AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2228903604
Éditeur : Payot et Rivages (2008)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 11 notes)
Résumé :

On nous apprend à gagner, à nous battre, à surmonter les difficultés, mais on ne nous apprend pas à perdre. Or la vie est faite de changements et de pertes. La perte, ici, est à entendre au sens large. Elle englobe la séparation et l’absence. Elle concerne aussi bien la mort d’un être cher que la rupture amoureuse, l’exil, la retraite, le chômage, la perte d’une partie de son corps (maladie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
babel95
babel9529 avril 2016
  • Livres 5.00/5
Sortir du deuil - surmonter son chagrin et réapprendre à vivre est un petit livre que l'on peut lire rapidement.
Mais toutes les pistes qu'il suggère, tous les conseils qu'il apporte valent la peine d'être entendus et retenus.
La période du deuil est une période de sensibilité et de fragilité, qu'il faut dépasser pour pouvoir enfin se reconstruire. Mais il ne sert à rien de vouloir aller trop vite. le temps doit faire son oeuvre, qu'on le veuille ou non.
Cet ouvrage nous permet de nous ressourcer, de lâcher prise, et pardonner, d'accepter et d'aller de l'avant, au rythme de notre sensibilité.
Un petit livre précieux, à conserver près de soi....
Commenter  J’apprécie          170
Puszi
Puszi20 décembre 2015
  • Livres 5.00/5
Merci à Colette de m'avoir prêté ce livre alors que je viens d'enterrer mon beau-frère âgé de 50 ans.
Il ne s'agit pas d'un livre seulement sur le deuil. le sujet est certes grave et en même temps, cela ne m'a pas du tout plombé le moral. Bien au contraire. En effet, il m'a aussi invitée à réfléchir au sens que je veux donner à ma vie, à la façon dont je peux accueillir des moments joyeux et sombres de ma vie, à mes choix de vie. Il m'offre des clés de lecture. J'y ai puisé de nombreux passages (voir mes citations) qui résonnent très fort en moi et qui m'inspirent pour vivre ma vie, pour échanger en authenticité avec mes proches.
Un livre qui m'a fait du bien et que je vais acheter car je sens que j'en relirai des passages régulièrement. J'y piocherai des pépites au gré de mes lectures et de mes envies.
Commenter  J’apprécie          60
Citations & extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
PusziPuszi20 décembre 2015
p. 43 "Les choses ne sont pas bonnes ou mauvaises, disait Françoise Dolto, elles sont tristes ou joyeuses. Quand deux personnes ne s'entendent pas, quand des parents divorcent, ce n'est pas mal, c'est triste. Quand deux personnes s'entendent bien, c'est joyeux. Parmi les croyances dans lesquelles beaucoup d'entre nous ont été élevés, l'une d'elles est particulièrement répandue : croire qu'il est normal de souffrir quand la vie est difficile. Il est également très répandu de croire qu'il est normal de faire passer les désirs et les besoins des autres avant les siens...
Il est important de s'accorder du temps à soi sans se sentir coupable. Et c'est d'autant plus vrai que la seule personne avec laquelle nous sommes certains de rester jusqu'à la fin de nos jours, c'est bien... nous-même !
Prendre soin de soi, se ressourcer, cela permet de pouvoir ensuite donner aux autres de façon positive, souriante et légère : le bonheur et la joie de vivre sont contagieux.
Pour prendre conscience qu'il existe des plaisir simples, il suffit de dresser, seul ou avec une aide, une liste de choses agréables à faire et peu onéreuses, : prendre une tasse de café au soleil, caresser son chat, manger du chocolat, téléphoner à un ami, etc. Cette liste, on l'écrit, on l'affiche, on crée un espace dans son emploi du temps pour agir, on le fait réellement.
Faire quelque chose d'agréable plusieurs fois par jour, c'est jalonner le quotidien de moments indispensables de pause et de ressourcement."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
babel95babel9529 avril 2016
Pardonner c'est arrêter de souffrir de la rancœur, lâcher prise de cette énergie négative que comportent le désir de revanche, l'animosité, le ressentiment ou la haine. Cet état d'esprit nous libère et rend à l'autre l'énergie négative que nous portions en nous.
Pardonner ne signifie pas oublier : on garde les apprentissages de l'expérience. Parfois, il faut savoir couper les ponts et, pour survivre et récupérer sa santé, renoncer à trouver des parents aimants à la place de parents maltraitants.
On peut pardonner et se souvenir. On est alors libéré de notre passé au lieu d'être piégé par celui-ci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
PusziPuszi20 décembre 2015
p.122 et 123 "Même si la société nous presse d'en finir rapidement avec lui, chacun fait son deuil à sa manière, vit sa vie et ses sentiments à un rythme qui lui est propre. Le deuil nécessite un travail particulier et douloureux, pénible et long, mais au terme duquel on peut, non pas survivre avec l'inacceptable inaccepté, mais vivre. Pour la plupart des gens, le temps de maturation est d'une à trois années. C'est un minimum. Mais certaines personnes sont à tel point détruites qu'elles choisissent de partir dans la mort plutôt que d'accepter ce processus et d'apprendre à vivre autrement avec le manque...
Il n'y a pas d'âge pour faire son deuil. Mieux vaut affronter cette souffrance tardivement, même vingt ou trente ans après l'évènement, que jamais...
Les souffrances occasionnées par les pertes et les deuils sont souvent des expériences initiatiques qui, comme toute épreuve, nous apprennent à évoluer.
Mieux s'aimer et s'accepter avec ses manques pour mieux aimer et accepter autrui tel qu'il est : tel est finalement ce que nous avons voulu transmettre ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
PusziPuszi20 décembre 2015
p.91 "La perte de l'autre entraîne aussi la perte d'une partie de soi-même, de ce qu'on était avant la perte, la disparition ou l'amputation : une mère heureuse, un enfant confiant en la vie, une fiancée épanouie, un corps entier bien dans sa peau... Le travail de deuil... c'est reconnaître et accepter la perte et ses conséquences.
Tous les deuils ne se vivent pas de la même façon, chacun le fait à sa manière. tout dépend de la manière dont l'individu s'est construit, de la difficulté à vivre les premiers deuils de son existence, et du lien qui l'attachait au disparu."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PusziPuszi20 décembre 2015
p. 20 "On peut ainsi, comme le propose Annick Arnoult-Delcourt, remplacer l'absence extérieure par une présence intérieure... En transformant notre relation au défunt, nous nous transformons nous-même, explique le psychiatre Christophe Fauré. Il s'agit là d'une évolution en profondeur de notre personnalité tout entière. Le défunt n'est pas oublié ; au contraire, son souvenir stimule. Malgré la nostalgie, ce n'est pas un absent dont on doit taire le nom, c'est un présent intériorisé auquel on peut se référer lorsqu'on le souhaite."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : deuilVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
201 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre