Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2290337110
Éditeur : J'ai Lu (2003)

Existe en édition audio



Note moyenne : 4.23/5 (sur 128 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
" A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu... " Ça sonne comme une comptine et c'est magique. Une fugue... Éclair de beauté et de malice que ce voleur de feu lance au ciel de la poésie ! Ivre de sensations, Rimbaud est comme ce bateau qui connaît l'éblouissement de " nu... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (3)

> Ajouter une critique

> voir toutes (20)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par CoralieLeboucher, le 25 juin 2015

    Tes haines, tes torpeurs fixes, tes défaillances,
    Et les brutalités souffertes autrefois,
    Tu nous rends tout, ô Nuit pourtant sans malveillances,
    Comme un excès de sang épanché tous les mois.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par CoralieLeboucher, le 25 juin 2015

    Je veux bien que les saisons m'usent.
    A toi, Nature, je me rends

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par CoralieLeboucher, le 25 juin 2015

    Le Monde a soif d'amour : tu viendras l'apaiser.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par araucaria, le 09 février 2013

    SENSATION

    Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers,
    Picoté par les blés, fouler l'herbe menue :
    Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
    Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

    Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
    Mais l'amour infini me montera dans l'âme,
    Et j'irai loin, bien loin, comme un bohémien,
    Par la nature, - heureux comme avec une femme.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par Aela, le 06 février 2011

    SENSATIONS
    Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers,
    Picoté par les blés, fouler l'herbe menue:
    Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
    Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

    Je ne parlerai pas, je ne penserai rien:
    Mais l'amour infini me montera dans l'âme,
    Et j'irai loin, bien loin comme un bohémien,
    Par la Nature, - heureux comme avec une femme.
    Mars 1870
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
1,70 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Bateau ivre et autre poèmes par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz