AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Interview de la lectrice MelleMars
A la rencontre des membres de Babelio

Article publié le 11/01/2021 par Adélaïde Bauchet

 

Avec plus d'un million d'utilisateurs, on croise beaucoup de monde sur Babelio ! Pour que la communauté demeure, malgré son ampleur, un endroit convivial où l’échange est roi, nous avons décidé de vous donner la parole. En ce mois de janvier, pour commencer l'année comme il se doit, nous avons posé quelques questions à une lectrice également autrice, animée par sa passion pour Jane Austen et Cyrano de Bergerac, et dont les nombreuses bibliothèques témoignent de goûts très variés. 

 

(Toutes les illustrations sous copyright © MelleMars)

 

Rencontre avec MelleMars, inscrite depuis le 16/06/2011



Comment et quand êtes-vous arrivée sur Babelio ? Quel usage faites-vous du site en tant que lectrice et en tant qu’autrice ?


Je suis arrivée sur Babelio en 2011, à la suite de la remise du prix du premier roman des éditions Le Manuscrit. Babelio était un des partenaires et grâce à votre vote j'ai obtenu le premier prix pour Porcelaines. J'ai donc découvert le site à cette occasion.

Je tenais déjà une liste de mes lectures auparavant, sur Excel, mais c'est plus simple et plus ludique de l'avoir sur le site. J'adore les badges, dont je vais vérifier le classement tous les jours, et les Masses Critiques, auxquelles j'ai fini par gagner régulièrement ces derniers mois. Recevoir des livres en cadeau est un grand plaisir !

Je m'amuse à répondre aux tests, à comparer mes lectures, et je participe à quelques événements (comme les vidéos pour le million de lecteurs, je suis la fan de Jane Austen^^), excepté les rencontres avec les auteurs car j'habite en Belgique. Mais étant auteur moi-même, j'ai la chance de pouvoir en rencontrer lors des salons. Certains sont même devenus des amis !

J'utilise davantage Babelio en tant que lectrice qu'en tant qu'auteur, mais je ne peux pas m'empêcher d'aller jeter un œil de temps en temps aux critiques qu'on publie sur mes romans ! J'essaie de ne pas y répondre, même si ça me démange parfois, parce que j'estime que le roman doit se défendre tout seul.



Aimez-vous vous fixer des objectifs, des défis de lecture ?


Je ne me fixe plus d'objectifs depuis longtemps. J'ai fini par abandonner les PAL et autres listes de lectures parce que j'étais frustrée de ne pas y arriver. Je me suis fait une raison : je n'aurai jamais le temps de lire tout ce qui me fait envie ! Alors je lis au gré de mon inspiration ou des romans que m'emprunte mon amoureux, qui est bibliothécaire et connaît bien mes goûts !


Quelle est votre première grande découverte littéraire ? Le livre qui vous a donné envie de prendre la plume à votre tour ?


Je vais vous raconter une petite histoire… Nous sommes en 1997, j'ai treize ans. À la télévision, Bruno Gaccio ouvre, comme tous les soirs, "Nulle part ailleurs". Au milieu de sa chronique que je n'écoute que d'une oreille distraite, il prononce quelques mots, rimés, et alors que je suis en train de débarrasser la table, je me fige, ma pile d'assiettes sales à la main, tendant l'oreille, buvant ses paroles. C'est sublime ! Mais qu'est-ce que c'est ? N'ayant pas entendu d'où provient l'extrait, je me contente d'apprendre par cœur les vers qu'il prononce. Je me dépêche de terminer mes tâches, et, une fois remontée dans ma chambre d'ado, je note les mots que je viens d'entendre, quelque chose comme « mais un baiser, à tout prendre, qu'est-ce ? » et « un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer ».

Je n'ai pas Internet, pas facile de retrouver l'origine de ce que je crois être un poème : mais j'ai les Lagarde et Michard de mon grand-père, des bouquins poussiéreux que je n'ai encore, je crois, jamais ouverts (ça changera). Je passe une bonne heure à en lire les extraits, toutes époques confondues, en commençant par le XVIIe siècle (je n'étais pas loin), avant que, et dans le tome sur le XIXe, je tombe enfin, justement, sur la scène du baiser de Cyrano de Bergerac ! J'ai trouvé !

Le lendemain, première heure, je me rends au CDI pour emprunter la pièce d'Edmond Rostand. Jusqu'au soir, je ne lâcherai pas le bouquin : je lis même sous ma table de classe ; c'est tellement beau que j'essaie de ne pas montrer que je ris, que je pleure, que je frémis : il faut en garder un peu. Je dormirais tard, ce soir-là.

Le surlendemain, je relis la pièce, et durant les années qui suivront, je la relirai au moins une fois par mois, apprenant tout par cœur, reproduisant les costumes, collectionnant les éditions. Aujourd'hui, j'en ai treize, encore que j'en aie offert quelques-unes. Ma fierté : une édition originale de 1898. Le personnage de Rostand devient mon mentor, me donne du courage et l'envie de monter sur scène. Je m'essaie au théâtre, je trouve un peu de courage, et de panache.

 
Vingt ans plus tard, Cyrano de Bergerac est toujours ma pièce favorite, celle que je lis quand je ne vais pas bien, pour me retrouver, me motiver, ou pour trouver des réponses. C'est d'ailleurs en voyant la mise en scène de Podalydès à la Comédie-Française que j'ai compris qu'il fallait que je rompe avec mon ex, le psychopathe. Il a fait la gueule toute la soirée, et je me souviens m'être dit que si j'étais plus amoureuse de l'être de fiction qui était sur les planches que du gars qui était en chair et en os à mon côté, c'est qu'il y avait un souci.

Il y a quelques jours, « le gars qui est à mon côté » à présent m'a fait découvrir Edmond, que nous avons tous les deux adoré. Lui ne trouve pas que je suis cinglée de collectionner les éditions, et ne me regarde pas de travers quand je marmonne la tirade du nez ou celle des « non merci ! » en parfaite synchro !

Alors, le premier texte que j'ai écrit, la même année que cette découverte d'ado, c'est une fin alternative à Cyrano de Bergerac ! Ce sont des vers malhabiles, que personne d'autre que moi n'a lus, dans lesquels Roxane se suicide : je rappelle que j'étais môme et que je ne connaissais pas encore Roméo et Juliette, alors on me pardonnera de l'avoir plagié malgré moi^^

Depuis, il y a toujours dans mes histoires des références plus ou moins éloignées à cette œuvre : un mélange de genres, entre comédie et tragédie, de l’héroïsme, de l'amour, des hommages à un passé fantasmé… Bordemarge, mon deuxième roman, mêle ainsi les histoires d'une héroïne sous l'influence d'Edgar Allan Poe, qui s'appelle Violette, et d'une autre sous l'influence de Rostand… qui s'appelle Roxane.

 

 
 



Quel est le livre le plus mémorable que vous ayez découvert sur Babelio ?


Je regarde beaucoup les listes proposées par les autres membres, histoire de me donner des idées. Replay de Ken Grimwood y revient à plusieurs reprises, notamment dans les thèmes liés au voyage dans le temps. C'est un roman qui date des années 1980 mais qui est pour moi intemporel : il pose la question des choix de vie, qu'ils doivent être faits avec attention, parce qu'il n'y a pas de retour en arrière possible… Mais il donne espoir, car on se dit que même très tard, on peut encore réparer les erreurs qu'on a commises.


Quels sont les livres qui ont changé votre vie ?


En dehors de Cyrano de Bergerac, dont je viens de parler longuement, il y a les œuvres d'Edgar Allan Poe, qui a changé ma vie dans la mesure où j'ai écrit mon mémoire de master sur lui. J'ai découvert dans la foulée Roger Corman la même année, et je baigne aussi dans le gothique depuis lors !

Mais il y a surtout les romans de Jane Austen, et tout particulièrement Raison et Sentiments que m'a offert mon papa. C'est une romancière qui me suit depuis longtemps sans jamais disparaître : j'ai lu toute son œuvre, l'ai étudiée, l'ai présentée en conférences… J'ai aussi lu beaucoup de romances inspirées de son travail ou de sa vie, et j'en ai écrit quelques-unes. J'ai appris la couture ainsi que les contredanses historiques, rencontré d'autres janeites, organisé des événements costumés, et aujourd'hui encore j'essaie un peu de vivre comme dans cet univers qui m'apaise, parce qu'il est plus calme que le mien et que j'en connais bien les codes. Par exemple, les week-ends, j'éteins téléphone et ordinateur, et j'écris sur une écritoire ancienne !


Vous êtes une lectrice très éclectique et lisez beaucoup de genres littéraires différents. Y a-t-il un genre qui vous inspire le plus l’envie de lire et d’écrire ? Pourquoi ?


J'aime voyager dans le passé ; or l'Histoire ne se limite pas qu'à un seul genre. Ces dernières années, j'ai lu pas mal de romances historiques, d'histoires de voyage dans le temps, d'uchronies… Mais moins de purs romans historiques, ceux avec des personnages ayant réellement existé, car je pense que souvent leurs auteurs n'osent pas malmener l'Histoire, ils ont peur sans doute qu'on les accuse d'erreurs… ce qui plombe parfois le rythme et l'ambiance. J'aime les romans d'Alexandre Dumas,qui n'avait pas peur de tordre le passé pour le faire coller à ses intrigues !

Je fais une pause avec les romances historiques parce que plus je connais l'Histoire, moins je supporte les anachronismes. Il ne suffit pas de calèches et de longues robes pour recréer une ambiance ! Et puis ces derniers temps, les héroïnes sont souvent des rebelles trop modernes pour leur époque, et les héros de sombres et riches aristocrates au passé torturé… (merci Christian Grey !) Pour moi, les histoires d'amour peuvent également être marrantes et débarrassées de toute domination, ce qui a tendance à se faire rare. Qui sait, j'y retournerai peut-être un jour ! Il suffit d'une inspiration :)

Quant à mon écriture, il y a toujours un mélange de genres dans mes romans, et ils sont très souvent fantastiques. Huit de mes dix romans publiés le sont ! J'aime l'incursion du surnaturel dans notre monde, ce petit grain de sable qui vient bouleverser le quotidien et ses schémas sclérosés. J'aime me poser des questions sur la société, sur les destins et les ambitions des hommes. D'ailleurs, en ce moment, je mêle XVIIIe siècle et vie extraterrestre, mais chut, je n'en dirai pas plus !


Pouvez-vous nous parler de votre/vos bibliothèques ?


Mon partenaire et moi sommes de grands littéraires. Depuis que nous avons acheté notre appartement, nous avons lentement organisé nos bibliothèques et elles reflètent bien nos personnalités. Le confinement a aidé mon compagnon à tout trier et ranger. Nous en avons trois qui sont consacrées aux usuels, à la littérature générale, aux beaux-arts et à la littérature de l'imaginaire. Il y en a une pour les BD et mes magazines Première, une pour mes romances historiques, mes propres romans et les essais littéraires, et une dans mon atelier pour les livres d'art et de loisirs créatifs ainsi que tous mes Cyrano de Bergerac. Ces bibliothèques sont en constante évolution car même si nous n'achetons plus beaucoup (nous empruntons plutôt, excepté les livres d'art), elles nous paraissent trop chargées, et la prochaine étape sera d'élaguer un peu ! C'est très difficile, car nous avons tous les deux du mal à nous séparer de nos livres… même si c'est pour les offrir dans une bibliothèque de dons !

 



Comme en bibliothèque, ils sont donc classés par genre, puis par ordre alphabétique, mais parfois par taille, car nous ne pouvons pas toujours moduler l'espace comme souhaité. Le pratique prime sur l'apparence, mais de toute façon, je trouve que des livres sur une étagère sont beaux de quelque façon qu'ils soient rangés ! Pour le fun, monsieur a commencé à rédiger des fiches et un catalogue : bibliothécaire jusqu'au bout ! Côté meubles, nous essayons d'avoir une certaine harmonie malgré le manque de moyens, et nous avons réuni des meubles en bois marron. Si nous pouvions, nous aurions une bibliothèque comme au XIXe siècle, avec des escabeaux roulants pour attraper les livres montant jusqu'au plafond ! On en rêve depuis qu'on a visité celle du Trinity College à Dublin…




Quel livre avez-vous honte de n’avoir pas lu ?


J'étais une bonne élève, un peu genre Hermione Granger, et depuis le début du collège j'ai tout fait pour me construire une culture littéraire digne de ce nom, alors j'ai lu tous les classiques, tous les incontournables que les profs mettaient dans les listes ou dont ils parlaient au cours. J'ai fait par la suite, tout naturellement, des études de lettres classiques et modernes. Quand je suis, après mon master, rentrée à l'IUT pour devenir bibliothécaire, on nous a demandé de lire non pas les classiques, mais les genres les plus empruntés en bibliothèque : des romances, des policiers, de la fantasy… Bref tous ces « mauvais genres » que je n'avais jamais étudiés, ni même croisés, parce que les pontes de l'université ne trouvaient pas ça bien. Au début, j'avoue que j'ai eu beaucoup de préjugés contre ces romans-là, mais j'ai découvert de véritables perles. Je me suis mise à la romance historique, au fantastique, à la fantasy… En général, j'ai lu des romans contemporains, ce que je n'avais jamais fait parce que les auteurs étudiés dans mon cursus avaient tendance à être morts depuis longtemps ! Du coup, j'ai honte de ne pas m'y être mise plus tôt. Aujourd'hui, je trouve qu'il n'y a pas de mauvais genres, seulement de mauvais romans !


Quels sont vos coups de cœur 2020 ? Attendez-vous impatiemment des parutions de la rentrée 2021 ?


Je n'ai pas de coups de cœur en 2020, parce que je lis rarement les livres qui sortent. La dernière fois que je l'ai fait, ça remonte à la sortie du Cycle des anges de Bernard Werber ou des Harry Potter (pour le coup, j'avais acheté le dernier tome en anglais pour le lire avant tout le monde^^) ! C'est comme pour les films et les séries, j'attends toujours un peu que les choses décantent… Je préfère choisir avec soin que consommer tout ce qui sort, même si je ne suis pas à la page. Du coup, je ne suis pas impatiente de l'une ou l'autre sortie pour l'année prochaine.


Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?


Je lis beaucoup d’œuvres très connues, alors j'ai dû dérouler ma liste des livres classés 5 étoiles pour vous répondre ! Je dirais les deux Cinémastock de Gotlib et Alexis. Je crois qu'ils ne sont pas beaucoup notés sur ce site parce que c'est un peu ancien, mais c'est intemporel ! Les auteurs parodient en quelques planches de BD des œuvres célèbres comme Notre-Dame de Paris ou Les Malheurs de Sophie. C'est comme ça que j'ai découvert La Dame aux camélias, et j'avoue que je ne sais pas quelle version je préfère ! Gotlib me fait mourir de rire, et les dessins sont superbes !


Quel est votre endroit préféré pour lire ?


Mon lit ! Aujourd'hui, j'ai besoin de silence et de calme pour me plonger dans un livre. Plus jeune, je lisais partout, et surtout dans le bus pour aller à l'école, mais je n'en suis plus capable !


Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?


Je n'ai pas une citation fétiche en tête. Par contre, je connais beaucoup de poèmes et d'incipits par cœur ! Et tout Cyrano de Bergerac, aussi :
« Bref, dédaignant d’être le lierre parasite,
Lors même qu’on n’est pas le chêne ou le tilleul,
Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul ! »

Je pourrais incarner ce texte à la fin de Fahrenheit 451 !



Quelle sera votre prochaine lecture ? Comment l’avez-vous choisie ?


Je vais lire le tome 3 des Tommyknockers de Stephen King. C'est également un auteur que j'ai découvert très tard : lui, c'est le « mauvais genre » par excellence, et les rares fois où j'en ai entendu parler en cours, c'était en mal ! Pourtant, c'est un auteur fabuleux qui mériterait d'être étudié à l'école et classé dans les incontournables. Dans mon malheur de l'avoir découvert tard, j'ai de la chance, parce qu'il a tellement écrit que j'ai encore de beaux livres devant moi.


Une anecdote particulière en rapport avec Babelio ?





En 2011, lorsque je me suis inscrite, Babelio m'a interviewée pour Porcelaines. C'était la première fois que je me pliais à cet exercice et je vous en remercie beaucoup ! J'étais toute fière et ça a marqué mon entrée dans le monde de l'édition.

Cependant, c'était il y a dix ans, et je n'avais pas d'expérience : Porcelaines était un premier roman, publié en édition à la demande, et n'a pas bénéficié d'un suivi éditorial. Du coup, j'ai repris mes droits dessus. J'aime mon histoire, mais j'ai un peu honte des coquilles, et je pense écrire mieux depuis ! Alors je crois qu'il vaudrait mieux retirer cette vieille interview ou la remplacer ^^

 

Merci à MelleMars pour ses réponses !

Commenter  J’apprécie          199