AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266159674
Éditeur : Pocket (19/06/2008)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 135 notes)
Résumé :


Le point de départ ? Un beau pari : faire le tour du monde à bicyclette, en un an jour pour jour, avec pour tout budget moins de 1 000 euros chacun !

365 jours après, Alexandre et Sylvain sont revenus avec 31 pays et 25 000 kilomètres dans les mollets. Ils ont traversé l'Afrique, le continent américain, l'Asie, les pays de l'Est et enfin l'Europe de l'Ouest, vivant chez l'habitant, au gré de leurs rencontres.

Improvisa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Vianna
  04 mars 2015
Nous retrouvons Sylvain Tesson et son compère aventurier Alexandre Poussin en 1994. Agés respectivement de 22 et 24 ans, les deux jeunes gens vont parcourir plus de 25 000km en vélo autour de la planète. Véritable exploit où les kilomètres vont être avalés dans la fougue et l'élan de leur jeunesse. Ecrit à deux voix , ce récit démontre une pugnacité dans l'effort, l'atteinte de l'objectif malgré les difficultés, les obstacles. Jamais le renoncement ne sera évoqué.
Déjà brillants par leur culture et leur talent d'écriture, ils nous laisse augurer un destin de voyages, d'aventure et de partage.
Commenter  J’apprécie          160
Lune
  06 août 2014
1994 : année d'un rêve réalisé, celui de rouler sur la Terre de Paris à Paris pour Sylvain Tesson et Alexandre Poussin.
Avec l'enthousiasme, l'audace et la passion de leurs vingt ans et à peine plus, les auteurs accompliront pendant quatre saisons 23.962 km à vélo.
Ils traverseront les cinq continents de Paris au Sénégal, de l'Afrique en Amérique du Sud traversée d'est en ouest à travers l'Argentine et le Chili pour rejoindre l'Océanie (Nouvelle-Zélande après une halte à l'Ile de Pâques) pour ensuite s'envoler vers l'Asie où à partir de Singapour, ils vont revenir vers l'Europe sans autre moyen que leurs mollets en suivant un itinéraire du sud au nord jusqu'à Lhassa (Tibet) avant de bifurquer vers l'ouest, rien que l'ouest.
Tout en gardant une étonnante unité de ton entre les deux amis, chacun se révèle toutefois à travers quelques détails d'écriture ou de style qui reflètent leur personnalité et la manière dont les choses sont vécues.
Nous les suivons de paysages en villages, de dangers en accueils chaleureux, de douleurs en joies profondes, de regards posés avec sur ce panel de l'humanité avec ses différences religieuses, culturelles et politiques avec franchise et lucidité.
La souffrance croisée est dominée et dépassée par une détermination incroyable. Quelle leçon!
On ressent leur sensibilité, leur humour, leur agacement aussi, leur force, leur éblouissement.
Point de jeu, un vécu transmis avec des mots qui surgissent vrais, du plus profond de leur être.
Quelques phrases et passages de chacun des auteurs et le sublime dernier chapitre écrit par Alexandre Poussin font de ce livre plus qu'un simple récit d'aventures : un livre précieux.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
BrunoA
  18 avril 2018
Ce récit de voyage écrit conjointement par Sylvain Tesson et Alexandre Poussin nous emmène d'un bout à l'autre de la planète au départ et à l'arrivée de la porte d'Orléans à Paris.
Réalisée au début des années 90, cette incroyable aventure ne pourrait se réaliser aujourd'hui tant les territoires traversés sont devenus impossibles à traverser.
On voyage, souvent avec le vent de face, à travers des contrées aussi désertiques que d'autres sont surpeuplées et on partage avec les deux hommes les moments d'exaltation comme les moments de désespoir.
On ressent presque le vent lorsqu'il tourne et se met à ralentir ou à favoriser leur course.
Un très bel ouvrage très agréable qui fait voyager et qui invite au voyage.
Commenter  J’apprécie          110
Cyril34
  29 juin 2015
« Roulez jeunesse ! ». Cette maxime leur va comme un gant. Elle ne jurerait pas aux côtés du drapeau français qui, fanion rassurant, les a accompagnés tout au long de leur périple.
Tour de force, tour du monde, tour des peuples, ces deux joyeux troubadours que sont Alexandre et Sylvain sont revenus de tout. Au bout du voyage, une grande fresque « ethnicolore » peinte à deux mains avec un enthousiasme contagieux et une maturité sidérante pour leur jeune âge (21 et 23 ans !).
Leur noria de coups de pédale arrachée au conformisme donne une bonne leçon aux individualistes que nous sommes. Elle fait tomber tous les préjugés et, comme une invitation au mimétisme, ouvre grand les portes de la découverte.
Commenter  J’apprécie          100
justeuneligne
  13 mars 2018
J'ai bien aimé ce récit d'aventure à 2 voix ou quatre mains.
Voilà deux jeunes gens issus de milieu favorisés qui se lancent le défi de partir faire un tour du monde à vélo pendant un an.
Cette aventure d'est déroulée, il y a plus de 20 ans, à une époque où ils étaient précurseurs de ce type d'aventure, aujourd'hui beaucoup plus répandue.
Je manque sûrement de références géographiques pour apprécier pleinement l'exploit sportif de ces jeunes.
Ils voyagent dans un esprit de rencontres, ils ont emmené avec eux des balles et des flûtes et improvisent souvent des spectacles pour entrer en relation avec les populations

Il me reste de cette lecture une impression de souffrances physiques, de rencontres improbables, de dangers évités, de recherche d'absolu, peut-être plus pour Alexandre qui semble être porté par la foi, des moments salutaires de repos lorsqu'ils reçoivent la visite de leur famille ou sont hébergés chez des proches.
On sent dans ce récit l'appétit de ces deux jeunes gens entre exploit sportif et recherche d'un sens à leur vie.
Un bon moment d'évasion. Tout de même, il me vient l'expression" C'est trop" pas dans le sens admiratif mais juste pour exprimer une réserve qui peut aussi se traduire par " Qu'allait -il chercher dans cette galère? "

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
basilic92basilic92   09 septembre 2012
"Seules les femmes nous paraissent vraiment "bioutifoul", resplendissantes! Leur sourire, la finesse de leurs traits, leur faconde féminine et leur charme mutin nous font redécouvrir tout un aspect contemplatif du voyage que la Chine nous avait escamoté. Glaneuses, porteuses, bécheuses, elles nous semblent bénéficier dans la société népalaise d'un respect, d'une indépendance et d'une dignité de bon aloi. Il est d'ailleurs révélateur que notre sympathie soit spontanément accordée aux pays dont les cultures sont les moins phallocrates. La condition féminine nous semble le grand enjeu des décennies à venir! C'est par son amélioration que l'on pourra prétendre s'attaquer au sous-développement et aux fléaux que son mépris engendre: analphabétisme, travail des enfants, surpopulation... "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
TheBookFetishTheBookFetish   25 septembre 2012
Premier dimanche en terre d'islam. Portée par le vent nous parvient, par bribes chevrotantes, la prière du matin entamée par le muezzin voisin. Ambiance. Un thé au lait concentré sucré, du pain, du très bon pain, et nous repartons.
Commenter  J’apprécie          60
Cyril34Cyril34   28 juin 2015
Le secret ressort des choses est à la portée d’un sourire. Les choses n’aiment rien tant qu’être honorées d’un sourire ; elles se transfigurent alors et n’ont de cesse de vouloir nous rendre une politesse immanente.
Commenter  J’apprécie          60
MeuraieMeuraie   09 décembre 2013
p.156 : " Plus on est gros, plus on est pur. Voilà pourquoi on vénère les éléphants. L'éléphant est irréfutable. Mais le dinosaure est plus gros. Donc plus pur. Voilà pourquoi on vénère les éléphants. L'éléphant est irréfutable. Mais le dinosaure est plusd gros. Donc plus pur. Or il a disparu. C'est qu'il est au nirvana. Darwin s'est trompé : ce n'est pas l'homme qui descend du singe, c'est le puceron qui devient brontosaure s'il est bien sage."

p.156-157 : "La poule et l'oeuf est une faille du bouddhisme. Une poule pond un oeuf qui devient poule. On n'en sort pas. C'est le cycle dans ce qu'il a de plus parfait et de plus fermé. La poule et l'oeuf sont coincés. Il n'y a plus qu'à faire une omelette."

p.240 :" Pendant plusieurs kilomètres nous suivons un yack qui détale devant nous sur la piste. Sans doute un yack éclaireur? Il nous ouvre la route! Il ne songe pas une seconde à nous laisser passer, il est persuadé que nous le poursuivons, que nous en voulons à sa peau, un vrai parano-yack!"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Cyril34Cyril34   29 juin 2015
Pour toit vous avez le ciel, vous avez le vent pour habit et le monde sous vos yeux pour livre de chevet. Que rêver d’autre ?
Commenter  J’apprécie          70
Video de Alexandre Poussin (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Poussin
Présentation (en anglais, sous-titré en... roumain ?) de leur voyage de 3 ans en Afrique
Dans la catégorie : Voyages autour du mondeVoir plus
>Géographie générale. Voyages>Récits de voyages>Voyages autour du monde (51)
autres livres classés : Voyages autour du mondeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
408 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre
.. ..