Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 9782809803914
Éditeur : L'Archipel (2010)


Note moyenne : 3/5 (sur 9 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Réservé à un public averti

En matière de femmes, le héros de ce livre n'a qu'un critère : pourvu qu'elle soit rousse ! C'est son unique désir, son fantasme moteur, en un mot : son obsession. Petite ou grande, svelte ou dodue, jolie ou moche, peu lui i... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (8)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Myrtle, le 16 juillet 2011

    Myrtle
    Stéphane Rose vient ajouter sa pierre à l'édifice de tous les artistes fascinés par les rousses et leurs mystères. Il nous livre avec ce premier roman ses observations sur la gent féminine, sur notre société mais aussi sur l'amour.
    Un lecteur qui ne se contenterait que de feuilleter le livre pourrait penser qu'il ne s'agit que d'un roman érotique de plus. Au contraire, Pourvu qu’elle soit rousse est un livre sensible, qui ne tombe jamais dans l'autofiction banale.
    Nous y découvrons un trentenaire qui a pour obsession la découverte de la singularité des femmes rousses. Très marqué par une première conquête, il décide d'utiliser Meetic pour rencontrer des femmes et les interroger sur leur « qualité de rousse ».
    Bon vivant et pas prude pour un sou, notre narrateur nous livre sans ambages ses expériences avec ses conquêtes, rousses cela va de soit :
    « J'embrassai ma proie dans l'urgence du désir, perdu quelque part entre l'homme et la bête, dans une confusion qui se démultiplia lorsque la créature, non contente de ne pas s'effaroucher de mes manières de butor, me répondit à l'unisson de ma bestialité en me bouffant littéralement le visage, suçant mes lèvres, mordillant mes joues, fourrant sa langue dans mes oreilles en prenant soin d'y glisser autant de salive que de petits bruits obscènes. Un authentique baiser d'affamée, qu'elle ne jugea pourtant pas suffisant pour me laisser entrevoir l'étendue de son appétit : une minute à peine après avoir goûté ma bouche, elle poussa l'audace jusqu'à prendre ma main dans la sienne, en déplier deux doigts et les sucer comme une bite en plantant ses yeux droit dans les miens avec une détermination guerrière […] »
    L'auteur élabore ainsi une sorte de carnet de route, dépeignant parfois férocement ses compagnes : « Brigitte était LA rousse. L'anomalie. L'erreur. le monstre. Une invraisemblable cascade de cheveux ondulés, d'un roux vif aux reflets rouge sang, lui donnait l'apparence d'une torche. Des mouvements nerveux, saccadés, impatients, des yeux verts hystériques qui roulaient comme des billes renforçaient cette impression de flammes en mouvement. Brigitte était le diable, descendu sur terre pour propager les flammes de l'enfer. »
    Il n'en est pas moins féroce avec lui-même et il est conscient de l'emprise malsaine qu'a son obsession sur lui : « Face à mes interlocutrices, je manifestais une hâte malsaine. J'effrayai l'une d'entre elles une heure après avoir fait sa connaissance en lui imposant de me laisser respirer ses seins sous peine de ne plus jamais me voir. J'en insultai une autre qui tardait trop à daigner me rencontrer. Je perdais goût à la correspondance, à l'attente, à la curiosité. Je voulais des rousses prêtes à la consommation, livrées à domicile sous vingt-quatre heures, et si possible pas des boudins, merci. »
    Son témoignage ne verse jamais dans la vulgarité gratuite et s'accompagne très souvent de références aux rousses allant du Parfum de Peter Süskind en passant par des poèmes d'Apollinaire jusqu'à Autobiographie d'un hardeur! Son ton mâtiné de cynisme s'attaque aux idées reçues et autres discriminations, concernant ou non les roux : « Quelle sottise, de se teindre les cheveux en roux! Quelle grossière erreur d'appréciation de penser qu'un roux se résume à la couleur de ses cheveux! Peut-on devenir nègre et crier à sa fierté d'être noir après avoir passé du cirage sur sa peau blanche? Possible que l'on chante le blues un peu moins juste quand même… »
    Pourvu qu’elle soit rousse n'est donc pas un simple déballage d'instants salaces mais se rapproche d'une sorte d'essai sur les rousses, mais aussi plus largement sur les femmes et l'amour. A l'heure où les auteurs français se contentent de nous livrer leur quotidien fade et sans intérêt, Stéphane Rose utilise ses expériences pour nous amener subtilement sur les pas de ce qui ressemble fort à une leçon de vie, sans pour autant tomber dans le nian-nian et le lieu commun. Une bonne surprise à dévorer, si vous en avez assez des livres fades. Car il faut croire que les mystérieuses rousses ont laissé leur empreinte sulfureuse sur l'ouvrage de M. Rose…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Bouvy, le 21 mars 2014

