AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782940334896
142 pages
Éditeur : Paquet (17/06/2005)

Note moyenne : 4.18/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Dans ce cinquième tome des aventures de Usagi Yojimbo, vous allez vivre aux côtés de notre héros rônin des histoires tout aussi dramatiques que sensationnelles. Quand il ne se promène pas au festival des cerfs-volants fous, il se retrouve à combattre les sanguinaires ninjas Komori... Avec en prime une préface du maître Stan Lee.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Alfaric
  16 août 2018
Ce tome 5 regroupe les récits suivants :
Dans "La Glace et le Feu" (décembre 1989), Usagi est mandaté par une veuve de samouraï non pour ramener son corps à la maison mais pour récupérer son daisho en possession de son amante bien plus en deuil qu'elle ne se sera jamais : nous sommes donc bien en présence la glace et le feu des passions humaines, il y a même un légende japonaise là-dessus... Entre le devoir et la compassion, le lapin rônin aurait hésité s'il n'était dans un récit à la Agatha Christie transposé dans le Japon féodal, donc ce n'est même pas la peine de recourir au traditionnel « cui bono ? » car il suffit de savoir où va l'argent... (car chez la Duchesse de la Mort, c'est souvent des histoires d'héritages, l'obtention d'une rente à vie étant une obsession par la classe sociale qui a mis en avant « la valeur travail »)
Dans "Le Cerf-Volant" (février 1990), pour une célébration locale Stan Sakai s'amuse à construire un puzzle entre les actions d'un artisan et les actions d'un joueur, Usagi étant la pièce manquante reliant tout le monde  ^^
Dans "Les Ailes de sang" (avril/mai 1990), on reprend un classique ! L'univers de Stan Sakai subit les contrecoups de la Conspiration du Dragon Rugissant, le Seigneur Hijiki chargeant les ninjas komori (= chauves-souris) au lieu de ninjas neko (= chats) de renflouer ses caisses, donc ses moyens mis à mal par la trahison du Seigneur Tamkuro, par le détournement du convoi en provenance d'une mine d'or... Pour que l'opération réussisse encore faut-il qu'aucun témoin n'y survive, et les ninjas komiris sont déjà obligés de faire le siège des villageois qui les ont aperçus dans les montagnes. Usagi tente d'apporter son aide aux malheureux, mais c'est peine perdu... Mais si pris par surprise les les soldats se font massacrer jusqu'au dernier, quand le chef du village après après la mort de son fils il sonne la révolte et les villageois vendent chèrement leur peau ! Encore une fois, nous sommes bien dans l'héritage d'Akira Kurosawa !!!
Notez le retour discret de Chizu la soeur de Shingen le défunt chef des ninjas neko, qui n'est absolument pas dupe des manigances du Seigneur Hijiki qui est tout sauf un bon suzerain...
Dans "La Voie du samouraï" (juillet 1990) Usagi s'attarde dans la province du Clan Hirone suite à l'Affaire Komori, et le destin le fait rencontrer Oyaneko. Ce général en disgrâce est désormais magistrat de campagne : il est un véritable parangon de vertu, mais il est le héros d'enfance du lapin rônin. Les deux hommes se lient d'amitié, et Oyaneko lui fait le récit de la crise de succession du Clan Hirone, la vieille garde samouraï ayant été remplacée par les courtisans flagorneurs du nouveau seigneur (refrain bien connu), les premières victimes du conflit ayant été Yagi et son Gorogoro, « le Bouc Solitaire et son petit » qui suivent la route de l'enfer depuis leur sanglant bannissement (retenez bien ces noms : remember le légendaire "Lone Wolf & Cub" !)... Pour Usagi Oyaneko est la preuve qu'il y a bien quelque chose de pourri dans le monde des samouraï, mais pour Oyaneko Usagi est justement la dernière chance de quitter ce monde avec les honneurs... Mais pour cela le lapin rônin doit accepter de devenir l'instrument de son suicide par samouraï interposé !
La fin est très belle, avec un message d'espoir en contradiction avec la doxa du TINA : si les classes dirigeantes ne sont pas dignes d'être servies, sert le peuple !
