AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4 /5 (sur 1304 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Gastonia, Caroline du Nord , le 18/05/1957
Biographie :

Lionel Shriver, née Margaret Ann Shriver, est une auteure et journaliste américaine.

Élevée dans une famille aux valeurs religieuses importantes (son père étant pasteur presbytérien), elle changea de nom à l'âge de 15 ans, forte de sa conviction selon laquelle les hommes avaient la vie plus facile que les femmes.

En 2005, elle gagne le prix Orange pour "We Need to Talk About Kevin", un roman à suspense avec une étude approfondie sur l'influence de l'ambivalence maternelle sur la décision du personnage de Kevin d'assassiner sept étudiants de son école. Le livre a créé de grandes controverses avant de devenir un succès. En 2011. Lynne Ramsay adapte ce roman au cinéma avec T. Swinton et John C. Reilly.

Lionel Shriver est mariée avec le batteur de jazz Jeff Williams.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Payot - Marque Page - Lionel Shriver - Les Mandible
Podcasts (1)

Citations et extraits (354) Voir plus Ajouter une citation
Woland   17 juillet 2009
Il faut qu'on parle de Kevin de Lionel Shriver
... Dans la chambre, il m'a laissé le déshabiller et quand je lui ai demandé quel pyjama il voulait mettre, au lieu de lever les yeux au ciel en grognant : "M'en fiche," il a réfléchi un instant avant de murmurer, d'une petite voix : "Celui de l'astronaute. J'aime bien le singe dans la fusée." C'était la première fois que je l'entendais dire qu'il aimait une pièce de sa garde-robe, et quand je me suis rendue compte qu'il s'agissait de l'unique pyjama se trouvant au linge sale, j'ai été plus que désemparée en l'extirpant du panier avant de vite revenir lui promettre de le laver le lendemain pour qu'il soit comme neuf. J'attendais un "Pas la peine," au lieu de quoi - autre première - j'ai entendu "Merci." Quand je l'ai bordé, il s'est niché volontiers, en remontant la couverture sous son menton, et quand j'ai glissé le thermomètre entre ses lèvres écarlates - son visage était criblé de rougeurs de fièvre - il a léché l'extrémité en verre à coup de minuscules succions, comme si finalement, à dix ans, il avait appris à téter. Sa température était élevée pour un enfant - plus de 38°4 - et lorsque je lui ai tamponné le front avec un linge humide, il a ronronné.



Je ne saurais dire si nous sommes moins nous-mêmes quand nous sommes malades, ou plus. Mais ces deux semaines hors du commun ont été pour moi une révélation. (...) Je sais bien que nous changeons tous, dans un sens ou dans un autre, quand nous sommes malades, mais Kevin n'était pas seulement sur les nerfs ou fatigué, il était une personne radicalement différente. C'est d'ailleurs ce qui m'a permis d'évaluer la quantité d'énergie et de volonté qu'il devait dépenser le reste du temps pour être un autre enfant (ou d'autres enfants). (...) J'avais cru immuable le registre émotionnel qui le gouvernait depuis sa naissance. Rage ou colère, la seule variante était le degré d'intensité. Or, sous les couches de fureur, je découvrais, avec stupéfaction, une strate de désespoir. Il n'était pas furieux. Il était triste. ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Lionel Shriver
Nastie92   29 septembre 2014
Lionel Shriver
En tant que lectrice, je ne suis pas très sûre que je choisirais un livre pour qu'on me fasse la leçon ou me sermonne.

