AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2277115002
Éditeur : J'ai Lu (04/01/1999)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 99 notes)
Résumé :
Depuis des siècles, l'étoile 61 constitue un mystère impénétrable. Il y a vingt ans, l'officier Asher Sutton a disparu alors qu'il tentait de l'explorer, privant ainsi Christopher Adams, directeur des relations extraterrestres, de son meilleur élément. Mais voici qu'un inconnu, qui dit venir du futur, annonce à Adams le retour imminent de Sutton et lui demande de l'abattre à vue... Aussi, quand l'explorateur réapparaît, les événements se précipitent. Il doit compren... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Millencolin
  06 juillet 2018
Le premier Simak que je lis, et on y retrouve, avec plaisir tout ce côté merveilleux propre à l'âge d'or de la science-fiction.
Mais ici, l'auteur ne se contente pas de nous décrire un héros doté de pouvoirs extraordinaires dans un monde futuriste. Il nous raconte l'histoire d'un homme qui est né humain, comme des milliards d'autres, et qui demeure, et demeurera éternellement humain, quoiqu'il soit capable de faire et quoiqu'il découvre.
Mais toute l'ambiguïté est tout de même là. Il reste humain dans sa personnalité, son imperfection, ses défauts de caractère, sa naïveté. Mais pourtant il s'éloigne volontairement du reste de l'humanité afin de se battre pour quelque chose de plus grand, de plus profond, de plus important que tout ce que l'Homme a pu concevoir.
Simak s'attaque également au thème de la religion, tout en se défendant bien et clairement de le faire pourtant. Il verse dans l'ironie contradictoire là-dessus. le héros est présenté, ou plutôt se présente comme une sorte de messie malgré lui. Il est question d'un livre quasi-sacré qu'il doit écrire, ou bien l'a-t-il déjà écrit, qui peut s'apparenter à La Bible mais en encore plus puissant et vertueux. Et Simak ne perd pas l'occasion, si belle, de montrer à quel point on peut interpréter un texte sacré de la façon dont on le désire, pour défendre sa propre cause. le détournement de la religion est finalement un phénomène qui, malheureusement ne s'est pas encore démodé.
Autre thème du livre, et qui m'a énormément fait penser à La tour de verre de Robert Silverberg, c'est la place des androïdes dans la société, et leur combat pour l'égalité de leurs droits. C'est moins approfondi que dans le bouquin de l'ami Robert, mais ça n'en demeure pas moins une des clés principales de l'intrigue.
Ce roman véhicule un magnifique message de paix et d'harmonie. Quelques passages peuvent sembler un peu trop naïfs, mais au final l'auteur ne se trompe pas sur la noirceur et la mesquinerie de tout ce qui émane de l'espèce humaine.
Et même la fin, que je vous laisse découvrir, nous file une bonne claque supplémentaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          404
Fifrildi
  05 mai 2017
C'est mon premier Clifford D. Simak et j'ai passé un très bon moment de lecture.
80e siècle, Asher Sutton revient sur Terre après 20 ans d'absence. Il avait été envoyé sur la planète 61 du Cygne pour déterminer si les autochtones pouvaient représenter une menace pour « l'empire galactique ». L'impénétrabilité de cette planète inquiète. C'est bien connu, tout ce qui est inconnu est dangereux.
L'Homme a conquis les étoiles, a créé les robots et aussi les androïdes (des humains créés chimiquement par opposition aux « autres » créés biologiquement) pour l'aider à maintenir le système en place.
L'arrivée de Sutton est annoncée par un homme venu du futur : il devient l'homme à abattre avant même d'avoir atterri. Simak tient le suspense sur tout le long du livre et je n'ai compris qu'à la fin... j'aime beaucoup cette sensation ne rien voir venir quand je lis un roman.
L'intrigue tourne autour d'un livre qu'aurait écrit Asher... mais il doit encore l'écrire. de ce livre on ne connaîtra que les premières lignes :
« Nous ne sommes pas seuls.
Nul n'est jamais seul.
Jamais depuis le premier frémissement du premier soupçon de vie sur la planète de la galaxie qui connut l'éveil de la vie, il n'y a eu une créature qui marche ou rampe ou glisse sur la route de la vie, seule. »
Nouvelle religion ? Ou pire... une nouvelle idée ?
«L'homme se battra pour une idée alors qu'il ne lèverait pas un doigt pour la terre, la vie ou l'honneur. Mais pour une idée... c'est différent. »
J'ai bien aimé le passage de la lettre de son ancêtre (à Sutton) qui n'avait pas été ouverte depuis sa rédaction... 6000 ans plus tôt. Cela m'a fait un peu penser à une des histoires de L'Effet Churten d'Ursula le Guin mais je ne dirai pas laquelle ^^
Cela m'a aussi fait penser à un nouvelle de Philip K. Dick... mais je ne dirai pas laquelle non plus. Ce serait trop facile sinon !
« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits », et les autres alors ?
Bref, bien sympa cette SF des années 50.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          384
jamiK
  23 décembre 2017
J'ai adoré l'ambiance de mystère, d'étrangeté, de paradoxe qui règne dans ce roman. Un homme, venu du futur vient demander au responsable de la sécurité extraterrestre du supprimer Asher Sutton qui est sensé revenir de mission sur la septième planète de l'étoile 61 du Cygne, une planète apparemment inaccessible, ceci après 20 ans et après avoir été considéré comme définitivement disparu (ou pas ?)... Tout au long de ce roman, les questions s'additionnent au fil des pages, se bousculent dans notre tête, qui est Asher Sutton, qui lui en veut, pourquoi, est-il seulement lui-même, vivant, humain... et puis l'intrique se reconstruit comme un puzzle, la pièce que l'on avait lu 20 chapitre avant trouve enfin sa place. Cette histoire me rappelle un peu les film de Terry Gillian (L'armé des 12 singes, Brazil), où il ne faut jamais se fier aux apparences, où des morceaux sont dévoilés au fur et à mesure et finissent par se recoller et constituer un ensemble totalement cohérent, et je dois avouer que c'est un aspect qui me fait totalement jubiler. Maintenant, je mettrais un léger bémol sur l'aspect un peu mystique, j'aurais aimé que Clifford D.Simak aille encore plus loin, qu'il y ait un peu plus d'explications sur la fameuse étoile 61 du Cygne. Mais ça ne m'a pas empêché de prendre beaucoup de plaisir à cette lecture, on est pas passé loin du chef d'oeuvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          303
Masa
  26 mai 2016
Clifford Donald Simak est un peu le grand-père que l'on aimerait avoir. Chaque phrase qu'il prononce sont sources de réflexions. Ses histoires sont des contes que l'on vit. Ces récits sont souvent emplis de nostalgies et de mélancolies. Cette atmosphère si particulière est savoureuse.
À bord de son vaisseau gît un homme. L'appareil est complètement hors d'usage et le pilote qui s'y trouve est en piteux état. Lentement, il reprend vie et retrouve une parfaite santé. On dit qu'il vient d'un endroit où personne ne peut et ne pourra aller.
Ce récit mêle voyage temporel, empathie et réflexions en tous genres. La place de l'homme dans l'univers, mais aussi sur sa propre planète est l'un des points développés par l'auteur. On y retrouve également une légère pensée sur le racisme – pas assez développé à mon sens – entre les humains et les androïdes. Ces êtres sont les serfs des humains et sont considérés comme des êtres inférieurs.
J'ai eu du mal à me plonger dans l'histoire. Peut-être n'étais-je pas dans un état qui permettait de m'immerger. Pourtant l'intrique est relativement plaisante à suivre bien que l'on trouve de longues réflexions philosophiques et parfois mysticismes. J'ai trouvé beaucoup de répétitions de mots dans les phrases ce qui m'a certainement empêché d'apprécier cette histoire. Mais la sensible plume de Clifford Donald Simak est toujours aussi agréable à lire.
J'ai été un peu dérouté par certains moments, surtout avec ces voyages dans le temps. Toutefois j'ai apprécié ce retour dans le XXième siècle et ce Wisconsin très rural, bien que j'aurais aimé qu'il soit plus développé.
« Dans le torrent des siècles » est loin d'être le meilleur de l'auteur. J'ai en mémoire « Au carrefour des étoiles » et le recueil de nouvelles « Des souris et des robots » bien plus savoureux. Il m'a manqué, je pense, cette mélancolie d'un temps avant que l'Amérique ne se transforme dans le modernisme et la mondialisation. L'histoire comporte quelques redondances surtout dans les monologues sur un personnage qui se pose beaucoup de questions. Au final, je suis un peu déçu de ne pas retrouver ces éléments qui m'ont fait apprécier cette plume. Je me faisais une joie de me plonger dans un récit datant de la meilleure décennie de la Science-fiction (cuvée 1951) avec l'un des auteurs les plus respectés et appréciés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          194
juten-doji
  23 janvier 2018
Pioché par @jamiK dans le cadre du club de lecture "Pioche dans ma PAL" de décembre 2017, je l'ai terminé il y a 3 semaines mais j'ai eu du mal à me lancer dans la critique. C'est une lecture que j'ai pourtant adoré, mais comment écrire une critique objective et sans rien dévoiler alors que ce roman est si dense et aborde tant de thématiques dont on pourrait discuter des heures? Je vais essayer de faire quelque chose de lisible mais je ne promets rien.
Les thèmes abordés dans ce roman sont nombreux, même si le contexte de départ est plutôt simple, ou en tout cas commun a pas mal de romans SF: voyage intergalactique, société du futur avec robots et gadgets, et voyage dans le temps.
