AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2847617825
Éditeur : Al Dante (01/10/2013)
Résumé :
Jacques de Groote, ex-directeur exécutif du FMI (1973-1994) et de la Banque mondiale (1975-1991) est aujourd’hui dans le collimateur de la justice suisse : il est poursuivi par la justice suisse pour « blanchiment d’argent aggravé », « escroquerie », « faux dans les titres ». L’affaire porte sur la privatisation frauduleuse d’une des principales mines de charbon de République tchèque à la fin des années 1990.
C’est l’occasion pour se pencher sur cet honorable... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
de
  30 septembre 2013
Au delà des individus, un système et des institutions leur permettant d'agir et les encourageant à le faire
FMI et Banque mondiale ou l'immunité pré-construite des « hommes exemplaires ». Comme l'indiquent, en introduction, Pauline Imbach et Damien Millet : « Les grands médias font la part belle à ces deux institutions. Impossible de les critiquer, de remettre en cause leur action, encore moins leur existence. Tout se passe comme si elles faisaient partie d'une autre dimension, où leurs échecs répétés et les graves dégâts qu'elles provoquent ne peuvent leur être imputés. Elles jouissent d'une légitimité intrinsèque et sans limite. Jamais leurs dirigeants ne sont poursuivis en justice car ils bénéficient d'une immunité pour les faits commis dans l'exercice de leurs fonctions. Depuis leur création en 1944, la Banque mondiale et le FMI n'ont fait l'objet d'aucun procès malgré des violations répétées des droits humains ».
Des conséquences désastreuses pour les populations de leurs décisions (Aminata Traoré dans sa préface écrit : « Les potions du FMI et de la Banque mondiale ne sont pas seulement amères, elles sont souvent mortelles ») : non responsables par définition ; des conflits d'intérêts : non concernés par définition ; des soutiens aux violations des droits des êtres humains : non coupables par définition ; des montages de dettes illégitimes ou odieuses : non responsables par définition, etc…
Eric Toussaint nous présente le parcours édifiant d'un de ces hommes exemplaires : Jacques de Groote.
Au delà du parcours détaillé, de la longue liste des faits dans lesquels est impliqué le personnage, l'auteur fait aussi un rappel sur le droit international et les dettes contractées dans le cadre de la colonisation, et plus généralement sur les dettes illégitimes et odieuses. Dans sa postface, Jean Ziegler indique sur ce sujet : « La dette extérieure constitue une arme de destruction massive. Elle soumet les peuples, détruit leurs velléités d'indépendance, assure la permanence de la domination planétaire des oligarchies du capital financier » et « le garrot de la dette extérieure empêche les pays les plus démunis de réaliser les investissements minima dont leur agriculture a urgemment besoin ». Éric Toussaint revient aussi sur les financements du gouvernement rwandais avant le génocide des Tutsis, ou supposés tels, et de nombre d'Hutus opposants : « Dans ce contexte, il est fondamental de s'interroger sur le rôle des bailleurs de fonds internationaux. Tout laisse penser que les politiques imposées par les institutions financières internationales, principaux bailleurs de fonds du régime dictatorial du général Juvénal Habyarimana, ont accéléré le processus conduisant au génocide. Généralement, l'incidence négative de ces politiques n'est pas prise en considération pour expliquer le dénouement dramatique de la crise rwandaise. Seuls quelques auteurs mettent en évidence la responsabilité des institutions de Bretton Woods, qui refusent toute critique à ce sujet ».
Un court aperçu des choix de ces institutions, et du rôle de Jacques de Groote, en soulignant l'absence de tout contrôle démocratique et l'irresponsabilité pénale attribuée : « soutien de la BM et du FMI à la politique spoliatrice des puissances coloniales jusqu'aux indépendances, et ce en flagrante contradiction avec la charte des Nations Unies, De Groote y participe du côté de la Belgique qui domine le Congo « belge » jusqu'en juin 1960 ; déstabilisation et écartement de Patrice Lumumba (la Belgique est impliquée dans l'assassinat de l'ancien premier ministre congolais en janvier 1961) ; soutien à la dictature de Mobutu des années 1960 jusqu'au début des années 1990, De Groote a conseillé Mobutu et son gouvernement ; soutien de la BM et du FMI au régime du général Habyarimana au Rwanda des années 1980 au début des années 1990, De Groote a conseillé le gouvernement rwandais ; rappelons que les dictatures de Mobutu et d'Habyarimana ont été coupables de violations systématiques des droits humains et de crimes contre l'humanité. La liste doit être complétée : application systématique de l'agenda néolibéral avec la généralisation des politiques d'ajustement structurel afin notamment de rembourser une dette odieuse et/ou illégitime, et de mieux ouvrir les économies des pays endettés aux intérêts des grandes sociétés privées transnationales, De Groote y participe en tant que directeur exécutif à la BM entre 1975 et 1991 et au FMI entre 1973 et 1994 ; vaste programme de privatisations dicté par le FMI et la Banque mondiale qui a bénéficié à une poignée d'individus et à quelques grandes entreprises privées, les privatisations ont été souvent liées à des fraudes et à des escroqueries comme le dénonce la justice suisse dans le cas de la privatisation de la mine MUS. S'ajoute dans le cas de Jacques de Groote un conflit d'intérêt manifeste car alors qu'il était encore directeur exécutif du FMI, il a perçu d'importantes sommes pour les aides qu'il a apportées au secteur privé. Il faut relever que le FMI et la Banque mondiale n'ont décidé aucune sanction, aucune mesure pour faire face à ce conflit d'intérêt, la Belgique, représentée par De Groote dans ces institutions, non plus ».
En attendant la sentence judiciaire en Suisse contre Jacques de Groote, un livre très utile, à lire et faire connaître. Et au delà de la personne, des personnes, il convient de faire le procès public des deux institutions, de leurs dirigeants et de leurs donneurs d'ordres. « Dans cette affaire la cupidité se mêle, de manière révoltante, à la violation des droits humains fondamentaux. Les institutions responsables restent jusqu'ici intouchables et leurs dirigeants croient bénéficier d'une impunité scandaleuse. Il est grand temps d'y mettre fin ! Il faut donc obtenir à la fois que les fonctionnaires du FMI et de la BM soient redevables devant la justice pour les actes posés dans l'exercice de leurs fonctions et que les institutions en tant que telles rendent compte devant la justice pour les multiples violations des droits humains auxquelles elles se sont livrées, et continuent de se livrer, au Nord comme au Sud. »
Très belle postface de Jean Ziegler.
Lien : http://entreleslignesentrele..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
dede   30 septembre 2013
Les grands médias font la part belle à ces deux institutions. Impossible de les critiquer, de remettre en cause leur action, encore moins leur existence. Tout se passe comme si elles faisaient partie d’une autre dimension, où leurs échecs répétés et les graves dégâts qu’elles provoquent ne peuvent leur être imputés. Elles jouissent d’une légitimité intrinsèque et sans limite. Jamais leurs dirigeants ne sont poursuivis en justice car ils bénéficient d’une immunité pour les faits commis dans l’exercice de leurs fonctions. Depuis leur création en 1944, la Banque mondiale et le FMI n’ont fait l’objet d’aucun procès malgré des violations répétées des droits humains
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
dede   30 septembre 2013
Dans cette affaire la cupidité se mêle, de manière révoltante, à la violation des droits humains fondamentaux. Les institutions responsables restent jusqu’ici intouchables et leurs dirigeants croient bénéficier d’une impunité scandaleuse. Il est grand temps d’y mettre fin ! Il faut donc obtenir à la fois que les fonctionnaires du FMI et de la BM soient redevables devant la justice pour les actes posés dans l’exercice de leurs fonctions et que les institutions en tant que telles rendent compte devant la justice pour les multiples violations des droits humains auxquelles elles se sont livrées, et continuent de se livrer, au Nord comme au Sud.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
dede   30 septembre 2013
Dans ce contexte, il est fondamental de s’interroger sur le rôle des bailleurs de fonds internationaux. Tout laisse penser que les politiques imposées par les institutions financières internationales, principaux bailleurs de fonds du régime dictatorial du général Juvénal Habyarimana, ont accéléré le processus conduisant au génocide. Généralement, l’incidence négative de ces politiques n’est pas prise en considération pour expliquer le dénouement dramatique de la crise rwandaise. Seuls quelques auteurs mettent en évidence la responsabilité des institutions de Bretton Woods, qui refusent toute critique à ce sujet
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
dede   30 septembre 2013
La dette extérieure constitue une arme de destruction massive. Elle soumet les peuples, détruit leurs velléités d’indépendance, assure la permanence de la domination planétaire des oligarchies du capital financier » et « Le garrot de la dette extérieure empêche les pays les plus démunis de réaliser les investissements minima dont leur agriculture a urgemment besoin
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : fmiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1780 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre