment la dernière apparition du Cochon Aveugle Fine Lame ? blink
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Presence
  18 juin 2017
Ce tome fait suite au tome 6 (épisodes 25 à 31 et Critters 38) qu'il n'est pas indispensable d'avoir lu. Néanmoins comme cette série met en scène des personnages récurrents, le lecteur les apprécie d'autant plus s'il a appris à les connaitre en commençant la série par le premier tome. le présent volume contient les épisodes 32 à 38, ainsi qu'une histoire contenue dans Critters 38, initialement parus en 1992/1993, tous écrits, dessinés et encrés par Stan Sakai qui réalise également le lettrage. Cette série est en noir & blanc. L'édition VO bénéficie d'une introduction rédigée par Sergio Aragonès, le créateur de Groo et un collaborateur à MAD (voir MAD Auteur, Sergio Aragonès. Il s'agit de 2 pages de texte, analysant avec précision et sensibilité ce qui fait les qualités de cette série. Comme les tomes précédents, celui-ci comprend plusieurs histoires indépendantes.
(1) Miyamoto Usagi arrive dans une nouvelle ville et regarde une femme appelée Kitsune réaliser des tours avec une toupie (koma), en tant qu'artiste de rue pour récolter quelques pièces. Par un concours de circonstances, il se retrouve à assurer la fonction de garde du corps pour Hatsu, un joueur professionnel. (2) Enfant, Miyamoto Usagi apprend une nouvelle leçon auprès de son maître Katsuichi. (3) Miyamoto Usagi arrive de nuit dans un nouveau village, et il y entend un cri à fendre l'âme sans pouvoir savoir d'où il provient. À l'auberge, un client lui propose de venir prendre un verre chez lui et lui raconte l'histoire du général Tadaoka, mort tué par un soldat sur la place du village et revenant le hanter. (4) Après la défaite de la bataille d'Adachi-Agahara, Miyamoto Musachi a fui dans la forêt avoisinante, et a trouvé refuge dans la masure d'une vieille femme.
(5) Miayamoto Usagi retrouve Murakami Gennosuke dans une fâcheuse posture sur un chemin dans la forêt. Il le tire d'embarras et ensemble ils parviennent au village suivant. Sur place, pendant que Gennosuke se repose, Usagi fait la connaissance de Dame Asano du clan Shirogeta, et de son assistant. Il s'agit de 2 mendiants. Usagi leur offre le repas, et Dame Asagi lui raconte les circonstances de l'assassinat de son mari et comment elle a fini par se mettre sur la route de la vengeance, il y a de cela plusieurs années. Il finit par apparaître que cette histoire a un lien direct avec Gennosuke. (6) Dans le village suivant, Usagi et Gennosuke retrouvent Kitsune réalisant un autre tour avec des toupies pour récolter de l'argent. Après sa représentation de rue, elle leur indique qu'elle détient par mégarde une lettre évoquant un projet de rébellion dans la région. (7) Usagi et Gennosuke progressent sur un étroit sentier de montagne. Ils se retrouvent coincés par un petit groupe de pillards. Après leur avoir échappé, ils trouvent refuge dans une masure dans les bois, où se trouvent Zato-Ino et sa femme. le premier est à l'article de la mort, du fait d'une pointe de flèche fichée dans son corps.
