AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.77 /5 (sur 139 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Pittsburgh, Pennsylvanie , le 30/04/1945
Biographie :

Annie Dillard est un auteur américain. Elle a publié des ouvrages de poésie, des essais, de la prose, des critiques littéraires, ainsi que deux romans et un mémoire.

Annie Dillard a reçu le prix Pulitzer en 1975 pour son livre Pèlerinage à Tinker Creek.

Elle a enseigné pendant 21 ans dans le département d'anglais de l'Université Wesleyan , à Middletown, Connecticut.


Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le choix des libraires vous invite à la rencontre de Sylvie Labas, la propriétaire de la librairie « Folie d'Encre » à Saint-Denis. Avec elle, partagez ses coups de c?urs et ses auteurs favoris comme James Baldwin, Daniel Arsand ou encore Annie Dillard.


Citations et extraits (81) Voir plus Ajouter une citation
Bookycooky   15 octobre 2018
Une enfance américaine de Annie Dillard
“There’s a deer standing in the front hall,” she* told me one quiet evening in the country.

“Really?”

“No. I just wanted to tell you something once without your saying, ‘I know.’

( “Il y a un cerf qui se tient à l’entrée “ me dit-elle par une soirée paisible à la campagne.

“Vraiment?”

“Non. Je voulais juste te dire quelque chose sans que tu me répondes ,”Je sais”.)

*La mère parle à sa petite fille.
Commenter  J’apprécie          380
Bookycooky   17 octobre 2018
Une enfance américaine de Annie Dillard
She drew plans .....for the family favorite—Lendalarm. Lendalarm was a beeper you attached to books (or tools) you loaned friends. After ten days, the beeper sounded. Only the rightful owner could silence it.

( Elle dessina....objet de design favori de la famille- Alarm de prêt. Alarme de prêt était un beeper attaché aux livres ( ou outils) prêtés aux amis. Dix jours après le beeper sonnait, et seulement le propiétaire du bien pouvait l’éteindre.
Commenter  J’apprécie          290
Bookycooky   13 octobre 2018
Une enfance américaine de Annie Dillard
(My love lasted two years and occasioned a bit of talk. I knew it angered him. We spoke only once. I caught him between classes in the school’s crowded hall and said, “I’m sorry.” He looked away, apparently enraged; his pale freckled skin flushed. He jammed his fists in his pockets, looked down, looked at me for a second, looked away, and brought out gently, “That’s okay.” That was the whole of it: beginning, middle, and end.)

Mon amour * dura deux ans et fût l’occasion d’un petit peu de conversation. Je sais que ça l’a énervé. On s’est parlé qu’une seule fois. Je l’ai coincé entre les cours dans la cour de l’école, et lui dit «  Je m’excuse ». Il a éloigné son regard, apparemment énervé, son teint pâle aux taches de rousseurs a rougi. Il a enfouit ses poings dans sa poche, regarda par terre, me regarda une seconde, et éloigna à nouveau son regard,et dit gentiment, « C’est bon ». C’était tout : début, milieu, fin .

* Elle a sept ans, il est ado, joue au foot, elle fait la groupie.
Commenter  J’apprécie          261
Annie Dillard
fbalestas   25 septembre 2020
Annie Dillard
Pourquoi ne trouves-tu jamais aucun écrit sur cette pensée particulière dont tu parles, sur ta fascination pour une chose que personne d'autre ne comprend ? Parce que c'est à toi de jouer. Voici une chose que tu trouves intéressante, pour une raison difficile à expliquer. C'est difficile à expliquer parce tu ne l'as jamais lu sur aucune page; voilà par où commencer. Tu as été créé en ce monde pour donner voix à cela, à ton propre étonnement.

(...)

Thoreau le dit d'une autre manière : connais ton os personnel, "poursuis, reste avec, encercle encor et toujours ta vie .. Connais ton os personnel : ronge-le, enfouis-le; déterre-le et ronge-le encore."
Commenter  J’apprécie          261
Bookycooky   14 octobre 2018
Une enfance américaine de Annie Dillard
By the time I knew him, our grandfather was a vice-president of Pittsburgh’s Fidelity Trust Bank. He looked very like a cartoonist’s version of “vested interests.” In fact, he almost always wore a vest, and a gold watch on a chain; he was short and heavy; he had a small white mustache; he smoked cigars. At home, his thin legs crossed under his belly, he read the financial section of the paper, tolerant of children who might have been driven, in the long course of waiting for dinner, to beating their fingertips on his scalp.

