AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jean Pastureau (Traducteur)Marie-Noëlle Pastureau (Traducteur)
EAN : 9782070382521
561 pages
Gallimard (22/05/1990)
4.21/5   109 notes
Résumé :
Des sources en Forêt-Noire à son delta en mer Noire, Claudio Magris descend le fleuve.. En touriste : il visite les paysages et les maisons, s'arrête, à Vienne, devant un simple escalier de bois. En érudit : il découvre les sites majeurs, les rites de la Mitteleuropa ; il croise, semble-t-il, Kafka, Canetti, Lukacs, Joseph Roth..., de passage, eux aussi. En homme : il s'émeut, s'émerveille, s'interroge. Sous la plume d'un grand écrivain, le voyage au gré du fleuve d... >Voir plus
Que lire après DanubeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
4,21

sur 109 notes
5
17 avis
4
3 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
1 avis
Claudio Magris, qui a connu la célébrité avec ce livre publié en Italie en 1986 et en France en 1989, peu avant que le mur de Berlin ne fût renversé, nous invite à un long voyage dans une Europe danubienne qui a encore connu bien des transformations depuis la fin des régimes communistes en Europe orientale. de sorte que ce qui ne se voit pas au début, parce que nous partons bien sûr de l'Allemagne occidentale où le Danube prend sa source, saute aux yeux du lecteur dès que l'on parvient dans la zone qui était sous contrôle des gouvernements de l'Europe de l'est ayant adhéré au Pacte de Varsovie : le manque de recul de l'auteur ne lui a pas permis de deviner les grands craquements et bouleversements qui allaient se faire sentir en Roumanie, en Hongrie et dans l'ex-Yougoslavie.
Mais la culture de l'auteur pallie tout cela, et nous ne pouvons faire une halte avec lui, le long du Danube, sans qu'il n'évoque au passage un grand écrivain, un événement historique, une tradition locale, et qu'il ne les fasse vivre sous nos yeux, en leur donnant mille couleurs, et en nous livrant ses propres réflexions. Les sujets et personnages dont il nous entretient à chaque étape répondent à des choix personnels mais nous les rendent familiers et symbolisent finalement assez bien sous sa plume les régions traversées. L'auteur choisit dès le début, et ce jusqu'à la fin, de nous montrer que rien ne peut se réduire à de simples équations, et que toutes les certitudes par trop ancrées dans nos têtes sont comme des constructions qui reposeraient sur le sable, car L Histoire est complexe, tout comme les hommes qui la font, et la géographie elle-même n'est pas aussi nettement dessinée qu'on l'a parfois pensé, tant les choses sont mouvantes. Ainsi, pour l'auteur, tout comme les origines de peuples qui ne devraient pas se croire les propriétaires de telle ou telle terre ont quelque chose de mythique et ne sont pas faciles à conter, les sources du fleuve Danube, si elles se situent bien en Allemagne, et précisément en Forêt Noire, non loin de la France si l'on y réfléchit un instant, ne semblent pas pouvoir être situées en un seul lieu identifiable, l'observation et l'opinion pouvant les rendre multiples sans que l'on puisse scientifiquement trancher, même s'il existe des versions officielles. A cette difficulté de départ correspond exactement celle qui consisterait à essayer d'établir où situer vraiment l'embouchure du fleuve, en réalité démultipliée au moment de se jeter dans la mer Noire.
Ce livre est beau et puissant, reflet des tumultes de l'Histoire et du cours parfois accentué de cette grande voie fluviale, et parfois il est savoureux et apaisant comme le suggèrent certains lieux ou certains travaux techniques ou tranquilles et patientes activités humaines répétées au long des jours sur les bords du Beau Danube, qui n'a de bleu que le reflet du ciel, mais dont les eaux ont souvent d'autres couleurs. du rêve à la réalité, c'est un chemin qui n'est pas moins intéressant à emprunter que celui de Compostelle.
François Sarindar
Commenter  J’apprécie          842
Le Danube, fleuve-dieu (Istros pour les Grecs, Danubius pour les Latins). Ses 2.888 km (ou 2848 km, selon qu'on considère que ses sources sont localisées dans la commune de Donaueschingen ou dans celle de Furtwangen, ces dernières se disputant toujours farouchement cette prérogative). Près de trois mille ans d'histoire attestée (les Grecs le remontaient déjà au VIIe siècle av. J.-C., depuis la mer Noire). Mémoire vivante de la mosaïque inextricable des peuples de l'Europe centrale et des Balkans, cours d'eau emblématique du mythe d'une harmonie possible entre les dix pays qu'il traverse - huit à l'époque de la rédaction du livre, achevé en 1986, avant la chute du Mur et l'implosion de l'ex-Yougoslavie. Un bassin colossal (817.000 km²), deux cents milliards de mètres cubes d'eau déversés chaque année dans la mer Noire…
L'entreprise littéraire titanesque que Claudio Magris, essayiste et romancier, germaniste reconnu très attaché à l'apport légué par la Mitteleuropa, consacre au "fleuve des superlatifs", relève elle-aussi du prodige. Inclassable et irréductible comme son modèle grandeur nature, DANUBE, à la fois récit de voyage et de rencontres, exercice d'autofiction et recueil de méditations personnelles, vogue libre dans l'espace littéraire, générant en permanence divagations savoureuses et digressions savantes entre histoire et géographie, hydrologie et cabotage, civilisations et géopolitique, histoire des idées, art et architecture, littérature et mouvements culturels d'Europe centrale.
Parmi l'ensemble des sujets abordés d'une plume où l'érudition et l'excellence sont omniprésentes, j'aurai été en tant que lecteur particulièrement impressionné par l'acuité, la sensibilité, la poésie et la beauté des très nombreux passages que l'auteur consacre à la littérature et à la critique littéraire. En connaisseur averti de la littérature de chacun des pays traversés, chaque étape du périple sera en outre l'occasion d'évoquer, directement ou via différentes associations symboliques avec les lieux visités, un nombre important d'autres écrivains européens. Ainsi, par exemple, lorsque Magris visite le château de Sigmarigen où Céline avait suivi le gouvernement de Vichy dans sa débâcle, on peut lire: «Céline s'est laissé aveugler par la révélation du mal. Il a écouté la voix de l'abjection, disait Bernanos, comme un confesseur dans un quartier misérable; toutefois il n'a pas été capable, comme le sont parfois les vieux confesseurs, de s'assoupir entre un pénitent et un autre, lassé par la répétition de péchés prévisibles, il n'a pas vu la banalité stéréotypée du mal. Comme d'autres écrivains français de sa génération, qui croyaient pouvoir dire avec Gide «J'ai vécu», lui aussi cherchait à «vivre», sans soupçonner la mégalomanie d'une telle prétention». Puis, évoquant, par contraste, et associant de près le lisboète Pessoa et Kafka : «Kafka et Pessoa font un voyage au bout, non pas d'une nuit ténébreuse, mais d'une médiocrité incolore encore plus inquiétante, dans laquelle on s'aperçoit qu'on n'est qu'un portemanteau de la vie, et au fond de laquelle il peut y avoir, grâce à cette conscience, une ultime résistance de la vérité».
Imperturbable face à la raison pure confinant l'entendement en compartiments étanches, la barque de Magris navigue indifférente aux limites imposées aux catégories de l'esprit et aux genres. Tel le fleuve impassible devant l'hybris de ses peuples riverains qui depuis la nuit des temps essaient d'instaurer sur ses marges des frontières, y établir des territoires dont ils réclament la souveraineté avant d'en être tôt ou tard déchus, à chaque fois que la tentation se présente à lui, l'écrivain veille à abandonner toute ambition totalisante, faustienne, préférant prendre alors le parti de «s'identifier à cet écoulement, au présent infini du verbe, qui est mouvement et permanence, temps et éternité", s'astreignant à «descendre la pente vers la mer Noire, accepter le courant, jouer avec ses remous et ses vagues, avec les rides qu'il dessine sur l'eau et sur le visage».
La pensée de Magris semble ainsi aspirer à fusionner avec son objet d'observation, à acquérir les propriétés qui lui seraient intrinsèques : écoulement continu, fluidité, horizontalité, liberté totale de forme sur les surfaces qu'elle parcourt. Quoique possédant son volume propre, à l'image de l'élément aquatique qui l'inspire, elle s'autorise souvent à prendre provisoirement la forme des différents récipients qui l'accueillent. Qu'elle aborde les horreurs de la guerre et la banalité du mal lors de la visite de l'auteur au camp de Mauthausen ou, évoquant les fissures de plus en plus flagrantes constatées dans l'équilibre précaire entre les revendications nationalistes en Europe centrale, qu'elle exhale alors le parfum nostalgique du mythe habsbourgeois d'un Danube «bleu» supranationale, elle excellera dans l'art de la fugue, refusant tout jugement hâtif, toute verticalité idéologique, toute hiérarchie dans ses raisonnements, jamais abrupte ou péremptoire. Dans ce sens, Danube constitue pour le lecteur un véritable havre de lecture où il pourra abreuver sa soif d'humanisme et trouver un refuge contre les idées qui «célèbrent la ligne de feu comme heure de vérité» dont, hélas, notre humanité ne semble toujours pas prête à se départir…
