AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.8 /5 (sur 25 notes)

Biographie :

Anne Savelli vit à Paris, Franck est son troisième livre, après Fenêtres open space (Le mot et le reste, 2007) et Cowboy Junkies/The Trinity Session (Le mot et le reste, 2008), qui pourrait être la bande-son de Franck.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Anne Savelli .
Entretien avec Anne Savelli, autour de Décor Lafayette (éd. Inculte, 2013) par Anne Savelli ? Paris, 28 février 2013 ? Christine Marcandier, Mediapart
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
Aunryz   15 septembre 2015
Autour de Franck de Anne Savelli
Sur le quai de Calais en direction de Boulogne la traque des clandestins soleil vent solitude.



http://wp.me/p5DYAB-1lR
Commenter  J’apprécie          200
Aunryz   17 avril 2015
Autour de Franck de Anne Savelli
Dans combien de casiers, dans combien de tiroirs est encore rangée ta fiche signalétique ?
Commenter  J’apprécie          62
Bibliotekana   03 novembre 2014
Ile Ronde de Anne Savelli
Des phares, des chapelles, des dolmens devenus calvaires, des mausolées de granits ; des ponts, des fortifications, un golfe, des dédales ; des îles, toujours des îles, reliées, séparées et des marais, estuaires, des maisons troglodytes : voilà ce qui, équivoque, sale et mouille les terres, efface les frontières de la pierre à l'écume.
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2   24 avril 2020
Fenêtres : Open Space de Anne Savelli
Samedi soir – Métro La Chapelle, sur le quai. Expérience inédite, je sors du cinéma et me retrouve de nuit sur ma ligne de jour. À travers la verrière, en attendant la rame qui ne vient pas, je surprends les pièces éclairées dont je ne distingue rien le matin. Salon chatoyant, jouets, rideau jaune. Tentures au mur, ficus, tableaux. À ma gauche, la pointe illuminée du Sacré-Cœur. Devant moi, les arbres aux dents jaunes flashés par les spots. Nous attendons toujours. Et que suis-je allée voir pour la quatrième fois, délaissant les films de la rentrée qui pourtant me tentaient ? Fenêtre sur cour, sans blague, c’est maintenant que le lien se fait.
Commenter  J’apprécie          30
Charybde2   25 avril 2017
Décor Lafayette de Anne Savelli
Bien sûr, ce qui frappe avant tout, c’est l’espace réservé, le plus vaste du monde dit-on, trois mille mètres carrés pour les chaussures qui s’y déploient, c’est le mot. Aucun entassement, aucun empilement mais des modèles distingués d’un coup d’œil parce qu’on les hisse, bien séparés les uns des autres, sur des présentoirs circulaires.

Talons hérissés, les brides font des fouets solides.

Après les couloirs, les carreaux de faïence de la station de métro, c’est tout de suite le – 1, sans prendre par le hall. Pas de fenêtre : on entre dans une boule à facettes, se perd dans un labyrinthe dont les murs sont des fauteuils, banquettes, colonnes et miroirs, sentiers qui conduisent d’une marque à l’autre. Il y a là une boutique de cirage et accessoires divers, un comptoir où boire des jus de fruits, des cabines privées où l’on balance son pied nu, dodu, attendant la sandale qui coûte son mois de salaire à la vendeuse.

Pointe et cambrure, orteil rouge sang.

Massage sur rendez-vous.

Fait-on ici dans la demi-mesure ? Parfois. Mais c’est surtout le temple des panthères, des tissus tigrés, œillets ou paillettes on ne sait plus, fausse ou vraie fourrure on oublie, spartiates tressées dorées à boutons de nacre. On y trouve une chaussure de vair (un seul exemplaire à la vente) ; des souliers à rabot pour cou-de-pied trop fort ; à languettes mutantes, à lacets de cuir souple pour chevilles enchâssées.

À genoux.

Plie.

Et des escarpins d’astronautes.

La queue serpente il faut attendre sagement soi et sa carte bleue pour accéder enfin à ces salons privés. Surprise : le lieu, disent ses concepteurs, a été pensé comme une bibliothèque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
brigetoun   21 novembre 2011
Autour de Franck de Anne Savelli
En haut, longer le trottoir jamais net, papiers dans le caniveau, véhicules échoués, passer devant les murs anonymes en mauvais crépis, les portes fermées, les volets écaillés. Remarquer le rien : là, une flaque d’eau, ici, une latte qui manque dans la zébrure des persiennes, deux fils pendent sur ce qui fût une sonnette
Commenter  J’apprécie          30
brigetoun   11 novembre 2011
Autour de Franck de Anne Savelli
La gare de l’Est, l’horloge : tant d’heures depuis Franck, vingt-quatre par jour pendant vingt ans : la grande aiguille a franchi cent soixante quinze mille fois le chiffre 12, ça ne veut rien dire, on n’est pas redevable du temps qui passe, ni même de la mémoire des disparus. Ils sont nus dans nos têtes, nos chers disparus, si doux à nos souvenirs, blottis en chien de fusils dans un coin, là, protégé sous le matelas de méninges, sous le tissu qu’on appelle dure-mère, peut-être à cet endroit où l’os pariétal s’incurve en coquille d’œuf et forme comme un dernier refuge. Avant Franck, il n’y a rien, après Franck, il y a le monde sauvage qui vous tire à hue et à dia. (TB)
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2   21 mars 2020
Saint-Germain-en-Laye de Anne Savelli
Bonjour, madame.

