AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.58 /5 (sur 155 notes)

Nationalité : Pays-Bas
Né(e) à : La Haye , le 31/07/1933
Biographie :

Cees Nooteboom, né Cornelis Johannes Jacobus Maria Nooteboom, est un écrivain néerlandais.

Auteur d’une œuvre inclassable qui va du roman philosophique à l’essai journalistique en passant par des chroniques de voyages et des poèmes. « Écrivain nomade et polyglotte, fasciné par la culture japonaise et fou d’Espagne, il accorde dans son œuvre une place particulière aux souvenirs. Ses écrits reflètent une pensée attentive aux détails et aux symboles, fruit d’une réflexion authentique et méditative. On y trouve notamment abordées la question du passage de l’existence à la non-existence, celles de l’identité et du destin, de la relativité du temps et de l’espace, des rapports de l’écrivain avec l’histoire et la réalité, le visible et l’invisible. » (Jacques Beaudry).

Après une scolarité difficile dans des monastères augustins, il entreprend plusieurs voyages en Europe et au Suriname. En 1955, il publie son premier roman "Philippe et les autres", inspiré d'un voyage en auto–stop à travers l'Europe. Depuis quarante ans, Cees Nooteboom a écrit de nombreux récits, nouvelles, romans et poèmes. En dehors des voyages, il partage son temps entre Amsterdam et Berlin, et l'été en Espagne. Il est élu membre de l'Académie des arts de Berlin en 1992.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Le vendredi 25 mai 2018, la librairie Charybde (129 rue de Charenton 75012 Paris - www.charybde.fr) avait la grande joie d'accueillir André Rougier en qualité de libraire d'un soir. Il évoquait pour nous : 1. Pierre Michon, "Rimbaud le fils" (08:21) 2. Jakuta Alikavazovic, "La blonde et le bunker" (16:00) 3. Julien Gracq, "La presqu'île" (27:55) 4. Cees Nooteboom, "Le jour des morts" (38:15) 5. Claudio Magris, "Danube" (44:38) 6. Julio Cortazar, "Heures indues" (50:55) 7. Javier Cercas, "Le point aveugle" (1:08:10)
+ Lire la suite
Podcasts (4) Voir tous


Citations et extraits (84) Voir plus Ajouter une citation
Cees Nooteboom
Piatka   13 juin 2016
Cees Nooteboom
Avec une certaine forme de poésie on peut s’aventurer dans la langue, et on en revient avec une connaissance qui vous aide à écrire des romans.

Commenter  J’apprécie          310
Piatka   15 septembre 2015
Lettres à Poséidon de Cees Nooteboom
C'est le poème que je lis en ce moment, en une heure qui hésite entre la fin d'après-midi et le début de soirée. La mer est agitée, la baie, déserte, les rochers où je me suis assis retiennent encore un peu de l'ardeur du soleil, le paysage d'en face est le sien, c'est la même mer, l'eau à cette heure-ci est violacée comme alors, je lis les mots écrits dans ces caractères que j'ai appris jadis, il y a plus de soixante ans, je retrouve encore des mots, des tournures, son poème est vieux de près de trois mille ans mais il reconnaîtrait tout ici, la lente transition du crépuscule à l'obscurité, les mouvements et le bruit de l'eau qui, du large, s'engouffre dans le pertuis de la baie, les vagues composant une longue déclamation ondoyante et sans fin de phrases claires ou obscures qui maintenant accompagnent son poème.



HÉSIODE
Commenter  J’apprécie          190
Piatka   13 septembre 2015
Lettres à Poséidon de Cees Nooteboom
Il est des formes d'écriture qui n'ont pas été tracées en tant que telles. Ces lettres involontaires, on les trouve sur les plages, sur l'asphalte d'une ville, dans un morceau de tronc que l'on a scié, dans des pierres. Informations en langage secret, messages, codes. Signes, graffitis que nul n'a écrits. Sur l'île où je vis, un chemin de sable traverse un paysage brûlé de soleil...



