Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2221046765
Éditeur : Robert Laffont (1985)


Note moyenne : 3.9/5 (sur 71 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Au XVIIe siècle, la guerre de Trente Ans ravage la Franche-Comté qui est l'une des plus riches provinces de la couronne d'Espagne. Durant cette conquête par la France, des centaines de villages sont incendiés, des milliers d'hommes torturés, assassinés ou décimés par la... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (3)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par PhilippeMaurice, le 15 juillet 2012

    PhilippeMaurice
    Il s'agit du seul livre que j'aie lu une deuxième fois entièrement.
    La première fois, j'étais adolescent. Les lectures en ont été différentes, mais toujours avec le même plaisir, le même souhait secret que le personnage principal "s'en sorte", fasse le "bon" choix, et suive son ami Bisontin-la-Vertu.
    Les descriptions des paysages, sous la neige, ou dans la tempête, sous les étoiles, ..., sont magnifiques.
    J'en garde aussi le souvenir de l'exaltation d'hommes aimant leur métier et se définissant par lui. Il s'agit aussi de transmission et de partage dans ce livre.
    Sans bien sûr oublier la peste et la guerre, et la volonté des gens de les fuir et de vivre malgré tout...
    Puisse cette "critique" vous donner envie de lire ce livre. Je me demande si je ne vais pas le relire une troisième fois...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 20         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Plouf_le_loup, le 23 mai 2013

    Plouf_le_loup
    L'histoire : 1639, en Franche-Comté, en pleine guerre avec la France. Mathieu est charretier, mais il n'exerce plus pour l'instant, il travaille dans un salin, près du feu. Sa femme est morte récemment, après deux ans à tousser du sang. Ce jour-là, un sergent vient le chercher pour aller faire l'enterreur aux loges de la maladière, là où on parque les pestiférés. Ne pouvant refuser, il y va, accompagné d'un prêtre aux yeux de source, le Père Boissy, Jésuite. Leur rencontre sera déterminante, ainsi que celle, plus tard, avec une "sorcière". Des portraits humains, jusqu'au bout des rencontres intéressantes, le tout met en lumière un petit destin difficile, une époque rude et profondément injuste pour tous.
     
    Mon avis : le bel éveil d'une conscience humble et humaniste coincée dans une époque rude et obscure. L'écriture est simple, terriblement réaliste sans être crue, fluide sans prétention au point de frôler parfois l'ennui, et sans parti pris. L'histoire se déroule inexorablement, comme le temps qui s'écoule, linéairement ou quasi, sans que rien ne puisse freiner ou accélérer sa course. Les "aventures" de Mathieu sont édifiantes, parce que si loin de la "vie ordinaire des petites gens" d'aujourd'hui, et en même temps si similaire dans ce qu'elle a d'universel, l'équilibre fragile entre les doutes permanents et la nécessaire sécurité de l'esprit, celle aussi de la conscience personnelle au milieu de la société, qui a comme sa propre conscience.
    D'une grande profondeur, donc, ce livre se lit aussi comme un roman tout simple, tragique sans pathos, fataliste. A chacun d'y trouver (facilement) son niveau de lecture en fonction de ses attentes.

    Lien : http://ploufsurterre.canalblog.com/archives/2013/05/15/27162874.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Cjanick, le 20 mai 2012

    Cjanick
    Que j'ai aimé ce genre de livres, je me souviens avoir pleuré à chaudes larmes, lors d'un "tome 4" à propos d'un vieux couple, c'était il y a si longtemps. on passe ensuite à un autre style, mais on n'oublie pas : la preuve.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par PhilippeMaurice, le 15 juillet 2012

    Le jour déclinait. Le soleil atteignit une grisaille molle aux rebords ourlés d'or qui montait du couchant. Pas un murmure de vent, pas le moindre pépiement d'oiseau, seul dans ce silence épais le chant des sources feutré par la couche de neige qui les recouvrait.
    Mathieu traversa le petit bois de la côte Versagne, et, lorsqu'il en sortit pour prendre pied sur le chemin des loges, le soleil achevait de disparaître. Une lueur rousse inondait encore la partie dégagée du ciel et son reflet étirait sur la neige l'ombre violette et lumineuse des murettes et des arbres.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

> voir toutes (24)

Video de Bernard Clavel

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Bernard Clavel

Bernard Clavel Une légende de la mer
Bernard Clavel, Le requin de Ta'aroa, Tahiti, voix, dessin, sixième Catégorie








Sur Amazon
à partir de :
21,19 € (neuf)
7,20 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Colonnes du Ciel, tome 1 : La saison des loups par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (164)

> voir plus

Quiz