AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.82 /5 (sur 254 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Trieste , le 10/04/1939
Biographie :

Claudio Magris est un écrivain, germaniste, universitaire et journaliste italien, héritier de la tradition culturelle de la Mitteleuropa qu'il a contribué à définir.

Âgé de 18 ans, il quitte Trieste et suit des études de langue et de littérature germaniques à l’université de Turin. Diplômé, il refait sa thèse sous forme d'un essai ("Mythe de l'Empire dans la littérature autrichienne", 1963) dans lequel il confronte le regard de plusieurs écrivains (Joseph Roth, Robert Musil, Karl Kraus, Stefan Zweig) au mythe de la Mitteleuropa (Europe centrale).

Il est notamment l'auteur de "Danube" (1986), un essai-fleuve où il parcourt le Danube de sa source allemande (en Forêt Noire à la mer Noire, en traversant l'Europe centrale), et de "Microcosmes" (1997), portrait de quelques lieux dispersés dans neuf villes européennes différentes. Il est également chroniqueur pour le Corriere della Sera.

Il a été sénateur de 1994 à 1996.

En 2001-2002, il a assuré un Cours au Collège de France sur le thème "Nihilisme et mélancolie. Jacobsen et son Niels Lyhne".

Magris a reçu plusieurs prix prestigieux couronnant son œuvre, comme le prix Erasme en 2001, le prix Prince des Asturies en 2004, le Prix de la paix des libraires allemands en 2009, le prix Jean-Monnet en 2009, le prix Franz-Kafka en 2016. Par ailleurs, il a été plusieurs fois pressenti pour le prix Nobel de littérature.


+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Claudio Magris   (30)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Lors de l'émission “Hors-champs” diffusée sur France Culture le 16 septembre 2013, Laure Adler s'entretenait avec l'écrivain et essayiste italien, Claudio Magris. « L'identité est une recherche toujours ouverte, et il peut même arriver que la défense obsessive des origines soit un esclavage régressif, tout autant qu'en d'autres circonstances la reddition complice au déracinement. » Claudio Magris (in “Danube”) Claudio Magris, né à Trieste le 10 avril 1939, est un écrivain, germaniste, universitaire et journaliste italien, héritier de la tradition culturelle de la Mitteleuropa qu'il a contribué à définir. Claudio Magris est notamment l'auteur de “Danube” (1986), un essai-fleuve où il parcourt le Danube de sa source allemande (en Forêt Noire) à la mer Noire en Roumanie, en traversant l'Europe centrale, et de “Microcosmes” (1997), portrait de quelques lieux dispersés dans neuf villes européennes différentes. Il est également chroniqueur pour le Corriere della Sera. Il a été sénateur de 1994 à 1996. En 2001-2002, il a assuré un cours au Collège de France sur le thème « Nihilisme et Mélancolie. Jacobsen et son Niels Lyhne ». Ses livres érudits connaissent un très grand succès public et critique. Claudio Magris a ainsi reçu plusieurs prix prestigieux couronnant son œuvre, comme le prix Erasme en 2001, le prix Prince des Asturies en 2004, qui entend récompenser en lui « la meilleure tradition humaniste et [...] l'image plurielle de la littérature européenne du début du XXIe siècle ; [...] le désir de l'unité européenne dans sa diversité historique », le prix européen de l'essai Charles Veillon en 2009, et le prix de littérature en langues romanes de la Foire internationale du livre (FIL) de Guadalajara, au Mexique, en 2014. Claudio Magris est également régulièrement cité depuis plusieurs années comme possible lauréat du prix Nobel de littérature. Thèmes : Arts & Spectacles| Littérature Contemporaine| Littérature Etrangère| Claudio Magris| Mitelleuropa Sources : France Culture et Wikipédia

+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (205) Voir plus Ajouter une citation
kielosa   16 avril 2021
Loin d'où ? Joseph Roth et la tradition juive-orientale de Claudio Magris
Comme pour Musil, pour Roth aussi la Cacanie (l'Empire austro-hongrois) est devenue le royaume de l'imaginaire : un imaginaire qui n'existe même plus dans les mots, même plus comme hypothèse ou comme alternative, même plus dans les annales poussiéreuses d'une armée dissoute.



(page 398).
Commenter  J’apprécie          252
nadiouchka   20 janvier 2018
Trois Orients de Claudio Magris
Connaître un pays, pour moi, cela signifie aussi se plonger dans sa mer, sentir l’épaisseur de l’eau, percevoir sa luminosité et sa limpidité, son goût.

P.93
Commenter  J’apprécie          250
nadiouchka   09 janvier 2018
Trois Orients de Claudio Magris
Maintenant, en revanche, c’est moi qui pense à cette guerre d’il y a trente ans, à l’offensive du Têt ou à la piste de Hô Chi Minh, beaucoup plus que mes hôtes et interlocuteurs vietnamiens. La ville – très belle, pas riche certes, mais d’une franche et aimable vitalité, avec ses rues pleines de monde et de motocyclettes de tous les types et avec ses pagodes sur les lacs – suggère la paix et une vie modeste mais industrieuse, non les bombes qui sont tombées pendant tant d’années.

P.88
Commenter  J’apprécie          210
Unhomosapiens   13 mai 2018
Trieste : Une identité de frontière de Claudio Magris
Les Allemands, qui à des époques diverses ont afflué vers Trieste et ont choisi d'en faire leur ville, se trouvent eux aussi soumis au charme de la culture italienne, ils s'adaptent dans leur grande majorité à l'italianité citadine dominante, et subissent le processus d'intégration et d'absorption.
Commenter  J’apprécie          210
nadiouchka   08 janvier 2018
Trois Orients de Claudio Magris
Que signifie, être allé en Chine, avoir vu deux villes d’un pays qui compte un milliard deux cents millions d’habitants et qui est en train de se transformer à une vitesse difficile à suivre ?

P.63
Commenter  J’apprécie          210
nadiouchka   02 janvier 2018
Trois Orients de Claudio Magris
Depuis des siècles, l’Iran est un pays qui a le génie des jardins, des eaux et des miroirs célébrés dans une poésie et dans une mystique qui appartiennent à la plus haute littérature universelle ; le paradis, en persan, c’est le jardin. P.29
Commenter  J’apprécie          200
nadiouchka   12 janvier 2018
Trois Orients de Claudio Magris
Iran, Chine, Vietnam. Réalités différentes, parfois presque antithétiques, qui obligent – dans le charme envoûtant des paysages, dans la sagesse des cultures, dans l’iniquité des violences, dans l’épique guerre quotidienne contre la difficulté ou l’impossibilité de survivre – toucher du doigt, sous des formes diverses, les problèmes centraux de notre présent, où tout est mis sens dessus dessous, et de l’inimaginable qui nous menace.

P.13
Commenter  J’apprécie          190
aleatoire   08 juillet 2015
Danube de Claudio Magris
De cet observatoire, la vie apparaît comme une perte de temps, une machine fragile. Comme l'horloge qui en marque le rythme, la réalité est un engrenage, une organisation du goutte à goutte, une chaîne de montage orientée toujours et uniquement vers la phase successive. Celui qui aime la vie doit peut-être aimer son jeu d'emboîtements, s'enthousiasmer non seulement pour un voyage vers des îles lointaines, mais aussi pour les démarches administratives relatives au renouvellement de son passeport. La persuasion, qui répugne à cette mobilisation générale quotidienne, c'est l'amour pour quelque chose d'autre, qui est plus que la vie et ne luit que par éclairs pendant les pauses, les interruptions, quand les mécanismes sont arrêtés, que le gouvernement et le monde entier sont en vacances - au sens fort où "vaquer" évoque le vide, le manque, l'absence -, et que n'existe plus que la lumière haute et immobile de l'été.
Commenter  J’apprécie          160
nadiouchka   04 janvier 2018
Trois Orients de Claudio Magris
Des paysages calcinés, des oasis de fraîcheur et de verdure, le visage des jeunes filles afghanes à Abyaneh, ce vieux village enchanteur situé sur les montagnes dénudées proches de Kashan, dont les maisons sont tournées vers l’Orient, vers le lever du soleil.

P.51
Commenter  J’apprécie          170
Austral   13 mars 2014
Microcosmes de Claudio Magris
Le chat ne fait rien, il est, comme un roi. Il reste assis, pelotonné, allongé. Il a la persuasion, il n'attend rien et ne dépend de personne, il se suffit. Son temps est parfait, il se dilate et se rétrécit comme sa pupille concentrique et centripète, sans se précipiter dans un angoissant écoulement goutte à goutte. Sa position horizontale a une dignité métaphysique que l'on a en général désapprise.

On se couche pour se reposer, dormir, faire l'amour, toujours pour faire quelque chose et se relever dès qu'on l'a fait ; le chat se couche pour être couché, comme on s'étend devant la mer rien que pour être là, étiré et abandonné. C'est un dieu de l'instant présent, indifférent, inaccessible.
Commenter  J’apprécie          150

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Misery - Stephen King

Quel est le métier de Paul ?

pompier
éditeur
écrivain
poète

10 questions
373 lecteurs ont répondu
Thème : Misery de Stephen KingCréer un quiz sur cet auteur