AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782914569460
316 pages
Le Jardin des livres (30/03/2005)
3.25/5   6 notes
Résumé :
Depuis plus de 2000 ans, le Livre d'Enoch -celui qui a été emporté au ciel par les Anges et qui doit revenir avant le Jugement, selon la Bible- a la réputation de porter chance à toute personne qui le lit.
Et le texte de la version -slavonique" est le plus surnaturel de tous, sans doute parce que le plus fidèle à l'original, comme le montre le dossier historique.
La version bilingue -slavon-français- du professeur André Vaillant, traduction du m... >Voir plus
Que lire après Le livre des secrets d'EnochVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Livre de 311 pages partagé en deux parties.
Après la page 140, il est bilingue et imprimé en petits caractères car entièrement consacré à la traduction du manuscrit Uvarov (traduction du Livre des secrets d'Enoch)
Jusqu'à la page 137, il y est question du même récit que l'on rencontre dans de nombreuses traditions, avec juste quelques variantes :
Sources sumériennes, panthéon mésopotamien, judaïsme, etc. c'est toujours les mêmes croyances et cultes, même si les divinités portent des noms différents. le Déluge est quand à lui toujours présent. Pour certains, le héros se nomme Noé et pour d'autres, il porte un autre nom.
Toujours le même récit recyclé de peuples en peuples à différentes époques.


Concernant Enoch, selon la tradition, c'était un patriarche de la lignée de Seth, qui aurait vécu 7 générations après Adam. Il était le père de Mathusalem et l'arrière-grand-père de Noé. Il fut enlevé une première fois pendant 30 jours et 30 nuits (*1) pour recevoir des enseignements des anges.
Selon la tradition, il a été le premier homme à posséder la connaissance des choses du ciel et de la terre ainsi que l'écriture.
Il a eu un entretien avec le Créateur qu'il a vu face à face, non sans une certaine préparation décrite avec des mots difficiles à traduire. Comme dans tous les récits bibliques de rencontres d'un certain type, il devait préalablement subir plusieurs 'traitements' et avoir une protection contre la chaleur et les brulures. (*2)
Durant son enlèvement, il a écrit 360 'livres' (*3) et beaucoup observé sans vraiment comprendre... ou du moins, comprendre avec les croyances de son époque.
On le ramena sur Terre (*4) afin qu'il remette ses livres représentant la somme de l'enseignement à ses fils et qu'il prépare son départ définitif. Il est dit qu'après son retour, il n'a plus eu besoin de nourriture terrestre (*5) dû au traitement dont il avait bénéficié lors de son enlèvement (la nourriture terrestre lui étant devenue insupportable).
Étant au milieu des siens, il fut à nouveau enlevé, mais définitivement, comme c'était prévu (*6).
Le Livre des secrets d'Enoch est devenu apocryphe depuis le concile de Laodicée en 364 mais est resté canonique pour l'Église orthodoxe éthiopienne.
A l'origine, récit mésopotamien, reprit par de nombreuses traditions dont le judaïsme.
C'est en partie sur le panthéon mésopotamien que se base de nombreuses théories sur les anciens astronautes (*7).


Théorie des anciens astronautes se basant sur entre autres, les récits mésopotamiens et bibliques (une des plus courantes parmi d'autres) (*7) :
Les "Anunnaki" auraient créé l'homme. (Mélange d'ADN modifiant la chaine d'évolution des primates présents sur Terre, créant des êtres hybrides pour aboutir au résultat final : l'homme).
Ils auraient colonisé la Terre utilisant l'homme tout en lui délivrant certains savoirs.
Ils seraient repartis, leur constellation d'origine n'étant proche du système solaire que les 3600 ans. Certaines théories parlent de la fameuse planète ''x" que d'autres nomment Nibiru.


Selon la théorie biblique (qui pour les agnostiques ou athées, est une simple théorie comme les autres) :
Le démiurge (Dieu si l'on veut) ayant créé le monde de la matière, envoya des "Veilleurs" (anges assignés à cette tache) afin de surveiller les affaires humaines. Certains enseignèrent les sciences interdites aux humains (astrologie, médecine, artifices de la séduction, etc.) D'autres s'accouplèrent avec des femmes, donnant naissances aux "Nefilim" (des être hybrides que les récits bibliques associent aux géants). Pour gommer ces abominations, ces impuretés blasphématoires à ses yeux de la surface de la Terre, le créateur provoqua le Déluge.


- (*1) selon les versions, 30 ou 60 jours car 30 jours et 30 nuits pour recevoir l'enseignement et tout autant pour l'écrire ensuite
- (*2) < < Michaël me dépouilla de mes vêtements, et il m'oignit de la bonne huile : et la vue de l'huile plus que d'une grande lumière, et sa graisse comme une rosée bienfaisante, et son parfum une myrrhe resplendissante comme un rayon de soleil. Et je me regardai moi-même, et je fus comme un des Glorieux, et il n'y avait pas de différence d'aspect > >
< < ... l'aspect de cet ange était neige et ses mains glace, et il rafraîchit mon visage, parce que je ne supportais pas la crainte de la brûlure de feu... > >
- (*3) < < Et tout ce qu'il convient d'apprendre, Vreveil me l'exposa pendant 30 jours et nuits, et sa bouche se tue pas de parler. Et moi, je ne me reposai pas pendant 30 jours et 30 nuits, écrivant tous les signes. Et quand j'eus fini, Vreveil me dit : "Assieds-toi, écris tout ce que je t'ai exposé". Et je m'assis le double de 30 jours et 30 nuits, et j'écrivais tout exactement, et je composai 360 livres > >
(selon traduction manuscrit Uvarov)
- (*4) < < Et je me suis retrouvé ainsi à nouveau dans mon lit, comme si je ne l'avais jamais quitté. Mon fils Mathusalem, qui attendait mon retour jour et nuit au pied de mon lit, fut stupéfait de me voir > >
- (*5) < < Depuis que le Seigneur m'a oint de l'huile de sa gloire, il n'y a pas eu de nourriture en moi, et la nourriture ne m'est pas agréable, et je n'ai pas envie de nourriture terrestre > >
- (*6) Pendant qu'Enoch conversait avec son peuple, le Seigneur envoya les ténèbres sur la terre, et ce furent les ténèbres, et des ténèbres couvrirent les hommes qui se tenaient avec Enoch. Et les anges se hâtèrent, et les anges prirent Enoch et l'emmenèrent (...) Et les ténèbres se retirèrent de la terre et ce fut la lumière, et le peuple vit, et il comprit comment Enoch avait été pris (...) Et Mathusalem et ses frères, les fils d'Enoch se hâtèrent, et ils construisirent un autel au lieu Azouchan, d'où Enoch avait été pris....
- (*7) Ces théories des anciens astronautes, ne sont pas présentent dans l'ouvrage qui ne fait que les suggérer suivant l'interprétation que le lecteur en fait...
Commenter  J’apprécie          70
Il y a plusieurs façons de lire ce livre. D'abord sur le plan du livre lui-même c'est un texte très ancien qui nous donne une vision du monde et du ciel quelques 1500 av JC. Un texte mystique dans l'esprit des grands textes de la bible avec ses imprécations, ses rêves du monde de l'au-delà et les messages avertisseurs du déluge de Noé. Il est présenté ici en deux versions, le courte et la longue, avec des commentaires sur les ajouts et modification au fil du temps. C'est très beau, je pensais en le lisant à Dante.
Il y a une deuxième façon, en s'en tenant à l'introduction historique. Je savais, par d'autres lectures, que la genèse, le premier livre de la bible avait été écrit plus tard que les autres, et surtout après le retour des hébreux de Babylone. L'introduction historique souligne bien les rapprochements avec les mythes sumériens (le déluge par exemple). Je connaissais l'influence égyptienne (akhenaton) et sumérienne, mais je sous estimais cette dernière. Instructif.
Il y a une troisième façon, sur la construction des religions. On ajoute un texte, on enlève un autre : Henoch a fait partie des livres officiels puis a été retiré. Cela me fait penser aux rouleaux de Qumran dont on n'a révélé qu'une partie des contenus. Peut-être sont-ils dérangeants pour ceux qui voient dans Qumran une filiation avec des églises actuelles (ce qui ne semble pas être le cas).
Il y a sûrement encore d'autres lectures.
En tout cas, un livre intéressant.
Commenter  J’apprécie          110
Enoch nous propulse dans le monde si lointain de Sumer, celui de la toute première écriture de l'humanité. Faisant partie de la race des Patriarches de la Bible, il vécut 365 ans et son fils, Mathusalem 965. La légende raconte qu'il fut emporté au ciel par deux anges qui lui refroidirent le visage pour qu'il puisse supporter la splendeur rayonnante du Très Haut, lequel reconnut sa sainteté et lui ordonna de revenir sur Terre achever sa mission en écrivant le livre qu'Il lui inspirerait. Ce livre fut écrit entre 3000 et 1200 ans avant J.C., donc bien avant l'Ancien Testament, sur des tablettes en écriture cunéiforme sumérienne. Même si l'on trouve des pans de cet ouvrage dans la Bible, il disparut totalement pendant plus de 1400 ans avant de reparaître sous deux formes (sumérienne et slavonique). Mais aucune de ces deux versions (très proches d'ailleurs) ne fut acceptée par l'Eglise et intégrée à la Bible. Certains exégètes parlèrent même de l'oeuvre d'un faussaire. Mais la découverte et l'étude des manuscrits de la Mer morte au début de l'autre siècle changèrent totalement la donne. le texte était bien authentique.
« Le livre des secrets d'Enoch » se présente comme un texte d'inspiration biblique. L'auteur nous en présente une traduction avec assez peu de commentaires et même un moment avec les deux versions en parallèle. Il se lit sans difficulté particulière et se caractérise par l'impression étrange de « déjà-lu quelque part ». Une sorte de version proto-historique de la Génèse avec une création du monde assez poétique, un Dieu presque plus proche des hommes et moins vengeur que Yahvé, avec autour de lui toute une cour d'anges et d'archanges dont certains se rebellent contre son pouvoir et d'autres arrivent même à épouser les filles les plus charmantes de la Terre pour engendrer une race de géants. le lecteur qui se retrouve donc en pleine mythologie, découvrira que les mythes ont la vie dure, vu qu'ils se retrouvent au fil des millénaires dans les récits de Gilgamesh, puis dans la Bible et finalement dans le Coran sous des formes assez voisines. Donc pas mal de découvertes en perspective pour les esprits curieux. Un seul exemple : il n'y aurait pas eu un seul et unique déluge comme le dit la Bible avec Noé comme personnage central, mais au moins quatre majeurs en – 9000, – 5600, – 3000 et – 2100 et les rescapés n'auraient pas gardé dans l'arche des paires d'animaux, mais des douzaines ! Au-delà de l'aspect religieux voire mystique, on peut toujours en conclure que la sagesse est éternelle.
Lien : http://www.bernardviallet.fr
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Il y a bien eu un déluge massif voici 7 600 ans dans la région actuelle de la Turquie, soit approximativement en 5 600 av. JC. L'arrivée soudaine d'une phénoménale masse d'eau qui a inondé le petit lac d'eau douce de la région pour devenir aujourd'hui ce que l'on appelle la Mer Noire.
