AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782072688737
425 pages
Éditeur : Gallimard (17/08/2017)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 906 notes)
Résumé :
Lors de l’hiver 1911, l’asile d’aliénés de Sharston, dans le Yorkshire, accueille une nouvelle pensionnaire : Ella, qui a brisé une vitre de la filature dans laquelle elle travaillait depuis l’enfance. Si elle espère d’abord être rapidement libérée, elle finit par s’habituer à la routine de l'institution. Hommes et femmes travaillent et vivent chacun de leur côté : les hommes cultivent la terre tandis que les femmes accomplissent leurs tâches à l’intérieur. Ils sont... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (311) Voir plus Ajouter une critique
La_Bibliotheque_de_Juju
  02 janvier 2018
Romanesque, virtuose, bouleversant.
Ce roman d'Anna Hope m'a emporté. Il souffle sur ce livre la force des grands écrivains. Un petit régal.
L'intrigue se déroule dans l'asile de Sharston, dans le Yorkshire, en 1911. A cette époque, des maladies telles qu'un burn-out, une dépression ou l'anorexie vous menaient tout droit à l'asile. Ainsi, trois personnages nous comptent chacun leur tour leur vie au sein de l'institution psychiatrique.
Ella. Nouvelle internée après avoir brisée une vitre dans l'usine où elle travaille.
John. Dont on comprendra petit à petit les raisons de son internement.
Charles. Médecin de l'institution, musicien passionné.
Et ce bal du vendredi soir qui les réunira ? Les détruira ? Je vous laisse en juger car vous devez lire ce livre, perle des sorties 2017.
Anna Hope nous emporte à la suite de ses personnages. Je n'ai pu lâcher ce livre si subtilement écrit. Il se dévore. Littéralement. Un grand souffle romanesque traverse cet ouvrage. On passe d'émotion à consternation, les sentiments y sont subtils, la description de l'époque effarante.
Je vais devoir bientôt lire le Chagrin des Vivants, le premier livre de Mme Hope, tant ce bal m'a fait tournoyer.

Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          16617
Kittiwake
  28 octobre 2017
C'est un roman grave, qui rappelle ce que fut l'univers de la psychiatrie expérimentale du début du vingtième siècle, alors qu'aucun garde-fou, sans mauvais jeu de mots, n'existait pour protéger les malades des expérimentations sauvages de médecins inconsidérément téméraires.
Le scénario prend place en Angleterre, mais l'ensemble de l'Europe a été embarquée dans cette mouvance, qui reposait sur les théories eugénistes , présentes en filigrane autant en politique qu'en médecine.
L'auteur illustre le thème en nous proposant un roman choral, qui met au devant de la scène successivement un médecin mélomane qui rêve d'une humanité « améliorée », et plusieurs pensionnaires d'un asile pour aliénés , qui avant que le docteur un peu fêlé ne s'en mêle, avait des allures d'établissement avant-gardiste : autarcie de production des vivres et maintenance collaborative des locaux et de la buanderie, souci du bien être des pensionnaires à qui sont proposées des soirées dansantes au son d'un orchestre qui rassemble les musiciens de la communauté.
Certes les hypothèses psycho-pathologiques paraissent bien surannées, et la violence n'était pas uniquement le fait des patients incontrôlables, mais un certain degré d'empathie , même si le terme était trop récent pour faire partie du vocabulaire courant, transparaissait à travers la volonté de procurer du bien-être aux patients
On mesure aussi le chemin parcouru concernant les modalités d'enfermement, alors qu'une simple demande de la famille suffisait à condamner n'importe qui à un isolement souvent contre-productif sur le plan de la santé mentale.
On s'attache rapidement à ces personnages victimes de circonstances malheureuses. Leur lutte contre l'absurdité du système suscite des sentiments de révolte et on craint pour eux les conséquences code leur indocilité.
cette lecture fait écho à l'ouvrage de Boris Cyrulnik sur l'histoire de la psychiatrie, qui décrivait le cheminement des procédés, dont l'inventivité n'avait d'égal que la cruauté.
L'élégance de l'écriture, gravée et nourrie de compassion contribue à l'impression générale d'un roman réfléchi et digne.

Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1300
Kirzy
  08 mai 2019
Une lecture comme je les aime, riche, puissante, émotionnellement chargée, avec un vrai souffle romanesque qui court de page en page.
La salle de bal, c'est celle de l'asile Sharston, une transposition littéraire de celui de Menston dans le Yorkshire qui a définitivement fermée en 2003. C'est là que l'arrière arrière grand-père de l'auteure a été interné, de 1909 à 1818, un homme déprimé qui « a du travailler très dur et s'est fait beaucoup de souci pour son travail. » Autant dire que c'est d'un sujet sensible que s'est emparé Anna Hope, un sujet qui résonne fort en elle.
1911. La salle de bal, c'est comme une parenthèse incongrue dans la vie des patients de l'asile. Une fois par semaine, pour ceux qui ont été « sages », la possibilité de s'évader dans la danse et la rencontre avec l'autre sexe. C'est là qu'Ella, internée pour avoir cassé une vitre dans sa filature, rencontre John, brisé par un malheur familial. Mais c'est aussi là que le docteur Fuller les observe et cherche à expérimenter ces théories scientifiques.
Ces trois personnages sont magnifiquement incarnés. Pas seulement le couple d'amoureux qu'on aime forcément d'emblée, mais aussi le docteur, mal aimable lui mais si complexe. C'est lui qui permet de faire entrer le roman dans une histoire peu connue et perturbante de l'histoire britannique : la notoriété de l'eugénisme qui s'étend, au début du XXème siècle, bien au-delà de la sphère scientifique pour toucher l'intelligentsia politique. Ou comment le ministre de l'intérieur Winston Chruchill s'est enthousiasmé un temps pour l'idée de stériliser les « inaptes » au système dans le but d'améliorer la « race » ( la loi de 1913 sur la déficience mentale a jusqu'au dernier moment inclus une clause sur la stérilisation forcée ).
La Salle de bal est une oeuvre âpre sur la folie, qu'elle soit visible, attribuée ou cachée. Dans cet asile de Sharston, on peut se retrouver enfermé à vie parce qu'on est fou, mais aussi indigent, déprimé ou juste rebelle à la société. le destin d'Ella et de John est bouleversant, leur histoire d'amour contrariée somptueuse. Tout est subtil et intense dans ce roman, des premières lignes jusqu'à l'épilogue qui m'a profondément émue aux larmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11418
Eric76
  09 février 2020
« La salle de bal » révèle des vérités honteuses et effrayantes ; ce genre de vérités que l'on repousse vite du pied pour les cacher dans un coin d'ombre. Dans ce livre, Hanna Hope les a exhumées de la poussière et de l'oubli.
Une bien vilaine flétrissure que porte l'Europe du XIXème siècle finissant ! On y enfermait pour un rien, ou tout simplement pour s'en débarrasser, des femmes dans des asiles d'aliénés. Au nom de la lutte contre une prétendue « détérioration nationale », on théorisait, voire on légiférait, sur la manière de restreindre la fécondité des classes populaires ou des « anormaux ». J'en reste sans voix.
Considérée par ses juges comme asociale et folle pour un simple mouvement d'humeur, Ella est l'une de ces femmes qui se retrouve enfermée dans un asile d'aliénés. Broyée par un système aveugle et impitoyable, son impuissance, son sentiment d'horreur et d'injustice quand elle comprend ce qui lui arrive vous froisse le coeur.
Nous la voyons mener dans l'asile une vie de labeur et d'humiliation. Ballotée entre ses rêves de fuite et son épouvante de ne jamais pouvoir sortir ce cet enfer, Ella est un personnage absolument bouleversant.
L'intrigue est haletante, et ne laisse aucun temps mort. Elle tourne autour de cinq personnages aux personnalités fortes et complexes, et du bal du vendredi, unique moment de bonheur offert aux pensionnaires méritants.
Que de violence, de désespoir, de peurs, de vilénie dans cette histoire ! Mais aussi que d'amour, de passion avec ces mains grandes ouvertes, ces bras tendus, et ces rêves de ciel bleu…
John, l'homme de l'ombre ! La métamorphose d'Ella ! Les arbres, et les champs, et le ciel uniques témoins d'un grand amour ! le docteur Fuller, homme de pouvoir aux multiples facettes qui fait tant grincer des dents ! La cruauté des gardes et le dédain des médecins ! Clem, la princesse déchue ! Tous ces corps, toutes ces âmes qui se cherchent au bal du vendredi ! Et Dan aux milles vies !
Je ne suis pas prêt de les oublier !
Le livre n'est pas exempt de défauts. La fin m'a notamment paru trop facile. Mais peu importe ! La lecture fut émouvante, ponctuée d'espoirs, de rebondissements, et d'inquiétudes.
Ce fut une lecture commune avec mes amies Cricri124 et Siabelle. Ensemble, nous sommes passés par tous les états. Incompréhension, révolte, compassion, et admiration pour ces excommuniés, ces déchus qui ont su garder la tête haute. Je vous invite à lire leurs billets.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1048
palamede
  21 décembre 2017
Angleterre 1911, dans l'asile de Sharston. Le lieu réservé aux aliénés et indigents, aux décors bizarrement soignés, est immense. Ici plus de deux mille hommes et femmes sont internés et séparés, à l'exception du vendredi où quelques-uns sont autorisés à danser en couple dans la salle de bal de l'établissement.
Ce jour-là, l'orchestre est conduit par Charles, un médecin violoniste qui croit aux bienfaits de la musique sur les malades. Mais si au début l'homme espère en la possibilité de guérison de certains, après des balancements personnels il n'exclut plus l'idée de la stérilisation pour purifier la société. Une personnalité ambiguë donc — dont plusieurs patients vont faire les frais — néanmoins en phase avec les théories eugénistes de son époque.
Parce qu'ils sont malades mentaux ou pauvres, des humains sont enfermés — avec une possibilité de recouvrer leur liberté infime — dans un milieu hostile (un euphémisme) où contre toute attente, un homme et une femme vont avoir le courage de s'aimer. Inspirée par l'histoire d'un de ses grands aïeuls qui vécut dans un asile semblable, Anna Hope avec beaucoup d'humanité décrit une société d'exclus et signe, après Le chagrin des vivants, inoubliable, un roman éclairant et émouvant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          950

Citations et extraits (200) Voir plus Ajouter une citation
Jean-DanielJean-Daniel   23 novembre 2020
La jeune femme le regarda. Elle se mit à pleurer, doucement mais avec insistance, les larmes coulaient librement, "Chut", lui dit-il. Et il l'attira contre lui. "Tout va bien, dit-il. Tout va bien."
Commenter  J’apprécie          150
Eric76Eric76   10 janvier 2020
Il y avait le vieux soldat qui ne parlait que des Pachtouns et passait des heures à cirer ses bottes en vue de la bataille. Un vieux de la vieille édenté dénommé Foreshaw, duquel on disait qu'il était là depuis l'ouverture de l'asile, près de trente ans plus tôt, et qu'il avait un jour bu le sang d'un mouton. Une poignée d'Irlandais, dont l'un, à entendre les pointes de son accent, venait forcément du même côté du Mayo que John. Et bien que John ne le connût pas d'avant, il reconnaissait la fêlure de son visage, les yeux agités - comme si le monde était un piège prêt à se refermer sur vous -, il l'avait vu sur tant de visages qu'il n'aurait pu les compter. Et puis chez la plupart d'entre eux, la même confusion, comme s'ils n'arrivaient pas à comprendre que c'était là qu'ils avaient atterri.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
palamedepalamede   23 décembre 2017
Le projet de loi sur les faibles d’esprit a finalement été voté sous une forme modifiée en 1913, sous le nom de Mental Deficiency Act (Loi sur la déficience mentale), laquelle autorisait la ségrégation des « faibles d’esprit » sans la clause cruciale qui aurait permis la stérilisation forcée. Ce projet de loi avait bénéficié d’un soutien multipartite, toutefois deux voix éminentes s’étaient élevées contre lui : l’écrivain G. K. Chesterton et, au sein du Parlement, le député Josiah Wedgewood avaient tous deux mené campagne afin de modifier la législation. Sans doute peut-on attribuer à ces militants la victoire mesurée pour les droits de l’homme que constitua l’absence de la marotte de Churchill dans la loi finale. La loi en tant que telle était cependant loin d’être admirable, disposant, par exemple, que toute femme donnant naissance à un enfant illégitime alors même qu’elle bénéficiait d’aides sociales devait être considérée comme « faible d’esprit » et risquait donc le placement obligatoire dans une institution. Je me demande si l’abandon de la clause sur la stérilisation n’est pas également dû au fait qu’à la fin de 1911 Churchill était passé au ministère de la Marine, et qu’en 1912 il avait l’œil braqué sur de tout autres horizons. 

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
BruideloBruidelo   06 mars 2018
Elle sentit alors une puissance monter. Le même sentiment qu’elle avait eu à la filature, sauf qu’à présent il prenait racine, lui redressait l’échine. Il faisait noir, elle était seule, mais son sang circulait; elle était vivante. Elle allait l’étudier, cet endroit, cet asile. Se cacher au plus profond d’elle-même. Faire mine d’être sage. Et ensuite elle s’évaderait. Pour de bon cette fois. D’une manière à laquelle ils ne s’attendraient pas. Et elle ne reviendrait jamais.
Sois sage.
C’était ce que lui avait conseillé sa mère - sois sage - en lui pressant le visage contre sa poitrine au point de l’empêcher de respirer. Sa main telle la griffe d’une femme qui se noie.
Être sage, Ella savait ce que c’était. Elle le savait depuis toute petite. Être sage c’était survivre. C’était regarder sa mère se faire rouer de coups et ne rien dire pour ne pas y passer à son tour. Avoir la nausée parce qu’on était lâche de ne rien faire de plus. Prendre les coups une fois sa mère partie et ne jamais pleurer, ni montrer à quel point ils faisaient mal. Rentrer ses nattes sous ses vêtements, se fermer et travailler dur. Jour après jour après jour.
Mais être sage c’était seulement l’extérieur. L’intérieur était différent. C’était quelque chose qu’ils ne connaîtraient jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Cricri124Cricri124   19 janvier 2020
Les haltères paraissaient assez terrifiants, tapis là. La première paire avait été relativement facile à soulever – une fois – mais il avait eu besoin de ses deux mains pour extraire la deuxième.
En farfouillant encore un peu, Charles avait découvert, nichée tout au fond du carton, une notice fort utile montrant le pictogramme d’un homme qui rabattait les haltères vers l’épaule. Les biceps de l’homme formaient un renflement alarmant, semblable au dessin qu’il avait vu naguère d’un serpent digérant un rat.
Après s’être délesté de sa veste et de son gilet, il avait emporté ce bout de papier ainsi que la plus petite des deux paires vers le miroir. Devant la glace, il s’était mis à s’exercer, timidement d’abord :
Un
Deux
Trois
Quatre
Cinq
Certes son bras ne formait guère de renflement, mais il le brûlait assez agréablement quand il avait reposé les poids. Au bout d’un moment il s’était penché pour les reprendre : dix de chaque côté, cette fois-ci. Sous la fatigue de ses membres il avait senti quelque chose s’éveiller. Quelque chose d’encore informe, mais néanmoins excitant. La force. La volonté.
Depuis, il était monté jusqu’à vingt. Peut-être bien qu’il allait pouvoir y participer, à ce tir à la corde, après tout !

[DEUXIEME LIVRE, 1911, Printemps- Eté : Charles]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          214

Videos de Anna Hope (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anna Hope
A l'occasion de la 11ème édition du salon international du livre en format livre de poche Saint-Maur En Poche, le libraire Gérard Collard recevait sur la scène de la Griffe Noire la marraine de SMEP 19, Anna Hope pour nous parler de ses derniers livres...
La salle de bal de Anna Hope et Élodie Leplat aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/147333-pile-poche-la-salle-de-bal.html
Le chagrin des vivants de Anna Hope et Élodie Leplat aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/87463-divers-litterature-le-chagrin-des-vivants.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : asileVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
785 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre

.. ..