(Quand j'ai connu grand-père, il était vice-président de la banque Fidelity Trust de Pittsburgh. Il ressemblait beaucoup à la version BD des "intérêts en gilet". En effet il portait toujours un gilet, une montre de gousset en or, il était petit et gros; il avait une petite moustache blanche; il fumait des cigares. A la maison, ses minces jambes croisées sous son ventre, il lisait la section financière du journal , tolérant les doigts des enfants impatients dans l'attente du dîner, lui tambouriner la tête.).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
Annie Dillard
fbalestas   21 septembre 2020
Annie Dillard
Le mot écrit est faible. Beaucoup de gens lui préfèrent la vie. La vie fait courir le sang dans les veines et elle sent bon. L'écriture n'est que l'écriture, la littérature n'est que ... Elle séduit seulement les sens les plus subtils - la vision de l'imagination, l'ouïe de l'imagination - ainsi que le sens moral et l'intellect. Cette écriture que tu crées, qui t'excite tellement, qui te berce et te transporte tant, comme si tu dansais près de l'orchestre, est à peine audible pour autrui.

L'oreille du lecteur doit se déshabituer de la vie tonitruante pour saisir les sons subtils et imaginaires du mot écrit.

(...) Pourquoi préfères-tu lire un livre plutôt que de regarder des géants évoluer sur un écran ? Parce qu'un livre est parfois de la littérature. C'est une chose subtile - une pauvre chose, mais qui nous appartient.

A mon avis, plus un livre est littéraire - plus il est purement verbal, ciselé phrase par phrase plus il est imaginatif, pensé et profond -, plus il a de chances d'être lu.

Après tout, les gens qui lisent sont les amateurs de littérature, quoi que ce terme veuille dire. Ils aiment ou exigent, ce' que seuls les livres possèdent.

(...) Les gens qui lisent ne sont pas trop paresseux pour allumer la télévision; ils préfèrent les livres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
Alice_   17 janvier 2014
En vivant, en écrivant de Annie Dillard
Pourquoi lisons-nous, sinon dans l'espoir d'une beauté mise à nu, d'une vie plus dense et d'un coup de sonde dans son mystère le plus profond? L'écrivain peut-il isoler et rendre plus vivace tout ce qui dans l'expérience engage le plus profondément notre intellect et notre cœur? L'écrivain peut-il renouveler notre espoir de formes littéraires? Pourquoi lisons-nous sinon dans l'espoir que l'écrivain rendra nos journées plus vastes et plus intenses, qu'il nous illuminera, nous inspirera sagesse et courage, nous offrira la possibilité d'une plénitude de sens, et qu'il présentera à nos esprits les mystères les plus profonds, pour nous faire sentir de nouveau leur majesté et leur pouvoir? Que connaissons-nous de plus élevé que ce pouvoir qui, de temps à autre, s'empare de notre vie et nous révèle à nos propres yeux éblouis comme des créatures déposées ici-bas dans l'émerveillement? Pourquoi la mort nous prend-elle ainsi par surprise, et pourquoi l'amour? Encore et toujours, nous avons besoin d'éveil. Nous devrions nous rassembler en longues rangées, à demis vêtus, tels les membres d'une tribu, et nous agiter des calebasses au visage, pour nous réveiller; à la place nous regardons la télévision et ratons le spectacle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Bookycooky   14 octobre 2018
Une enfance américaine de Annie Dillard
“When you open a book,” the sentimental library posters said, “anything can happen.”

( “Quand vous ouvrez un livre” disait les posters sentimentales de la bibliothèque,

“tout peut vous arriver”.)
Commenter  J’apprécie          200
fbalestas   19 septembre 2020
En vivant, en écrivant de Annie Dillard
Assembler un livre est intéressant et enthousiasmant. C'est suffisamment difficile et compliqué pour requérir toute ton intelligence. C'est la vie à son plus haut degré de liberté. Ta liberté d'écrivain n'est pas la liberté d'exprimer des opinions outrées ou abruptes; tu n'as pas droit aux divagations.

C'est la vie à son plus haut degré de liberté si tu as la chance de pouvoir essayer, car tu choisis tes matériaux, tu inventes ton projet et tu te donnes ton propre rythme. En démocratie, tu peux même écrire et publier tout ce que tu veux sur n'importe quel gouvernement ou institution, même si ce que tu écris est manifestement faux.
Commenter  J’apprécie          142
fbalestas   25 septembre 2020
En vivant, en écrivant de Annie Dillard
L'une des petites choses que je sais sur l'écriture est la suivante : dépense-la tout entière, lance-la, mise-la, perds-la, tout entière, tout de suite, à chaque fois. Ne garde pas par-dessus toi ce qui te semble bon, pour un autre endroit du livre, ou pour un autre livre; donne-le, donne-le tout entier, donne-le maintenant.
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Des cinéastes français inspirés par des auteurs anglophones ...

"L'heure zéro" d'Agatha Christie a été adaptée sous le même titre par ...

Guillaume Canet
Claude Chabrol
Pascal Thomas
François Truffaut

16 questions
30 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinéma français , romans policiers et polars , américainCréer un quiz sur cet auteur