AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2259210279
Éditeur : Plon (2011)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 57 notes)
Résumé :
Naître en Arles et devenir la femme d'un des hommes les plus célèbres de l'Antiquité, c'est la destinée étonnante que va connaître Paulina, fille d'un riche négociant gallo-romain, en épousant Sénèque, écrivain-philosophe, précepteur puis conseiller de l'empereur Néron.

En partant de ce fait historique, Patrick de Carolis dessine le portrait passionnant et attachant d'une femme soumise aux règles de sa condtion sociale, puis entraînée malgré elle dans... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
seshat123
24 octobre 2015
  • 4/ 5
J'avais gardé un excellent souvenir de lecture des demoiselles de Provence, le premier roman de Patrick de Carolis. Et je ne regrette pas d'avoir lu le second.
Fascinée depuis mon enfance par l'Antiquité, je ne pouvais manquer de découvrir « La dame du Palatin ». L'auteur y conte la vie de Paulina, fille d'un riche commerçant d'Arles qui épouse en seconde noce le philosophe Sénèque. A ses côtés, elle traverse les remous de l'histoire de Rome, de Claude à Néron.
J'ai été au départ un peu déçue par le livre, les premiers chapitres sont assez « lourds à digérer ». Érudit et prolixe en informations diverses et variées sur la vie gallo-romaine, Patrick de Carolis digresse et digresse encore, tant que j'en ai parfois perdu le fil de ma lecture. le rythme est trop lent, les éléments de l'histoire de Paulina semblent noyés sous des pavés savants mal amenés dans le roman.
Puis Paulina quitte Arles. L'histoire s'accélère, le style est plus fluide, même si le texte reste riche, au fil des pages je m'attache à elle, son aventure me passionne, je ne veux plus lâcher le livre.
Il faut dire que la vie à Rome, grâce à de « charmants » et illustres personnages comme Agrippine ou Néron, ne manque pas de relief ni de piquant. (C'est un euphémisme.) Ce monde est d'une cruauté ! Il est sanguinolent, immoral, heureusement quelques paroles clémentes et sages de Sénèque se glissent entre deux récits barbares. L'univers peint par Patrick de Carolis glace d'effroi : complots, perversions, assassinats, inceste, parricide, rien ne vous sera épargné.Horrrible certes mais pas seulement, il s'agit avant tout d'une lecture addictive servie par une jolie plume.
En résumé, malgré un début un peu laborieux à mon goût, j'ai pris énormément de plaisir à dévorer ce livre, Paulina est attachante, son histoire est passionnante, la Rome antique de Néron fait frémir mais sous la plume de Patrick de Carolis l'aventure s'avère riche et captivante.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
Fandol
02 décembre 2016
  • 4/ 5
Avec ce troisième roman paru en 2011, le célèbre journaliste qui dirigea France télévisions de 2005 à 2010, fait encore honneur à sa région d'origine. Né à Arles, Patrick de Carolis réalise, dans "La dame du Palatin", une formidable fresque qui emmènera son héroïne, Paulina, jusqu'à Rome.
D'ailleurs, le titre est un peu trompeur puisque près de la moitié du livre se passe non pas dans la capitale de l'empire romain mais au bord du Rhône, dans la bonne ville d'Arles (Arelate). Avec minutie et beaucoup de détails, l'auteur nous permet de vivre au quotidien la vie d'une famille aisée, émaillant son récit de beaucoup de mots latins employés dans la vie courante. Les descriptions sont soignées et visiblement très documentées. Ce type de roman se révèle fort intéressant puisqu'il permet d'apprendre quantité de choses tout en se laissant prendre par le déroulement d'une vie, ses peurs, ses joies, ses intrigues et surtout ses superstitions dont le poids semble énorme.
