AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253152072
Éditeur : Le Livre de Poche (20/12/2001)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 2064 notes)
Résumé :
Que pensent les anges de nous ? Que peuvent-ils faire pour nous aider ? Qu'attendent-ils de l'humanité en général ? Lorsque Michael Pinson (stupidement tué dans un accident d'avion percutant un immeuble) a passé avec succès l'épreuve de la « pesée des âmes », il a accédé au royaume des anges. Mais passé le premier émerveillement, il découvre l'ampleur de la tâche. Le voilà chargé de trois mortels, qu'il devra désormais guider et aider tout au long de leur vie. Ses m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (98) Voir plus Ajouter une critique
Epictete
  18 janvier 2016
Avons-nous un ange gardien ?
Chacun a son avis sur le sujet. En tous cas, Bernard Werber a décidé de nous faire connaître l'activité et les interrogations de ceux qu'ils connaît.
Ces anges, arrivant après un ultime accident terrestre dans leur nouvel environnement se voient confier une mission : s'occuper de trois humains quelque-part sur terre et tenter de les faire évoluer afin de les conduire dans de prochaines vies à des niveaux supérieurs de réalisation.
Dans un autre registre (En profondeur comme en type d'écriture) on pense aux représentations du ciel de Dante Alighieri.
La tâche n'est pas simple car chaque humain garde son libre-arbitre et les moyens d'action des anges sont très indirects.
En fait, à travers ces aventures mouvementées et amusantes, c'est l'occasion pour l'auteur de nous parler de destins individuels qui vont plus ou moins se croiser, se rencontrer.
Est-ce le destin, l'au-delà ou les conséquences de nos actes qui pilotent nos vies.
Tout cela nous amuse et nous fait passer un bon moment. Mais c'est aussi l'occasion, pour ceux qui le souhaitent de nous poser quelques questions.
Les anges nous conduiraient-ils à une certaine forme de philosophie ?
En tous cas, Bernard Werber nous transmet une sorte de leçon : Pour évoluer, il faut changer de plan, sortir du cadre.
Cela me rappelle une maxime de ma jeunesse : Quand on fait ce que l'on a toujours fait, on obtient ce que l'on a toujours obtenu.
Ce livre offre un moment de lecture agréable et qui laisse un bon souvenir. A essayer !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          491
Tostaky61
  22 décembre 2015
Ma première incursion dans le monde de Bernard Werber.
Qu'y a-t-il après la mort ?
Michael Pinson va le découvrir après qu'un avion soit venu s'écraser sur son appartement....
Son âme se retrouve donc condamné, puis graciée grâce à l'intervention de ce cher Emile Zola... oui, oui, vous avez bien lu... Et des personnages célèbres, Pinson va en croiser quelques uns, faisant même un bout de chemin avec la belle Marylin... excusez du peu...
Le voici donc transformé en ange gardien, pas de Joséphine intervenant physiquement dans le destin des trois humains qu'il est chargé d'escorter au cours de leur vie, juste quelques coup de pouce. Enfin, pas que... parce que notre quidam, dans sa quête de connaître l'au-delà et ses mystères, en oublie parfois sa mission.
Werber nous entraine dans une histoire entre réel (la vie sur terre) et le fantastique (le sort de nos âmes).
A travers son personnage singulier et ses différentes rencontres, il nous donne sa vision de l'après, du monde, ou, des mondes, qui nous attendent.
Pas d'intervention divine dans son récit où l'humour n'est pas absent.
Dans un style qui m'a parfois dérouté, où quelques définitions extraites de l'encyclopédie du mystérieux Edmond Wells, et quelques interview micro-trottoir, viennent parfois hacher et perturber la narration.
J'ai malgré tout passé un bon moment à la lecture de ce roman et à la découverte de cet auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          384
Luniver
  13 juillet 2012
Après avoir exploré en détail le continent des morts, Michael meurt à son tour : la direction du paradis a peu apprécié qu'il divulgue toutes ses explorations au grand public, ce qui a conduit à un chaos total sur la planète. Michael choisit de devenir ange : il reçoit en charge trois âmes, et son but est d'en amener au moins une au dessus de la barre des 600 points, qui fera accéder l'âme au niveau supérieur également.
Il apprendra son travail d'ange gardien auprès d'Edmond Wells, qui lui donnera toutes les ficelles du métier : système du bâton et de la carotte, communication via les chats et les médiums, signes soigneusement disposés, … Parfois, lassé du manque d'ambition angesque de ses protégés, il rejoindra ses anciens amis pour explorer l'univers.
Dans la suite des Thanatonautes, Werber crée un univers original, en mélangeant religions, superstitions, surnaturel, … pour créer une image du paradis très studieuse et assez éloignée du repos éternel empli de jouissances.
Toutefois, comme dans presque tous les livres de cet auteur, il y a des défauts d'écriture importants qui douchent mon enthousiasme. le premier est le manque de cohérence entre les Thanatonautes et ce tome-ci : l'auteur est déjà obligé de réécrire le dernier chapitre des Thanatonautes pour retrouver une base propre pour l'Empire des Anges. Il y a aussi beaucoup de petits détails qui ne collent pas avec le tome précédent : par exemple, le compteur des points, qui pouvait être négatif avant, ne peut qu'augmenter ici.
C'est un peu dommage, car il y a beaucoup de bonnes idées, mais on a l'impression que tout a été écrit dans la précipitation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Cacha
  16 août 2016
Merci au pique-nique Babelio de Lyon de m'avoir permis de piocher ce livre offert par Ludolili.
J'ai passé un assez agréable moment à lire ces élucubrations sur les anges qui guident les humains - ou serait-ce le contraire ? Deux des explorateurs des Thanatonautes et différents autres personnages deviennent des anges chargés d'âmes humaines mais désireux aussi d'en savoir plus sur leur nouvel univers.
C'est une lecture sans prise de tête et surtout pleine d'humour (à prendre au second degré) qui convient pour des vacances.
Commenter  J’apprécie          260
Meps
  28 novembre 2017
J'avais lu il y a longtemps ( plus de 10 ans) la trilogie des Fourmis de Werber et j'avais quasiment enchaîné les tomes les uns derrière les autres. J'avais lu les Thanatonautes quelques années plus tard, en 2008... et j'ai attendu 2017... pour... relire L'empire des anges que j'avais lu en 2009... mais complètement oublié ensuite.
Pourquoi une telle différence pour moi dans l'expérience des deux lectures ? Cela tient en premier lieu je pense au thème différent: Les fourmis étaient plus inconnues pour moi et la lecture de Werber étant toujours l'occasion de passages de vulgarisations scientifiques, ce fut aussi l'occasion de découvertes sur ces animaux fascinants. Concernant la spiritualité, je me sens beaucoup plus connaisseur, et ce qui m'intéresse d'un côté, me semble simpliste de l'autre.
Je trouve également que l'idée assez originale de départ de suivre la vie de 3 personnages protégés par leur ange gardien (qui suit en parallèle ses propres aventures) est totalement gâché par le côté affreusement stéréotypé de ces deux hommes et cette femme, dans leur personnalité comme dans les événements qui leur arrivent. On a droit à l'artiste intellectuel (soit dit en passant, total autoportrait faussement modeste et finalement plutôt flatteur au contraire de l'auteur lui-même), à la fille superficielle et attirée par son seul physique (je pensais que le XXème siècle avait enfin permis aux auteurs d'éviter de tels clichés sur les femmes) et enfin à la brute épaisse, mais que c'est pas sa faute parce que il a eu une enfance tellement difficile (et tellement exagérée, car une mère qui tente plusieurs infanticides successifs... franchement... on peut faire plus caricatural ?). Les personnages ne servent ici qu'à appuyer une démonstration qui ne se donnent que des atours scientifiques...
C'est dommage car Werber a plutôt de l'humour et son oeuvre de vulgarisation est le plus souvent bienveillante et presque d'utilité publique. Mais la recette me semble trouver ses limites et on peut attendre d'un auteur une évolution littéraire avec les années et pas une régression dans la facilité...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
Citations et extraits (80) Voir plus Ajouter une citation
IsabelleFleuryIsabelleFleury   02 décembre 2017
Il faut s'efforcer de bâtir notre bonheur plutôt que d'essayer de réduire notre malheur
Commenter  J’apprécie          50
MepsMeps   28 novembre 2017
On a beau être aventurier, on a beau se sentir explorateur, pionnier des mondes nouveaux, on finit un jour par être confronté à des problèmes qui nous surpassent. En tout cas, un avion qui défonce mon salon, c'est un problème qui me surpasse.
Commenter  J’apprécie          40
FlorelFlorel   10 mai 2010
"Pour connaître la valeur d'une année, interroge l'étudiant qui a raté son examen.

