AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 140125862X
Éditeur : DC Comics (20/10/2015)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
This volume of the hit anthology series features everything from Lois Lane to robot gorillas! Hippolyta's first rule of war is demonstrated as Diana and Cheetah battle over a phoenix egg - and its promise of immortality. Then, Diana's conflicted about her current mission: She agreed to represent the Justice League as the first space station for harvesting Venusian fuel gases is brought online. But her arrival doesn't go smoothly - and then, kaiju attack! In addition... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Presence
  30 septembre 2016
Ce tome est le second d'une anthologie consacrée à Wonder Woman, sous la forme d'histoires courtes. Il en contient 10 histoires, initialement parues en 2015, réalisées par autant d'équipe créatives différentes.
-
- Generations (scénario de Michael Jelenic dessins de Drew Johnson, encrage de Ray Snyder, 22 pages) – À flanc de montagne, Wonder Woman combat Cheetah pour savoir qui pourra s'emparer de l'oeuf de phénix, pendant que sur Thémiscyra la fête d'anniversaire d'Hippolytha bat son plein.
La double page d'ouverture est magnifique, rayonnante grâce aux couleurs très chaudes de Lizzy John rendant bien compte des flammes liées au phénix. Mais à la fin de l'épisode, le lecteur est content qu'il se termine parce que la moitié des pages sont noyées dans ces camaïeux d'orange rutilant qui finissent par être déconnectés de l'action.
Les dessins sont très agréables à l'oeil, avec de jolies courbes, des aplats de noir aux formes fluides, et un bon niveau de détails, sans hypersexualisation de Diana ou de Cheetah. Par contre le lecteur s'interroge sur les postures un peu posées, et les expressions des visages manquant de nuances.
L'histoire mélange une bagarre en bonne et due forme entre Wonder Woman et son ennemie, et la reine lasse du spectacle donnée en son honneur. le retour en arrière n'éclaire pas vraiment la relation entre la mère et la fille d'un jour nouveau ou même intéressant, le combat s'étire sans âme. 2 étoiles pour une jolie histoire, mais guère captivante.
-
- Not included (scénario d'Adam P. Knave, dessins et encrage de Matthew Dow Smith, 10 pages) – Wonder Woman et Big Barda interviennent pour mettre fin au cambriolage des laboratoires STAR, perpétré par Brain et mister Mallah.
Les dessins sont beaucoup plus bruts de décoffrage que dans la première histoire, avec un aspect presqu'esquissé à gros traits, mais ils remplissent leur fonction de porter la narration. le scénariste raconte un combat qui dure sur 10 pages, mais avec une Diana qui affiche ses valeurs, à commencer par la capacité à raisonner, et une forme d'empathie pour son adversaire. Même si la seule et unique blague de Big Barda lasse dès la première répétition (le comique de répétition ne fonctionne pas), le discours de Diana dépasse la dichotomie Bien / Mal avec conviction et pertinence. 3 étoiles pour un récit rapide non dénué de fond.
-
- Venus rising (scénario d'Alex de Campi, dessins et encrage de Neil Googe, 20 pages) – En orbite autour de Venus, Wonder Woman doit aider l'équipe d'une navette à lutter contre des gros monstres issus de la planète.
L'entrée en matière de la scénariste Alex de Campi est assez enlevée avec une pointe de second degré agréable (Diana commentant sur sa nouvelle tenue de l'espace qui lui évitera que son derrière se retrouve avec des commentaires désagréables sur les réseaux sociaux). Les dessins sont détaillés, agréables à l'oeil, et vivants. La fibre féministe s'exprime avec gentillesse, même si la misogynie du commandant de bord est un peu grossière. La résolution du récit laisse le lecteur en plan se demandant pourquoi certains personnages ont fait un choix plutôt qu'un autre. 4 étoiles pour un récit rapide, avec des visuels attractifs et imaginatifs, et un ton décomplexé.
-
- Rescue angel (scénario Amy Chu, dessins et encrage de Bernard Chang, 10 pages) – Au sud de l'Afhanistan le lieutenant Angel Santiago est prise dans une embuscade avec son groupe.
Bernard Chang réalise des dessins descriptifs à souhait, montrant la présence des soldats américains dans ce village, sans jugement de valeur sur les soldats ou sur les autochtones. La scénariste raconte une histoire dans laquelle Wonder Woman n'apparaît pas forcément présentant l'intervention des soldats américains sous un jour favorable, sans pour autant glorifier la guerre ou l'occupation. Si ce message est difficile à prendre pour argent comptant, l'utilisation de la superhéroïne comme inspiration héroïque est bien faite. 4 étoiles, avec quelques réserves sur le message sous-jacent.
-
- Sabotage is in the stars (scénario de Heather Nuhfer, dessins et encrage de Ryan Benjamin, 10 pages) – Wonder Woman aide l'équipage d'une navette spatiale indienne à déjouer des actes de sabotage.
L'histoire déroule une intrigue des plus basiques, avec des grosses ficelles. Les dessins sont efficaces, mais ne soutiennent pas la comparaison avec ceux de Neil Googe (troisième histoire), se déroulant également dans l'espace. le personnage de Wonder Woman ne ressort pas grandi ou plus intéressant de cette histoire. 1 étoile.
-
- Wonder world (scénario de James Tynion IV, dessins et encrage de Noelle Stevenson, 20 pages) – Une jeune Diana arrive sur une plage et aide la jeune Riley à vaincre une équipe de garçons dans un jeu vidéo de danse, dans une fête foraine.
Scénariste et dessinatrice ont choisi une approche narrative en total décalage avec les histoires précédentes. le récit montre une jeune Diana, en phase de rébellion contre sa mère, découvrant la joie des jeux d'arcade, et le plaisir sans pareil d'une glace. Les dessins sont à destination de la jeunesse, avec de jolies couleurs dans les tons rose (mais sans être trop vives ou fluorescentes), tout en présentant un bon niveau de détails. Cette fois-ci le personnage de Diana est présenté sous un jour intéressant, prête à défendre sa position, et pleine d'empathie pour la demoiselle qu'elle défend, faisant preuve d'une curiosité positive pour cette culture qu'elle ne connaît pas. 4 étoiles.
-
- The problem with cats (scénario de Laren Beukes, dessins et encrage de Mike Maihack, 10 pages) – Zozo joue à Wonder Woman avec les poupées de sa grande soeur sur le visage desquelles elle a gribouillé. Elle est punie et doit les laver.
On passe à une histoire franchement pour jeune demoiselle, avec dessins exagérés pour la jeunesse, et histoire mettant en scène une fille jouant à la poupée. La narration tient bien la route, avec une cohérence entre fond et forme, pour une tranche de vie sympathique et enjouée. 4 étoiles.
-
- Girl's day out (scénario de Cecil Castellucci, dessins de Chris Sprouse, encrage de Karl Story, 20 pages) – Wonder Woman a accepté une interview de Lois Lane qui pose toutes les questions les plus people possibles, avant que l'entretien ne soit interrompu par l'attaque d'un monstre.
Les dessins de Chris Spouse sont aérés, sur un rythme fluide et soutenu. L'histoire est rapide et peu consistante. La scénariste arrive à la fois à confronter le côté people de Lois Lane, et le côté plus impliqué de Diana au cours de ce qui est majoritairement une scène de combat. Il y a une utilisation à la fois pertinente et à propos des réseaux sociaux. Mais à la fin, le récit s'avère très creux. 2 étoiles (pour les dessins de Sprouse).
-
- VIP (scénario de Sara Ryan, dessins et encrage de Christian Duce, 20 pages) – Wonder Woman a accepté de servir de garde du corps à Esperenza, une pop star, pour aider madame Anthony.
Sara Ryan prend le risque de placer Diana dans une situation très prosaïque, auprès d'individus pas forcément très agréables, pour un enjeu qui n'est pas clarifié dès le départ. Les dessins de Duce racontent l'histoire, avec une petite faiblesse dans la consistance des décors. Les motivations du méchant de l'histoire ne volent pas très haut, par contre le portrait de pop star évite les clichés pour faire exister cette jeune dame. 4 étoiles.
-
- Casualties of war (scénario, dessins et encrage d'Aaron Lopresti) – Wonder Woman se bat contre un dragon qui a décidé de la tuer pour se venger de l'extermination de sa race par les amazones.
Aaron Lopresti met en place une histoire très superhéroïque de Wonder Woman, avec un combat physique contre un dragon, des dessins de bon niveau, bien détaillés, avec des postures de superhéros classiques et efficaces. Ce combat est l'occasion pour Diana de réaffirmer ses valeurs face à son adversaire, conciliant sa dimension guerrière, avec celle d'ambassadrice pour la paix. 5 étoiles.
-
À la fin de ce tome, le lecteur ressort rasséréné sur le fait qu'en 10 histoires, les auteurs ont donné 10 versions différentes de Diana / Wonder Woman, toutes aussi valides les unes que les autres, prouvant qu'il est encore possible de donner vie à ce personnage pourtant réputé difficile. Certaines tombent à plat, d'autres parlent plus au lecteur, en fonction de sa personnalité et de ses attentes. Il n'en reste pas moins que pour un lecteur appréciant le personnage, c'est un grand plaisir de pouvoir la voir évoluer dans des histoires courtes, très diversifiées, plus ou moins empreintes de sa personnalité, et de celles de ses créateurs. 4 étoiles pour cette preuve de la vivacité de Wonder Woman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Noelle Stevenson (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Noelle Stevenson
Webcomic Rampage Live Draw 4: Part 6
autres livres classés : histoires courtesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les super-héros et super-héroïnes de comics

Eternel amoureux de Loïs Lane, il vient de Krypton :

Batman
Superman
Spiderman

15 questions
453 lecteurs ont répondu
Thèmes : bande dessinée , super-héros , comicsCréer un quiz sur ce livre