AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

André Jardin (Autre)
ISBN : 2070323544
Éditeur : Gallimard (23/05/1986)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 90 notes)
Résumé :
Théoricien du libéralisme, Tocqueville montre dans De la démocratie en Amérique comment la démocratie s'est accompagnée des progrès de l'individualisme.

Cependant, les droits individuels une fois proclamés et reconnus, ce goût pour la liberté s'est corrompu en passion pour l'égalité, favorisant la diffusion d'un esprit majoritaire et conformiste. En effet, à force de réclamer les mêmes droits pour tous, les individus se contentent de revendiquer une ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Ecureuil
  21 janvier 2011
En 1835, quand est publié ce livre, la France se cherche encore des institutions. Il y a moins de 50 ans, la Révolution a aboli la Monarchie Absolue (le père de Tocqueville a connu cette période troublée). Et puis, il y a eu ensuite Bonaparte et le Premier Empire, suivi de la Restauration et enfin la Monarchie de Juillet. Beaucoup de choses se passeront encore : Deuxième République, Second Empire, Troisième République, Vichy et la France Libre, la Quatrième et enfin la Cinquième République ! Et aujourd'hui, certains cherchent une Sixième République... L'aventure n'est pas finie, donc.
Tocqueville part aux États-Unis, mandaté par l'état français, pur étudier le système pénitentiaire. Mais ce voyage sera pour lui une occasion fantastique d'étudier un sujet beaucoup plus cher à son coeur : la démocratie. Et c'est par l'étude de la société américaine que Tocqueville cherche des réponses à ses questions. La liberté, l'égalité, et la démocratie, comment s'articulent ces valeurs ? Sont-elles compatibles avec la vie d'un peuple ? Sont-elles même compatibles entre elles ? Il s'agit de bénéficier de l'expérience de cette démocratie, vieille de près de 60 ans, autant dire une éternité pour un tel régime, en ce milieu de XIXème siècle !
L'objet de la première partie de ce premier tome est de décortiquer les institutions américaines : la division du territoire (les communes, les comtés, les états et l'Union), la séparation des pouvoirs, les constitutions des états et de l'Union, etc. La seconde partie est une étude de la société américaine, Tocqueville cherchant à comprendre pourquoi les institutions des États-Unis se maintiennent et favorisent même l'essor de la société : la religion, la morale, l'éducation, l'esprit de liberté et d'entreprise... le livre s'achève sur un chapitre brillant et une conclusion éblouissante, présentant les perspectives d'avenir du pays, en abordant notamment le traitement fait aux peuples indiens et aux noirs réduits en esclavage, ainsi que la rivalité avec l'empire russe.
Ce texte est tout simplement remarquable : Tocqueville a une vision terriblement lucide de ce qu'est la démocratie moderne. Il nous apprend ici que si ce mode de gouvernement souffre quelques défauts, il est encore le meilleur qu'on ait inventé. On trouve de plus dans cette lecture une formidable étude de la société américaine du XIXème siècle et nous aide ainsi à comprendre ce pays aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
PaulineDeysson
  24 novembre 2018
De la démocratie en Amérique comporte deux tomes. le premier est centré sur l'Amérique du XIXème siècle et ses institutions, comparativement à celles de la France à la même époque. le deuxième explore davantage les principes de la démocratie, notamment l'égalité de tous et ce qui en découle.
J'ai adoré cette analyse claire et visionnaire de la démocratie, d'une actualité toujours aussi brûlante, et parsemée de traits d'humour. le style de Tocqueville est limpide, fluide et précis. de nombreux exemples ponctuent ses démonstrations : c'est de la philosophie oui, mais de la philosophie intelligente et pragmatique.
Saviez-vous que l'on se suicidait beaucoup moins avant la Révolution ? Chacun savait dès sa naissance ce à quoi il pouvait aspirer, et n'entretenait donc pas de désir irréalisable. D'où une relative absence de manque et de frustration, et des désirs modestes mais plus souvent satisfaits : « Dans les temps démocratiques les jouissances sont plus vives que dans les siècles d'aristocratie, et surtout, le nombre de ceux qui les goûtent est infiniment plus grand, mais, d'une autre part, il faut reconnaître que les espérances et les désirs y sont plus souvent déçus, les âmes plus émues et plus inquiètes, et les soucis plus cuisants. »
Inscrire dans la loi une égalité qui n'existe pas dans la nature, et qui relève encore pour la majorité d'un état de droit plutôt que d'un état de fait, une telle opération n'est pas sans conséquences. L'Ancien Régime, à défaut d'égalité, créait un lien social : la hiérarchie rendait toutes les classes interdépendantes, tandis qu'aujourd'hui les rapports avec l'ensemble de la société sont facultatifs, et plus réduits. Les familles sont donc plus soudées, mais les groupes s'éloignent les uns des autres : « L'aristocratie avait fait de tous les citoyens une longue chaîne qui remontait du paysan jusqu'au roi ; la démocratie brise la chaîne et met chaque anneau à part. »
