AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757833529
Éditeur : Points (14/03/2013)

Note moyenne : 3/5 (sur 7 notes)
Résumé :

Mona a vingt ans. Depuis dix ans, son père est atteint d'une terrible - et incroyable - maladie. Laquelle ? Nul ne le sait. Dès les premiers symptômes, il est devenu gris. Et la maison familiale, elle aussi, a perdu ses couleurs. Une vie en noir et blanc, s'agit-il d'une dépression ? Étrange. Comme la relation compulsive, poétique, et totalement irrationnelle, que Mona entretient avec les nombres. Outre sa croyance dans les ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
ManouParis
  01 novembre 2014
Mona Gray a vingt ans et des chiffres plein la tête. Pour elle, les maths sont un refuge contre tout ce qui blesse, comme la maladie de son père qui un jour est devenu gris. Ce jour-là, Mona encore petite fille a renoncé à beaucoup de choses et notamment à la réussite. Douée en course à pied, elle a abandonné. Douée dans beaucoup d'autres domaines, elle ne s'est plus autorisée à aller de l'avant. Méthodiquement, elle a mis en place une logique de sabordage de sa vie, de ses projets. Jusqu'au jour où sa mère la met gentiment à la porte, comme une injonction à vivre enfin. Dès lors, elle est embauchée comme professeur de mathématiques dans une école primaire. Elle y fera la rencontre d'enfants attachants ; la petite Lisa Venus dont la maman se meurt d'un cancer, le petit Elmer ou encore Ann, une satanée chipie... mais aussi d'un collègue aussi charmant qu'énervant...
J'avais entendu parler d'Aimée Bender lors de la parution de la Singulière Tristesse du gâteau au citron, qui a eu beaucoup de succès. le sort réservé à ce premier roman, L'ombre de moi-même fut bien moins bon, alors qu'il figurait dans la sélection 2013 pour le Prix du Meilleur Roman des Lecteurs de Points. Mais je dois avoir l'esprit de contradiction, je ne vois que ça... Car pour ma part, je n'ai pas aimé, j'ai a-do-ré. Durant une semaine, chaque matin et chaque soir, j'ai retrouvé Mona avec un plaisir infini. Ce personnage m'a touché, par sa maladresse, ses tocs multiples - comme celui de cogner sur du bois pour se calmer ou de se fourrer du savon dans la bouche pour résister à l'appel de la chair - et sa jeunesse. Cette idée que tout est encore possible, que son destin est entre ses mains a décuplé ma tendresse et ma bienveillance à son encontre. Beaucoup d'autres personnages de ce roman m'ont fait sourire, comme Monsieur Jones, qui accroche chaque jour à son cou un chiffre à l'image de son humeur, ou encore la mère de Mona, discrète et aimante. Quant à la petite Lisa, je l'aurais bien adoptée !
L'aspect fantaisiste, voire surréaliste du roman est une des critiques que l'on retrouve souvent ; mais c'est précisément ce qui fait tout son charme ! La littérature n'a pas toujours vocation à être le reflet de la "vraie" vie, vous ne pensez pas ? Pour ma part, ce qui m'a tant émue c'est ce décalage entre cette héroïne, ce monde étrange et la justesse de la "morale" qui s'en dégage. C'est un hymne au dépassement de ses peurs, mis en valeur par une écriture pleine de fragilité et de poésie. Et si vous redoutez le thème des maths, je vous rassure... je ne porte pas vraiment les maths dans mon coeur et pourtant cela ne m'a pas empêché de trouver cela passionnant. Au contraire, j'ai pu ainsi changer mon regard sur les chiffres et apprécier leur grâce - ce qui m'a toujours semblé impossible !
Si vous avez envie de lire quelque chose de singulier, de déroutant et qui vaut le détour, je vous conseille vivement L'ombre de moi-même. D'autant plus que la traduction est signée Agnès Desarthe, une auteure dont la sensibilité a certainement servi le texte. J'ajoute que je me suis rarement sentie aussi triste de quitter des personnages... Arrivée à la dernière page sans m'en rendre compte, je n'ai pu m'empêcher de m'exclamer à voix haute (dans le train, la honte) "oh non !" tant j'aurais aimé poursuivre encore le voyage... (dans le livre hein, pas dans le train). Je ne suis pas prête d'oublier ce coup de coeur.
http://manoulivres.canalblog.com/archives/2014/11/01/30865859.html
Lien : http://manoulivres.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
ManouParisManouParis   01 novembre 2014
Je roule, les roues tournent, les flaques se dispersent en gouttelettes au passage de la gomme, et je pense que tous ces gens sont réunis là, avec leurs têtes de catastrophe parce que c'est le monde à l'envers. Parce qu'il est inscrit dans l'ADN que l'on s'écroule à la vue d'un cercueil de la taille d'une valise. Personne n'a envie d'empaqueter son bébé pour un voyage pareil. Lorsqu'on marche dans la rue, qu'on croise un landau, avec un bébé à l'intérieur, et qu'on regarde sous la capote bleue, entre les bords festonnés, le petit tas de chair couché là, il y a une donnée toute simple qui nous vient à l'esprit : si tout va bien, ce bébé vivra dans notre monde plus longtemps que nous.
C'est une affaire de nombres. Une histoire de séquences. C'est la logique mathématique appliquée au vivant. Si tout se maintenait sur une courbe de progression normale, nous traverserions la tristesse - on pleurerait un coup et on repartirait du bon pied - mais ce qui nous brise vraiment, ce sont les pertes qui surviennent en dépit de l'ordre naturel, à contretemps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ManouParisManouParis   01 novembre 2014
Je me tiens à l'écart des diseuses de bonne aventure pour deux raisons. La première : imaginons qu'elle me regarde et dise : Mona, d'une voix presque éteinte. Oh, pauvre Mona. Elle ne peut cacher sa pitié. Elle dit : Tu mourras jeune, tu mourras alors que tu n'es encore qu'une enfant qui n'est pas parvenue à trouver sa place dans le monde. Ton coeur t'abandonnera avant l'heure.
Je sors de la tente, les épaules basses, le corps en miettes.
Mais sous cette crainte, se terre la seconde, la moins connue, l'avalanche qui gronde : qu'arriverait-il si elle disait : Oh, Mona ! d'une voix enthousiaste. Oh, Mona ! dit-elle, tu vivras longtemps. Tu vas avoir une longue vie et elle sera magnifique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Aimee Bender (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aimee Bender
Parole de libraire à Marseille .Nadia Champemes est libraire à la libraire "Histoire de l'oeil" à Marseille et nous parle de ses trois coups de coeur : "La singulière tristesse du gâteau au citron" d' Aimee Bender, "Numéro d'écrou 362573" d'Arno Bertina et "Orgasme à Moscou" d'Edgar Hilsenrath.
autres livres classés : tocVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Polars - Les détectives privés et amateurs 🔎

Détective consultant britannique, je suis connu pour mon sens aigu de l'observation. J'acquiers la célébrité grâce à mon collègue et ami, le docteur Watson, qui aime relater mes exploits dans le Strand Magazine. Quand je n'enquête pas pour arrêter de redoutables criminels comme Moriarty ou le Colonel Sebastian Moran, j'aime jouer du violon ou écrire de « passionnantes » monographies sur les cendres de cigarettes. Je suis... (Indice : c'est presque moi !)

Hercule Poirot
Sherlock Holmes
Endeavour Morse
Jack Frost

10 questions
470 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , polar enquête , enquêtes , détective , détectives privés , détenteCréer un quiz sur ce livre