Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 225314293X
Éditeur : Le Livre de Poche (2003)

Existe en édition audio



Note moyenne : 3.49/5 (sur 138 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Un grattement timide à la porte ; le bruit d'un objet posé sur le plancher : une voix furtive : " Il est cinq heures et demie ! Le premier coup de la messe vient de sonner...
" Maigret fit grincer le sommier du lit en se soulevant sur les coudes et tandis qu'il r... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (10)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par fran6h, le 20 novembre 2013

    fran6h
    Un des premiers romans de Simenon, et pourtant un des plus connus. Il met en scène le commissaire Maigret pour un retour aux sources dans son village natal de Saint-Fiacre.
    "Je vous annonce qu'un crime sera commis à l'église de Saint-Fiacre pendant la première messe du Jour des Morts". c'est par ces mots que le commissaire est prévenu la veille. Il se rend donc sur place pour assister au meurtre de la comtesse de Saint-Fiacre.
    Lire Simenon aujourd'hui, c'est se retrouver dans une atmosphère désuète, dans un village du Bourbonnais à proximité de Moulins, dans cette France paysanne où la fracture sociale est évidente entre les châtelains, propriétaires, riches et oisifs, et les métayers, travailleurs, respectueux mais envieux. Tout se passe lentement, comme dans un univers immuable et ordonné à tout jamais, entre messes, petits commerces, soleil gris dans la brume de Toussaint et cette auberge où cuit et recuit un éternel café.
    Pour Maigret il s'agit d'un retour dans le village de son enfance, et les souvenirs qui reviennent à la moindre occasion influent sur l'enquête qu'il mène. Personnellement atteint par le drame, les souvenirs perturbent même le commissaire au point qu'il en arrive à une certaine passivité. Un lâcher prise qui n'empêche pas un final de haute volée, à la Walter Scott.

    Lien : http://animallecteur.canalblog.com/archives/2013/11/20/28471634.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par chapochapi, le 20 janvier 2012

    chapochapi
    Je ne répète pas les informations fournies par Les autres lecteurs (donc pas de résumé).
    Ce Maigret reprend les thèmes habituels de l'auteur comme cela a été dit, alors où est la nouveauté ?
    Elle tient dans le fait que le commissaire se retrouve sur les lieux de son enfance, et cela semble lui brouiller les esprits ! Elle tient dans le fait qu'il "assiste" impuissant au meurtre puisqu'il était présent à la première messe, parmi les rares personnes présentes, et n'a rien vu de la mort de la comtesse de Saint Fiacre.
    Pour une fois, ce n'est pas Maigret qui a les cartes en main, il observe les événements et Les autres personnages, pour laisser l'un d'entre eux tirer les conclusions à sa place. S'il se montre toujours aussi observateur, il ne semble pas capable, cette fois, d'associer les idées afin d'en tirer les conclusions qui s'imposent. Tout occupé à remâcher les souvenirs d'enfance, il peine à trouver la piste dans le morne domaine, pourtant si plein d'éclats dans sa jeunesse.
    Simenon fouille la conscience humaine, sans manichéisme, et sans jamais juger.
    Plus Cluedo que jamais, cette enquête est un régal.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par yo, le 22 septembre 2008

    yo
    Plongée dans un classique de la littérature policière, avec un bon Maigret de derrière les fagots. Et le charme désuet du personnage de Simenon n'est pas sans me plaire.
    Le commissaire Maigret, averti par un courrier anonyme, apprend qu'un crime sera commis dans la ville où il a grandi. Il décide donc, de manière officieuse, de se rendre dans le village qu'il a connu enfant pour tirer au clair le contenu de cette lettre. Il retrouve des habitudes qu'il avait perdues, des personnes qu'il avait oubliées, comme Marie l'aubergiste. Et il décide de se rendre à l'église pour assister à la première messe de la journée. C'est à ce moment-là que le crime est commis : on retrouve à la sortie de l'office le corps sans vie de la comtesse de Saint-Fiacre. le comble, pour Maigret, est qu'il connaît très bien la comtesse et son entourage, car son père était l'ancien régisseur du domaine. Maigret se trouve donc plongé dans une enquête sur un crime sans arme, et dans une ambiance où il doit distinguer l'affectif du professionnel…
    Ce qui est notable dans cet ouvrage, c'est l'ambiance que réussit à mettre en place Simenon : on sent l'humidité qui prend les personnages dès qu'ils passent le pas de La Porte, le froid de la chambre de l'auberge où loge Maigret. Il y a une atmosphère très provinciale (l'action se situe dans l'Allier), où on sent l'humus et les chaussures crottées.
    La suite ici : http://livres-et-cin.over-blog.com/article-21928047.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