C'est cette égalité universelle inédite qui a poussé les hommes à se tourner davantage vers l'avenir plutôt que le passé : rupture des traditions, intrépidité accrue en science comme en littérature : est-ce un hasard si la science-fiction n'est née qu'au XIXème siècle, et si ce siècle a aussi été celui des révolutions industrielles ?
Toqueville conclut son premier livre en prédisant avec plus de cent ans d'avance la Guerre Froide, combat entre deux modèles, dont « l'un a pour principal moyen d'action la liberté ; l'autre, la servitude. […] Néanmoins, chacun d'eux semble appelé […] à tenir un jour dans ses mains les destinées de la moitié du monde. »
Plus d'un siècle avant les premiers totalitarismes, il prédit les dérives d'un système politique qui, pour atteindre l'égalité de tous, passera ou bien par la soumission de tous, ou bien par la liberté de chacun, et la dissolution de la société. Des droits pour tous, ou des droits pour personne, et une forme de société qui, de fil en aiguille, noiera l'individualisme dans l'uniformité, et tuera le désir à force de le satisfaire.
Pauline Deysson - La Bibliothèque
Lien : http://www.paulinedeysson.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
chartel
  28 août 2017
Ce qui est admirable dans ce premier tome de "De la Démocratie en Amérique" est la clairvoyance et la rigueur intellectuelle d'Alexis de Tocqueville. Il sait déjà que la démocratie est l'ordre nouveau qui s'imposera à toute l'Europe et aux nations éclairées. Il sait déjà que ce jeune Etat rivalisera avec les grandes puissances européennes grâce à son dynamisme économique, à l'immensité de son territoire, mais surtout grâce à son régime politique libéral et démocratique. Son objectif est donc de permettre aux vieilles nations de l'Europe de suivre le mouvement. en s'inspirant, en partie, du modèle américain. Tocqueville voit bien que tout n'est pas transposable à l'Europe, il ne perd pas de vue les particularités géographiques, historiques, culturelles et sociales des Etats-Unis. C'est pourquoi il dresse un tableau exhaustif de l'Amérique: ses institutions, son fonctionnement, son histoire, sa culture, ses moeurs et sa situation sociale, révélant alors les atouts et les faiblesses d'un monde en perpétuelle révolution.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Caligari
  23 juin 2011
C'est à la fois un carnet de voyages et un essai brillant qui pose tous les enjeux du débat sur le régime politique, les institutions, la civilisation... Un plaisir de lecture intense. Comble du bonheur posthume, Tocqueville a trouvé en la personne de BHL (American Vertigo) un disciple à la hauteur de son génie (non non, je plaisante là...)
Commenter  J’apprécie          70
Agathe17
  22 janvier 2017
Pour Tocqueville, la société démocratique ne rencontrera plus des tyrans pour l'opprimer, mais des tuteurs pour la guider.
En effet, la situation de chacun n'est plus fixée, de manière immuable, au sein d'une chaîne hiérarchique. Les conditions deviennent mobiles et instables, et « tous conçoivent dès lors la possibilité de devenir autre ». Dans un régime aristocratique, les individus entretiennent des rapports dépendance. En démocratie, tous sont au contraire égaux, et cette même égalité les isole. Autrui n'étant qu'un semblable, chacun ne voit en effet qu'en lui-même les conditions de son existence. Les hommes s'éloignent donc à mesure qu'ils se ressemblent …
Tocqueville décrit avec brio le risque d'un « despotisme démocratique » : l'individualisme éloigne les hommes du souci des affaires publiques et les incline à abandonner celles-ci à l'Etat, contribuant à étendre indéfiniment ses prérogatives. Comme ils sont à la fois plus inquiets et plus isolés, l'autorité n'aura plus qu'à veiller sur leur sort tout en assurant leur jouissance matérielle. Cette nouvelle forme d'aliénation est alors d'autant plus totale qu'elle ne s'oppose pas aux hommes, mais va au contraire dans le sens de leurs instincts …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (89) Voir plus Ajouter une citation
AlexeinAlexein   21 mai 2018
En Amérique, la majorité trace un cercle formidable autour de la pensée. Au-dedans de ces limites, l’écrivain est libre ; mais malheur à lui s’il ose en sortir. Ce n’est pas qu’il ait à craindre un autodafé, mais il est en butte à des dégoûts de tous genres et à des persécutions de tous les jours. La carrière politique lui est fermée : il a offensé la seule puissance qui ait la faculté de l’ouvrir. On lui refuse tout, jusqu’à la gloire. Avant de publier ses opinions, il croyait avoir des partisans ; il lui semble qu’il n’en a plus, maintenant qu’il s’est découvert à tous ; car ceux qui le blâment s’expriment hautement, et ceux qui pensent comme lui, sans avoir son courage, se taisent et s’éloignent. Il cède, il plie enfin sous l’effort de chaque jour, et rentre dans le silence, comme s’il éprouvait des remords d’avoir dit vrai.

Des chaînes et des bourreaux, ce sont là les instruments grossiers qu’employait jadis la tyrannie ; mais de nos jours la civilisation a perfectionné jusqu’au despotisme lui-même, qui semblait pourtant n’avoir plus rien à apprendre.

Les princes avaient pour ainsi dire matérialisé la violence ; les républiques démocratiques de nos jours l’ont rendue tout aussi intellectuelle que la volonté humaine qu’elle veut contraindre. Sous le gouvernement absolu d’un seul, le despotisme, pour arriver à l’âme, frappait grossièrement le corps ; et l’âme, échappant à ces coups, s’élevait glorieuse au-dessus de lui ; mais dans les républiques démocratiques, ce n’est point ainsi que procède la tyrannie ; elle laisse le corps et va droit à l’âme. Le maître n’y dit plus : Vous penserez comme moi, ou vous mourrez ; il dit : Vous êtes libre de ne point penser ainsi que moi ; votre vie, vos biens, tout vous reste ; mais de ce jour vous êtes un étranger parmi nous. Vous garderez vos privilèges à la cité, mais ils vous deviendront inutiles ; car si vous briguez le choix de vos concitoyens, ils ne vous l’accorderont point, et si vous ne demandez que leur estime, ils feindront encore de vous la refuser. Vous resterez parmi les hommes, mais vous perdrez vos droits à l’humanité. Quand vous vous approcherez de vos semblables, ils vous fuiront comme un être impur ; et ceux qui croient à votre innocence, ceux-là mêmes vous abandonneront, car on les fuirait à leur tour. Allez en paix, je vous laisse la vie, mais je vous la laisse pire que la mort.

Du pouvoir qu'exerce la majorité en Amérique sur la pensée
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
peloignonpeloignon   20 avril 2013
Il n'y a, en général, que les conceptions simples qui s'emparent de l'esprit du peuple. Une idée fausse, mais claire et précise, aura toujours plus de puissance dans le monde qu'une idée vraie, mais complexe. De là vient que les partis, qui sont comme de petites nations dans une grande, se hâtent toujours d'adopter pour symbole un nom ou un principe qui, souvent, ne représente que très incomplètement le but qu'ils se proposent et les moyens qu'ils emploient, mais sans lequel ils ne pourraient subsister ni se mouvoir. Les gouvernements qui ne reposent que sur une seule idée ou sur un seul sentiment facile à définir ne sont peut-être pas les meilleurs, mais ils sont à coup sûr les plus forts et les plus durables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          433
peloignonpeloignon   01 avril 2013
[J]e ne connais...pas de pays où l'amour de l'argent tienne une plus large place dans le cœur de l'homme, et où l'on professe un mépris plus profond pour la théorie de l'égalité permanente des biens [qu'aux États-Unis]. Mais la fortune y circule avec une incroyable rapidité, et l'expérience apprend qu'il est rare de voir deux générations en recueillir les faveurs.
Commenter  J’apprécie          450
EcureuilEcureuil   04 janvier 2011
L'Américain prenant part à tout ce qui se fait dans ce pays se croit intéressé à défendre tout ce qu'on y critique ; car ce n'est pas seulement son pays qu'on attaque alors, c'est lui-même : aussi voit-on son orgueil national recourir à tous les artifices et descendre à toutes les puérilités de la vanité individuelle.
Il n'y a rien de plus gênant dans l'habitude de la vie que ce patriotisme irritable des Américains. L'étranger consentirait bien à louer beaucoup dans leur pays ; mais il voudrait qu'on lui permît de blâmer quelque chose, et c'est ce qu'on lui refuse absolument.
L'Amérique est donc un pays de liberté, où, pour ne blesser personne, l'étranger ne doit parler librement ni des particuliers, ni de l'Etat, ni des gouvernés, ni des gouvernants, ni des entreprises publiques, ni des entreprises privées ; de rien enfin de ce qu'on y rencontre, sinon peut-être du climat et du sol ; encore trouve-t-on des Américains prêts à défendre l'un et l'autre, comme s'ils avaient concouru à les former.

(Livre 1 - Deuxième partie - Chap. VI - Quels sont les avantages réels que la société américaine retire du gouvernement de la démocratie - p. 332)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
EcureuilEcureuil   14 janvier 2011
Dans presque tous les États où l'esclavage est aboli, on a donné au nègre des droits électoraux ; mais s'il se présente pour voter, il court risque de la vie. Opprimé, il peut se plaindre, mais il ne trouve que des blancs parmi ses juges. La loi cependant lui ouvre le banc des jurés, mais le préjugé l'en repousse. Son fils est exclu de l'école où vient s'instruire le descendant des Européens. Dans les théâtres, il ne saurait, au prix de l'or, acheter le droit de se placer à côté de celui qui fut son maître ; dans les hôpitaux, il gît à part. On permet au noir d'implorer le même Dieu que les blancs, mais non de le prier au même autel. Il a ses prêtres et ses temples. On ne lui ferme point les portes du ciel : à peine cependant si l'inégalité s'arrête au bord de l'autre monde. Quand le nègre n'est plus, on jette ses os à l'écart, et la différence des conditions se retrouve jusque dans l'égalité de la mort.

(Livre 1 - Deuxième partie - Chap. X - Quelques considérations sur l'état actuel et l'avenir probable des trois races qui habitent le territoire des États-Unis - p. 457)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Alexis de Tocqueville (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexis de Tocqueville
De la démocratie en Amérique d'Alexis de Tocqueville lu par P. Bernier-Arcand et D. Parenteau
Dans la catégorie : Régimes démocratiquesVoir plus
>Science politique>Types d'Etats et de gouvernements>Régimes démocratiques (48)
autres livres classés : essaiVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1463 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre