Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

Critiques de Apulée


Classer par:       Titrecroissant     Datecroissant     Les plus appréciéescroissant
    • Livres 5.00/5
    Par olivberne, le 10/06/2013


    L'Ane d'or ou Les métamorphoses L'Ane d'or ou Les métamorphoses de Apulée

    Voilà un roman de l'antiquité où on ne s'ennuie pas, où on a l'impression de redécouvrir une époque si ancienne alors qu'elle nous semble étonnement moderne.
    Il y a de tout dans le long voyage de cet homme transformé en âne et qui va chercher à redevenir un homme: de l'humour, de l'aventure, des meurtres, du sexe, de la violence, de l'amour et de la tendresse, de la tristesse aussi. C'est un fourre-tout qui permet, à partir de multiples rebondissements, d'étudier l'homme, son comportement, le tout dans le corps d'un âne qui pense comme un humain.
    L'animal n'a pas été choisi au hasard, il nous apprend beaucoup de choses sur nous et sur lui-même.
    On pourrait presque parler d'antiroman de l'antiquité: on est loin d'Ulysse et de l'épopée, on assiste plutôt à une déshumanisation de l'homme pour mieux comprendre sa condition.
    C'est vraiment un roman surprenant, amusant et plaisant à lire.

    Critique de qualité ? (16 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par finitysend, le 23/02/2012


    L'Ane d'or ou Les métamorphoses L'Ane d'or ou Les métamorphoses de Apulée

    Un texte délicieux et gourmand .. ....

    Je ne partirais pas pour ce commentaire dans des considérations historiques ou rhétoriques ..
    Ce texte est un récit excessivement vivant qui peut parler à n'importe quel lecteur contemporain..
    Pas besoin d'être féru de lettres classiques ...

    La structure narrative n'en fait pas un roman au sens contemporain du terme ..
    Cependant ! il est indiscutable que l'effet produit un presque roman ou un assemblage de trois récits très cohérents ( avec des personnages très réussis et très fonctionnels )...

    Les métamorphoses constituent une thématique antique très riche ( effets littéraires .. mais aussi métaphores philosophiques ou expression du sentiment religieux ) ...
    Ce texte est très vivant ..
    C'est un vrai guide touristique rempli de magiciennes .. de larcins .. de quiproquos cocasses .. d'ironie .. d'humour et même de fables sexuelles à la limite du vaudevillesque ..
    Le titre est très évocateur et l'âne ( pour un temps un âne et pour un temps victime d'une ruse éculée ) traverse des péripéties de derrière les fagots ( une partie seulement du récit ) ..
    Ce texte est une distraction efficace .. qui rend l'antiquité gréco-romaine vivante et proche ...
    Ce texte démontre aussi que le sens de l'humour ne date pas d'aujourd'hui et il parle à des lecteurs contemporains aussi facilement que ne le fait le dernier roman en date ...

    je ne résiste pas au plaisir de citer PL Courier ( PL Courier est un latiniste et helléniste éminent de la fin du 18e siècle ...) qui parle très justement de ce texte :

    " On y trouve des notions sur la vie privée des anciens, que chercheraient vainement ailleurs ceux qui se plaisent à cette étude. Là se voit une vive image du monde, tel qu'il était alors; l'audace des brigands, la fourberie des prêtres d'Isis, l'insolence des soldats sous un gouvernement violent et despotique, la cruauté des maîtres, la misère des esclaves; tout est vrai dans ces fictions si frivoles en apparence; et ces récits de faits, non seulement faux, mais impossibles, nous représentent les temps et les hommes mieux que nulle chronique, à mon sens. "

    Pour faire une délicieuse et vivante plongée dans l'antiquité classique difficile de trouver mieux .. ( à part peut-être certaines pièces d'Aristophane ) ..

    Critique de qualité ? (15 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par Gaelle95, le 04/04/2014


    L'Ane d'or ou Les métamorphoses L'Ane d'or ou Les métamorphoses de Apulée

    Je ne m'attendais sûrement pas à ça en ouvrant le livre. En effet, ce fut une surprise...et quelle surprise!
    Même si le récit nous offre une vision de l'Empire Romain à l'époque d'Apulée, je n'ai jamais eu l'impression d'avoir affaire à un "vieux roman" mais j'ai eu plutôt le sentiment de lire un roman moderne.

    Avec Lucius, on rit, on assiste à des histoires cauchemardesques et pourtant si drôle. J'ai même plusieurs fois levé les yeux en me disant..."non, ce n'est pas possible, il est sérieux?"

    Je ne connaissais pas du tout avant de devoir le lire pour la fac, et sincèrement, même si l'humour est surprenant -ça vaut 100000 fois Fifty Shades of Grey- ce récit est à découvrir, pour le plaisir.

    Critique de qualité ? (11 l'ont appréciée)


    • Livres 0.00/5
    Par rogermue, le 31/05/2013


    L'Ane d'or ou Les métamorphoses L'Ane d'or ou Les métamorphoses de Apulée

    L'Ane d'or d'Apulée - fantasy de l'antiquité romaine. Un roman célèbre.
    Un jeune homme est changé en àne par magie et doit parcourir toute une série d'aventures, souvent douloureuses pour lui, pour retrouver enfin sa figure humaine.
    fr.wikipedia.org a un article sur ce roman sous Métamorphoses (Apulée).


    Lien : http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9tamorphoses_(Apul%C3%A9e)

    Critique de qualité ? (4 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par papaveraclub, le 30/07/2012


    L'Ane d'or ou Les métamorphoses L'Ane d'or ou Les métamorphoses de Apulée

    Je ne reviendrai pas sur les qualités évidentes de ce livre que j'ai beaucoup apprécié.
    Par contre j'ai été agréablement surpris de trouver là l'ancêtre des Infortunes de la Vertu du divin Marquis.

    Critique de qualité ? (4 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par filsdejoie, le 11/02/2014


    L'Ane d'or ou Les métamorphoses L'Ane d'or ou Les métamorphoses de Apulée

    que dire d'un aussi beau conte onirique aux consonances érotiques sinon qu'il ne serait peut être pas passé entre les fourches caudales du XX siecle, et qu'au II siècle où il a été écris, le quotidien devait avoir ces allures de magie et de miracle;
    le mythe de Psyché très légèrement effleuré dans ovide (qui est le précurseur ?) est transcris la pour la première fois avec toute la poésie et la grandeur possible.
    Jésus peu de temps auparavant aussi faisait des miracles le plus naturellement et personne n'aurait eu l'idée de douter.

    Critique de qualité ? (3 l'ont appréciée)


