AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Éditeur : Les Belles Lettres (15/10/2002)
4.43/5   7 notes
Résumé :
Au seuil de l'histoire et de la littérature de l'Occident (aux alentours du VIIIe siècle avant J.-C.), un immense poème, l'Iliade, conte les exploits en même temps que les peines des héros de la guerre de Troie, et, au centre de ce poème, un immense héros, Achille, exhibe sa force tout autant que ses larmes. Pourrions-nous aujourd'hui concevoir l'idée d'une sensibilité qui serait héroïque ? Il est bon de toujours retourner à Homère...
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Nastasia-B
  12 avril 2015
À l'issue de ce premier tiers de l'Iliade, le bouillant Achille n'a pas encore véritablement fait son entrée dans l'épopée. le combat titanesque qui doit opposer le champion des Troyen, Hector, au champion des Achéens, Achille, donc, n'est pas encore au programme.
Ce dernier est resté sur la plage avec ses hommes parce qu'il reproche à Agamemnon, sorte de général en chef des Grecs, de l'avoir lésé lors de la dernière remise de butin et refuse donc de reprendre le combat tant qu'il n'aura pas recouvré son dû.
C'est donc un premier indice que nous lègue(nt) le ou plus exactement les rédacteurs de l'Iliade, qu'on baptise toujours sous le même chapeau commode d'Homère, bien que ce texte ait manifestement été établi sur plusieurs siècles et qu'il n'y a peut-être jamais eu plus d'Homère pour l'Iliade et l'Odyssée que de Moïse pour la Bible. le copyright n'existant pas à l'époque, les auteurs successifs qui se relayaient pour les mettre en forme oubliaient souvent de préciser leur pedigree ; le fond et le désir de transmission prévalant sur l'identité du rédacteur.
Ces plusieurs que par commodité l'on nomme Homère, nous indiquent que, comme fondement de cette société dont cet écrit est l'un des piliers, il y a la possibilité de ne pas être d'accord avec l'autorité. En quelque sorte, un droit à se rebeller si la cause est juste et justifiée.
J'en veux pour preuve que même au panthéon de l'Olympe, il arrive très fréquemment aux dieux de ne pas être d'accord entre eux, et, par exemple, Athéna et Héra, s'opposent même très ouvertement à Zeus, qui est pourtant censé être l'autorité suprême. Ceci est la preuve irréfutable d'un système social relativement égalitaire, en tout cas pour l'époque, et dont tant l'histoire actuelle du XXIe siècle, ou celle récente du XXe siècle nous révèle qu'elle n'est pas toujours égalée sur ce point par beaucoup de sociétés de par le monde, largement plus autoritaires. (*voir le P. S. à ce propos).
Dans ce premier tiers de l'Iliade encore, il est question de droit et de destin. Les Achéens, c'est-à-dire, pour faire simple, les Grecs, sont persuadés d'être dans leur bon droit en venant venger le rapt d'Hélène, femme de Ménélas, le propre frère d'Agamemnon. Selon eux, il y a affront des Troyens, lequel affront doit être lavé dans le sang et au prix de la destruction de la cité de Troie.
Si l'on se place du point de vue Troyen, en revanche, il y a certes une action pas très reluisante de la part de Pâris (aussi nommé Alexandre), l'un des multiples frères d'Hector, les fils de Priam, le vieux roi de Troie. Mais il y a surtout une intervention divine : si Pâris a pu séduire Hélène, c'est qu'elle a été envoûtée par l'entremise d'Aphrodite, la déesse de la beauté ; et Pâris n'a donc été que l'instrument d'un destin qui lui est supérieur et sur lequel il n'a que peu de prises.
En somme, Justice et Destin sont deux variables qui s'opposent tant sur les causes du conflit, débuté il y a neuf ans de cela, que sur chacun de ses développements. le juste est constamment mis en faillite par l'entremise du destin (dit plus clairement, l'intervention volontaire d'un dieu quelconque), mais réciproquement, le destin est lui-aussi mis à mal par moments par le rétablissement du juste et du loyal.
De ce fait, l'on assiste, après une revue des forces en présence, à une succession de combats, d'actes héroïques, de harangues, et d'interventions divines qui font pencher la balance tantôt côté Achéen, tantôt côté Troyen (je rappelle que Troie était située sur la côte Nord-Ouest de l'actuelle Turquie, sur le versant asiatique).
En force pure, les Achéens ont des héros qui semblent légèrement plus forts que les Troyens, notamment Diomède et Ajax, présentés comme deux véritables taureaux indomptables, et l'on ne parle même pas encore d'Achille, lui qui n'interviendra qu'à partir du second tiers de l'Iliade.
Chez les Troyens, hormis Hector, ce ne sont pas les gros bras qui se bousculent, et même Hector semble moins robuste qu'Ajax lorsqu'ils s'affrontent tous deux. C'est plutôt leur savoir technique qui semble être leur meilleur atout, notamment l'envoi de flèches à distance, ou le maniement du char à la rapidité incomparable.
Reste l'esprit. Certes Hector n'en semble pas démuni, mais là encore, c'est du côté grec que semblent se trouver les plus beaux spécimens ; il y a bien entendu la sagesse légendaire du vieux Nestor, mais aussi et surtout, la ruse, parfois même un peu fourbe du fameux Ulysse, l'identité même du peuple grec.
En guise de conclusion, à l'issue de ce premier tiers de l'oeuvre, dans une version bilingue très sympa, vous êtes prêts à pénétrer de plain pied dans la symbolique mythique du premier grand peuple européen de l'histoire mondiale dont nous sommes, nous autres, en quelque sorte, les ultimes avatars. C'est donc une plongée vers nos propres origines, toujours intéressante à mener. Mais bien sûr, ceci n'est que mon avis, c'est-à-dire, pas grand-chose.
(* P. S. : Des chercheurs en primatologie ont montré de façon très convaincante qu'il existe chez de nombreuses espèces de primates une covariation des différentes variables sociales permettant d'expliquer sinon tout, du moins une très grande partie des différences de style social entre espèces proches. Ainsi entre les espèces très tolérantes socialement à une extrémité et les espèces très autoritaires à l'autre extrémité, il n'y a parfois qu'une infime variation d'un des paramètres mais qui entraîne à sa suite tous les autres.
Par exemple, Bernard Thierry a montré que parmi les 21 espèces de macaques répertoriées, l'essentiel des différences comportementales proviennent de l'intensité de l'agression. Pour ceux que cela intéresse, voici un lien vers l'un des multiples articles qu'il a publié à ce sujet :
http://people.nunn-lab.org/charlie/PDFs/55-Thierry-et-al.-2008.pdf
Quand l'intensité de l'agression est forte, on aura alors un système social très sclérosé, avec un héritage fort du rang social d'une génération à la suivante et une quasi impossibilité d'évoluer dans la hiérarchie sociale, des mères très restrictives et ultra-protectrices vis-à-vis de leurs petits. Ce faisant, ces groupes sont relativement apaisés et les contestations très rares. Disons que c'est l'homologue du système nord-coréen de l'espèce humaine.
À l'opposé, lorsque l'intensité de l'agression est plus faible, le risque de blessure étant moindre, les contestations sont beaucoup plus fréquentes et, comme sous produit, on constate beaucoup de coalitions d'individus moyens ou faibles de la hiérarchie contre des plus forts. Il est beaucoup plus possible d'évoluer hiérarchiquement par rapport à ses parents. de même, les mères sont plus permissives et encouragent même leurs petits à nouer des liens, notamment avec d'autres petits issus de femelles de statut social plus élevé.
Ceci donne des groupes extraordinairement bruyants et turbulents où les crêpages de chignons sont monnaie courante et suivis de grandes séances de réconciliation générale à l'autel de l'épouillage... jusqu'à la prochaine rixe. Ce système ressemble beaucoup à notre propre système de république molle et vaguement démocratique dans lequel tout le monde crie et où les règles sont respectées avec des critères à géométrie variable...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          594

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   12 avril 2015
Bientôt, ils se rencontrent, et les voilà aux prises, heurtant leurs boucliers, leurs piques, leurs fureurs de guerriers à l'armure de bronze. Leurs écus bombés entrent en contact ; un tumulte immense s'élève : gémissements et clameurs de triomphe montent à la fois. Les uns tuent, les autres sont tués ; les flots de sang couvrent la terre.
Aussi longtemps que l'aube dure et que grandit le jour sacré, les traits des deux côtés portent et les hommes tombent. Mais l'heure vient où le soleil a franchi le milieu du ciel ; alors le Père des dieux déploie sa balance d'or ; il y place les deux déesses du trépas douloureux, celle des Troyens dompteurs de cavales, celle des Achéens à la cotte de bronze ; puis, la prenant par le milieu, il la soulève, et c'est le jour fatal des Achéens qui penche.

Chant VIII.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Nastasia-BNastasia-B   30 avril 2015
Et voici que de lui s'approche Ménélas, le fils d'Atrée, sa longue javeline au poing. Adraste lui saisit les genoux et supplie :
« Ah ! prends-moi vivant, fils d'Atrée, agrée une honnête rançon. Mon père est riche ; il a chez lui maints trésors en réserve, bronze et or et fer travaillé. Il en tirerait, pour te satisfaire, une immense rançon, s'il me savait en vie près des nefs achéennes. »
Il dit et touche le cœur de Ménélas en sa poitrine. Déjà il s'apprête à le mettre aux mains de son écuyer, pour qu'il l'emmène aux nefs des Achéens, quand Agamemnon en courant vient à lui et d'un ton grondeur lui dit :
« Ah ! pauvre ami ! ah ! Ménélas ! pourquoi tant d'égards pour ces hommes ? As-tu donc eu si fort à te louer des Troyens à ton foyer ? Non, qu'aucun d'eux n'échappe au gouffre de la mort, à nos bras, pas même le garçon au ventre de sa mère, pas même le fuyard ! Que tous ceux d'Ilion ensemble disparaissent, sans laisser de deuil ni de trace ! »

Chant VI.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Nastasia-BNastasia-B   17 avril 2015
Priam, Panthoos et Thymoïtès, — Lampos et Clytos et Hikétaon, rejeton d'Arès, — Oucalégon et Anténor, deux sages, — sont là qui siègent, en Conseil des Anciens, près des portes Scées. L'âge pour eux a mis fin à la guerre. Mais ce sont de beaux discoureurs : on dirait des cigales, qui, dans le bois, sur un arbre, font entendre leur voix charmante. Tels sont les chefs troyens siégeant sur le rempart.

Chant III.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210

Videos de Homère (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Homère
Emmanuel Lascoux - L'Odyssée d'Homère, nouvelle traduction
autres livres classés : guerre de troieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

L'Odyssée

Comment s'appelle l'île sur laquelle vit Ulysse?

Calypso
Ithaque
Ilion
Péloponnèse

10 questions
1798 lecteurs ont répondu
Thème : L'Odyssée de HomèreCréer un quiz sur ce livre