Toi, tu as simplement dit bonjour, un bonjour clair, joyeux. Elle t’a reprise. Elle t’a semblé grande et glacée. Vous vous êtes regardées, chacune d’un côté de la table. Peut-être as-tu répété sa phrase, ou peut-être pas, tu ne t’en souviens plus, et voilà qui ne change rien. Au rez-de-chaussée de cette maison immense, si vaste que tu t’es perdue, dans cette pièce où oeuvraient une femme de ménage et une cuisinière – le jardinier tondait la pelouse, tu l’entendais par la fenêtre, tout le monde travaillait, vraiment, tu n’as vu qu’elle, la mère de ta première meilleure amie. Tu as compris que la guerre était ouverte, et que tu n’étais pas dans le bon camp.

Bonjour madame : qu’est-ce que c’est que cette phrase, au juste ?

Mal élevée. Ni chic ni bien élevée cette petite, même blonde, même en tête de classe. Les mères en fourrure ne parlent pas fort mais leur silence dit ce que perçoit la fille : je ne te connais pas, je te juge sur le compte en banque, sur le patrimoine supposés, symboles d’une appartenance. Rester entre pairs pour ne pas risquer de se sentir soi-même jugé, nu, réduit à un corps quand on peinerait à justifier son utilité, son mérite s’il fallait les revendiquer : ce serait là ce qui bloque ou est-ce autre chose ? J’ai un QI ras les pâquerettes et l’impudence de te le montrer, voilà ce qu’entend la fille dans le dédain qui s’affiche. Tu t’en aperçois ? Qu’est-ce que ça peut faire ? Tu es quantité négligeable. Tes bonnes notes ne vont pas durer. Tu ne battras pas mon fils (ma fille / mes enfants et ceux de mes amis) ad vitam æternam. Tu retourneras à ta classe et le mot n’est pas le même, le sens est déplacé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2   24 avril 2020
Fenêtres : Open Space de Anne Savelli
TROISIÈME SEMAINE – DES ODEURS

Lundi – Une de ces fenêtres donnant sur les voies de la gare du Nord, là où les immeubles se serrent, se ressemblent et manquent de tomber brisés sur les rails. Leurs habitants, des plongeurs en apnée dans le tremblement, forcés d’aimer ou de haïr les trains dès la naissance. Quels rêves s’y fabriquent, où sont leurs chambres ?

Lundi bis – Fenêtre incrustée dans la pierre, rurale, de gagne, fenêtre de Monte Cristo donnant à son tour sur la gare face aux immeubles cloués plus haut.

Mardi – De la voiture, 8 mai oblige, mais le trajet est le même. Une femme de profil se penche pour boucler sa valise dans une pièce sombre du premier étage. Souvenirs assourdis de Béziers, rideaux, voilages, voitures faisant vibrer les vitres.

Mercredi – Un monde fou ce matin. Quelle fenêtre va apparaître au-delà des visages, des métros que l’on croise ? Une ligne pure, aquatique puis un panier d’osier, le reflet file et je ne retiens rien. Une voisine du haut de l’œil me scrute. Fesse à demi sur le siège, vite, la gare.

Jeudi – Trouver une fenêtre transversale alors que l’air sent le savon, le muguet. Un vitrail noir domine l’eau placide du canal, une église du 10e jamais vue sous cet angle.

Vendredi – Comme le narrateur de la Recherche, courir des deux côtés du train sans pouvoir choisir. C’est le premier très beau jour de l’année et les Orgues se volatilisent sous les arbres. Même les immeubles de Stalingrad ont des accents romains. Les gares se joignent dans un seul mouvement du rail.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2   21 mars 2020
Saint-Germain-en-Laye de Anne Savelli
Devant les préfabriqués des sixièmes-cinquièmes du collège littéraire, les mères attendent, leurs fils surtout, fascinés. On dirait qu’il y a une grotte entre les bâtiments, le littéraire, le scientifique, qu’on peut se faire renvoyer si on se fait prendre, ventre couvert de terre. On irait où, alors ? Dans l’établissement privé où bifurquent les mauvais élèves dont les parents ont les moyens ?

(de l’autre côté, passé sous le grillage, est-ce qu’on peut entendre la sonnerie, secouer son tee-shirt, revenir à temps ?)

Le collège littéraire est en perte de vitesse face au scientifique, il faut couper des têtes en fin de cinquième, en fin de troisième ensuite.

Il y a encore le lycée international, mythique, invisible, magnétique : un grillage lui-même.

C’est une ville de bonnes notes, qui brille aux concours, tient son rang.

De l’autre côté, c’est comment ?
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

LNHI-49533

Prénommé Vitus lors de sa naissance en 1681, il fut un explorateur danois au service de la marine russe. Son patronyme reste associé à la région séparant l'Asie (Kamchatcka) et l'Amérique du Nord (Alaska).

Koch
Béring
Vahl

10 questions
6 lecteurs ont répondu
Thèmes : détroits , géographie , mers et océansCréer un quiz sur cet auteur

.. ..