AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.32 /5 (sur 41 notes)

Nationalité : France
Biographie :


Agnès Pierron est docteur ès lettres, comédienne et dramaturge. Elle est l'auteur de nombreux ouvrages, dont plusieurs dictionnaires : Dictionnaire des proverbes et dictons, Dictionnaire de la langue théâtrale, Dictionnaire de citations sur les personnages célèbres (Le Robert).
Linguiste et historienne du spectacle vivant, Agnès Pierron est la spécialiste internationale du Grand-Guignol. Elle est l'auteur de plusieurs ouvrages de référence dont Le Dictionnaire de la langue du théâtre (Le Robert, 2002) qui lui a valu le Prix de la critique, Le Grand-Guignol. Le Théâtre des peurs de la Belle Époque (Robert Laffont, " Bouquins ", 1995) et Le Dictionnaire des mots du sexe (Balland 2010).

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Agnès Pierron - 'Ramoner le conduit' 'Ramoner le conduit' ne s'emploie pas que pour parler de cheminées.
Podcasts (2) Voir tous

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
AutomneAuteur   26 mai 2020
Le Grand Guignol : Le Théâtre des peurs de la Belle Epoque de Agnès Pierron
Mieux vaut le dire tout de suite : Guignol est une référence encombrante. Le Grand-Guignol n'est ni un théâtre de marionnettes ni un théâtre pour enfants. En revanche, il a la réputation de faire trembler ou de faire rire. On va au Grand-Guignol lorsque l'on a besoin d'émotions fortes, comme on va aux Folies-Bergère lorsque l'on a envie de voir de jolies cuisses. Et aussi : A-t-on songé qu'il est le seul théâtre que nous possédons, où soit poursuivie de manière systématique la mise en oeuvre de ces éléments troubles et violents qui seront toujours la nourriture du vrai théâtre? Le seul où subsiste un reflet de ce grand malaise tapi dans le coeur de l'homme? Le seul qui fasse résolument sa règle de ce qui, ailleurs, est exception? ici, vraiment, l'excès en tout est la mesure.
Commenter  J’apprécie          10
Under_the_Moon   05 mars 2016
Lettres érotiques de Agnès Pierron
Une lettre érotique peut relever de la stratégie afin de savoir jusqu'où aller trop loin, de tâter le terrain, d'évaluer l'autre avec des mots. Un point de vue masculin, semble-t-il, l'homme étant dans l'attaque, la femme sur la défensive. Mais les mœurs évoluent et les femmes revendiquent les propos érotiques.



Elle est, aussi, une manière d'érotiser une relation - celle de Théophile Gautier et de Mme Sabatier, par exemple - et ne sous-entend pas forcément le passage à l'acte.



En cas de relation établie, elle peut avoir une fonction pratique : celle de "faire repartir la machine", de relancer des ébats usés par l'habitude.



(extrait de la préface)
Commenter  J’apprécie          130
gill   08 août 2013
Les Nuits Blanches du grand-guignol de Agnès Pierron
Autre "théâtre de spécialité", le Grand-Guignol est emblématique du Paris fin de siècle.

L'expression désigne à la fois un lieu et un genre.

Le lieu, c'est un petit théâtre de 280 places installé impasse Chaptal, dans le IX ° arrondissement, entre 1897 et 1962.

Mais le mot renvoie aussi - par extension - à un genre caractérisé par le goût du sang et du scandale, qui mêle volontiers l'épouvante au rire. [...]

Fondé par l'écrivain Oscar Méténier, l'établissement de l'impasse Chaptal a dans un premier temps pour vocation de programmer des pièces d'inspiration naturaliste, refusées par le metteur en scène Antoine en raison de leur caractère particulièrement violent ou scabreux.

Puis, à partir de 1899, Max Maurey transforme le Grand-Guignol en palais des atrocités.

Le nombre d'évanouissements devient le principal critère pour évaluer les oeuvres.....

(extrait du paragraphe "cabarets, music-halls, beuglants, caf'conc' et théâtres à côté" du chapitre II "spectacles optiques et musicaux" du volume paru en 2008 dans la collection "Anthologie de l'avant-scène Théâtre")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
gill   11 janvier 2016
Le Grand Guignol : Le Théâtre des peurs de la Belle Epoque de Agnès Pierron
Au 20 bis de la rue Chaptal, au fond d'une impasse aux gros pavés, où se trouve aujourd'hui le théâtre 347, a longtemps prospéré le célèbre "Grand-Guignol" qui faisait, de cette ruelle de trente mètres, un petit boulevard du Crime ...

(extrait du "Guide de Paris mystérieux" des éditions "Tchou)
Commenter  J’apprécie          120
Under_the_Moon   17 avril 2016
Lettres érotiques de Agnès Pierron
Comment veux-tu que l'on dorme, dans ce grand lit qui se souvient trop voluptueusement de toi (il m'en ferait presque rougir...) ? Et cet oreiller que je conserve près de moi et dont la blancheur s'attriste de ne plus être le nid de ta tête blonde... Je revivais ces heures, heures où je t'aime silencieusement afin de ne pas troubler tes beaux sommeils de petite fille.



[ Claude Debussy à Lilly Texier]
Commenter  J’apprécie          100
gill   13 avril 2013
Le Grand Guignol : Le Théâtre des peurs de la Belle Epoque de Agnès Pierron
- Le Théâtre des peurs de la belle époque -

Lui ! - Carrier, horloger, bijoutier - Son poteau - Le système du docteur Goudron et du professeur Plume - Hôtel de l'ouest...chambre 22...- La dernière torture - Gardiens de phare - La mascarade interrompue - L'obsession - La folie blanche - Le chirurgien de service - La veuve - Les trois messieurs du Havre - Les opérations du professeur Verdier - Les nuits du Hampton-Club - Tics - Une leçon à la Salpêtrière - Un concert chez les fous - L'horrible expérience - Sabotage - Dichotomie - Sous la lumière rouge - L'alouette sanglante - L'homme qui a vu le diable - Le beau régiment - Le baiser dans la nuit - Le court-circuit - Le laboratoire des hallucinations - Le chateau de la mort lente - Un réveillon au père Lachaise - Isolons-nous, Gustave - L'atroce volupté - Une nuit au bouge - Devant la mort - Le marquis de Sade - Les détraquées - La dame de bronze et le monsieur de cristal - Au téléphone - Vers l'au-delà - Le jardin des supplices - L'appel du clown - Great-Guignol - Mare-Moto - La dernière nuit de Raspoutine - La mort qui passe - L'amant de la morte - Crime dans une maison de fous - Le baiser de sang - Le faiseur de monstres - La griffe - La drogue - Les trois masques - Un cri dans la nuit - La tueuse - La loterie de la mort ou sept crimes dans un fauteuil -
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Under_the_Moon   11 avril 2016
Lettres érotiques de Agnès Pierron
Les belles sont toujours les bonnes, les spirituelles les charmantes ; c'est dans les poitrines de marbre que se trouvent les coeurs les plus tendres, les coeurs de cire qui gardent comme un cachet l'empreinte du souvenir.



[Théophile Gautier à Madame Sabatier]
Commenter  J’apprécie          80
Under_the_Moon   04 avril 2016
Lettres érotiques de Agnès Pierron
[lettre de rupture de Beaumarchais à son amante - de 25 ans sa cadette]



Tu ne m'aimes plus, je le sens, malgré tout ce que tu m'écris. Je ne m'en plains pas : je suis vieux et trop infortuné pour être aimable. Mas lorsque tu me dis : viens, apporte-moi ton prurit et je le panse du secret, je te réponds : non, foutre, non. J'ai pu souffrir sans scrupule lorsque le même hommage te charmait de ma part : je rougis de penser que je me soumettrais mon amie à un plaisir qu'elle ne partage plus : non. Ce n'est pas cela qui peut me plaire de ta part : c'était ce bonheur exclusif avec lequel ma langue suppléait à la faiblesse de mon vit ! Quand je croyais te l'avoir fait goûter, le plaisir de foutre pour moi, je l'acceptais de toi, avec la simplicité d'un retour que tu semblais accorder par amour à celui qui t'idolâtrait. Ce temps, Amélie, est passé, et le charme non raisonné d'une réciprocité de ce culte religieux, par lequel deux amants cherchent à se prouver que tout leur est cher l'un de l'autre, est fini pour nous deux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ChatDuCheshire   24 novembre 2016
200 drôles d'expressions érotiques de Agnès Pierron
Quand le cul est d'équerre avec l'âme, il y a de la poussière de bonheur qui nous tombe sur la tête
Commenter  J’apprécie          80
Under_the_Moon   16 avril 2016
Lettres érotiques de Agnès Pierron
Si l'on pouvait faire passer dans une lettre tout ce qu'on sent, chaque mot que j'écris te baiserait sur la bouche, sur le sein, et te pénétrerait jusque dans les entrailles comme un miel embrasé.





[ Anatole France à Madame de Caillavet ]
Commenter  J’apprécie          60
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Répliques de théâtre 2

Couvrez ce sein que je ne saurais voir.

Raymond Queneau
Alfred Jarry
Guillaume Apollinaire
Molière

8 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : theatre françaisCréer un quiz sur cet auteur
.. ..