AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.11 /5 (sur 435 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) le : 28/06/1969
Biographie :

Aimée Bender est un auteur américain de romans et de nouvelles.

Elle est titulaire d'un MA de l'University of California at Irvine. Elle enseigne le creative writing à l' University of Southern California.

Elle s'occupe d'un atelier de théâtre pour malades mentaux.

Son premier livre était "La Fille dans la jupe inflammable", une collection d'histoires courtes, publié en 1998.

En 2005, elle a publié un recueil "Créatures volontaires".

Son roman "Le troisième ascenseur" a été publié en 2009, puis parait en 2010 "La singulière tristesse du gâteau au citron".

Source : http://en.wikipedia.org
Ajouter des informations
Bibliographie de Aimee Bender   (9)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Parole de libraire à Marseille .
Nadia Champemes est libraire à la libraire "Histoire de l'oeil" à Marseille et nous parle de ses trois coups de coeur : "La singulière tristesse du gâteau au citron" d' Aimee Bender, "Numéro d'écrou 362573" d'Arno Bertina et "Orgasme à Moscou" d'Edgar Hilsenrath.

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (66) Voir plus Ajouter une citation
viou1108_aka_voyagesaufildespages   06 avril 2014
La singulière tristesse du gâteau au citron de Aimee Bender
On se sent si seul quand tout va mal et qu'on voit des inconnus faire du shopping.
Commenter  J’apprécie          250
pyrouette   18 juillet 2013
La singulière tristesse du gâteau au citron de Aimee Bender
Voir arriver quelqu'un que l'on aime, les jours où tout va mal, est l'un des grand baromètres de la gratitude.
Commenter  J’apprécie          160
Zebra   11 juillet 2013
La singulière tristesse du gâteau au citron de Aimee Bender
page 133

[...] Après mon coup de fil à Eliza et le départ de ma mère, je me suis installée à l'autre bout du canapé dans la pièce de la télévision. Mon père avait ce livre de comptes en cuir rouge sur les genoux, et il inscrivait des chiffres dans de nouvelles colonnes. La télé était en mode muet. Pendant un moment, je me suis contentée de rester immobile et d'observer mon père.

Oui ? a-t-il dit au bout de quelques minutes. Tu as besoin de quelque chose ?

Non. [...]

Oui, Rose ? Tu n'as pas de devoirs ?

Si.

Il a haussé les sourcils. Et pourquoi tu ne vas pas les faire ?

Je peux les apporter ici ?

Il a toussoté un peu dans sa main. Si tu restes sage. [...]

Nous avons travaillé ensemble en silence. [...]
Commenter  J’apprécie          130
Didili   11 mars 2014
La singulière tristesse du gâteau au citron de Aimee Bender
Parfois a-t-elle dit, presque pour elle-même, j'ai l'impression de ne pas connaître mes enfants.



Je suis restée à côté comme si j'écoutais en elle. Tout près. Elle l' a dit par la fenêtre. Aux jardinières devant nous, pleines de pensées et de jonquilles qui inclinaient la tête à la tombée du crépuscule. Là où elle dirigeait toutes les questions et suppliques adressées à son fils disparu depuis quelques années. c'était une déclaration fugace et je ne n'imaginais pas qu'elle puisse y croire ; après tout, elle nous avait donné naissance seule, avait changé nos couches, nous avait nourrir, aidés dans nos devoirs, embrassés et pris dans ses bras, elle avait déversé son amour en nous. Qu'elle ne nous connaisse pas semblait la chose la plus humble qu'une mère puisse admettre.
Commenter  J’apprécie          120
Aimee Bender
armand7000   22 novembre 2019
Aimee Bender
J'ai mordu dans le cookie aux pépites. Lentement.

Au bout d'une semaine, j'étais capable de démêler un peu plus vite les impressions qui m'assaillaient. Les pépites étaient industrielles, donc elles avaient ce goût légèrement métallique et absent, le beurre avait été fait à partir d'un lait peu riche parce que les vaches venaient d'une exploitation où elles vivaient entassées. Les oeufs dégageaient un soupçon de grande distance et de plastique. Tous ces éléments vrombissaient en arrière-fond, et plus près, il y avait le pâtissier qui avait mélangé les ingrédients et préparé la pâte et qui était en colère. Une colère rentrée dans le cookie lui-même
Commenter  J’apprécie          120
pyrouette   22 juillet 2013
La singulière tristesse du gâteau au citron de Aimee Bender
Des sons rassurants – un rappel de la présence de ma mère, un sentiment d’activité et d’occupation, même si je savais qu’au matin, je la découvrirais l’air fatigué, le regard vague, cherchant le repos.
Commenter  J’apprécie          120
missmolko1   30 juin 2012
La singulière tristesse du gâteau au citron de Aimee Bender
The room filled with the smell of warming butter and sugar and lemon and eggs, and at five, the timer buzzed and I pulled out the cake and placed it on the stovetop. The house was quiet. The bowl of icing was right there on the counter, ready to go, and cakes are best when just out of the oven, and I really couldn't possibly wait, so I reached to the side of the cake pan, to the least obvious part, and pulled off a small warm spongy chunk of deep gold. Iced it all over with chocolate. Popped the whole thing into my mouth.
Commenter  J’apprécie          110
myriampele   23 août 2014
La singulière tristesse du gâteau au citron de Aimee Bender
J'ai besoin de pluie?

De beaucoup de pluie.

Et c'est bien?

Ni bien, ni mal. Est-ce qu'une forêt pluviale est bonne ou mauvaise?

Et toi, tu es quoi?

Elle a haussé les épaules. moi je suis changeante, comme l'île principale d'Hawaï.

Tu as le droit d'être d'Hawaï, toi?

Commenter  J’apprécie          100
JIEMDE   18 janvier 2021
Un papillon, un scarabée, une rose de Aimee Bender
Plus tard, seule occupée à revisser le verrou sur la porte, je réalise soudain que si je me fais enfermer, c'est peut-être parce que j'ai besoin que quelqu'un me libère.
Commenter  J’apprécie          100
sabine59   10 octobre 2016
La singulière tristesse du gâteau au citron de Aimee Bender


Voir arriver quelqu'un que l'on aime, les jours où tout va mal, est l'un des grands baromètres de la gratitude.
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Rousses fatales

Irlandaise , elle débute dans une adaptation de L'auberge de la Jamaïque réalisée par Alfred Hitchcock d'après Daphné du Maurier puis dans Quasimodo, d'après Victor Hugo. Elle est remarquable dans L'Homme tranquille de John Ford:

Maureen O'Sullivan
Maureen O'Hara
Deborah Kerr

10 questions
70 lecteurs ont répondu
Thèmes : rousses , cinema , littératureCréer un quiz sur cet auteur