AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.98 /5 (sur 723 notes)

Nationalité : Suisse
Né(e) à : Lausanne (Suisse) , le 24/09/1878
Mort(e) à : Pully (Suisse) , le 23/05/1947
Biographie :

Charles Ferdinand Ramuz est un écrivain suisse romand, utilisant le parler vaudois. Cette démarche confère à son œuvre un style singulier.

Bachelier à l'âge de dix-sept ans, il entreprit une licence de lettres classiques qu'il obtint en 1901. Immédiatement après, il embrassa la carrière d'enseignant mais, l'année suivante, il émigra à Paris afin de préparer, à la Sorbonne, sa thèse de doctorat. C'est dans la capitale française que le virus de l'écriture semble s'être déclaré chez lui.

A Paris, il fréquente les milieux littéraires, dont le salon d'Edouard Rod, lequel lui sera d'une aide précieuse dans la publication de son premier roman, "Aline", en 1905, aux éditions Perrin. Ce texte avait été précédé d'un recueil de poèmes à compte d'auteur, publié cette fois-là à Genève, chez Eggimann.

Accomplissant de fréquents va-et-vient entre sa Suisse romande et Paris, Ramuz publie encore quelques ouvrages chez Perrin mais aussi chez Ollendorff et Fayard. Cependant, la Grande guerre frappe à la porte de l'Europe et le contraint à regagner définitivement son pays natal, qu'il ne quittera plus.

En Suisse, Ramuz participe à l'aventure des "Cahiers vaudois" que viennent de fonder ses amis Edmond Gilliard et Paul Budry. C'est lui qui signe le manifeste de la revue : "Raison d'être", l'année de la déclaration de guerre. Par la suite, il y publiera "Adieu à beaucoup de personnages et autres morceaux", "Les Signes parmi nous" et "Histoire du Soldat."

La paix revenue, l'augmentation du coût de la vie aura raison de cet équivalent suisse des "Cahiers de la Quinzaine" jadis lancés par Péguy. Et surtout, Ramuz se retrouve sans aucune plateforme éditoriale. Sans se décourager, il recourt alors pendant quelque temps à l'auto-édition. En 1924, par l'entremise d'Henry Poulaille, il signe avec Grasset et à l'avenir, la publication de ses ouvrages se fera en deux temps : tout d'abord à Lausanne, chez Mermod, éditeur et mécène, puis à Paris, chez Grasset.

Vient alors la reconnaissance de l'œuvre, à défaut du succès véritable car les livres de Ramuz ne seront jamais des best-sellers, loin s'en faut. La polémique s'installe assez vite et tourne autour du style de l'écrivain, qu'on accuse de "mal écrire exprès."

En 2005, Charles Ferdinand Ramuz fait son entrée dans la prestigieuse Bibliothèque de la Pléiade des éditions Gallimard.
+ Voir plus
Source : Wikipédia & Nota Bene
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Relecture : Charles-Ferdinand Ramuz (1978 / France Culture). Photographie : Charles-Ferdinand Ramuz (1878-1947) © Albert Harlingue/Roger-Viollet. Site internet : http://www.roger-viollet.fr/fr. Par Hubert Juin. Réalisation : Anne Lemaître. Interprétation : François Maistre et Henri Virlojeux. Avec Jacques Cellard, Bernard Voyenne, Claude Bonnefoy et la voix de Ramuz. Diffusion sur France Culture le 15 septembre 1978. Présentation des Nuits de France Culture : « Il avait toujours protesté avec vigueur contre la qualification d'écrivain “régionaliste”. Certes, il était - Ramuz était - vaudois et cela a joué un très grand rôle, nous dit-on. Mais Proust était parisien et cela a dû jouer aussi un très grand rôle. Donc, écrivain régionaliste ? Non : écrivain universel. À l'occasion du centenaire de sa naissance, Hubert Juin proposait, le 15 septembre 1978, une “Relecture” consacrée à Charles-Ferdinand Ramuz. » Charles Ferdinand Ramuz, né à Lausanne le 24 septembre 1878 et mort à Pully le 23 mai 1947, est un écrivain et poète suisse dont l'œuvre comprend des romans, des essais et des poèmes où figurent au premier plan les espoirs et les désirs de l'Homme. Ramuz puisa dans d'autres formes d'art (peinture, cinéma) pour contribuer à la redéfinition du roman. Dans sa “Lettre à Bernard Grasset” de 1929, Ramuz précise son rapport avec la Suisse romande : « Mon pays a toujours parlé français, et, si on veut, ce n’est que “son” français, mais il le parle de plein droit [...] parce c’est sa langue maternelle, qu’il n’a pas besoin de l’apprendre, qu’il le tire d’une chair vivante dans chacun de ceux qui y naissent à chaque heure, chaque jour. [...] Mais en même temps, étant séparé de la France politique par une frontière, il s’est trouvé demeurer étranger à un certain français commun qui s’y était constitué au cours du temps. Et mon pays a eu deux langues: une qu’il lui fallait apprendre, l’autre dont il se servait par droit de naissance; il a continué à parler sa langue en même temps qu’il s’efforçait d’écrire ce qu’on appelle chez nous, à l’école, le “bon français”, et ce qui est en effet le bon français pour elle, comme une marchandise dont elle a le monopole. » Ramuz écarte l’idée que son pays soit une province de France et dit le sens de son œuvre en français : « Je me rappelle l’inquiétude qui s’était emparée de moi en voyant combien ce fameux “bon français”, qui était notre langue écrite, était incapable de nous exprimer et de m’exprimer. Je voyais partout autour de moi que, parce qu’il était pour nous une langue apprise (et en définitive une langue morte), il y avait en lui comme un principe d’interruption, qui faisait que l’impression, au lieu de se transmettre telle quelle fidèlement jusqu’à sa forme extérieure, allait se déperdant en route, comme par manque de courant, finissant par se nier elle-même [...] Je me souviens que je m’étais dit timidement : peut-être qu’on pourrait essayer de ne plus traduire. L’homme qui s’exprime vraiment ne traduit pas. Il laisse le mouvement se faire en lui jusqu’à son terme, laissant ce même mouvement grouper les mots à sa façon. L’homme qui parle n’a pas le temps de traduire [...] Nous avions deux langues: une qui passait pour “la bonne”, mais dont nous nous servions mal parce qu’elle n’était pas à nous, l’autre qui était soi-disant pleine de fautes, mais dont nous nous servions bien parce qu’elle était à nous. Or, l’émotion que je ressens, je la dois aux choses d’ici... “Si j’écrivais ce langage parlé, si j’écrivais notre langage...” C’est ce que j’ai essayé de faire... » (“Lettre à Bernard Grasset” (citée dans sa version préoriginale parue en 1928 sous le titre “Lettre à un éditeur”) in “Six Cahiers”, no 2, Lausanne, novembre 1928). Sources : France Culture et Wikipédia

+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (328) Voir plus Ajouter une citation
mesrives   08 décembre 2019
Découverte du monde de Charles Ferdinand Ramuz
Mes idées me viennent des yeux, _ si j'ai des maîtres, ce sont les peintres.
Commenter  J’apprécie          605
Charles Ferdinand Ramuz
johnfool   27 avril 2013
Charles Ferdinand Ramuz
La seule vraie tristesse est (dans) l'absence de désir.
Commenter  J’apprécie          401
Asterios   02 septembre 2018
Aline de Charles Ferdinand Ramuz
Ils riaient. Une fois, elle se mit à pleurer. Il ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Il dit:

- Qu'as-tu?

Elle répondit:

- Je ne sais pas

- Est-ce que je t'ai fait du chagrin.

- Ho! non.

- Alors quoi?

- C'est parce que je t'aime.