En ouvrant cet essai-fleuve dont l'érudition abondante pourrait par moment lui faire frôler la noyade (pas la moindre note de bas de page pour nous servir de bouée de sauvetage!), il serait à mon avis vivement recommandé de s'inspirer et se laisser pénétrer par la temporalité et l'état d'esprit avec lesquels Magris souhaite lui-même parcourir le Danube. le lecteur sera ainsi amené, comme l'auteur, à s'exercer à cet art délicat de la «persuasion», («harmonieuse et indissoluble union avec l'écoulement du fleuve»), à s'abandonner aux déambulations de l'esprit (sans recourir excessivement à l'aide d'un tiers-savant - merci tout de même à Wikipédia.. !), l'entendement devant savoir aussi naviguer à vue et céder parfois les commandes à l'intuition, à l'imagination ou tout simplement à la beauté enivrante du texte. Qu'il sera plaisant alors de partager avec l'auteur «un voyage qui sillonne et retrouve sans cesse, tout au long de son cours, les lieux et les moments de notre propre odyssée».
Mais enfin, diriez-vous , se persuader de quoi au juste ? Rassurez-vous, en tout cas, cette adhésion à la persuasion à laquelle nous invite l'auteur, n'a strictement rien à voir avec la vieille méthode Coué ou avec ces recettes développement personnel dont, par un phénomène insidieux d'hybridation, la littérature contemporaine nous inonde et nous gave. Il s'agirait, au contraire, de pouvoir «faire l'école buissonnière» face au réel, face à un savoir organisé par une «rhétorique» qui la plupart du temps nous berce d'illusions, face à une temporalité linéaire qui «consume l'être dans l'attente d'un résultat qui doit toujours venir, et qui ne vient jamais» ; il s'agit en l'occurrence d'envisager la réalité plutôt comme «un jeu d'emboîtements» par-delà «l'engrenage temporel» et l'énorme «engrenage culturel» qui nous fixent lourdement à terre.
Il y a tant de voyages potentiellement divers dans Danube qu'il me paraît en fin de compte quasiment impossible d'isoler un lit principal de lecture. Impossible de résumer cette épopée aux trajectoires multiples, «germano-magyaro-slavo-judéo-romanes» tissées autour du fleuve-dieu. Impossible de recenser tous ces lieux, atmosphères et personnages représentatifs de l'immense héritage culturel laissé par la Mitteleuropa. En paraphrasant Virgile, l'on peut dire que de ses sources en Forêt Noire, jusqu'à son delta en Mer Noire, le Danube entier «sort par la bouche de Claudio Magris»!
La pensée allemande n'est jamais aussi séduisante que lorsqu'elle se laisse guider par le désir d'exactitude, la pensée française par celui de la nuance, la pensée italienne, me fait songer Magris, par la volupté dont elle s'empare quelquefois… Danube est un torrent aux méandres innombrables, aux ramifications élégantes, à l'érudition pulpeuse, au verbe coloré, voluptueux, comme seuls les grands essayistes italiens en ont le secret (tels Eco, ou encore Ciotati par exemple, pour ne citer que deux des plus grands compatriotes contemporains de Magris). Ivresse à raisonner tels les grands maîtres maniéristes italiens figurant la carnation du divin, recherchant cet accord parfait entre fond et forme, entre vérité et beauté. Fougue à percer une brèche sensuelle dans le mur infranchissable séparant l'impermanent et l'immuable.
Sous la plume de Magris, le fleuve se pare très souvent de teintes susceptibles d'apparier le transcendant et l'immanent, le Danube historique et l'Istre original, fils d'Océan et Thétis, rivière-idéale aux tourbillons insondables dans laquelle Héraclite et Parménide, apaisés, auraient pu enfin se baigner ensemble et, par la même occasion, nous soustraire momentanément à l'imperfection de l'existence humaine, à ce goutte à goutte temporel qui nous assoiffe d'absolu.