Pompeius Paulinus, le père de Paulina, est un riche armateur, qui décide de fiancer sa fille, âgée de 14 ans, à un questeur du Sénat, afin de favoriser ses propres espoirs de promotion. le mariage arrive et elle devient une jeune matrone avant de donner naissance à un garçon. le livre devient alors un vrai manuel de puériculture avec tant de traditions à respecter où l'on voit se mêler le passé de ces peuples occupant la Gaule et la modernité romaine. Pauline va voir un Vieux sage, une sorte de druide, grâce à sa tante, Bubate, et une phrase pleine de sagesse a retenu notre attention : « La vie ressemble à une roue qui roule, un jour dans l'herbe tendre, un autre dans le sable, un autre dans le marais. L'essentiel est qu'elle ne se brise ou ne s'enlise pas. »
Après divers événements, Pauline découvre enfin la réalité romaine, les intrigues, une ville « étrange, grouillante, pétrie d'orgueil. » le retour de Sénèque qui était exilé en Corse, va changer la vie de l'héroïne : « Rome est un théâtre où l'on peut jouer toutes les pièces et se livrer aux pires folies, » déclare Sénèque qui parle d'expérience. Nous sommes en 54 après J.C, soit en l'an 807 pour les Romains, et l'empereur Claude décède à l'âge de 64 ans. L'auteur nous fait vivre alors toutes les vicissitudes de ces gens assoiffés de pouvoir avec Agrippine aux commandes puisqu'elle réussit à mettre Néron, son fils, sur le trône. Il n'a que 17 ans.
Sénèque, qui avait été le précepteur du nouvel empereur, voit celui-ci dégénérer de plus en plus. Il organise des fêtes, flattant son talent supposé d'artiste, chante, joue de la lyre, écrit des poèmes mais n'hésite pas à supprimer tous ceux qui pourraient le gêner : « Nul n'ignore la cruauté de Néron. Que reste-t-il à celui qui a assassiné son frère et sa mère, sinon à se faire le bourreau du maître qui l'a instruit ? », s'exclame Sénèque qui ajoute : « Rien de plus inégal que la destinée. le terme de chaque vie est fixé d'avance et rien ne peut le modifier. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
vilvirt
28 mai 2011
  • 4/ 5
Grâce à Masse Critique, j'ai découvert l'écriture subtile de Patrick de Carolis et j'ai pris beaucoup de plaisir à arpenter les rues de Rome sous le règne de Claude et Agrippine, puis de Néron. La Dame du Palatin est un roman foisonnant qui mêle faits historiques, complots et récit de la vie quotidienne, mais évoque avant tout la jeunesse et la vie de Paulina qui deviendra la femme du célèbre philosophe Sénèque.
Paulina est une petite fille qui vit à Arles au sein d'une famille unie et très riche. Mais devenue nubile, et comme beaucoup de jeunes filles issues d'un milieu aisé à cette époque, c'est à cet âge tendre qu'elle doit céder aux instances de son père, un riche armateur, et épouser Taurus, pour qui elle ne ressent rien. Les années passent et de cette union qui ne va lui apporter que tristesse et désillusion naîtra pourtant un fils qu'elle va aimer de tout son coeur avant de le perdre. Puis c'est son époux qui ne tarde pas disparaître dans un naufrage. Déboussolée, Paulina décide de quitter sa Gaule natale et de rejoindre son père à Rome qui a entre-temps accepté une charge importante au sein de l'empire.
Ce voyage va lui permettre de rencontrer Sénèque, isolé en Corse depuis sept ans, mais au-delà de cette rencontre qui va marquer son existence, c'est surtout une nouvelle étape dans sa vie de femme. En effet, elle abandonne son passé pour s'installer dans la maison de son père où elle va très vite être confrontée aux intrigues de la cour et évoluer dans une atmosphère lourde des nombreuses menaces et machinations qui affaiblissent l'Urbs. Paulina se retrouve bien éloignée de l'atmosphère paisible qui a marqué la première partie de sa vie en Gaule. C'est une époque trouble durant laquelle le Sénat et les habitants de la ville se divisent au sujet des prises de pouvoir successives. Les clans se forment et de déforment au rythme des trahisons, et dans ce climat particulièrement sombre se projettent les formidables ambitions d'Agrippine, la mère du futur empereur Néron.