    • Livres 0.00/5
    Par AnimenLyceeReneCassin, le 30/05/2013


    L'Ane d'or ou Les métamorphoses L'Ane d'or ou Les métamorphoses de Apulée

    Écrivain antique du IIe siècle, Apulée est reconnu pour avoir écrit L'âne d'or ou Les Métamorphoses. C'est l'histoire d'un aristocrate grec, Lucius, qui débute le récit par un de ses voyages en Thessalie. Il y est accueilli par Milon, un vieil homme marginalisé et s'éprend très vite de Photis, l'esclave de la maison. Une nuit, cette dernière lui fait part d'informations concernant sa maîtresse, Pamphile, qui est en effet capable de changer son apparence. Lucius, fasciné par cette mystérieuse magie et en ayant été témoin, souhaite également en subir les effets. Cependant, alors qu'il croyait pouvoir devenir un hibou, le voilà transformé en âne (ce qui fait tout de suite rire le lecteur). C'est ainsi que sa vie bouscule: il accumule plusieurs maîtres, qui lui affligent tous de mauvais traitements. Il réussit malgré tout, à redevenir humain grâce à l'aide de la déesse égyptienne, Isis.
    Le personnage de Lucius constitue selon nous une belle réussite littéraire car il présente plusieurs facettes, à la fois antipathique et sympathique. En effet, suite à sa transformation en âne, il a une profonde envie de s'en prendre violemment à Photis car il estime qu'elle est responsable de son sort. Il arrive donc, en quelques instants, à éprouver une haine envers celle qu'il chérissait pourtant, bien qu'elle lui assure qu'il peut retrouver son ancienne forme en mangeant de simples roses. On a alors l'impression qu'il voit les femmes comme de simples objets sexuels: il est vrai que sa libido est déclenchée à chaque fois qu'il aperçoit une belle femme. Par ailleurs, il nous semble qu'il perd peu à peu son humanité une fois changé en âne, même s'il a toujours la capacité de réflexion. Par exemple, il s'en est déjà pris à de vieilles personnes après avoir détruit leur pâturage en cherchant des roses, et même s'il ne fait que de se défendre, il n'a jamais aucun scrupule. D'ailleurs, il se réjouit même de la mort (dont il est en partie responsable) d'un jeune esclave, qui était chargé de sa garde. Cependant, on reconnaît également que ce changement de comportement peut s'expliquer par le fait qu'il n'a absolument plus aucun contact social, ne serait-ce qu'avec d'autres chevaux. Il ne vit que pour survivre: il est sans cesse maltraité et battu violemment par ses différents maîtres ce qui entraîne la sympathie et la pitié du lecteur. Et le ton amical qu'il emploie dès le début, en s'adressant directement au lecteur, nous donne l'impression de parler à un ami proche et de devenir son confident intime.
    D'autre part, les récits secondaires nous ont particulièrement plu .
    L'histoire de la jeune et belle Charité, nous a marquée. De son enlèvement par des brigands, à son suicide après la mort de son mari, son histoire est touchante, émouvante, et aurait même pu faire l'objet d'une tragédie classique. Le personnage en lui-même est captivant: il s'agit d'une femme fidèle à son mari, pleine de vertus, aimable: elle est la seule personne à être agréable avec Lucius, transformé en âne.
    Le récit d'une multitude d'anecdotes nous permet d'avoir une idée globale du monde romain à l'époque d'Apulée. Ces histoires ne sont d'ailleurs pas toujours racontées par Lucius et on a trouvé très pertinent ce changement constant de narrateur, qui donne l'impression d'interroger directement les paysans de l'Empire. Elles sont la plupart du temps centrées sur la vie pénible des esclaves. L'une d'entre elles est particulièrement choquante: une esclave, étant trompée par son mari, décide de mettre fin à ses jours, en emportant avec elle son bébé.
    La magie et la sorcellerie occupent, par ailleurs, une place très importante dans le livre. La transformation de Lucius en âne, la mention d'un dragon, des Enfers, de sorcières dévorant le visage des cadavres infléchissent le roman vers l'univers des contes. Le mythe de Psyché, qui est rapporté dans ce livre, en est un bel exemple. Il raconte en effet l'histoire d'amour vécue entre une simple humaine et le Dieu Amour. Leur couple est menacé à plusieurs reprises, notamment à cause de la déesse Vénus, qui met Psyché à l'épreuve en l'envoyant par exemple aux Enfers. Malgré les obstacles, Amour et Psyché finissent par se retrouver. Il s'agit certes d'un mythe très attrayant mais nous l'avons trouvé beaucoup trop long par rapport aux autres récits enchâssés et nous aurions également aimé une description beaucoup plus complète des Enfers.
    La lecture reste cependant très facile et agréable, surtout que le style d'écriture utilisé est assez simple. On vous le recommande vivement, si vous avez envie de bon moments de détentes !

    Critique de qualité ? (3 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par Anadyomede, le 07/10/2013


    L'Ane d'or ou Les métamorphoses L'Ane d'or ou Les métamorphoses de Apulée

    Bien que s'appuyant d'un texte grec contemporain (L'âne de Lucien), Apulée nous offre ici une oeuvre des plus originales ! C'est de la fantasy version antique, qui n'a pas pris une ride ! Lucius, métamorphosé en âne à cause de sa curiosité, traverse toute une série de péripéties qui le mettent dans les situations des plus loufoques. Ca se lit extrêmement bien, c'est amusant, vivant.Toute sorte de récits intercalaires viennent aussi se mêler à ce texte, dont le plus connu est bien sûr celui d'Amour et Psyché, qu'une vieille nourrice raconte à une jeune fille, kidnappée le jour de ses noces.
    Mais Les Métamorphoses, c'est aussi un roman initiatique - le livre XI nous fait en effet basculer sur un tout autre niveau de lecture. On a affaire à un texte qui symbolise aussi toute la déchéance humaine ainsi que la rédemption à travers la rencontre providentielle d'une divinité, ici Isis.

    Critique de qualité ? (2 l'ont appréciée)


    • Livres 5.00/5
    Par Anassete, le 07/12/2013


    L'Ane d'or ou Les métamorphoses L'Ane d'or ou Les métamorphoses de Apulée

    Drôle et décalé, un roman aussi bien grivois que drôle, que raffiné et spirituel. Un roman complet qui montre qu'à l'Antiquité on savait aussi se dérider.

    Critique de qualité ? (1 l'ont appréciée)


    • Livres 4.00/5
    Par Parthenia, le 03/06/2013


    L'Ane d'or ou Les métamorphoses L'Ane d'or ou Les métamorphoses de Apulée

    L'Âne d'or, récit de onze livres, constitue l'ancêtre du roman picaresque. C'est également un témoignage sur l'intérêt de l'époque pour tout ce qui touche au mystique et au merveilleux ainsi qu'un témoignage sur les activités des classes inférieures.
    De plus, sur l'histoire principale, racontée par Lucius lui-même, viennent se greffer une foule d'autres récits, plus ou moins longs, rapportés par les protagonistes que Lucius rencontre au cours de ses péripéties (l'histoire de Socrate, l'histoire de Thelyphron, le conte de Cupidon et Psyché, l'histoire de la cuve, l'histoire du mari jaloux, l'histoire de la femme du foulon, l'histoire de la marâtre empoisonneuse, l'histoire de la femme condamnée aux bêtes)...

    L'intrigue tourne autour de la curiosité de Lucius et de sa fascination pour la magie.
    Cette curiosité se manifeste dès les premières pages quand Lucius supplie un marchand rencontré sur le chemin d'Hypata, ville de Thessalie, réputée pour sa magie et ses magiciennes, de reprendre pour lui l'histoire qu'il était en train de raconter à son compagnon de voyage dubitatif. Cette histoire est celle de Socrate, qui est victime des maléfices de Méroe, une sorcière ayant l'habitude de transformer en animaux ceux qui ont le malheur de lui déplaire, et qui inflige à cet amant qui la délaisse une mort en deux temps. Cette histoire est un premier avertissement à l'encontre de Lucius pour le mettre en garde contre les dangers de la magie, mais notre héros (ou devrais-je dire notre anti-héros) n'en tient absolument pas compte.
    Car sa curiosité est à nouveau éveillée quand il apprend que Pamphile, la femme de son hôte, est versée dans l'art de la magie. Il séduit Photis, la servante de son hôtesse, dans l'espoir d'en apprendre davantage sur ces pratiques.
    Le deuxième avertissement a lieu lors d'un banquet chez sa tante où Thélyphron raconte sa propre histoire : il perd son nez et ses oreilles, morceaux de corps recherchés par les sorcières pour leurs incantations, lors d'une veillée funèbre.
    Le troisième avertissement survient immédiatement après le banquet avec l'épisode des trois supposés brigands que Lucius transperce de son épée; Lucius, victime en fait de la magie de Pamphile, est assigné à comparaître devant un tribunal, ce qui donne lieu à une scène extrêmement burlesque.
    C'est à la suite de cette mésaventure que Lucius, nullement rebuté, convainc Photis de lui permettre d'assister en cachette aux pratiques surnaturelles de sa maîtresse. Mais la satisfaction de sa curiosité ne fait qu'enflammer son désir de pratiquer la magie par lui-même. Profitant de l'absence de Pamphile, Lucius avec la complicité de Photis s'enduit d'un baume magique, mais au lieu de se transformer en hibou, il se métamorphose en âne (livre III) !
    Lucius est ainsi puni pour sa curiosité.
    Il régresse de l'état d'homme à celui d'animal, et quel animal ! Un âne qui, comme nous l'apprend une note de Grimal, est réputé pour sa lubricité et sert de monture à Silène, le dieu de l'Ivresse...
    Les circonstances vont l'entraîner à travers le pays où il passe successivement de maître en maître : des brigands, des esclaves fugitifs, des prêtres de la déesse syrienne, un meunier, un jardinier, un soldat, un pâtissier et un cuisinier puis leur maître... ce qui donne l'occasion à l'auteur de nous brosser une série de tableaux très vivants sur la vie quotidienne, où la violence, le sadisme et les crimes sont omniprésents !
    Actes de brigandage sur les routes et jusque dans les villes, attaques de bêtes sauvages ou de chiens domestiques, capture de jeune fille noble pour rançonner sa famille, adultères, infanticide... Il est à noter que les femmes ont un bien méchant rôle : quand elles ne trompent pas leur mari, elles ont des désirs incestueux, ou se livrent à des tentatives d'assassinat sur leur mari devenu encombrant. Seules Plotine et Charité sont présentées comme des femmes honorables et fidèles.
    Lucius traverse tous ces destins brisés en gardant son esprit humain et critique, se trompe parfois sur les apparences, ne résisite jamais à sa curiosité même en de périlleuses circonstances. Il fait également l'apprentissage de la misérable condition des animaux dont les forces sont exploitées jusqu'à ce que mort s'ensuive, qui sont brimés, battus, torturés même; d'ailleurs, notre pauvre Lucius pense plusieurs fois à se suicider pour échapper à son triste sort.
    Ses vicissitudes font d'ailleurs penser à celles de Psyché, dont la touchante histoire constitue une part importante du roman puisque qu'elle occupe les livres IV, V et VI. Psyché est elle aussi punie pour sa curiosité lorsque Cupidon se rend compte de sa trahison et l'abandonne; elle va traverser toute une série d'épreuves, penser également à mettre fin à ses jours, avant de retrouver l'Amour.
    Rassurez-vous, Lucius, riche de ses expériences, finira par retrouver forme humaine !