Les histoires de Déluge sont universelles ; on les retrouve aussi bien chez les Hindous, les Romains, les Aztèques que les Chinois. Leur existence n'est donc plus un mythe mais bien une terrible réalité.
[...] En plus du Déluge de Ryan et Pitman qui a transformé le Bosphore et déplacé les rivages de la Méditerranée, les géologues ont aujourd'hui identifié d'autres inondations massives similaires : une première, plus ancienne qui eu lieu vers 9000 av. JC., une vers -5600, une autre vers -3000 et une dernière vers 2100 av. JC., cataclysmes tout aussi phénoménaux, confirmés entre autres par d'innombrables relevés sédimentaires. Cela nous donne donc la chronologie des Déluges (ou inondations massives) suivante :
9000 av. JC. // 5600 av. JC. // 3000 av. JC. // 2100 av. JC.
Sachant à nouveau que l'écriture sumérienne est apparue dans sa forme archaïque vers 4000 av. JC. et qu'elle ne s'est stabilisée que vers -3200 (avec les pictogrammes transformés en phonèmes), le Déluge de -3000 s'impose de lui-même pour Enoch.
Ensuite, les premières tablettes qui font directement référence au Déluge pointent aussi sur la même période (2900 av. JC.).
Mais voici un autre élément, bien plus important : il s'agit d'une tablette, abîmée en maints endroits, qui raconte comment Anu, Enki, Enlil et Ninhursag - les divinités qui ont créé les hommes, les animaux, la végétation et les cinq cités primordiales - ont décidé de rayer les hommes de la surface de la terre. Hélas on ne sait pas pourquoi, car à cet endroit la tablette est endommagée. Toujours est-il qu'ils ont entrepris de noyer la terre en déclenchant le Déluge... Le récit reprend et précise que l'un des dieux, pris de remords, informa personnellement le roi Ziusudra de l'imminence du cataclysme et lui ordonna de construire un bateau pour y échapper. Vous connaissez la suite : il navigua pendant une semaine tandis que tout Sumer (grande comme la Belgique actuelle) était recouverte par les eaux.
(Ziusudra : chez les Babyloniens, Atrahasis et Utanapishtim ; chez les Hébreux, Noé)
[...] Effectivement, il y eut un Déluge. Mais dû à quoi ? Au dégel massif à la suite d'une période glaciaire comme le soutiennent les auteurs du 'Grand dérèglement du climat' ? Au passage de la Terre dans la chevelure d'une comète ? A un tremblement de terre ? On sait par exemple que dans le passé, à plusieurs reprises, une vague géante a fait le tour complet de la terre. A cause de la chute d'un corps céleste géant dans la mer et qui aurait déclenché une vague géante ? Aujourd'hui par exemple, la NASA a calculé que si un évènement semblable se passait, la chaleur de la puissance de l'impact et les nuages crées par l'évaporation de milliards d'hectolitres d'eau salée assombriraient les cieux pendant plusieurs jours, voire semaines, et déplaceraient par la même occasion l'axe de la rotation de la Terre, sans même parler des vagues monstrueuses.
Commenter  J’apprécie          90
Le commun des mortels ne peut pas savoir que les Nefilim sont avant tout des Anges, au nombre de 200, déchus de leur statut par Dieu pour justement s'être révoltés afin de s'accoupler avec des femmes. Le 'Livre d'Enoch' a donc été mis mis à l'Index parce qu'il était le seul à totalement développer ce sujet (politiquement incorrect) en décrivant dans les moindres détails les protagonistes, les lieux, les circonstances et les raisons de cet incident céleste. Enoch avait même précisé que les enfants de ces Nefilim étaient devenus les géants mythiques.
[...] Aussi étonnant que cela puisse paraître, Enoch a toujours été considéré, et ce bien avant l'ère chrétienne, comme l'inventeur du calendrier, de l'astronomie et surtout de l'écriture. Voltaire, pourtant éminent rationaliste, fut lui aussi intrigué par ce personnage en travaillant sur son 'Dictionnaire philosophique'...
~~~~~~ < < Enoch est un personnage aussi singulier qu'Elie, à cela près que la Genèse nomme son père et son fils (...) Les Orientaux et les Occidentaux ont célébré cet Enoch. La sainte Écriture, qui est toujours notre guide infaillible, nous apprend qu'Enoch (...) marcha avec Dieu, et qu'il ne parut plus, parce que Dieu l'enleva. ''C'est ce qui fait'', dit dom Calmet, ''que les Pères et le commun des commentateurs assurent qu'Enoch est encore en vie, que Dieu l'a transporté hors du monde aussi bien qu'Elie, qu'ils viendront avant le Jugement dernier s'opposer à l'Antéchrist, qu'Elie prêchera aux Juifs, et Enoch aux Gentils''.
Saint Paul, dans son Épitre aux Hébreux (qu'on lui a contestée), dit expressément : "C'est par la foi qu'Enoch fut enlevé, afin qu'il ne vît point la mort ; et on ne le vit plus, parce que le Seigneur le transporta".
Saint Justin, ou celui qui a pris son nom, dit qu'Enoch et Elie sont dans le paradis terrestre, et qu'ils y attendent le second avènements de Jésus-Christ.
Saint Jérôme, au contraire, croit qu'Enoch et Elie sont dans le ciel.
C'est même Enoch, septième homme après Adam, qu'on prétend avoir écrit un livre cité par Saint Jude.
Tertullien dit que cet ouvrage fut conservé dans l'Arche, et qu'Enoch en fit même une seconde copie après le Déluge... > > ~~~~~~


[...] Une autre légende, persistante, dit qu'Enoch a personnellement gravé son Livre sur deux piliers afin que son texte soit gardé à jamais sur Terre, malgré les eaux. Après le Déluge, ces piliers ont été retrouvé par des sujets du roi Salomon et ce dernier, fasciné, les a intégrés dans son temple, d'où l'expression couramment utilisée aujourd'hui "Les Colonnes du Temple".
Mais voici une autre piste encore plus étonnante, et qui confirme à nouveau la remarquable analyse de Voltaire : cette relation avec le pilier, on la retrouve effectivement en Égypte, bien après le Déluge, dans la figure de Thot :
~~~~~~ < < Lorsque le pays a été divisé en différentes propriétés ou provinces, Thoth, le Pilier au coin du pays, est devenu un dieu important ; et comme le nom du propriétaire était gravé dessus, il était le dieu des Lettres et de tout le Savoir.
Il avait la tête d'un ibis, parce que les ibis se perchent toujours au sommet.
Il est souvent représenté en train d'écrire ou bien de compter en entaillant les années au dos d'une feuille de palmier.
Cette branche de palmier est le caractère hiéroglyphique pour le mot 'année'. Thoth a été appelé "Hermès" par les Grecs, un nom qui a la même signification : un pilier.
D'ailleurs, à l'époque, les livres sacrés des prêtres étaient tous supposés avoir été écrits par Thoth. > > ~~~~~~
Commenter  J’apprécie          50
(Extrait : Livre d'Enoch)

< < Courage, Enoch, n'aie pas peur ; lève-toi, et va avec moi, et tiens-toi devant la face du Seigneur à jamais > >
Et je lui répondis et dis :
< < Hélas, mon seigneur, mon âme s'est retirée de moi, de crainte ; et appelle à moi les hommes qui m'ont amené jusqu'à ce lieu, parce qu'en eux j'avais confiance, et avec eux j'irai devant la face du Seigneur > >
Et Gabriel m'enleva, comme une feuille enlevée par le vent, et il me traîna et me plaça devant la face du Seigneur > >
[...] < < Je vis enfin l'apparence de Dieu, ressemblant à l'acier rougeoyant soudain sorti des flammes, étincelant et brûlant. Ainsi, dans un moment fugace d'éternité, je vis le visage du Seigneur. Mais si Dieu possède un visage ineffable et merveilleux, il est aussi effrayant et terrible.
Mais après tout qui suis-je, moi, Enoch, pour décrire Dieu, pour décrire sa présence inexprimable et son visage merveilleux ? Je ne peux même pas décrire ses innombrables attributs et ses voix si variées. Son trône est extraordinaire, et de toute évidence non conçu par les mains... (...)
Je me prosternai devant Dieu. Alors, par ses lèvres, Il me dit : "Aie du courage, Enoch, n'aie pas peur, lève-toi et tiens-toi devant moi dans l’Éternité". Soudain Michaël m'a soulevé et m'a déposé devant la face du Seigneur. (...) Dieu s'adressa alors à Michaël : "Enlève les vêtements terrestres d'Enoch, oins-le avec mon onguent divin et habille-le des vêtements de ma gloire". Michaël exécuta la demande du Seigneur. Il recouvrit mon corps de saintes huiles et m'habilla. L'onguent avait l'apparence d'une lumière puissante et son contact me fit l'effet d'une rosée matinale, avec une odeur agréable et douce. Puis je commençai à briller comme un rayon de soleil. Je me regardai moi-même et découvris que je m'étais transformé en un "être glorieux", comme ces Anges qui se tiennent devant Dieu. (...)
Et Pravuil, m'expliqua alors le fonctionnement du Ciel, de la Terre, des océans et de tous les éléments naturels. Il me donna les détails du tonnerre, du soleil, de la lune, des étoiles, des années, des jours et des heures, ainsi que ceux du vent (...)
Alors pendant 30 jours et 30 nuits, moi, Enoch, je pris note de tout ce qui m'était montré et j'écrivis ainsi 366 livres. > >

[...] < < Je te donne les Anges Sariel et Raguel qui t'ont conduit jusqu'ici, ainsi que des livres. Retourne en bas, sur Terre, et raconte à tes fils tout ce que je t'ai dit et tout ce que tu as vu (...)
[...] Au bout de 30 jours, j'enverrai Mon Ange te chercher et t'enlever à tes enfants afin de te ramener à Moi.
Alors le Seigneur a appelé l'un de ses anges les plus anciens, un Ange terrible et menaçant qu'il a placé à mes côtés. Son apparence était comme de la neige, ses mains comme de la glace ou du givre, et il a gelé mon visage parce qu'autrement je n'aurais pas pu supporter le rayonnement, terrorisant de Dieu, exactement comme il n'est pas possible de supporter les flammes d'un four, la brûlure du soleil ou le vent givrant.
[...] Et je me suis retrouvé ainsi à nouveau dans mon lit, comme si je ne l'avais jamais quitté. Mon fils Mathusalem, qui attendait mon retour jour et nuit au pied de mon lit, fut stupéfait de me voir. Je lui demandai alors de réunir notre famille afin que je puisse raconter à tous ce que j'avais vécu > >
Commenter  J’apprécie          40
(extrait traduction : manuscrit Uvarov du livre des secrets d'Enoch)