MUR
Commenter  J’apprécie          140
isanne   10 février 2020
La nuit viennent les renards de Cees Nooteboom
Il jeta un regard sur la photo, s'étonnant comme toujours de la traîtrise des images. Non seulement une photo pouvait représenter une personne morte, elle pouvait aussi vous mettre sous le nez une version périmée de vous-même, un garçon devenu méconnaissable et que ses cheveux longs rendaient si parfaitement conforme au style de l'époque qu'il donnait à cette photo l'arôme ranci d'un temps à jamais révolu.

Le fait qu'on ait toujours le même corps, c'était cela, au fond, le miracle. Mais non, bien sûr, ce n'était pas le même corps. Celui à qui il appartenait portait toujours le même nom, c'était tout.
Commenter  J’apprécie          130
BMR   21 août 2007
Mokusei ! de Cees Nooteboom
La plupart des Européens ou des Américains qui viennent ici [...] n'ont aucune véritable connaissance du Japon. Il savent que c'est « différent », mais le Viêt-Nam et la Côte d'Ivoire aussi sont différents. La différence du Japon est, je m'excuse ... différente. Mais comment le leur expliquer ? Ils ne parlent pas la langue et, dans la majorité des cas, ne la parleront jamais. Ils ont bien quelques vagues notions, mais ignorent tout de la civilisation japonaise. Peu leur en chaut d'ailleurs, car ils ont mieux : ils ont une certaine idée du Japon.
Commenter  J’apprécie          110
feanora   22 septembre 2012
Le Chant de l'être et du paraître de Cees Nooteboom
La souffrance, pensait-il, devrait avoir un poids, son poids spécifique, être identifiable comme un minerai qui n'existe nulle part ailleurs, une monnaie stable dans laquelle les cadavres, le sang, les blessures, les maladies, les humiliations seraient pris en compte, et qu'on retrouverait sur les champs de bataille, dans les prisons,sur les lieux d'exécution et dans les hôpitaux, telle un monument à la signification immuable en dépit du temps et du lieu.
Commenter  J’apprécie          110
isanne   12 février 2020
La nuit viennent les renards de Cees Nooteboom
Nous venions de voir un film (...) et tout à coup tu as dit, d'un ton plein de mépris : On s'y croirait. Tout est toujours une copie d'autre chose. Il ne vaut guère la peine de vivre si un autre peut faire de votre vie un film de deux heures, ou un livre qu'on terminé en deux jours. A chacun son propre roman, un roman beaucoup trop long en plus. De l'imitation, tout ça.
Commenter  J’apprécie          100
Piatka   23 septembre 2015
Lettres à Poséidon de Cees Nooteboom
Les récits dont vous êtes les héros gardent l'écho des migrations des peuples, des luttes pour l'hégémonie entre les terres continentales et les îles, entre les femmes et les hommes, vous êtes venus de l'Orient au prix de métamorphoses continuelles, sans cesse reformés à l'image d'hommes qui étaient là avant vous et qui vous ont inventés pour mieux comprendre le monde, jusqu'au moment où nous avons compris que tout cela n'était qu'un rêve, un poème qui semblait parler de vous mais qui, de tout temps, n'avait jamais parlé que de nous.



POSÉIDON XXIII
Commenter  J’apprécie          90
isanne   11 février 2020
La nuit viennent les renards de Cees Nooteboom
Ca parait tellement énorme, la vie, et pourtant, ensuite seulement on se rend compte à quel point c'et transparent. Une toile d'araignée.
Commenter  J’apprécie          100
brigittelascombe   16 septembre 2011
La nuit viennent les renards de Cees Nooteboom
Dans quelle mesure a-t-on disparu quand quelqu'un fleurit encore votre tombe au bout de quarante ans?
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Voyager en chanson

On commence sans surprise... Voyage voyage - Desireless Sur le Gange ou l'Amazone Chez les blacks, chez les sikhs, chez les jaunes Voyage, voyage .....

Sortir de mon home
Dans tout le royaume
Avec des fantômes
Fuir une heure mes mômes

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thèmes : voyages , confinement , chansonCréer un quiz sur cet auteur

.. ..