Arrivé au septième tome de la série, le lecteur se fait déjà une idée assez précise de ce qu'il va trouver : Miyamoto Usagi vagabondant de village en village et se retrouvant à intervenir dans des situations conflictuelles contre des individus abusant de leur position d'autorité ou de leur force, et parfois devant se battre contre des créatures surnaturelles. Il sait aussi qu'il va pouvoir replonger dans ce Japon médiéval et croiser des individus dont il va prendre plaisir à faire connaissance. Il en est ainsi de Kitsune, charmante femme, très capable de se débrouiller par elle-même. Effectivement elle réapparaîtra par la suite dans d'autres épisodes. Fidèle à son approche graphique, Stan Sakai lui donne une apparence anthropomorphique, avec une tête évoquant celle d'un renard, ce qui correspond bien à la traduction de son nom (Kitsune = renard, en japonais). le lecteur a le plaisir de découvrir une jeune femme souriante et agréable, enjouée, et loin d'être unidimensionnelle. Fidèle à son habitude, l'auteur présente simplement un personnage qui échappe au simplisme. En effet, Kitsune vit de ses spectacles de rue, bien insuffisants pour lui fournir assez d'argent pour vivre. Elle complète ses revenus grâce à ses talents de pickpocket, sans discrimination quant à ses victimes, sans éprouver de remords car il faut bien qu'une femme puisse vivre.
Le lecteur est à nouveau subjugué par la facilité avec laquelle l'artiste donne vie à ses personnages. Dès le premier sourire de ce visage aux traits simplistes, à la forme de tête improbable, il est sous le charme de cette voleuse qui joue admirablement avec l'absence de méfiance des individus mâles qui la croisent. Il n'y a pas de sous-entendu d'ordre sexuel, mais le lecteur comprend bien que Gennosuke est très sensible à son charme. le lecteur revoit passer quelques personnages pour lesquels il se rend compte qu'il a développé un attachement plus ou moins grand, qu'il s'agisse de la figure paternelle qu'est Katsuichi, ou des apparitions récurrentes du coupe de paysans coupeurs de bois, ou encore de la jeune épouse de Zato-Ino. Les personnages secondaires ou n'existant que le temps d'un épisode s'avèrent tout aussi présents et vivants. le lecteur n'est pas prêt d'oublier la détermination digne de Dame Asano pour venger le meurtre de son mari, l'inquiétude du joueur Hatsu, se rendant compte que ses magouilles l'ont placé face à plus fort que lui, le valeureux général Tadaoka souhaitant mourir dignement, ou encore le marchand d'huile Aburagé, très content de ses affaires. le dessinateur a l'art et la manière de les représenter dans des gestes naturels qui accompagnent leur humeur, qui sont en phase avec leur état d'esprit, sans avoir à recourir à une pantomime exagérée.
Au cours de l'histoire la plus longue, le lecteur en apprend plus sur Murakami Gennosuke, son enfance et ce qui l'a endurci. À nouveau, Stan Sakai présente l'histoire personnelle d'un des personnages secondaires de la série, permettant au lecteur de faire plus ample connaissance avec lui. À cette occasion, le lecteur se rend compte que les traits de caractère de Gennosuke se sont développés en cohérence avec son histoire personnelle, avec son éducation, en réaction au comportement des adultes qui l'entouraient, en l'occurrence son père. Comme d'habitude, le lecteur a du mal à croire qu'il a totalement oublié qu'il regardait des individus à tête d'animaux, dessinés de manière simple, au vu de la richesse de leur personnalité, de leur passé, des nuances dans leurs relations interpersonnelles. La forme des dessins semble destiner ces histoires à un jeune public, mais leur sensibilité en fait des histoires vraiment tout public avec des situations nuancées, dépourvues de manichéisme. Néanmoins en ce qui concerne le cas particulier de l'histoire personnelle de Murakami Gennosuke, elle apparaît un peu plus dramatisée que d'habitude, forçant un peu sur le destin et la tragédie.
Au fil de ces 7 histoires, le lecteur reconnaît bien le dispositif très rôdé de Miyamoto Usagi arrivant dans un nouveau village, pour être confronté à une nouvelle situation conflictuelle. Néanmoins, Stan Sakai alterne régulièrement avec des récits d'un autre genre, parfois plus court, comme un nouvel apprentissage auprès de maître Katsuichi, un nouveau conte avec une créature surnaturelle, ou encore la dernière histoire de Zato-Ino. Il n'y a donc pas de forme de répétition systématique. En outre, les dessins de Stan Sakai n'ont rien perdu de leur capacité de dépaysement. le lecteur prend toujours autant plaisir à marcher à ses côtés sur les chemins, et les routes, à travers bois ou dans des espaces dégagés. Il éprouve la sensation de voir chaque nouveau village chaque nouvelle ville par les yeux d'Usagi, prenant plaisir à observer ce qui les rend uniques. Avec le recul, il apparaît que l'auteur porte toujours un regard bienveillant sur une humanité vaquant à ses occupations, en y éprouvant un plaisir simple et sans arrière-pensée. Comme à son habitude, Sakai prend soin de respecter l'architecture des bâtiments des maisons de l'époque, ainsi que la forme simple des villes. En variant les emplacements des bâtiments, la taille des villages et le moment de la journée, il donne l'impression au lecteur de toujours arriver dans un endroit différent. Même si les tenues vestimentaires se composent souvent des mêmes pièces, elles sont toutes différentes. Il y a bien sûr celles féminines et celles masculines, mais aussi celles réservées aux élites militaires, les armures de combat, les tenues d'apparat, etc.
Comme à son habitude, Stan Sakai édulcore visuellement les blessures pendant les combats, malgré l'usage d'armes blanches. Les plaies restent hors cadre, et il est très rare de voir le sang couler. Cela n'empêche pas les affrontements physiques d'être prenants et plein de suspense, grâce à leur mise en scène. Il n'y a que quand Usagi ou Gennosuke fonce dans le tas d'un groupe d'ennemi que la narration visuelle passe en mode exagéré, le personnage se lance l'épée tenue haut au milieu du groupe d'ennemis, de façon peu réaliste, dans une scénographie plutôt associée aux dessins animés pour enfants. de temps à autre, le lecteur peut observer que le dessinateur modifie sa manière d'encrer, optant pour des traits plus secs, en particulier lorsqu'il s'agit de scènes se déroulant dans le passé, par exemple dans l'histoire du général Tadaoka. Cela confère une forme plus râpeuse à la narration, mais pas plus crédible ou plus intense.
Par la force des choses, le lecteur peut ressentir plus ou moins d'intérêt pour certaines histoires dans cette série au long cours, 31 tomes au compteur en 2017. Celui-ci présente toutes les qualités habituelles de la série : personnages complexes et attachants (avec une mention spéciale pour Kitsune), intrigues variées même si plusieurs partent du même point de départ (arrivée de Miyamoto Usagi dans un village), dessins faciles à lire tout en donnant vie aux personnages et en plongeant le lecteur dans ce Japon médiéval, combats brutaux en action, mais pas en images. En fonction de sa sensibilité pour Murakami Gennosuke, le lecteur peut se sentir plus ou moins impliqué dans son histoire personnelle. 5 étoiles s'il se prend au jeu, 4 étoiles sinon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipette
  28 avril 2020
Miyamoto Usagi a donc repris son chemin, ne pouvant rester dans le village de son enfance. Il fait la connaissance de la jolie Kitsuné, aussi charmante que fieffée voleuse, et règle un vieux différend avec un parieur. Respectant toujours le bushido, code d'honneur des samouraïs, il porte secours à la veuve d'un seigneur et aide le fantôme d'un général à trouver le repos grâce à la cérémonie rituelle du seppuku, suicide d'honneur des guerriers. Avec le même courage qu'au combat, il affronte les démons du Japon médiéval. « Je n'ai pas survécu à la bataille pour finir dans la soupe d'une sorcière ! » (p. 69) Et sa route croise à nouveau celle de Gen, chasseur de primes dont le passé est bien plus honorable qu'il ne le laissait entendre. Entre ces deux-là, c'est l'amitié vache, de celles qui durent longtemps. « Au fond, t'es qu'un coeur tendre, Gen ! / Dis-le encore une fois et je fais un noeud de tes oreilles ! » (p. 174)
Rassurez-vous, il n'arrive rien aux douces oreilles de mon cher Miyamoto ! J'ai toujours autant de plaisir à parcourir le Japon en sa compagnie et à le suivre dans ses braves aventures ! Il me reste plus de 20 tomes à découvrir et j'ai bien hâte que les librairies rouvrent pour passer une grosse commande auprès de ma libraire préférée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Riduidel
  14 mars 2020
Dans ce tome, on décovure certains aspects du passé de Gen, l'irascible rhinocéros qui a baptisé Usagi de son surnom de Yojimbo (le garde du corps).Et le moins qu'on puisse dire, c'est que son histoire est au moins aussi torturée que celle d'Usagi, avec son lot de dettes d'honneur incompréhensibles et de combats perdus d'avance. Bref, superbe.Et en bonus, ce tome se termine sur une belle histoire d'amitié entre Usagi, Gen et Zato-Ino, le fameux cochon aveugle.
9782277260066"
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   22 août 2018
- Dis-moi Usagi, y a-t-il quelque chose de plus fort que la loyauté d'un serviteur envers son maître ?
- Non, Seigneur Mifune.
- Ha ! Bien sûr que si ! C'est la loyauté d'un seigneur envers ses vassaux ! C'est son devoir de s'assurer du bien-être de tous ses sujets !
Commenter  J’apprécie          121
AlfaricAlfaric   29 août 2018
- Tu es fou ! S'il y a une chose bien plus dangereuse que de se cacher comme des rats de nos attaquants, c'est de grimper droit dans leurs bras !
- Silence. Ils ne peuvent pas nous voir grâce à la corniche, mais ils ont quand même des oreilles.
Commenter  J’apprécie          10
AlfaricAlfaric   30 août 2018
- Regarde, un hibou ! Le pire présage de malheur qui soit... surtout en début de soirée. Et son cri est un présage de mort !
Commenter  J’apprécie          11
AlfaricAlfaric   31 août 2018
- Quel chic type ! J'ai presque hésité à lui voler sa bourse. Mais bon, une fille doit faire ce qu'il faut pour s'en sortir.
Commenter  J’apprécie          10
AlfaricAlfaric   04 septembre 2018
- Quand une fille n'a que son esprit comme moi, elle doit apprendre toute ce qu'elle peut pour s'en sortir.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Stan Sakai (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stan Sakai
Découvrez une fable de science-fiction étrange et fascinante avec "Kanon au bout du monde", manga culte de Kyo Yoneshiro !
Depuis qu?une nuée d?extraterrestres s?est abattue sur le pays, une sempiternelle pluie tombe sur Tokyo. le peuple vit désormais séparé en deux : ceux qui vivent à la surface, et des privilégiés vivant sous terre. Kanon, jeune femme qui travaille dans un petit café, fait partie de ceux de la surface. Sous ses airs fragiles, elle cache en réalité un caractère pour le moins unique : malgré la situation du monde, son unique préoccupation est Sôsuke Sakai, l?homme qu?elle aime en vain depuis le lycée. Des retrouvailles inattendues lui permettront-elles d?enfin conquérir le coeur de son idole ? Rien n?est moins sûr... Car Sôsuke, véritable héros national engagé dans la lutte contre l?invasion des « gelées », est de surcroît un homme marié... Kanon aura-t-elle le courage de courir après cet amour interdit ?
Plus d'infos : http://akata.fr/actus/annonce-kanon-au-bout-du-monde
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter : https://twitter.com/AKATAmanga Instagram : https://www.instagram.com/akatamanga/ Facebook : https://www.facebook.com/akata.fr/
+ Lire la suite
autres livres classés : samouraïsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Comics : Les héros de Marvel

Elle peut se dématérialiser, et ainsi traverser les objets solides, les murs, les plafonds ... Il s'agit bien sûr de ...

Kate Winslet
Kitty Pryde
Hello Kitty
Katy Perry

10 questions
194 lecteurs ont répondu
Thèmes : comics , super-hérosCréer un quiz sur ce livre