Deux hommes m'apparurent, très grands, comme jamais je n'en ai vu sur terre : leur visage comme le soleil qui lui, leurs yeux comme des lampes qui brûlent, de leur bouche un feu qui sortait, leurs vêtements une diffusion d'écume, et leurs bras comme des ailes d'or au chevet de mon lit. Et ils m'appelèrent par mon nom. Moi, je me levai de mon sommeil, et les hommes se tenaient près de moi en réalité. Moi, je me hâtai de me lever et je m'inclinai devant eux. Et, d'effroi, mon visage se couvrit de givre. Et les hommes me dirent : < < Courage, Enoch, n'aie pas peur. Le Seigneur éternel nous a envoyés à toi, et voici, toi aujourd'hui tu montes avec nous au ciel. Et toi, dis à tes fils et aux gens de ta maison tout ce qu'ils feront sur terre, et chez toi que personne ne te cherche jusqu'à ce que le Seigneur t'ait renvoyé à eux > > Et je leur obéis et j'allai, j'appelai mes fils Mathusalem et Rigim, et je leur racontai tout ce que les hommes m'avaient dit.
< < Et voici, mes enfants, je ne sais où je vais ou ce qui m'adviendra > >

(1er enlèvement d'Enoch)
Commenter  J’apprécie          60
(Mathusalem à son père Enoch) :
< < Qu'est-ce qui plaît à tes yeux, père, que nous fassions des nourritures devant ta face, pour que tu bénisses nos maisons et tes fils et tous les gens de ta maison ? Et tu glorifieras ton peuple, et ainsi ensuite tu partiras > >
Et Enoch répondit à son fils et dit :
< < Écoutez, enfants, depuis que le Seigneur m'a oint de l'huile de sa gloire, il n'y a pas eu de nourriture en moi, et la nourriture ne m'est pas agréable, et je n'ai pas envie de nourriture terrestre > >
[...] Pendant qu'Enoch conversait avec son peuple, le Seigneur envoya les ténèbres sur la terre, et des ténèbres couvrirent les hommes qui se tenaient avec Enoch. Et les anges se hâtèrent, et les anges prirent Enoch et l'emmenèrent au ciel supérieur (...) Et les ténèbres se retirèrent de la terre et ce fut la lumière, et le peuple vit, et il comprit comment Enoch avait été pris (...) Et Mathusalem et ses frères, les fils d'Enoch, se hâtèrent, et ils construisirent un autel au lieu Azouchan, d'où Enoch avait été pris...
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : angéologieVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus

Lecteurs (35) Voir plus



Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1828 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre

{* *}