Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2264045795
Éditeur : 10-18 (2008)


Note moyenne : 3.09/5 (sur 11 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Et si l'enfer n'était plus dans l'au-delà mais dans l'état-major d'une multinationale ? Onze cadres prennent la parole autour d'une table lors d'un sacro-saint comité de direction. Il y est question de dividendes, de restructuration et de licenciements. Mais aussi de l... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (3)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Charybde7, le 27 avril 2014

    Charybde7
    Concepteur-rédacteur et syndicaliste dans une agence de publicité et membre fondateur de la Société Perpendiculaire, active de 1985 jusqu'à la fin des années 1990, Laurent Quintreau connaissait la réalité de l’entreprise et l’entreprise fiction.
    Dans ce premier roman, paru en 2006, il nous immerge dans les pensées de onze cadres d’une entreprise de communication, réunis pour une matinée en comité de direction.
    Sur le modèle de «La Divine Comédie», dans les onze chapitres du roman - neuf cercles de l’Enfer, Purgatoire et Paradis - se déroulent en un fil continu les volutes des pensées de chacun de ces cadres soumis à la violence de l’entreprise, la pression de la marge, la menace permanente du licenciement, résignés ou combatifs, hantés par leurs peurs et frustrations personnelles, leurs propres turpitudes et leurs débuts de folie.
    Un roman de jeunesse caricatural, néanmoins incisif et très drôle par moments, alors que se dévoilent l’envers et l’endroit de chacun avec ce tour de table, autour de Rorty, patron terrifiant aux yeux bleu acier, et lui-même terrifié.
    Sur ce thème de la violence insensée du monde de l’entreprise et pour aller encore plus loin dans l’invention et la satire, on pourra lire, entre autres, les mémorables «État dynamique des stocks» d’Alain Wegscheider, ou «United Emmerdements of New Order» de Jean-Charles Massera.
    « … regardez-moi Pujol qui lèche goulûment la parole du grand chef, quel pitoyable bellâtre, le faux derche dans toute sa splendeur, dire que je supporte ce spectacle chaque jour que Dieu fait, enfin Dieu, façon de parler, même les croyants ont de plus en plus de mal avec un truc aussi délirant et kitsch, il n’y a qu’ici qu’on se prosterne devant la parole unique de l’être suprême, le rayonnement divin du verbe absolu, ces comités stratégiques sont des pantalonnades grotesques à la gloire du duce, du führer, du caudillo, l’entreprise est totalitaire, totalitaire dans ses rituels, ses fondements, son organigramme, si je leur expliquais ces imbéciles ne comprendraient pas, ils ont tellement l’impression d’être dans leur bon droit, ah, le discours abject qu’il a tenu à Sebbag et Blanchet, oui, vous comprenez les gars, je n’ai rien contre vous personnellement, c’est pas de ma faute, c’est le groupe, les actionnaires, quoi, ils me demandent plus que je ne peux leur fournir, nous sommes trop à être trop payés, je dois faire un choix, tout choix est injuste, forcement injuste mais je dois trancher, on est tous dans le même bateau… »
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par nouchema, le 16 septembre 2012

    nouchema
    1 beigbeder en moins bien, c'est pour dire !
    Ecrit par un créatif de chez Publicis, le livre décrit, en une seule traite, une réunion entre 11 cadres dirigeants d'une entreprise.
    Le seul intérêt du bouquin (et il est mince, de mon point de vue), c'est qu'il est construit sans points de ponctuation, les phrases s'enchaînant pendant 11 chapitres, chaque chapitre étant associé à ce que pense l'un des 11 intervenants, pendant la réunion.
    Le reste est chiant, car très peu de contenu, et ce que pensent ces 11 cadres est sans surprise, enchaînant clichés s/ clichés.
    > A éviter, sauf pour se rappeler qu'en réunion, si tu n'as pas de smartphones, tu peux t'emmerder sévère !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par stefvis, le 24 novembre 2011

    stefvis
    Toute la brutalité du monde du travail à travers les pensées de 11 cadres réunis lors d'un conseil de direction. Cruel, incisif, ce petit roman très court bouscule et donne à penser sur ce drôle de monde du travail...

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique







Sur Amazon
à partir de :
6,27 € (neuf)
2,15 € (occasion)

   

Faire découvrir Marge brute par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez les éditions 10-18

Autres livres de Laurent
Quintreau(2) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (18)

> voir plus

Quiz