«Le simple plaisir réclame du tangible, du fini, il n'aime pas l'ailleurs. Mais si dans ce plaisir vient aussi se glisser le plus fugitif prélude, le moindre éclair de «perditio», alors il ne se tourne plus que vers ce besoin d'ailleurs, il aime le mystère de ce qui est encore en devenir, cette incomplétude rétive à nos côtés, l'élan impétueux et la ligne droite.»
Tout simplement magistral.
Commenter  J’apprécie          4327
Claudio Magris raconte son voyage le long du Danube, du début, aux sources controversées, à la fin, Sulina, où il n'oublie pas de mentionner Jean Bart, alias Eugeniu Botez et son roman, Europolis. Avant tout, Magris est pour moi un germaniste érudit et je confesse avoir découvert à sa lecture certains auteurs allemands, comme Jean Paul ou Marieluise Fleisser. L'histoire de Marianne Willemer, auteure inconnue de plusieurs poésies de Goethe est très intéressante. Beaucoup de considérations historiques également, sur les Habsbourg, sur Sissi, sur certaines minorités ethniques, sur l'indépendance bulgare ou hongroise, voire politiques (la CSU est par exemple évoquée ou de manière générale le communisme). La colonne vertébrale de l'ouvrage reste littéraire et il serait trop long d'évoquer tous les auteurs cités, de toutes nationalités: Bulgares (il est beaucoup question de Canetti), Yougoslaves (encore à l'époque, avec Vasko Popa entre autres), Slovaques et Hongrois (j'y ai appris pas mal de noms, citons: Zsigmond Kemeny, Svantner ou Novomesky). En Roumanie, la part belle est faite à la minorité germanophone, avec une mention particulière à Gregor von Rezzori, installé en Italie, que Magris appelle Grischa et qui lui a dédicacé un de ses livres. Il faut dire qu'il illustre assez bien le concept de Mitteleuropa, cher à l'auteur: ce mélange de cultures le long du Danube et ailleurs. Un petit chapitre est consacré à Robert Flinker, entre autres Adolf Meschendörfer, Herta Müller, Arnold Hauser, Alfred Margul-Sperber, Peter Barth ou Oscar Walter Cisek sont aussi mentionnés. Parfois, les débats m'ont semblé un peu spécieux comme: qui d'Eugène Ionesco ou de Ion Luca Caragiale est le plus grand? La question de la grandeur ou de la valeur sont souvent problématiques en soi, mais là, en plus, les deux auteurs n'ont au mieux que des liens éloignés (entre autres, Ionesco est plus français que roumain dans son oeuvre). Hors de la communauté germanophone ou parfois magyare, les auteurs de langue roumaine ne sont pas forcément très nombreux. On retrouve néanmoins Mihai Eminescu, Mihail Sadoveanu, Panaït Istrati, Stefan Banulescu, Zaharia Stancu ou Vintila Horia. Tout compte fait, un livre plein de découvertes, essentiellement culturelles, parfois un peu touristiques, de plusieurs pays à la fois de surcroît, et de lecture très agréable.
Commenter  J’apprécie          461
Traduit de l'italien par jean et Marie -Noelle Pastureau. Ils chevauchent jusqu'au Danube. L'architecture du voyage Venise. Tentations de l'ailleurs ( Benn)l'Odyssee . Accepter un conseil ne prenez aucun engagement pour le we prochain. Faites des provisions. Ne répondez plus au telephone. Toute expérience est le fruit d' une méthode tenace comme le tractatus de Wittgenstein. Voyage pour connaître ma geographie. Aux portes de fer, ce fleuve bisnominis Ovide Holderlin. le fleuve est un vieux maître taoïste . le voyage danubial,la peur invente des noms pour se distraire. le Journal d'un voyage sentimental. La mitteleuropa est belle. Vaincre n'est rien, le tout est de survivre ( Rilke). L'homme est vicitude.( Herodote ). Dans la bille de Passau, régnait un évêque . le monotone battement qui rythme le temps. Il a aimé, il a vu. Est-ce que j'ai eu mon jour ? Tout véritable viennois vient de Bohème. Éternellement sauf du laisser vivre du moi je sais qui je suis. Rejette loin de toi cette soif de livres, si tu ne veux pas arriver à la mort en murmurant. Ce que fait le fleuve personne ne le sait. Je sais et je crois. Tête courbée, ne peut être coupée. de qu'épela signe es tu ?
Commenter  J’apprécie          482
Bonjour et bienvenue pour une nouvelle chronique.
Votre serviteur est heureux de vous retrouver.
Aujourd'hui nous allons parler d'un auteur qui fâit partie des rares postulants naturels au prix Nobel de Litterature ...
Votre serviteur à decouvert Magris par le biais d'une connaissance qui lui a fait cadeau de cet ouvrage. Que ce monsieur en soit içi remercie .

Votre serviteur est relativement coutumier des oeuvres abordant la Litterature par le biais de l'essai, et pourtant ...
Oui, cet opus s'avère être un essai, mais quel essai ...
Ils sont rares les livres qu'il faut aborder de preference avec un crayon, afin de pouvoir prendre note des elements historiques ou littéraires, mais egalement des considérations philosophiques de l'auteur ...
Içi, l'on a tout cela ....
Magris aborde l'histoire et la géographie d'une maniere totalement opposée à celle d'un Pernaut, qui lui n'aborde ces domaines que dans le cadre d'un phantasme nourri par sa nostalgie morbide et mortifère....
Magris lui, aborde ces domaines en creusant les divers elements, en enrichissant son propos de réflexions philosophiques d'une profondeur rare, d'études historiques pointues , ect ...
La ou Pernaut est rhedibitoire et donne envie de fuir ces lieux campagnards, Magris fâit vivre cela, il insuffle à son texte une vigueur qui transporte le lecteur, enrichissant celui ci dans bîen des domaines ...
La ou Pernaut ne sait que parler de l'épicerie du village ou de la fete du citron, Magris développe une reflexion sur celles et ceux qui sont passés par les rives du Danube, qui y ont vecus, faisant par la même prendre conscience de la richesse de l'histoire qui rejoint celle de la géographie ...

La ou Pernaut ne sait que parler De Robert ou Emile, illustres inconnus typiques des villages perdus, Magris développe une reflexion sur Heidegger et son basculement inconscient vers le nazisme, sur Celine et sa colere folle qui l'a conduit vers l'abomination de ces pires textes, Magris abordant même le cas Mengele, permettant au lecteur de prendre en compte l'horreur de l'humain capable du pire et non le visage monstrueux qui fait fuir l'étude nécessaire pour que de telles abominations ne se reproduisent jamais ....

Magris se moque du folklore, Il n'est pas Ia pour cela ...
Ce qui intéresse cet immense écrivain, c'est l'humain...
L'humain qu'il croise tout au long de ce voyage qu'il fait sur les rives du Danube, cette institution géographique mondiale, que l'on ne connaît finalement que par le versant touristique ...
Le tourisme, Magris s'en moque, ce qui lui est important c'est ceux qui sont passés par ces territoires, qui ont vecus ou sont morts dans ces territoires....

Quand il aborde le cas Napoléon par l'étude qu'en ont fait des écrivains allemands contemporains de son epoque, c'est un tout autre visage de ce despote qui apparaît, et la légende disparaît dans le vent ...

Quand Il explique l'idylle allemande, quand il aborde le pacte qui lie les allemands avec leur contree, on comprends le pourquoi entre autre de l'horreur nazie, cela avec le cas de Rommel, qui pour ne pas nuire à ce pacte a opté pour le poison pour ne pas infliger la honte de l'exécution à son pays ....

Magris dresse içi une sorte de tableau de l'âme humaine, dans tout ce qu'elle a de multiple et de singulier, comme cet ingénieur qui a dédié sa vie à sa grande oeuvre sur le Danube, personnifiant ainsi la passion réelle et éternelle ...

Ce n'est pas qu'un livre que nous avons entre les mains, c'est une page d'histoire, une page d'étude sur l'âme humaine,que Magris est allé chercher dans les murs qui longent le Danube, faisant sortir de l'oubli des pages entières de l'histoire contemporaine ....

On apprends énormément ici, c'est une mine de savoir que ce livre, qui nous explique la diffèrence entre le Danube et le Rhin, le Danube, fleuve qui caractérise l'ouverture de l'Allemagne au monde, a l'Europe, le Rhin, fleuve qui caractérise le repli sur soi meme, le nationalisme en somme ....

Ce livre est inestimable, c'est une oeuvre à inscrire au patrimoine historique de l'UNESCO, tellement l'homme apprends de choses sur l'humain, dans ces multiples singularités, faisant exploser par la meme toute volonte de repli sur soi meme, toute envie de se réfugier dans un temps mort et révolu dans l'espoir d'une vie meilleure, refusant par la meme de prendre conscience que la vie, que le fâit de vivre, c'est au fond de fâire face à l'avenir, sans perdre de vue le passé, mais en acceptant que ce qui est passé n'est que souvenir, sensation, et que la vie se constitue de souvenir et de projection dans la vie future ...

La vie future n'étant au fond qu'une prise en compte de l'avenir et de la disparition progressive d'un passé qui n'est plus que sensation et souvenir ...

Magris au fond, tente au travers de ce livre, d'établir une carte ou au travers de ce voyage sur les rives du Danube, de ce télescopage avec toutes les âmes qui ont laissées des bribes d'elles même sur ces rives, l'on peut tirer une sorte de "manuel d'apprentissage " a la condition humaine ...

Car au fond, ce que Magris fâit ressortir ici, dans ces pages, c'est ni plus, ni moins, une exposition de l'âme humaine, dans toute sa complexité, prenant compte de la singularité de chacun, de ce fourmillement d'existences complexes qui parsèment les rives, les villes et villages qui font de ce fleuve, une sorte de miroir de l'humanité dont Magris nous offre la contemplation...

C'est une oeuvre majeure, dont l'on ne sort pas indemne, le genre d'oeuvre qui font de l'humain basique, un homme éclaire ...

La lecture de ce livre s'avère donc indispensable pour comprendre ne serait ce qu'un petit peu, la complexité de l'humain, et de son monde ....