    Et nous, nous refermerons ce livre dense en ayant souri, frémi d'horreur, éclaté de rire parfois face aux trouvailles burlesques ou aux jeux de mots de l'auteur, dont le goût pour les histoires et la satire (voire pour la gaudriole) nous fournissent un agréable moment d'évasion. Il y a bien quelques longueurs, notamment avec les processions religieuses, mais dans l'ensemble, cette quête initiatique est véritablement captivante. De plus, les notes de Grimal forment un support complémentaire très intéressant. Dommage que quelques erreurs sur certains mots se soient glissées çà et là...


    Lien : http://parthenia01.eklablog.com/l-ane-d-or-ou-les-metamorphoses-d-apulee-a837...

    Critique de qualité ? (1 l'ont appréciée)


    • Livres 3.00/5
    Par AmandineMM, le 12/08/2011


    L'Ane d'or ou Les métamorphoses L'Ane d'or ou Les métamorphoses de Apulée


    [edit]

    Une lecture très amusante dans l'ensemble, bien qu'assez inégale. La fin est un peu trop morale à mon goût et certaines aventures de Lucius transformé en âne trainaient en longueur. Néanmoins, la plupart des histoires entendues ou vécues par le héros sont assez drôles et je ne me suis pas trop souvent ennuyée pendant cette lecture. Apulée avait vraiment un très bon sens du comique et des récits enchâssés. J'ai particulièrement aimé l'histoire d'Amour et Psyché que je connaissais déjà et qui demeure mon mythe préféré.

    Critique de qualité ? (1 l'ont appréciée)


    • Livres 2.00/5
    Par Sarah_DD, le 09/06/2008


    L'Ane d'or ou Les métamorphoses L'Ane d'or ou Les métamorphoses de Apulée

    J'ai lu ce texte pour un cours de latin, c'est amusant, ça change des auteurs et des sujets classiques. En somme il s'agit des aventures et des rencontres d'un âne parmi les hommes, dans la société du temps de l'empereur Marc Aurèle. Le ton est parfois grivois, ça fait sourire.

    Critique de qualité ? (0 l'ont appréciée)




Faire découvrir Apulée par :

  • Mail
  • Blog

Listes avec des livres de cet auteur

> voir plus

Quiz