Pour connaître la valeur d'un mois, interroge la mère qui a mis au monde un enfant prématurément.

Pour connaître la valeur d'une heure, interroge l'amoureux qui attend son rendez-vous.

Pour connaître la valeur d'une minute, interroge l'homme pressé qui vient de rater son bus.

Pour connaître la valeur d'une seconde, interroge celui qui a perdu un être cher dans un accident de voiture.

Pour connaître la valeur d'un millième de seconde interroge le médaillé d'une finale olympique."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1720
PerdreUnePlumePerdreUnePlume   21 juin 2010
" DE L'IMPORTANCE DE PORTER LE DEUIL : De nos jours, le deuil tend à disparaître. Après un décès, les familles s'empressent de reprendre de plus en plus tôt leurs activités habituelles.
La disparition d'un être cher tend à devenir un élément de moins en moins grave. La couleur noire a perdu ses prérogatives de couleur du deuil par excellence. Les stylistes l'ont mise à la mode en raison de ses vertus amincissantes donc chics.
[...]
Et il n'y a pas que les décès. Il y a aussi les "événements de fin" : quitter un travail, quitter une compagne, quitte un lieu de vie.
Le deuil constitue dans ces cas une formalité que beaucoup estiment inutile et qui pourtant ne l'est pas. Il importe de marquer les étapes.
Chacun peut inventer ses propres rituels de deuil. Cela peut aller du plus simple : se raser la moustache, changer de coiffure, de style d'habillement, au plus fou : faire une grande fête, s'enivrer à en perdre la tête, sauter en parachute...
Lorsque le deuil est mal accompli, la gêne persiste comme une racine de mauvaise herbe mal arrachée.
Peut-être faudrait-il enseigner l'importance du deuil à l'école. Cela épargnerait sans doute à beaucoup, plus tard, des années de tourment."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
isa120268isa120268   03 septembre 2015
Pour connaître la valeur d'une année, interroge l'étudiant qui a raté son examen.
Pour connaître la valeur d'un mois, interroge la mère qui a mis au monde un enfant prématurément.
Pour connaître la valeur d'une heure, interroge l'amoureux qui attend son rendez-vous.
Pour connaître la valeur d'une minute, interroge l'homme pressé qui vient de rater son bus.
Pour connaître la valeur d'une seconde, interroge celui qui a perdu un être cher dans un accident de voiture.
Pour connaître la valeur d'un millième de seconde interroge le médaillé d'une finale olympique.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Videos de Bernard Werber (93) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Werber
Trailer : Depuis l'au-delà - Bernard Werber
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





. .