  • Par dido600, le 08 janvier 2013

    dido600
    L'arme du crime un morceau de journal grand de sept centimètre sur cinq glissé dans le missel de la comtesse de st fiacre .Le charade autrement dit énigme sera résolu par le principal suspect le compte de st fiacre .Ce roman est spécifique pour plusieurs mobiles le commissaire Maigret revient a' son patelin natal saint fiacre .L'investigation menée par le principal équivoque j'unique fils de la défunte comtesse d'une manière spontanée
    Le responsable du crime sera dévoilé lors du dernier diner avant la veille des funérailles de la comtesse sous le signe de Walter Scott
    Enfin de compte le rôle du commissaire Maigret sous le coup des souvenirs d'enfance était limité à apporter le dernier chainon qui bouclait parfaitement le raisonnement.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 3         Page de la critique

  • Par Aela, le 17 février 2011

    Aela
    Comme toujours chez Simenon, les enquêtes du commissaire Maigret reposent moins sur la recherche d'indices que sur la plongée dans un milieu, une atmosphère particulière.
    Réalisme quotidien, banalité des lieux, solitude des êtres, quelques-uns des thèmes qui reviennent...
    Entre le quai des Orfèvres et son appartement du Boulevard Richard-Lenoir, Maigret s'installe dans une enquête comme on s'installe dans un fauteuil.
    Rythme volontairement lent, simplicité du style, importance des gestes quotidiens, tout cela fait que l'on s'installe dans la lecture de ces enquêtes avec confort malgré le malaise lent et continu qui se déploie dans chacun de ses livres...
    Ici l'histoire se passe dans un village de l'Allier, près de Moulins. La comtesse de Saint-Fiacre a succombé à une crise cardiaque due à une émotion violente. Maigret, averti qu'il s'agit d'un meurtre, mène l'enquête. Celle-ci va le ramener sur les lieux de son enfance, son père ayant été régisseur du château.
    Une des enquêtes les plus connues, et les plus réussies du célèbre inspecteur, une des plus adaptées à la télévision aussi...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (5)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Aela, le 17 février 2011

    Le château était vaste. Du dehors, il ne manquait pas d'allure. Mais l'intérieur avait un aspect aussi miteux que le pyjama du jeune homme. Partout de la poussière, des vieilles choses sans beauté, un amas d'objets inutiles. Les tentures étaient fanées.
    Et sur les murs,on voyait des traces plus claires qui prouvaient que des meubles avaient été enlevés.
    Les plus beaux, évidemment! Ceux qui avaient quelque valeur!
    "- Vous êtes devenu l'amant de la comtesse..
    - Chacun est libre d'aimer qui..
    - Imbécile! " gronda Maigret en tournant le dos à son interlocuteur.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par dido600, le 08 janvier 2013

    — Il fut un temps où l’on n’entrait dans cette pièce qu’en retenant son souffle, parce que mon père, le maître, y travaillait… Il n’y avait pas de whisky dans les placards… Mais les rayons étaient chargés de livres comme les rayons d’une ruche sont saturés de miel…
    Et Maigret s’en souvenait, lui aussi !

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par koalas, le 27 mai 2013

    Il n'y avait pas de whisky dans les placards ...Mais les rayons étaient chargés de livres comme les rayons d'une ruche sont saturés de miel....

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par dido600, le 08 janvier 2013

    Douter ne signifie rien d’autre que d’être vigilant, sinon cela peut être dangereux

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Lakanal3eme6, le 11 mai 2013

    Un arrêt du coeur que quelqu'un a prévu quinze ans auparavant !
    Cécile

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
1,99 € (neuf)
1,23 € (occasion)

   

Faire découvrir L'Affaire Saint Fiacre par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (324)

> voir plus

Quiz