AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020930560
Éditeur : Editions du Seuil (2007)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Dès 1976, Françoise Dolto connaît un immense succès grâce à son émission quotidienne sur France Inter, "Lorsque l'enfant paraît ". Elle répond à des lettres de parents en difficulté face à l'éducation de leur enfant. Sans prétendre donner des recettes, elle définit une attitude : chercher les raisons de chaque problème rencontré et y répondre avec la justesse que l'attitude psychanalytique lui permet.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
rabanne
rabanne13 décembre 2015
  • Livres 3.00/5
En matière de psychologie infantile, les théories foisonnent de nos jours mais ne sont pas toujours très raccord. J'avoue n'avoir ouvert cette trilogie de "L'enfant paraît" que bien après la naissance de mes enfants, étant plutôt encline à suivre mon instinct avec toute l'objectivité dont je puisse faire preuve.
Françoise Dolto a ouvert la voie à la personnification de l'enfant, à l'importance de l'écoute et du dialogue, et ce dès in utero. Cela semble naturel à notre époque, mais certainement moins évident dans les années 70. Depuis, la "génération Dolto" a été décriée comme celle de l'enfant-roi, souffrant du laxisme de ses parents, pour lesquels interdits et frustrations seraient un obstacle à son bien-être. Je partage en partie cette vision, après avoir lu certains passages concernant le sommeil, l'alimentation et l'obéissance.
Je suis de celles et ceux qui pensent que l'enfant a besoin de repères solides et de sécurité affective pour se développer et grandir de façon autonome. L'autorité parentale, justement dosée, fait partie de ces repères essentiels... Mais entre la théorie et la pratique, il y a parfois un abîme ! ;)
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          70
Pimousse42
Pimousse4224 décembre 2012
  • Livres 4.00/5
Enceinte de mon second enfant, je me suis dit qu'il fallait que je me lance dans la lecture de Dolto dont je n'avais jusqu'alors lu aucun ouvrage. J'avais peur de m'ennuyer et en fait pas du tout. Organisé par thématique, sous forme de questions / réponses, le livre est facile à lire et son contenu plutôt intéressant. J'ai notamment retenu la façon de parler aux enfants de la mort, car mon fils me posait beaucoup de questions à ce sujet à ce moment là. Je vais certainement me pencher prochainement sur le tome 2.
Commenter    J’apprécie          10
malau
malau16 septembre 2015
  • Livres 4.00/5
Simple. Accessible. Instructif. Donne à réfléchir.
Commenter    J’apprécie          10
Citations & extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
RhiaRhia16 septembre 2013
Je crois que ce qui peut intéresser l'enfant, c'est de parler de ses dessins.
S'il ne les montre pas, il ne faut pas en faire grand cas. Mais si l'enfant vient montrer à sa mère ses dessins, qu'elle ne dise pas béatement "Il est très beau" sans plus.
Elle doit lui parler de ce qui est représenté de l'histoire qu'il y aurait là-dedans : "Et encore?... Et là? ... Par exemple là? Et là? Qu'est ce que c'est? Ah, oui! Eh bien, tu vois, je n'aurais pas vu que c'était ça."
Qu'on parle autour de ces dessins. C'est cela qui est intéressant pour l'enfant, et non pas qu'il soit admiré. L'enfant dont on admire les dessins peut être porté à se répéter pour intéresser les adultes.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          40
RhiaRhia16 septembre 2013
Quand la fille ou le garçon, par exemple, sont odieux ou impertinents avec leur mère, le père étant présent, c'est au père de leur dire : "Je ne permettrai à personne dans ma maison d'être odieux et irrespectueux avec ma femme."
La mère doit faire de même, quand le fils dit devant elle des choses critiques et désobligeantes sur le père.
C'est important que les parents sachent ainsi parler : ne serait-ce que pour que l'enfant sente qu'ils se respectent l'un l'autre et ne se surveillent pas mutuellement.
Mais il faut savoir aussi qu'un enfant peut chercher à parler à son père ou à sa mère seuls, sous le couvert de parler de l'autre; après une réponse comme celle que je viens de dire, cela peut s'arranger très bien.
"Tiens nous n'avons pas si souvent l'occasion de parler tous les deux, si tu me parlais de toi?", etc. Ou souvent, les enfants ne savent pas comment engager la conversation et croient que c'est en se plaignant de l'un qu'ils seront écoutés de l'autre. Quand ils recherchent, en fait, un colloque singulier.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          20
RhiaRhia16 septembre 2013
Je crois qu'il faut dire aux enfants ce qui va se passer, sans leur faire peur, mais en leur montrant qu'on est avec eux : "Je penserai à toi." Les enfants en ont besoin. Ou bien : "Tiens, je t'ai apporté une image, ou un ticket de métro. Quand tu t'ennuieras à l'école, tu l'auras dans ta poche. C'est papa qui t'a donné ce ticket de métro. Tu auras déjà plus confiance." Des choses comme celles-là.
Ils ont besoin de la présence des parents. Ce milieu est insolite.

S'ils n'aiment pas leur maîtresse, la question à poser aux enfants, c'est : Est-ce qu'elle explique bien?" Très souvent, ils disent : "j'aime pas la maîtresse, mais oui elle explique très bien." "Eh bien, c'est le principal. Une maîtresse est là pour expliquer. Pour le reste, c'est la maman qui est là."
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          20
RhiaRhia16 septembre 2013
Car, il faut savoir qu'un enfant doit abîmer, il le doit.
Et cela, parce que le jeu de l'enfant, jusqu'à quatre ou cinq ans, abîme. Et cela, parce que le jeu de l'enfant n'est pas le respect des choses. Si on lui enseigne trop tôt à respecter ce qui a été acheté cher, les meubles, le papier du mur, cela va l'empêcher d'être "vivant" : un enfant bien portant s'il est gai et si les parents ne sont pas constamment en alerte : "Qu'est ce qu'il va faire encore?".
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          40
RhiaRhia16 septembre 2013
Il faut savoir que c'est un signe de faiblesse de la part des parents, de faiblesse de leur self-control. C'est donc un mauvais exemple que donne l'adulte. Un adulte qui parle avec brusquerie et agressivité, qui agit avec violence et s'abandonne à des explosions caractérielles vis-à-vis de son enfant, ne doit pas s'étonner, quelques mois ou années après, de voir cet enfant parler et agir de même avec de plus faibles que lui. Je le répète, pour tout enfant jeune, ce que l'adulte fait est vu comme "bien", aveuglément si j'ose dire : et l'enfant l'imitera tôt ou tard, tant à l'égard de l'adulte même qu'à l'égard des autres enfants.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          20
Video de Françoise Dolto (28) Voir plusAjouter une vidéo

Agora du 11 novembre 1986
Paul CHAVASSE s'entretient avec la psychanalyste Françoise DOLTO lors de la parution de son album "Enfances", illustré de photos d'enfance et d'enfants. A 2'52 : Françoise DOLTO : elle a toujours eu "les yeux ronds" - titre du texte de son livre, souvenirs flashs de vie - ronds de curiosité, de surprise et de questionnements. Elle continue d'être questionnée partout et en particulier par...
autres livres classés : psychologieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
195 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre