Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2277117420
Éditeur : J'ai Lu (1999)


Note moyenne : 3.91/5 (sur 23 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Guérit-on jamais de la guerre ? De quel combat meurtrier l'homme peut-il être fier ? Engagé pour cinq ans, Jacques Fortier a cru un temps à la noblesse des armes. Blessé, moralement détruit par les atrocités vécues en Algérie, il revient dans son village du jura pour qu... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par chriskorchi, le 22 mai 2013

    chriskorchi
    Nous sommes, dans ce livre, dans des descriptions de paysages, d'atmosphère et d'ambiance à la fois très imagées, très poétiques et suggérant par moments une réflexion profonde, avec des phrases bien rythmées, des sonorités qui reviennent, une grande richesse de vocabulaire mais sans effets spéciaux, sans grandiloquence ou métaphores hasardeuses...
    Quel livre ! A vrai dire, tous les romans de Bernard Clavel sont ainsi : une immense réflexion, de la poésie, des images fortes, une fabuleuse et "légendaire" dimension d'humanité... Des histoires dramatiques et poignantes mais en toile de fond "une vraie beauté des êtres et des choses".
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

> voir toutes (3)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par chriskorchi, le 22 mai 2013

    Et Jacques éprouva soudain la sensation d'être deux. L'un percevait toute la chaleur de cette étreinte profonde ; l'autre demeurait insensible, planté sur le quai de la gare. Devant lui, l'autorail aux fenêtres éclairées. A côté de lui, sa grosse valise qu'il venait de poser sur le quai. A quelques pas, l'employé. Personne d'autre n'était descendu de la voiture, personne n'y montait. Elle s'était arrêtée pour lui, au coeur de cette nuit qui enveloppait la gare. Cette nuit qui portait le pays invisible qu'il devinait mouillé comme ce quai de bitume où s'étiraient des reflets sales."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par chriskorchi, le 22 mai 2013

    "Le pays fut sur lui d'un coup. Tout le pays, absolument. Encore noyé dans cette heure d'avant l'aube qui porte le poids de la nuit sans connaître l'espérance du jour à naître.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par chriskorchi, le 22 mai 2013

    Le monde ne sera sauvé, s'il peut l'être, que par des insoumis. "

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (24)

Video de Bernard Clavel

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Bernard Clavel

Bernard Clavel Une légende de la mer
Bernard Clavel, Le requin de Ta'aroa, Tahiti, voix, dessin, sixième Catégorie








Sur Amazon
à partir de :

0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Silence des armes par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (54)

> voir plus

Quiz