Dans "Le Bouc Solitaire et son petit" (septembre 1990), le conseiller Wadame monte Yagi e Usagi l'un contre l'autre dans l'espoir de se débarrasser conjointement de ses « ennemis » comme de ses « amis »... La justice peut-elle s'accomplir quand l'injustice règne dans les hautes sphères ? L'affrontement est inévitable et le si Yagi et son fils Gogoro sont un détournement et un hommage aux Ogami Ittô et son fil de Daigoro, Usagi Miyamoto est autant un détournement du légendaire assassin solitaire que du légendaire rônin Musashi Miyamoto : comme le dit le proverbe, il n'existe nulle adversaire que dangereux que soi-même... Encore une fois, une fin très belle...

Notez également la préface signée Stan Lee, le patriarche de chez Marvel Comics.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Presence
  23 mai 2017
Ce tome fait suite à Usagi Yojimbo, Tome 4 : (épisodes 13 à 18). Il comprend les épisodes 19 à 24, initialement parus en 1989/1990, écrits, dessinés et encrés par Stan Sakai. Il s'agit d'une série en noir & blanc. Il commence par une introduction écrite par Stan Lee. Contrairement à son habitude, celui-ci ne vante pas ses propres mérites, et n'utilise pas des formulations ronflantes pour promouvoir un produit qu'il place au même niveau que Shakespeare quant à son impact sur la littérature. Il évoque des faits concrets, comme la façon dont il a été amené à connaître Stan Sakai, et il évoque des qualités concrètes de la série Usagi Yojimbo. Cette introduction constitue à elle seule la preuve de l'effet que peut avoir cette série, même sur un bateleur tel que Stan Lee. Il comprend 5 histoires complètes.
(1) Frost & Fire - Nagao était l'un des vassaux du seigneur Noriyuki. Il est décédé dans un village un peu à l'est de son fief. Lady Koriko, sa veuve, demande à Miyamoto Usagi d'aller récupérer ses épées dans ce village pour qu'elle puisse les transmettre en héritage à leur fils. Usagi est un peu étonné qu'elle n'évoque pas le rapatriement de la dépouille de son mari. (2) A kite story - Ce récit se décompose en 4 parties. La première raconte comment un artisan construit un cerf-volant géant pour la fête à venir. La seconde évoque comment un joueur professionnel filoute des gogos, la troisième relate le rôle joué par Usagi dans cette histoire, et la dernière conclut avec l'artisan.
(3) Blood Wings - Lors de ses vagabondages, Miyamoto Musashi découvre un mourant dans une clairière de nuit, alors qu'il n'y a aucune trace de pas alentour. En rendant son dernier soupir, Tsubo prononce le terme d'ailes de sang. Usagi poursuit sa route jusqu'au village avoisinant qui lui demande ce qu'il est advenu de Tsubo et combien d'hommes arrivent avec lui pour les délivrer du harcèlement du clan de ninjas Komori (chauve-souris). (4) Usagi arrive dans un village où il bénéficie de l'accueil du haut magistrat qu'il reconnaît pour être le général Oyaneko, un célèbre samouraï. Celui-ci estime qu'il a failli à Higashi, son précédent seigneur et souffre d'une maladie qui le diminue physiquement. Il évoque la disgrâce de Yagi, un autre samouraï, le garde-corps personnel du seigneur Higashi. (5) Miyamoto Usagi se retrouve face à Yagi qui est devenu un assassin louant ses services et qui se déplace avec son fils Gorogoro qu'il transporte dans un petit chariot.
Une fois encore, le lecteur est impressionné par l'identité de l'auteur de l'introduction (présente dans la VO), Stan Lee, rien moins que le cocréateur de Spider-Man et de beaucoup de personnages Marvel. Il identifie également immédiatement la référence contenu dans le titre VO (Lone Goat an Kid), comme étant une variation humoristique sur le titre du manga Lone Wolf & Cub de Kazuo Koike & Goseki Kojima. Stan Sakai tourne en dérision le terme de loup solitaire, le transformant en bouc solitaire. Néanmoins, le lecteur se souvient que Miyamoto Usagi est lui-même un hommage à au samouraï Miyamoto Musashi, héros du roman en 2 tomes La Pierre et le Sabre & La parfaite lumière, d'Eiki Yoshikawa. Dans les précédents tomes, l'auteur a prouvé à plusieurs reprises sa capacité à s'inspirer du patrimoine féodal historique du Japon pour réaliser des récits personnels.
Avant de découvrir cette version personnelle d'Ittō Ogami et de son fils Daigoro, le lecteur se plonge avec un plaisir anticipé dans les 4 autres histoires. Dans la première, Miyamoto Usagi se retrouve dans un dilemme moral. Il comprend vite que les circonstances de la mort du samouraï Nagao devaient être particulières pour que sa veuve n'en parle pas. Il se retrouve impliqué dans une histoire qui ne le regarde pas, avec l'obligation de respecter son devoir de samouraï. Stan Sakai montre en même temps qu'un autre individu s'embarrasse beaucoup moins de morale, souhaitant récupérer l'épée pour lui-même et la vendre au meilleur prix, indépendamment de sa valeur sentimentale et de son importance symbolique. Comme à son habitude, l'auteur adopte une approche naturaliste pour raconter un drame humain, d'un point de vue humaniste qui n'occulte pas les motivations les moins nobles de l'humanité. Les dessins de Stan Sakai n'ont pas changé de registre : simples pouvant être compris aisément par des enfants, avec une violence édulcorée, sans blessure apparente, sans épanchement de sang, même pendant les combats au sabre. le lecteur admire la facilité déconcertante avec laquelle l'artiste fait naître la rue principale d'un village, comment les dessins montrent l'état d'esprit négatif d'un groupe d'hommes en train de siffler des coups dans une taverne. Les dessins sont simples en apparence, mais certainement pas simplistes. L'auberge et les maisons sont représentées avec une architecture et des méthodes de construction conformes à celles utilisées à l'époque. La véracité des tenues vestimentaires n'est pas à mettre en doute.
Le lecteur termine la première histoire un peu émue, et passe à la seconde sans savoir quelle direction elle va prendre. Il découvre que Stan Sakai évoque l'art de construire un cerf-volant géant, tel qu'il se pratiquait à l'époque. Avec des dessins toujours aussi clairs, il montre les différentes étapes de préparation s'étalant sur une année, avec des cellules de texte qui fournissent les explications complémentaires. Ces explications évitent un goût trop scolaire, car elles exposent à la fois le savoir-faire de cet artisan, mais aussi ses aspirations. La construction de l'histoire s'avère sophistiquée, reposant sur 3 points de vue différents qui constituent une histoire complète. L'artiste épate le lecteur passant d'un registre un peu technique lorsqu'il montre comment l'artisan utilise les ressources de la forêt pour ses matières premières avec des dessins toujours aussi faciles à lire (avec une complémentarité exemplaire entre texte et dessins), à un registre plus d'aventure, comme lorsqu'Usagi s'élance pour s'accrocher au cerf-volant en train de prendre la hauteur. À la fin du récit, le lecteur se rend compte que Stan Sakai a réalisé une nouvelle très fournie en seulement 20 pages, un exploit narratif.
La troisième histoire revient dans un registre plus habituel pour les aventures de Miyamoto Usagi : un complot, des villageois opprimés, et un enjeu à l'échelle de la paix dans la région. le lecteur retrouve les machinations du seigneur Hebi pour le compte de son maître Hijiki. Il découvre que le récit repose sur la rivalité entre deux clans ninjas : le clan Neko (déjà apparu dans les tomes précédents) et le clan Komori. Stan Sakai rend le parti risqué de donner des pouvoirs au ninjas Komori, tellement extraordinaires qu'ils en deviennent surnaturels. Il pousse la logique de son choix en leur donnant l'apparence de chauve-souris, capables de planer, avec des ailes portant des tranchants métalliques effilés. le lecteur peut être rebuté par ce choix narratif qui ne peut pas être rationalisé, ou il peut se souvenir que ce n'est pas la première intrusion d'un élément surnaturel dans la série, que c'est un élément constitutif de la série. Quelle que soit sa position, il est sous le charme de la cohérence de visuelle et narrative de ces chauves-souris anthropomorphes. Stan Sakai transcrit avec sensibilité l'isolement du village au milieu des bois, ainsi que les grottes servant de refuge aux ninjas Komori. Il sait faire apparaître les émotions des personnages malgré leur apparence un peu fruste, ainsi que mettre en scène des situations comiques, comme les échanges entre les 2 gardes pas très sûrs d'eux quant à ces ombres dans le ciel. le lecteur se rend compte que Stan Sakai, en tant qu'artiste et auteur, inclut des individus de tout âge dans le village, de l'enfant au vieillard, sans oublier les femmes. Sa narration est à l'opposé des aventures de guerriers barbares dans lesquels il n'y a que des individus musculeux, des femmes superbes, et des monstres répugnants.
Le lecteur attaque la quatrième histoire et se rend compte qu'elle constitue aussi bien une histoire à part entière, qu'un prologue à la dernière avec Lone Goat and Kid, puisqu'il est question de Yagi. Toujours à l'opposé d'un manichéisme simpliste, Stan Sakai met en scène un chef de fief honnête et intègre, oeuvrant à l'amélioration des conditions de vie des habitants du village dont il a la responsabilité. À l'opposé d'une condamnation sans appel de tous les individus de pouvoir, il montre comment un chef temporel peut servir les citoyens sous sa responsabilité, sans question de corruption, sans une approche de tous pourris dans un système vicié et perverti. Toujours aussi fort, l'auteur n'en oublie pas de raconter une histoire à hauteur d'homme, évoquant le drame de la situation du général Oyaneko, son dilemme quant à la voie qu'il doit suivre. le lecteur se rend compte que dès la troisième page il a oublié qu'il regarde des personnages à base d'animaux anthropomorphes plus ou moins ressemblant, tellement il est absorbé dans le récit. L'essentiel est sur la page, bénéficiant d'une mise en scène virtuose, d'une direction d'acteurs qui fait oublier qu'ils n'ont que 4 doigts et d'une reconstitution historique assez consistante pour que le lecteur puisse s'y projeter.
Le lecteur arrive alors à la confrontation annoncée entre Usagi et Lone Goat, déjà pleinement rassasié par les histoires précédentes. Il apprécie que Stan Sakai retranscrive avec sensibilité le caractère si particulier d'Ittō Ogami et son état d'esprit. Il reconnaît sans peine la mention de la route vers les enfers, Meifumado (voie des démons et des assassins, samouraï dès lors hors-la-loi) et il retrouve les accessoires si particuliers du chariot de Daigoro encore tout jeune enfant. Sakai ne fait pas semblant, et le duel a bien lieu. Il ne sacrifie pas pour autant son intrigue, même si elle suit une trame plus classique que les autres. À nouveau, le lecteur ne peut que constater qu'il prend très au sérieux cette silhouette à tête de bouc dans une robe noire, au regard dur et inflexible. Comme dans le manga Lone Wolf & Cub, il ressent une grande pitié vis-à-vis de Gorogoro du fait de son enfance volée. Loin de se cantonner à tirer profit de la célébrité du manga original, par un plagiat éhonté, Stan Sakai en propose une version à la fois respectueuse, et personnelle, une réussite exceptionnelle.
Une fois encore, Stan Sakai réalise un tome parfait, proposant aux petits et aux grands de faire un bout de chemin mouvementé et extraordinaire, aux côtés d'un rônin aux oreilles de lapin, rencontrant aussi bien un vieux bouc obsédé par la vengeance, qu'une veuve peu éplorée, ou un village uni dans l'adversité, ou encore un chef de village honnête et droit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipette
  17 février 2020
Miyamoto Usagi poursuit son chemin de samouraï sans maître. Ce ronin solitaire respecte toujours à la lettre le bushido, ce code très strict, mais il est aussi sensible à d'autres valeurs, comme l'amour et la charité. Une grande partie de cet album tourne autour d'un festival de cerfs-volants. On y apprend l'art ancestral de fabriquer ces légers géants de papier. Évidemment, notre ami rencontre des filous peu fréquentables et des traîtres avides de pouvoir et d'argent. Il se retrouve dans des situations délicates, mais son honnêteté et son habileté aux épées le tirent toujours d'affaire ! « Un samouraï ressemble à sa lame, Usagi. On peut lire ses années de dévouement à son seigneur dans chaque ride de son visage. » (p. 98) Notre ronin aux longues oreilles combat de redoutables ninjas chauves-souris pendant que se trame toujours un terrible complot contre le seigneur Hirone. La suite au prochain album, que j'ai bien entendu déjà acquis...
