Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2259210279
Éditeur : Plon (2011)


Note moyenne : 3.69/5 (sur 42 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Naître en Arles et devenir la femme d'un des hommes les plus célèbres de l'Antiquité, c'est la destinée étonnante que va connaître Paulina, fille d'un riche négociant gallo-romain, en épousant Sénèque, écrivain-philosophe, précepteur puis conseiller de l'empereur Néron.... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (17)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par vilvirt, le 28 mai 2011

    vilvirt
    Grâce à Masse Critique, j'ai découvert l'écriture subtile de Patrick de Carolis et j'ai pris beaucoup de plaisir à arpenter les rues de Rome sous le règne de Claude et Agrippine, puis de Néron. La dame du Palatin est un roman foisonnant qui mêle faits historiques, complots et récit de la vie quotidienne, mais évoque avant tout la jeunesse et la vie de Paulina qui deviendra la femme du célèbre philosophe Sénèque.
    Paulina est une petite fille qui vit à Arles au sein d'une famille unie et très riche. Mais devenue nubile, et comme beaucoup de jeunes filles issues d'un milieu aisé à cette époque, c'est à cet âge tendre qu'elle doit céder aux instances de son père, un riche armateur, et épouser Taurus, pour qui elle ne ressent rien. Les années passent et de cette union qui ne va lui apporter que tristesse et désillusion naîtra pourtant un fils qu'elle va aimer de tout son coeur avant de le perdre. Puis c'est son époux qui ne tarde pas disparaître dans un naufrage. Déboussolée, Paulina décide de quitter sa Gaule natale et de rejoindre son père à Rome qui a entre-temps accepté une charge importante au sein de l'empire.
    Ce voyage va lui permettre de rencontrer Sénèque, isolé en Corse depuis sept ans, mais au-delà de cette rencontre qui va marquer son existence, c'est surtout une nouvelle étape dans sa vie de femme. En effet, elle abandonne son passé pour s'installer dans la maison de son père où elle va très vite être confrontée aux intrigues de la cour et évoluer dans une atmosphère lourde des nombreuses menaces et machinations qui affaiblissent l'Urbs. Paulina se retrouve bien éloignée de l'atmosphère paisible qui a marqué la première partie de sa vie en Gaule. C'est une époque trouble durant laquelle le Sénat et les habitants de la ville se divisent au sujet des prises de pouvoir successives. Les clans se forment et de déforment au rythme des trahisons, et dans ce climat particulièrement sombre se projettent les formidables ambitions d'Agrippine, la mère du futur empereur Néron.
    A travers l'histoire de Paulina et de Sénèque, devenu son époux et l'instructeur de Néron, Patrick de Carolis évoque admirablement bien les querelles et les nombreux conflits qui divisent le pays à cette époque, la montée du christianisme dont les adeptes refoulés aux abords de la ville se font de plus en plus nombreux, et surtout la formidable soif de pouvoir de ceux et celles qui tentent de se hisser aux côtés de l'empereur. Agrippine, décrite comme une femme particulièrement belle et déterminée, renforce son emprise sur Claude afin de réussir à placer son propre fils sur le trône mais elle sera finalement bannie puis assassinée. L'auteur déroule le fil de toutes ces machinations et fait vivre sous nos yeux le portrait terrifiant d'un tyran narcissique et mégalomane, que la folie et la paranoïa ont mené aux pires atrocités. Malgré la présence continuelle de son vieux maître, Néron cède à ses pulsions morbides et à son orgueil démesuré, poursuit et assassine tous ceux qui tentent de s'opposer à ses desseins, supprime allègrement ses détracteurs et s'entourent d'une foule d'affranchis tous plus flatteurs et hypocrites les uns que les autres et qui, forts de leur influence sur César, mèneront le pays à sa perte.
    Aux côtés du sage Sénèque - déstabilisé par le comportement de son élève - et de son épouse, on assiste à la déchéance d'une aristocratie corrompue gangrenée par le vice. Les têtes tombent et la peur submerge peu à peu la cité impériale.
    Ce livre est passionnant, tout autant pour son aspect historique que pour l'histoire de Paulina et de son parcours jalonné par des obstacles plus durs à surmonter les uns que les autres. L'auteur fait revivre une époque culturellement très riche et j'ai aimé arpenter la ville de Rome, ses échoppes, ses boutiques, son forum, assister aux combats de gladiateurs et en apprendre plus sur la vie quotidienne de ses habitants, leurs croyances, leurs rites et leurs superstitions. Je connaissais déjà des bribes de l'histoire de Rome - comme tout le monde - mais j'ai été emportée par ce récit qui confronte deux figures magistrales de l'époque : d'un côté, le sage et philosophe Sénèque, dont on suit le retour en force à Rome après des années de bannissement, ainsi que sa vie d'ascète au quotidien, un homme fier, qui ne reniera jamais ses convictions et dont Patrick de Carolis nous offre quelques belles citations ainsi que des extraits de son oeuvre. Et de l'autre, le poète, charmeur, acteur, musicien et conducteur de char, cette figure fascinante et terrible qu'était l'empereur Néron, au sommet de la folie et de la débauche.
    Même si j'ai parfois regretté que le côté historique prennent le pas sur l'aspect romancé de ce récit, au détriment des personnages et de leur évolution, j'ai toutefois beaucoup apprécié le style de cet auteur ainsi que ce voyage dans le passé à une époque cruelle pleine de faste et de grandeur.
    Merci à Masse Critique organisé pour cette belle découverte que je recommande à tous les passionnés de la Rome antique... et aux autres aussi !


    Lien : http://tranchesdelivres.blogspot.com/2011/05/la-dame-du-palatin-patr..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Elvira, le 20 mai 2011

    Elvira
    Ce livre ne pouvait que me plaire, premièrement par son sujet, la Rome antique, période que j'affectionne tout particulièrement, mais aussi parce que je suis une adepte de l'émission Des Racines et des Ailes du temps où Patrick de Carolis la présentait !! Je n'ai pas été déçue par ce roman, qui est tout à fait conforme à mes espérances !! L'auteur sait à la fois contenter les spécialistes de la Rome antique, en offrant un récit bien écrit et plaisant, mais aussi les non-spécialistes (même ceux qui n'ont jamais entendu parler de Rome), en expliquant tout avec concision et précision. Pour donner une petite idée, le roman est à l'image de l'émission Des Racines et des Ailes, en moins de 500 pages, on balaye une grande partie de la société romaine : la condition des femmes, la vie dans les colonies romaines et celle à Rome. L'auteur montre également les luttes âpres pour le pouvoir et cherche à donner une vision précise des empereurs et de leur entourage : par exemple, on suit l'évolution de Néron qui, au début est plutôt un bon empereur, puis qui sombre dans la tyrannie.
    On s'attache vraiment au personnage de Paulina, qu'on suit tout au long de sa vie : on souffre avec elle, on espère avec elle, bref on se passionne pour sa vie. Impossible de lâcher ce livre écrit à la perfection !!!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par joedi, le 26 octobre 2011

    joedi
    Merveilleux roman qui se déroule de l'an 38 après J.-C. jusque l'an 65 après J.-C. dans la Rome antique. le roman commence lorsque Paulina est âgée de 12 ans. C'est toute sa vie que l'auteur nous raconte et c'est une vie très riche pleine d'émotions et de rebondissements. Paulina n'a pas vingt ans quand elle se retrouve veuve. En route pour Rome afin d'y retrouver son père qui s'y est établit , le bateau fait naufrage et c'est sur l'île de Corse qu'elle rencontrera Sénèque qu'elle épousera quand il regagnera Rome. Patrick de Carolis révèle la vie passionante de cette femme entraînée malgré elle dans les intrigues sanglantes de la Rome impériale de Claude, d'Agrippine et de Néron.
    Cette tranche d'histoire de la Rome antique, est dépeinte avec érudition et talent par Patrick de Carolis.
    A lire absolument par les lecteurs de romans historiques !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par odakawoi, le 04 juillet 2011

    odakawoi
    Pourquoi les tyrans se complaisent-ils tous dans la folie ? Nous ne le saurons pas, mais Patrick de Carolis exhibe avec aisance les travers d'un pouvoir qui ne s'embarrasse jamais bien longtemps de la morale ni de ceux qu'hier, pourtant, il appelait encore ses "amis". Car si Rome est brutale, sanglante, cruelle : la grande Rome, elle, est sublime, psychotique et passionnante. En permettant que toutes les ambitions puissent se réaliser, que tous les désirs soient assouvis, l'Antiquité romaine garantit un accès au bonheur immuable : néanmoins, ce bonheur nécessite de souffrir en silence, d'interpréter un rôle qui se joue de tous, et jamais n'autorise le rêveur à défaillir. Dans La dame du Palatin, le cirque du pouvoir promet finalement les merveilles d'un monde impitoyable, mais les hommes aspirent pourtant à quelque chose de plus grandiose encore : graver leur nom dans l'Histoire, et assurer la pérennité de leur existence pour les millénaires à venir.
    || La critique complète est disponible sur http://blolib.shop.co/ ! ||
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par MissG, le 20 mai 2011

    MissG
    J'étais curieuse de lire ce livre, tout d'abord car je n'ai pas encore lu de livre de Patrick de Carolis et aussi parce que je voulais en découvrir plus sur cette période de l'histoire.
    Non seulement il y a un vrai travail de recherche sur cette époque mais l'auteur réussit à ne pas tomber dans le piège du scolaire.
    Patrick de Carolis a donc réussi à mêler Histoire et Roman.
    C'est très bien écrit, très documenté et vraiment très intéressant. Il y est beaucoup question de la condition des femmes, de leur rôle dans cette société, mais également du fonctionnement de la société romaine, de ses codes, de ses intrigues, de ses meurtres pour accéder au pouvoir, de la vie à Rome et dans les colonies romaines.
    Ce n'est vraiment pas ennuyeux, et le personnage de Paulina que le lecteur suit tout au long du livre est très attachant.
    Le lecteur vit avec elle, ses joies, ses peines, les moments gais et ceux plus tristes, on souffre avec elle, on aime avec elle, on a peur avec elle.
    Sénèque a également un rôle prépondérant dans le livre et j'ai découvert cette personne dont je ne connaissais que le nom et quelques écrits alors qu'il a eu une vie riche.
    On découvre aussi Néron sous un autre aspect que celui qui nous est toujours présenté, ce livre permet de mieux comprendre toute la complexité du personnage.
    C'est un très beau livre que je ne peux que recommander, c'est très bien écrit, ça se lit facilement, c'est documenté et cela permet de se plonger complètement dans la vie sous l'empire romain.

    Lien : http://lemondedemissg.blogspot.com/2011/05/la-dame-du-palatin-de-pat..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

> voir toutes (28)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par catherineforest, le 05 septembre 2014

    Pour qui s'intéresse à l'histoire antique, Arles, Rome, les druides, Sénèque c'est une bible d'informations sur la période (donc 1er siècle après JC. Un plus pour la culture du lecteur : les termes latin en caractère italique pour la désignation des vêtements, us et coutumes, organisation administrative et politique de Rome ...
    Roman déclencheur de passions qui donne l'envie de développer sa culture générale en allant à Arles, découvrir les fouilles récentes, de lire tout Sénèque et bien sûr d'aller à Rome. Ce que je vienx de faire. Arles, ville très intéressante.
    Il faut aussi lire ''Les Demoisells de Provence'', c'est la même émotion - découverte des liens entre toutes les familles royales européenne.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par joedi, le 22 octobre 2011

    - Peux-tu prédire mon destin ?
    - Ne t'ai-je pas dit que ce désir-là était dangereux ? D'une prédiction, on ne retient que la partie ténébreuse. La vie ressemble à une roue qui roule un jour dans l'herbe tendre, un autre dans le sable, un autre dans le marais. L'essentiel est qu'elle ne se brise ou ne s'enlise pas. A nous d'agir en conséquence, mais la solution ne dépend pas toujours de nous. La seule chose que nous pouvons faire est de saisir la moindre initiative qui nous est accordée par le destin.
    - Il ne me l'a jamais accordée.
    - C'est ce que tu crois. Entre les différentes voies qu'il nous offre, nous avons le choix.
    - N'est-ce pas Dis Pater, ou un autre dieu, qui a le pouvoir de nous l'imposer et d'arrêter la roue ?
    - Dis Pater a le pouvoir de la faire rouler à nouveau, voilà ce qu'il faut avoir présent à l'esprit. On appelle cela l'espérance. Si tu es venue me demander un conseil, je te recommande d'y penser et de vivre ta vie telle qu'elle se présente, avec son tourbillon de couleurs et cette succession de saisons de feu et de glace.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par joedi, le 25 octobre 2011

    Il me semble que pour toi le plus grand des maux est la mort. Eh bien, sache que son vice principal est ce qui la précède, la peur ... Tu n'ignores pas qu'un jour ou l'autre tout être doit cesser de vivre. Pourtant, à l'approche de ce moment, on tremble, on geint, on se met à imaginer pouvoir vivre encore mille ans ! C'est absurde ! Ne plus être et n'avoir jamais été, n'est-ce-pas la même chose ? Nous ne devons rien espérer du destin qui est sourd à toute prière. La loi de fatalité règle toute existence sans retour. Voilà pourquoi nous devons apprendre à affronter le présent et l'avenir d'un regard sans crainte.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 4         Page de la citation

  • Par opera64, le 23 janvier 2014

    Sénèque parle et dit durant son exil : "Je ne me suis jamais senti lié par la fortune, les honneurs, le succès. Le malheur épargne celui qui ne se laisse pas griser par la prospérité ou l'opulence.

    Le dénuement n'est pas un mal si l'on a appris à se préserver de ces fléaux destructeurs que sont le luxe, la cupidité, et les exxtravagances qu'ils inspirent. " p 169
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par joedi, le 25 octobre 2011

    Tu as lu assez de mes écrits pour savoir ce que je pense de la vie et de la mort ! Tout homme de bien doit apprendre à se livrer au destin qui, dès la première heure d'une vie, en détermine la durée. Rien dans l'existence d'un homme n'est assuré ni stable, j'ai donc appris à m'attendre à tout, même à la mort, et que représente la mort sinon un instant fugitif et trop bref pour qu'on puisse en avoir conscience ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

> voir toutes (4)

Videos de Patrick de Carolis

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Patrick de Carolis

Patrick de Carolis - La dame du Palatin .
Patrick de Carolis vous présente son ouvrage "La dame du Palatin" paru aux éditions Plon http://www.mollat.com/livres/patrick-carolis-dame-palatin-9782259210270.html








Sur Amazon
à partir de :
21,00 € (neuf)
7,99 € (occasion)

   

Faire découvrir La dame du Palatin par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (89)

> voir plus

Quiz