A travers l'histoire de Paulina et de Sénèque, devenu son époux et l'instructeur de Néron, Patrick de Carolis évoque admirablement bien les querelles et les nombreux conflits qui divisent le pays à cette époque, la montée du christianisme dont les adeptes refoulés aux abords de la ville se font de plus en plus nombreux, et surtout la formidable soif de pouvoir de ceux et celles qui tentent de se hisser aux côtés de l'empereur. Agrippine, décrite comme une femme particulièrement belle et déterminée, renforce son emprise sur Claude afin de réussir à placer son propre fils sur le trône mais elle sera finalement bannie puis assassinée. L'auteur déroule le fil de toutes ces machinations et fait vivre sous nos yeux le portrait terrifiant d'un tyran narcissique et mégalomane, que la folie et la paranoïa ont mené aux pires atrocités. Malgré la présence continuelle de son vieux maître, Néron cède à ses pulsions morbides et à son orgueil démesuré, poursuit et assassine tous ceux qui tentent de s'opposer à ses desseins, supprime allègrement ses détracteurs et s'entourent d'une foule d'affranchis tous plus flatteurs et hypocrites les uns que les autres et qui, forts de leur influence sur César, mèneront le pays à sa perte.
Aux côtés du sage Sénèque - déstabilisé par le comportement de son élève - et de son épouse, on assiste à la déchéance d'une aristocratie corrompue gangrenée par le vice. Les têtes tombent et la peur submerge peu à peu la cité impériale.
Ce livre est passionnant, tout autant pour son aspect historique que pour l'histoire de Paulina et de son parcours jalonné par des obstacles plus durs à surmonter les uns que les autres. L'auteur fait revivre une époque culturellement très riche et j'ai aimé arpenter la ville de Rome, ses échoppes, ses boutiques, son forum, assister aux combats de gladiateurs et en apprendre plus sur la vie quotidienne de ses habitants, leurs croyances, leurs rites et leurs superstitions. Je connaissais déjà des bribes de l'histoire de Rome - comme tout le monde - mais j'ai été emportée par ce récit qui confronte deux figures magistrales de l'époque : d'un côté, le sage et philosophe Sénèque, dont on suit le retour en force à Rome après des années de bannissement, ainsi que sa vie d'ascète au quotidien, un homme fier, qui ne reniera jamais ses convictions et dont Patrick de Carolis nous offre quelques belles citations ainsi que des extraits de son oeuvre. Et de l'autre, le poète, charmeur, acteur, musicien et conducteur de char, cette figure fascinante et terrible qu'était l'empereur Néron, au sommet de la folie et de la débauche.
Même si j'ai parfois regretté que le côté historique prennent le pas sur l'aspect romancé de ce récit, au détriment des personnages et de leur évolution, j'ai toutefois beaucoup apprécié le style de cet auteur ainsi que ce voyage dans le passé à une époque cruelle pleine de faste et de grandeur.
Merci à Masse Critique organisé pour cette belle découverte que je recommande à tous les passionnés de la Rome antique... et aux autres aussi !

Lien : http://tranchesdelivres.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
joedi
26 octobre 2011
  • 5/ 5
Merveilleux roman qui se déroule de l'an 38 après J.-C. jusque l'an 65 après J.-C. dans la Rome antique. le roman commence lorsque Paulina est âgée de 12 ans. C'est toute sa vie que l'auteur nous raconte et c'est une vie très riche pleine d'émotions et de rebondissements. Paulina n'a pas vingt ans quand elle se retrouve veuve. En route pour Rome afin d'y retrouver son père qui s'y est établit , le bateau fait naufrage et c'est sur l'île de Corse qu'elle rencontrera Sénèque qu'elle épousera quand il regagnera Rome. Patrick de Carolis révèle la vie passionante de cette femme entraînée malgré elle dans les intrigues sanglantes de la Rome impériale de Claude, d'Agrippine et de Néron.
Cette tranche d'histoire de la Rome antique, est dépeinte avec érudition et talent par Patrick de Carolis.
A lire absolument par les lecteurs de romans historiques !
Commenter  J’apprécie          80
Levant
28 avril 2015
  • 4/ 5
Homme de culture, féru d'histoire, Patrick de Carolis construit un roman qui confirme son attachement à ses racines provençales en particulier, latines en général. Comme lui, Pauline, la Dame du Palatin, est native d'Arles. Cette héroïne, attachante au demeurant, ne pourra toutefois que s'effacer au fil des pages quand elle sera confrontée à des monuments de l'antiquité romaine tels que Sénèque, Agrippine et Néron. Comment pourrait-il en être autrement.
La forme romanesque a l'avantage de donner de la liberté à un auteur pour construire ses personnages et son intrigue. Elle donne surtout la liberté de combler les vides que laisse la pénurie de sources fiables quand on aborde une époque aussi lointaine. Mais le résultat est d'une grande crédibilité et on mesure toute la richesse documentaire, le socle de culture historique et l'énorme travail d'un auteur dont on connaît le perfectionnisme pour l'avoir apprécié dans son domaine de prédilection : la télévision.
Ce roman historique nous confirme la passion de cet homme pour la transmission du savoir. Il est de ceux qui conçoivent ce formidable outil qu'est la télévision comme un vecteur de culture, a contrario de ce qui la vulgarise le plus souvent quand elle flatte les mauvais penchants de ses fervents adeptes. Aussi ne pourrait-il en être autrement de ses productions littéraires. Témoins ces nombreux commentaires explicatifs inclus dans le texte lui-même. Ils expriment la volonté pédagogique de l'auteur de décrire, décrypter, replacer dans leur contexte des faits, des us et coutumes, des vérités historiques. Un peu comme un reportage.
Patrick de Carolis a mis sur pied un très bel ouvrage dans lequel se dévoilent ses passions : sa ville, dont on ne parle sans doute pas suffisamment à son goût quant à sa richesse culturelle, l'héritage du passé et cette obsession de l'éducation par la connaissance. En véritable homme de culture.
A l'instar des Demoiselles de Provence qui m'avait fait connaître son talent d'écrivain, j'ai beaucoup apprécié cet ouvrage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
FandolFandol02 décembre 2016
Rien de plus inégal que la destinée. Le terme de chaque vie est fixé d’avance et rien ne peut le modifier. (Sénèque)
Commenter  J’apprécie          10
FandolFandol02 décembre 2016
La vie ressemble à une roue qui roule, un jour dans l’herbe tendre, un autre dans le sable, un autre dans le marais. L’essentiel est qu’elle ne se brise ou ne s’enlise pas.
Commenter  J’apprécie          00
FandolFandol02 décembre 2016
Nul n’ignore la cruauté de Néron. Que reste-t-il à celui qui a assassiné son frère et sa mère, sinon à se faire le bourreau du maître qui l’a instruit ?
Commenter  J’apprécie          00
FandolFandol02 décembre 2016
Rome est un théâtre où l’on peut jouer toutes les pièces et se livrer aux pires folies, déclare Sénèque.
Commenter  J’apprécie          00
joedijoedi22 octobre 2011
- Peux-tu prédire mon destin ?
- Ne t'ai-je pas dit que ce désir-là était dangereux ? D'une prédiction, on ne retient que la partie ténébreuse. La vie ressemble à une roue qui roule un jour dans l'herbe tendre, un autre dans le sable, un autre dans le marais. L'essentiel est qu'elle ne se brise ou ne s'enlise pas. A nous d'agir en conséquence, mais la solution ne dépend pas toujours de nous. La seule chose que nous pouvons faire est de saisir la moindre initiative qui nous est accordée par le destin.
- Il ne me l'a jamais accordée.
- C'est ce que tu crois. Entre les différentes voies qu'il nous offre, nous avons le choix.
- N'est-ce pas Dis Pater, ou un autre dieu, qui a le pouvoir de nous l'imposer et d'arrêter la roue ?
- Dis Pater a le pouvoir de la faire rouler à nouveau, voilà ce qu'il faut avoir présent à l'esprit. On appelle cela l'espérance. Si tu es venue me demander un conseil, je te recommande d'y penser et de vivre ta vie telle qu'elle se présente, avec son tourbillon de couleurs et cette succession de saisons de feu et de glace.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Patrick de Carolis (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick de Carolis
Patrick de Carolis - La dame du Palatin .Patrick de Carolis vous présente son ouvrage "La dame du Palatin" paru aux éditions Plon http://www.mollat.com/livres/patrick-carolis-dame-palatin-9782259210270.html
autres livres classés : néronVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
738 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
. .