La préface de Stan Lee donne le ton : on est face à une oeuvre faussement facile, faussement divertissante. Stan Sakai a créé un univers complet et cohérent, riche de références et de détails. Voilà bien pourquoi je ne me lasse pas de suivre les aventures de Miyamoto Usagi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Riduidel
  14 mars 2020
La première histoire (de cerf-volants) est habilement découpée, à défaut d'être follement excitante.Mais le vrai intérêt de ce cinquième tome est évidement l'histoire du combat d'Usagi (et les villageois, bien sûr) contre les féroces ninjas Komoris. Celle-ci rassemble évidement les éléments que je trouve marquants chez Usagi : le courage, l'honneur et l'horreur d'un combat contre un péril difficilement descriptible. Une très bonne histoire autrement dit.Les histoires courtes qui clôturent ce tome sont également intéressantes, puisqu'on y découvre le bouc solitaire et son fils, mais aussi de nouveaux complots (dont le Japon semble décidément friand).Autrement dit, un très bon cru.
9782266131797"
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   20 août 2018
Le mot « samouraï » signifie « celui qui sert ». Si vous ne pouvez servir votre seigneur, alors servez votre peuple !
Commenter  J’apprécie          130
LiliGalipetteLiliGalipette   17 février 2020
« Un samouraï ressemble à sa lame, Usagi. On peut lire ses années de dévouement à son seigneur dans chaque ride de son visage. » (p. 98)
Commenter  J’apprécie          60
AlfaricAlfaric   04 septembre 2018
- Vous voulez que je ramène son corps à...
- Le corps est sans importance. Je veux que vous retrouviez ses épées... Qui sont un héritage très précieux.
- Seulement les épées, Mais...
- Le corps se dégrade avec le temps... Mais les épées représentent la tradition et l'honneur de générations de samouraï.
Commenter  J’apprécie          20
AlfaricAlfaric   23 octobre 2018
- Le jeu de dés est très simple. Il suffit de parier si le nombre de points sera han (impair) ou cho (pair). Les parieurs devraient gagner une fois sur deux, n'est-ce pas ? Non ! C'est souvent nous qui gagnons ! On triche, vous pigez ?
Commenter  J’apprécie          10
AlfaricAlfaric   26 octobre 2018
Les pousses de mûrier dont j'ai besoin mettent deux ans à s'épanouir, mais ce sont elles qui donnent les meilleurs fibres pour le papier.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Stan Sakai (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stan Sakai
Découvrez une fable de science-fiction étrange et fascinante avec "Kanon au bout du monde", manga culte de Kyo Yoneshiro !
Depuis qu?une nuée d?extraterrestres s?est abattue sur le pays, une sempiternelle pluie tombe sur Tokyo. le peuple vit désormais séparé en deux : ceux qui vivent à la surface, et des privilégiés vivant sous terre. Kanon, jeune femme qui travaille dans un petit café, fait partie de ceux de la surface. Sous ses airs fragiles, elle cache en réalité un caractère pour le moins unique : malgré la situation du monde, son unique préoccupation est Sôsuke Sakai, l?homme qu?elle aime en vain depuis le lycée. Des retrouvailles inattendues lui permettront-elles d?enfin conquérir le coeur de son idole ? Rien n?est moins sûr... Car Sôsuke, véritable héros national engagé dans la lutte contre l?invasion des « gelées », est de surcroît un homme marié... Kanon aura-t-elle le courage de courir après cet amour interdit ?
Plus d'infos : http://akata.fr/actus/annonce-kanon-au-bout-du-monde
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter : https://twitter.com/AKATAmanga Instagram : https://www.instagram.com/akatamanga/ Facebook : https://www.facebook.com/akata.fr/
+ Lire la suite
autres livres classés : samouraïsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les super-héros et super-héroïnes de comics

Eternel amoureux de Loïs Lane, il vient de Krypton :

Batman
Superman
Spiderman

15 questions
479 lecteurs ont répondu
Thèmes : bande dessinée , super-héros , comicsCréer un quiz sur ce livre