En tant qu'écrivain, je souhaite en revanche explorer un ensemble de problèmes qui font partie du quotidien de beaucoup de gens.
Commenter  J’apprécie          360
Kittiwake   28 avril 2020
Les Mandible : Une famille, 2029-2047 de Lionel Shriver
Mais l'époque n'est pas aux romans. Rien de ce qu'on peut inventer n'est plus intéressant que ce qu'on vit. On est dans un roman.
Commenter  J’apprécie          350
Neigeline   01 avril 2010
Il faut qu'on parle de Kevin de Lionel Shriver
On ne peut atteindre quelqu'un que s'il possède une conscience. On ne peut punir quelqu'un que s'il a des espoirs que l'on peut contrarier, ou des attachements que l'on peut rompre ; quelqu'un qui se soucie de ce que l'on pense de lui. On ne peut punir que des gens qui ont déjà un tout petit peu quelque chose de bon en eux.
Commenter  J’apprécie          340
Kittiwake   21 avril 2020
Les Mandible : Une famille, 2029-2047 de Lionel Shriver
Après le flower-power, le farine-power, railla Lowell, mais ni Willing ni sa mère n'avaient regardé suffisamment de documentaires sur les années 1960 pour saisir la plaisanterie. tu veux dire que ces pénuries sont artificielles? Il y aurait suffisamment à manger si les gens contentaient d'acheter un seul pot de mayo...
Commenter  J’apprécie          340
le_Bison   01 mai 2012
Il faut qu'on parle de Kevin de Lionel Shriver
Kevin s’est penché en avant et a baissé la voix pour susurrer : « Est-ce que tu te souciais beaucoup de savoir les filles qui me plaisaient et celles qui ne me plaisaient pas, avant que j’en bousille une ou deux ? Est-ce que tu te souciais de ce qui se tramait dans ma tête tant que rien n’en sortait ?
Commenter  J’apprécie          320
scarlett12   13 août 2018
Il faut qu'on parle de Kevin de Lionel Shriver
Elle a néanmoins également suggéré que, le désintérêt de Kevin pour mon sein ayant persisté, je souffrais peut-être d'un sentiment de rejet. Là, j'ai changé de couleur. Que je puisse prendre à coeur les prédilections opaques de cette minuscule créature à moitié formée me gênait beaucoup.

Elle avait évidemment raison. Au début, j'ai pensé que je faisais quelque chose de travers, que je ne guidais pas sa bouche. Mais non ; je plaçais le tétin entre ses lèvres, où donc aurait-il pu aller autrement ? Il avait tiré une ou deux fois, avant de se détourner aussitôt, le lait bleuté coulant sur son menton. Il s'étranglait, et, c'est peut-être le fruit de mon imagination, mais il essayait de se faire vomir.
Commenter  J’apprécie          271
Kittiwake   30 avril 2020
Les Mandible : Une famille, 2029-2047 de Lionel Shriver
À la suite des nombreux décès causés par les bactéries résistantes aux antibiotiques – dont l’une des souches avait entraîné la mort de la mère de Willing –, des codes sociaux moins intimes s’étaient imposés. Esquisser une poignée de main vous trahissait immanquablement comme un yeurk passéiste. Dans le même ordre d’idées, les bises étaient tout aussi féroces, et s’il vous prenait l’envie d’essayer de dire bonjour à une connaissance en l’embrassant, vous vous en seriez probablement mangé une. Willing et sa cousine se saluèrent d’une légère tape sur l’épaule.
Commenter  J’apprécie          253
Woland   17 juillet 2009
Il faut qu'on parle de Kevin de Lionel Shriver
... - "C'est toujours la faute de la mère, pas vrai ?" a-t-elle dit tout bas, en ramassant son manteau. "Ce gamin a mal tourné parce que sa mère, elle est alcoolo ou accro à la drogue. Elle le laisse à l'abandon, elle lui apprend pas la différence entre le bien et le mal. Elle est jamais à la maison quand il rentre de l'école. Personne va jamais dire que le père est un poivrot, ou qu'il est pas à la maison quand il revient de l'école. Et personne non plus va jamais dire qu'il y a des enfants qu'ont la méchanceté. Croyez pas ces vieilles salades. Les laissez pas vous charger avec tous ces meurtres.



- LORETTA GREENLEAF ! [Appel du gardien.]



- C'est dur d'être une maman. Personne n'a jamais fait voter de loi disant qu'il faut être parfaite avant de tomber enceinte. Je suis sûre que vous avez fait de votre mieux. Vous êtes dans ce trou à rats par un beau samedi-après-midi ? Vous essayez encore. ...
Commenter  J’apprécie          240
gouelan   10 août 2014
Big Brother de Lionel Shriver
Au fil des ans, j'ai été contrainte d'admettre que la plupart des fêtes sont décevantes. Plus un évènement est organisé avec soin, plus il est probable qu'il dégouline et se dilue sur l'autel des bonnes intentions. Les Noëls, les anniversaires, les cérémonies de mariages sont engloutis d'un côté par l'organisation et les préparatifs et , de l'autre, par le rangement, et donnent l'impression qu'ils n'ont jamais vraiment eu lieu (....) Je serais dans l'incapacité de nommer la source du problème, au-delà de cette inaptitude propre à l'espèce de profiter du moment présent ou d'une impossibilité universelle à anticiper que le fait de rester debout un verra à la main n'a rien de si génial.
Commenter  J’apprécie          240
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Mon oncle d'Amérique

C'est paradoxal, mon oncle est un chasseur solitaire ...

Francis Scott Fitzgerald
Carson Mc Cullers

13 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature américaine , roman , culture littéraire , écrivain , MandragoresCréer un quiz sur cet auteur
.. ..