    Bouvy
    Entre pornographie et érotisme, entre obsession et fétichisme, une quête du graal, la rousseur! de la couleur au parfum, de la blancheur de la peau aux éphélides, l'antihéros s'égare, se perd, étale ses souffrances, ses impatiences et ses conquêtes! J'ai apprécié le fil "rouge" qui ne se limite pas à la couleur rousse mais aussi à Meetic qui est pour l'auteur l'outil de recherche de son idéal féminin.
    Pour un premier roman, j'ai apprécié le style, j'ai parfois été agacé par quelques citations littéraires qui ne tombe pas toujours à bon escient. J'aurais peut-être espéré une fin plus heureuse car pourquoi à ce point prendre fait et cause pour la rousseur si c'est pour terminer dans l'insatisfaction, la souffrance d'une passion jamais assouvie, l'amour idéal? Je pense que l'on ne fonde que rarement sa vie avec une femme correspondant "à son type". Ce livre en est la preuve. il est préférable de séparer l'amour et la fascination, quant au sexe, il semblerait qu'il supporte mieux le mélange. de là à séparer le sexe et l'amour, ...?
    Enfin, les conclusions sont peut-être hâtives, j'attends encore une vraie fin, bien que j'apprécie le plaidoyer contre les "roussophobes" qui nous conduit naturellement à un plaidoyer contre la xénophobie en général!
    je vais attendre un deuxième roman de Stéphane Rose pour me fixer une opinion sur son talent d'auteur, de narrateur mais j'avoue que globalement, ce livre me plut!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Parthenia, le 05 février 2014

    Parthenia
    J'avais eu le plaisir de gagner ce livre lors d'un concours sur le blog de Stephie, que je remercie au passage.
    Ayant toujours aimé la flamboyance de la couleur rousse (et ne dédaignant pas en teindre parfois mes cheveux), j'étais très curieuse de découvrir ce qui chez les rousses (les vraies !) fait autant fantasmer les hommes...
    Si la lecture fut agréable, et me tira quelques sourires amusés, j'en ressors assez mitigée.
    Tout d'abord, le fait de ne pas trop savoir si le livre était une fiction, une confession, ou une auto-fiction m'a empêchée d'entrer totalement dans l'histoire, car cette question n'a cessé de m'accompagner tout au long des pages sans jamais trouver de réponse.
    Ensuite, la manie de l'auteur parsemer ses chapitres de citations m'a dérangée. Non pas que je n'apprécie pas les citations, non, mais j'avais parfois l'impression qu'elles arrivaient comme un poil pubien, pardon je voulais dire un cheveu dans la soupe et me semblaient à certains moments mal intégrées au texte...
    Tiens, en parlant de poil pubien, le personnage de l'histoire (qui porte le même prénom que l'auteur) en fait collection et n'hésite pas à en réclamer à ses conquêtes, potentielles ou consommées... Eh oui, cet amour des rousses sort complètement des sentiers battus, et tourne même à l'obsession, une obsession presque pathologique qui s'approche dangereusement du fétichisme... On se sent même parfois gênée, mais par miracle, grâce à son talent d'écriture, l'auteur réussit finalement à nous faire accepter, comme à ses conquêtes avant nous, "son obsession. Parce qu'[il] en parle avec légèreté et fantaisie". (page 142)
    Car l'auteur nous livre sans complexe et avec drôlerie ses fantasmes et ses expériences avec les rousses qu'il rencontre par l'intermédiaire du célèbre site de rencontre. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé les passages où l'on prend connaissance des messages de ces rousses intriguées par son approche... Les scènes où il passe du fictif au réel sont également très réussies à mes yeux car elles sont toutes différentes, aussi différentes que peuvent l'être chaque femme et chaque rencontre. Cette absence de répétition est donc très appréciable.
    Autre aspect agréable, l'auteur maîtrise la langue française et s'exprime avec élégance ; il peut même se permettre à certains moments des dialogues crus et vulgaires qui ne dénotent jamais ! Stéphane Rose ne cède jamais à la complaisance mais reste très lucide sur son obsession, qui devient finalement une souffrance pour lui, comme l'addiction l'est pour le junkie.
    Pour conclure, une lecture agréable,légère et distrayante, malgré quelques défauts. Dommage que l'auteur cède au cliché de l'odeur de la rousse, même si chez lui cela s'apparente plus à l'hommage qu'à la discrimination...

    Lien : http://parthenia01.eklablog.com/pourvu-qu-elle-soit-rousse-de-stepha..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par MissAlfie, le 20 juin 2014

    MissAlfie
    Pourquoi la rousseur attire-t-elle donc l'auteur ? On vient rapidement (en fin de première page) sur le cliché de l'odeur spécifique des rousses. L'odeur d'Anaïs va l'envoûter mais son expérience l'amènera à conclure que toutes les rousses n'ont pas cette odeur spécifique.
    A partir de cette rencontre, on suit le cheminement psychologique sur la relation de l'homme à son désir. le fait est que de ses recherches sur Meetic découleront tout un tas de rencontres qui parcourent l'éventail des femmes : plus ou moins jeunes, plus ou moins extraverties, plus ou moins jolies (quoique l'auteur fasse une distinction entre "belle" et "jolie"), plus ou moins portées sur le sexe, etc. Si la diversité des rencontres peut paraître cliché (comme ça, hop, pas de discrimination), elle permet au moins la progression dans le raisonnement de l'auteur qui passe par un simili-fétichisme un peu névrosé pour finir par s'interroger sur la pertinence d'une telle passion.
    C'est globalement bien écrit. Je n'ai pas encore parlé de l'aspect érotique. Comme dit plus haut, l'érotisme, les scènes de cul à proprement parler, là n'est pas l'objectif du bouquin (j'utilise volontairement ce terme que déteste visiblement Stéphane Rose). Alors, évidemment, de temps en temps, on a une scène un peu chaude mais elle est expédiée de telle façon à revenir dans le fond du sujet lui-même étayé par des références et des citations. Bref, une lecture pas follement excitante mais intéressante pour l'intérêt de la démarche d'un homme dans une quête spéciale.

    Lien : http://croqlivres.canalblog.com/archives/2014/06/16/29671580.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par marcanciel, le 29 juin 2013

    marcanciel
    Stéphane Rose a le potentiel pour devenir un très bon écrivain. Son style est agréable et juste, son propos est pertinent et intelligent. Seulement il n'a pas l'air de croire en lui.
    Pour ce genre de bouquin, c'est pas bien grave: on est dans le divertissement. La structure peut se permettre d'être défaillante, puisque le bouquin est court. Les réflexions peuvent se montrer superficielles, le lecteur n'a pas choisi ce bouquin pour se casser la tête, mais pour se la vider. Entre autres.
    Donc au final, Pourvu qu’elle soit rousse se range dans la lignée de ses petits camarades de La Musardine. Plaisant, décalé, sans grande prétention autre que notre plaisir.
    A titre personnel, ce bouquin aura été un miroir pas forcément très agréable. Parce qu'à force de me parler d'odeurs, de formes et autres réalités, ben je me suis rendu pleinement compte que... bah ça m'écoeure un peu tout ça, en fait. Ca me rappelle mes premiers pornos. Je trouvais ça écoeurant. Aujourd'hui, dans un porno, ce qui continue à m'écoeurer, c'est les cunnilingus (et les scènes homosexuelles, surtout mâles). du coup, ça m'interroge sur mon rapport à la réalité sexuelle.
    D'autant que je ne me reconnais mais alors pas du tout dans le narrateur. Et pas seulement dans son addiction aux rouquines. le contraste est surprenant et intéressant. Mais je pense que pour le coup c'est accidentel.

    Lien : http://tutevukantalu.blogspot.fr/2013/06/pourvu-quelle-soit-rousse-d..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (6)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par MaitreSega, le 23 avril 2013

    Anaïs

    Un premier baiser qui modifie durablement le cours d'une existence est chose originale, de surcroît s'il est donné à l'âge de trente ans. Ma première rousse, je l'ai embrassée devant un film thaïlandais au nom prémonitoire : Tropical Malady.
    Outre sa qualité de rousse, Anaïs est aussi une fille. Elle arriva donc en retard. Je l'attendais depuis un bon quart d'heure devant l'entrée du cinéma en proie à un mélange équitable d'anxiété et d'excitation quand elle apparut au coin de la rue, sapée, maquillée et coiffée avec juste ce qu'il fallait de discrète provocation pour m'indiquer qu'un effort avait été fourni par rapport à l'ordinaire vestimentaire.
    Parfumée, aussi.
    La première odeur qui vint à mes narines quand nous nous retrouvâmes assis dans la salle fut celle de son parfum. La seconde, celle de son shampoing. Effluves de jeune fille propre, coquette et soignée, qui n'a pas pour habitude de se rendre à un rendez-vous galant en sentant la sueur ou le graillon. Son odeur de rousse, je ne l'identifiai que dans un second temps. Par déduction. Ce n'était ni celle du parfum, ni celle du shampoing, c'était autre chose, un petit complément inattendu, l'invité surprise au banquet des stimuli qui suscita d'autant plus ma curiosité que je venais de vivre trois décennies sans en soupçonner l'existence. Une odeur naturelle, animale, sauvage. Tropicale ? Une odeur d'une subtile singularité, impossible à synthétiser par la chimie. Et d'autant plus excitante qu'elle sortait des pores de la peau d'une jolie minette de vingt-trois ans, resplendissante de charme et de bonne santé, alors qu'on l'aurait crue échappée de la cage de quelque fauve exotique exhibé dans les foires.
    Voilà, c'est dit, et donc assumé d'emblée : je suis de ceux qui pensent que les rousses ont une odeur spécifique. De ceux qui le pensent, mais aussi, et surtout, de ceux qui le savent.
    Évoquant Nini-Peau-d'Chien, Aristide Bruant chantait :

    Elle a la peau douce,
    Aux taches de son,
    À l'odeur de rousse
    Qui donne un frisson.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Myrtle, le 16 juillet 2011

    Comme les fois précédentes, je n'en tirai pas de réel plaisir physique, mais la compagnie de cet individu singulier m'apporta un apaisement moral digne d'un antidépresseur. Son effet fut toutefois de courte durée. Au beau milieu de la nuit, de retour au bercail, je compris que la parenthèse se refermait en même temps que la porte que je claquais derrière moi. Mon appartement, au milieu duquel trônait une table surmontée d’un ordinateur équipé d’une connexion haut débit, était le ventre dans lequel je me laissais digérer. Mais cette nuit-là, malgré des discussions en cours et des e-mails en attente de réponse, je n’allumai pas mon ordinateur. Je me contentai d’ouvrir le tiroir magique et d’en extraire un par un les objets qui constituaient mon petit musée de la rousseur. Je les posai sur la moquette et m’assis parmi eux comme un enfant au milieu de ses jouets. La comparaison n’est pas innocente : ma petite collection était la source d’un plaisir puéril, je la contemplais toujours saisi d’un sentiment qui touchait à l’émerveillement. Eparpillés sur le sol autour de moi, ces touffes de poils, mèches de cheveux, sous-vêtements parfumés et objets divers délimitaient une zone qui échappait à la réalité, un petit sanctuaire de fétichisme onirique dans lequel je me sentais sinon à l’aise, du moins apaisé.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Myrtle, le 16 juillet 2011

    Face à mes interlocutrices, je manifestais une hâte malsaine. J’effrayai l’une d’entre elles une heure après avoir fait sa connaissance en lui imposant de me laisser respirer ses seins sous peine de ne plus jamais me voir. J’en insultai une autre qui tardait trop à daigner me rencontrer. Je perdais goût à la correspondance, à l’attente, à la curiosité. Je voulais des rousses prêtes à la consommation, livrées à domicile sous vingt-quatre heures, et si possible pas des boudins, merci.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par Myrtle, le 16 juillet 2011

    Quelle sottise, de se teindre les cheveux en roux! Quelle grossière erreur d’appréciation de penser qu’un roux se résume à la couleur de ses cheveux! Peut-on devenir nègre et crier à sa fierté d’être noir après avoir passé du cirage sur sa peau blanche? Possible que l’on chante le blues un peu moins juste quand même…

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Myrtle, le 16 juillet 2011

    J’embrassai ma proie dans l’urgence du désir, perdu quelque part entre l’homme et la bête, dans une confusion qui se démultiplia lorsque la créature, non contente de ne pas s’effaroucher de mes manières de butor, me répondit à l’unisson de ma bestialité en me bouffant littéralement le visage, suçant mes lèvres, mordillant mes joues, fourrant sa langue dans mes oreilles en prenant soin d’y glisser autant de salive que de petits bruits obscènes. Un authentique baiser d’affamée, qu’elle ne jugea pourtant pas suffisant pour me laisser entrevoir l’étendue de son appétit : une minute à peine après avoir goûté ma bouche, elle poussa l’audace jusqu’à prendre ma main dans la sienne, en déplier deux doigts et les sucer comme une bite en plantant ses yeux droit dans les miens avec une détermination guerrière
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (2)

Videos de Stéphane Rose

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Stéphane Rose


misere-sexuelle.com chroniqué sur Radio Sun (Nantes)
Alice Chaillou, chroniqueuse livres sur Radio Sun à Nantes, présente misere-sexuelle.com de Stéphane Rose (éditions La Musardine) avec un certain enthousiasme.








Sur Amazon
à partir de :
8,49 € (neuf)
21,48 € (occasion)

   

Faire découvrir Pourvu qu'elle soit rousse par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (18)

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 90 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur ce livre.