Merci de votre attention, portez vous bien et lisez des livres .
Commenter  J’apprécie          180

Citations et extraits (66) Voir plus Ajouter une citation
Quelle que soit l'opinion ou la foi professée par les hommes, ce qui les distingue avant tout c'est la présence ou l'absence, dans leur pensée et leur personne, de cet au-delà, et le sentiment d'habiter un monde achevé et épuisé en lui-même, ou bien incomplet et ouvert sur l'ailleurs. Le voyage est peut-être toujours un acheminement vers ces lointains resplendissants, rouges et violets dans le ciel du soir, au-delà de la ligne des mers et des monts, dans ces pays où se lève le soleil qui chez nous se couche. Le pèlerin avance dans le soir, chacun de ses pas le rapproche du couchant et le mène au-delà de la ligne de feu en train de s'éteindre. (...) Sa route est longue, même s'il ne fait que se déplacer de sa cuisine à la pièce qui donne à l'ouest, et sur les vitres de laquelle l'horizon a des lueurs d'incendie, car une maison est un royaume vaste et inconnu et une vie ne suffit pas à l'odyssée entre la chambre d'enfant, la chambre à coucher, le couloir dans lequel les enfants se poursuivent, la table de la salle à manger sur laquelle les bouchons sautent comme les salves d'un ban d'honneur et le secrétaire avec ses quelques livres et ses quelques papiers, qui cherchent à dire le sens de ce va-et-vient entre la cuisine et l'office, entre Troie et Ithaque.
Commenter  J’apprécie          302
Pour son roman « Le vieil homme et l'officier » Mircea Eliade est descendu dans les caves de la vieille ville, à Bucarest, cave dans lesquelles ses personnages disparaissent inexplicablement, de la même façon que les flèches qu'ils lancent en l'air ne retombe jamais plus. La police secrète de l'État, dans le roman, cherche à interpréter la signification politique de ces récits fabuleux de disparition et de magie, en s'égarant toutefois dans les méandres de la narration mythique ; le vieux maître Zaharia Farâma, qui raconte ces histoires, survit aux hautes autorités qui l'interrogent dans l'espoir de lui arracher les secrets d'État – et à la redoutée Anna Pauker qui le convoque pour qu'il lui rende compte de ces élucubrations.
Pour Mircea Eliade l'authentique et immortelle mythologie populaire s'oppose à la fausse mythologie technocratique du pouvoir. Il se pourrait que le grand spécialiste des mythes ait tort, qu'il idéalise le passé ; tout mythe archaïque, qui nous apparaît aujourd'hui comme parfaitement authentique, a sans doute été au départ trucage et coup de force des technocrates, arcane élaboré par le pouvoir, mystère dont s'enveloppe toute police secrète. Les siècles effacent les polices secrètes et leur puissance, si fait qu'il ne reste que le récit –mythos – de ce qu'elles ont d'énigmatique, récit pur et authentique comme toute fable qui ne se propose aucun but autre que celui de raconter. Quand ce qu'il faut de temps se sera écoulé, la réémergence à l'air libre et la descente aux abîmes provoquées par les travaux que Ceaușescu a ordonnés deviendront peut-être une source de poésie et de mythe, tout autant que les destructions des époques anciennes.
(p. 525-526)
Commenter  J’apprécie          110
L'instant de Faust ou le chapelet de Stifter? Devant l'église de Saint-Florian, Madeleine, en train d'acheter des cartes postales, se penche pour les examiner avec cette légère moue qu'elle a toujours quand elle se concentre sur quelque chose. Le sillon que la moue dessine sur sa joue se creuse un peu plus, et l'or de ses cheveux est légèrement terni -comme pour nous rappeler que la vie n'est pas garantie inoxydable. C'est que ces cheveux blonds -encore blonds- sont eux aussi un grain du chapelet, une goutte d'oubli. Qui a raison, de Faust ou de Stifter, faut-il vouloir suspendre l'instant, l'or inaltérable, ou égrener en paix son chapelet sans en faire une maladie que les perles défilent?
Commenter  J’apprécie          2510
De cet observatoire, la vie apparaît comme une perte de temps, une machine fragile. Comme l'horloge qui en marque le rythme, la réalité est un engrenage, une organisation du goutte à goutte, une chaîne de montage orientée toujours et uniquement vers la phase successive. Celui qui aime la vie doit peut-être aimer son jeu d'emboîtements, s'enthousiasmer non seulement pour un voyage vers des îles lointaines, mais aussi pour les démarches administratives relatives au renouvellement de son passeport. La persuasion, qui répugne à cette mobilisation générale quotidienne, c'est l'amour pour quelque chose d'autre, qui est plus que la vie et ne luit que par éclairs pendant les pauses, les interruptions, quand les mécanismes sont arrêtés, que le gouvernement et le monde entier sont en vacances - au sens fort où "vaquer" évoque le vide, le manque, l'absence -, et que n'existe plus que la lumière haute et immobile de l'été.
Commenter  J’apprécie          170
À Sulina arrivent maintenant tous les débris que le Danube transporte. Dans son roman Europolis, qui date de 1933, Jean Bart, alias Eugen P. Botez, voit les destinées humaines elles-mêmes aborder à Sulina comme les épaves d'un naufrage ; la ville, comme le dit le nom qu'il lui a inventé, vit encore dans un halo d'opulence et de splendeur, c'est un port situé sur de grandes routes, un endroit où se rencontrent des gens venus de pays lointains et où on rêve, en on entrevoit, on manie mais surtout on perd la richesse.
Dans ce roman la colonie grecque, avec ses cafés, est le décor de cette splendeur à son déclin, à laquelle la Commission du Danube confère une dignité politico-diplomatique, ou du moins un semblant. Le livre, toutefois, est une histoire d'illusion, de décadence, de tromperie et de solitude, de malheur et de mort ; une symphonie de la fin, dans laquelle cette ville qui se donne des allures de petite capitale européenne devient bas-fond, rade abandonnée.
(p. 533)
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Claudio Magris (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claudio Magris
Lors de l'émission “Hors-champs” diffusée sur France Culture le 16 septembre 2013, Laure Adler s'entretenait avec l'écrivain et essayiste italien, Claudio Magris. « L'identité est une recherche toujours ouverte, et il peut même arriver que la défense obsessive des origines soit un esclavage régressif, tout autant qu'en d'autres circonstances la reddition complice au déracinement. » Claudio Magris (in “Danube”)
Claudio Magris, né à Trieste le 10 avril 1939, est un écrivain, germaniste, universitaire et journaliste italien, héritier de la tradition culturelle de la Mitteleuropa qu'il a contribué à définir. Claudio Magris est notamment l'auteur de “Danube” (1986), un essai-fleuve où il parcourt le Danube de sa source allemande (en Forêt Noire) à la mer Noire en Roumanie, en traversant l'Europe centrale, et de “Microcosmes” (1997), portrait de quelques lieux dispersés dans neuf villes européennes différentes. Il est également chroniqueur pour le Corriere della Sera.
Il a été sénateur de 1994 à 1996. En 2001-2002, il a assuré un cours au Collège de France sur le thème « Nihilisme et Mélancolie. Jacobsen et son Niels Lyhne ».
Ses livres érudits connaissent un très grand succès public et critique. Claudio Magris a ainsi reçu plusieurs prix prestigieux couronnant son œuvre, comme le prix Erasme en 2001, le prix Prince des Asturies en 2004, qui entend récompenser en lui « la meilleure tradition humaniste et [...] l'image plurielle de la littérature européenne du début du XXIe siècle ; [...] le désir de l'unité européenne dans sa diversité historique », le prix européen de l'essai Charles Veillon en 2009, et le prix de littérature en langues romanes de la Foire internationale du livre (FIL) de Guadalajara, au Mexique, en 2014. Claudio Magris est également régulièrement cité depuis plusieurs années comme possible lauréat du prix Nobel de littérature.
Thèmes : Arts & Spectacles| Littérature Contemporaine| Littérature Etrangère| Claudio Magris| Mitelleuropa
Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Albanie (Géographie)Voir plus
>Géographie de l'Europe>Géographie des autres pays d'Europe>Albanie (Géographie) (14)
autres livres classés : europe centraleVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (401) Voir plus



Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
599 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..