Mais l'idée de Julien était qu'on n'avait pas besoin de pleurer parce qu'on aime. On n'a qu'à se prendre et s'embrasser. Les femmes n'ont pas la tête bien solide. Elles pleurent pour le bonheur, elles pleurent pour le malheur. Il voyait qu'Aline n'était pas faite comme lui. Il eut un peu pitié d'elle.
Commenter  J’apprécie          340
Piatka   20 octobre 2014
La Pensée remonte les fleuves. Essais et réflexions de Charles Ferdinand Ramuz
Le bonheur résulte chez l'homme d'une réussite partielle. L'homme amoureux connait pour un temps le bonheur. L'étudiant qui vient de passer ses examens connait le bonheur pour un temps. L'homme d'affaires qui vient de réaliser une belle affaire, un moment, connait le bonheur. Le bonheur n'est que comme le prolongement sonore d'un état heureux où nous avons été et qui nous empêche d'entendre un instant les dissonances qui sont au-dedans de nous. Telle circonstance heureuse survient et c'est sa masse seule qui nous cache momentanément les parties de nous-mêmes qu'elle n'intéresse pas ; mais peu à peu la masse se dissipe et, en se dissipant, les découvre à nouveau. Alors aussi apparaissent les vides ; et peut-être que tout est vide, et c'est ce qui est insupportable.
Commenter  J’apprécie          290
michfred   28 septembre 2018
Si le soleil ne revenait pas ? de Charles Ferdinand Ramuz
Ils écoutent encore, il n'y a rien que ce bruit au-dedans de vous qui va mourant et laisse venir à sa suite l'immense silence qui est sur le monde comme si le monde n'était plus; comme si on n'était plus au monde, comme si on était suspendu bien au-dessus de la terre dans le grand désert où les astres en tournant sont silencieux.
Commenter  J’apprécie          290
Charles Ferdinand Ramuz
coco4649   21 novembre 2019
Charles Ferdinand Ramuz
On est en état de poésie…





On est en état de poésie et puis soudain

[…]



on n’y est plus.

Commenter  J’apprécie          300
colimasson   09 octobre 2014
Derborence de Charles Ferdinand Ramuz
Il y a maintenant huit veuves et trente-cinq orphelins au village, mais elles vivent, et eux aussi ; c’est comme ça. L’arbre qu’on fend par le milieu se cicatrise. Le cerisier qui est blessé élabore une gomme blanche dont il recouvre sa blessure.
Commenter  J’apprécie          280
cardabelle   14 janvier 2019
La Grande Peur dans la montagne de Charles Ferdinand Ramuz
[...]

c'est que la montagne a ses idées à elle ,

c'est que la montagne a ses volontés .
Commenter  J’apprécie          291
enjie77   02 octobre 2018
Vie de Samuel Belet de Charles Ferdinand Ramuz
Entre temps, la paix avait été signée, mais pas avant que Paris n'eût été mis à feu et à sang par la Commune, et il y avait eu encore cela qu'après s'être battus contre l'ennemi, les français s'étaient battus entre eux. Des cadavres étaient entassés tout le long des quais de la Seine ; les feuilles des arbres, nouvellement sorties, avaient été coupées par la mitraille comme avec des ciseaux.

Les jeunes gens d'aujourd'hui ne pensent plus à ces choses et, quand on les leur raconte, elles ne les intéressent pas. Mais, nous autres qui avons vécu là-dedans, quel frisson, quand on y repense!... Ils brûlaient les livres, ils brûlaient les tableaux. Ils arrosaient les maisons avec du pétrole ; ils mettaient le feu aux maisons.

Tout cela pourtant fut vite oublié ; les morts pouvaient dormir tranquilles. Quant aux vivants, ils étaient tout heureux de reprendre leurs habitudes, en attendant le moment où elles leur déplairaient de nouveau, parce que tout est balancement, tout est recommencement dans le monde.





Page 150
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Charles Ferdinand Ramuz
mcd30   24 août 2019
Charles Ferdinand Ramuz
... - et montée de la vie, parce qu'un poète est venu, et il écrit autour de lui son livre ; il fait partir la cloche dans le ciel, il fait partir sur la terre des hommes, après qu'il les a posés là et il a posé le pays.
Commenter  J’apprécie          260

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Charles Ferdinand Ramuz (643)Voir plus


Quiz Voir plus

Aimé Pache, peintre vaudois de Charles-Ferdinand Ramuz

Ce roman, paru en 1911 à Paris chez Fayard et à Lausanne chez Payot, est dédié à un peintre : ...

Alexandre Cingria
René Auberjonois
Cuno Amiet
Ferdinand Hodler

15 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Aimé Pache, peintre Vaudois de Charles Ferdinand RamuzCréer un quiz sur cet auteur

.. ..