Dès les toutes premières pages, on rentre dans l'ambiance: un homme venu du futur se présente a l'un de nos personnages pour lui annoncer que son collègue/ami, disparu dans l'espace depuis 20 ans, va revenir dans quelques heures et qu'il faut le tuer. le mystère s'épaissit lorsqu' Asher Sutton atterrit le lendemain a bord d'un astronef inutilisable, et qu'il revient à la vie. A partir de là, tout comme le personnage principal qui ne comprends pas tout ce qu'il lui arrive, ni pourquoi on veut l'assassiner, on va découvrir peu a peu qui est impliqué, quand et pourquoi.
Ce roman est dense autant dans l'histoire que dans ses explications, les parti pris philosophiques et ce que l'on en tire pour soi, et il comporte plusieurs niveaux de compréhension qui sont sans doute très différents d'une personne a l'autre.
L'un des grands thèmes de ce livre est, bien sûr, le voyage dans le temps, qui ne sert pas que de référence temporelle ou spatiale, mais dans lequel il se passe a chaque fois des scènes entières concrètes, se modifiant les unes les autre. Ici, le présent est le futur et le passé, et on en a bien conscience. Simak expose certaines conséquences du voyage dans l'espace et dans le temps auxquelles je n'avais pas pensé, encore plus "tordues" que celles dont on a l'habitude d'entendre parler, comme l'effet papillon ou les boucles temporelles dans lesquelles les personnages peuvent se retrouver coincés, et qui m'a beaucoup fait réfléchir au sujet des stratégies de guerre (ceux qui ont lu le livre me comprendront je pense).
On y parle aussi beaucoup de "destin", de ce que cela peut bien être et de son sens caché. de l'évolution des êtres vivants, qui serait synonyme d'adaptation et non de destruction, et qui ne pourrait passer que par la compréhension et l'humilité. D'ailleurs certains parlent d'une critique du racisme contenue dans ce roman, mais je l'ai plutôt vu comme quelque chose de plus général et comme une critique du spécisme.

Pour conclure, c'est un roman qui fait beaucoup réfléchir, nous provoque, même s'il peut parfois sembler un peut fataliste et moralisateur. Parfois un peu gentillet aussi, avec un personnage principal qui dit toujours tout (même a ses ennemis), et qui a de la chance que ça n'ait pas plus de conséquences que ça. Mais ce sont des défauts mineurs, c'est de la très bonne science-fiction, complexe et inventive, qui tient la route. La multitude de sujets abordés peut sembler confuse, mais tout prend du sens quand on met ces éléments ensemble. Je l'ai même préféré à "Demain les chiens". Dommage qu'il ait aussi peu de critiques et de lecteurs.
Pioche dans ma pal décembre 2017
Challenge USA: 1 livre, 1état (Wisconsin)
Challenge "Autour du monde" (USA)
Challenge multi-défis 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
MillencolinMillencolin   26 juin 2018
Je suis ta destinée, avait dit le répondant.
La destinée, pas la fatalité.
La destinée, pas la prédestination.
La destinée, le sort des hommes et des races et des mondes.
La destinée, la manière dont on fait sa vie, dont on règle sa vie... la manière dont elle était prévue, ce qu'elle serait si l'on écoutait la petite voix tranquille qui vous parle à tous les tournants, à tous les carrefours.
Commenter  J’apprécie          250
MillencolinMillencolin   22 juin 2018
Nous ne sommes pas seuls.
Nul n'est jamais seul.
Jamais depuis le premier frémissement du premier soupçon de vie sur la première planète de la galaxie qui connut l'éveil de la vie, il n'y a eu une créature qui marche ou rampe ou glisse sur la route de la vie, seule.
Commenter  J’apprécie          310
MasaMasa   23 mai 2016
Ce sont ceux-là qui m’écouteront, pensa Sutton, ceux qui prêteront attention à moi. Ce sont eux qui me protégeront contre toute hostilité que l’homme pourrait mettre en œuvre contre moi dans l’avenir. Car ils sont pires que les déshérités. Ils n’ont pas eu d’existence, ils n’ont jamais eu d’existence. Ils ne sont pas nés d’une femme, mais d’un laboratoire. Leur mère est une cuve de produits chimiques et leur père le savoir technologique des hommes normaux.
Androïde : un humain artificiel. Un humain fabriqué en laboratoire grâce aux vastes connaissances de l’homme sur les produits chimiques, les structures atomiques et moléculaires et l’étrange réaction appelée vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
MasaMasa   25 mai 2016
– Réfléchissez, repris Adams. Souvenez-vous des Croisades. Souvenez-vous de l’essor de l’Islam. Souvenez-vous de Cromwell en Angleterre. Souvenez-vous de l’Allemagne et de l’Amérique. De la Russie et de l’Amérique. Des religions et des idées, Ash, des religions et des idées. L’homme se battra pour une idée alors qu’il ne lèverait pas un doigt pour la terre, la vie ou l’honneur. Mais pour une idée… c’est différent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
FifrildiFifrildi   05 mai 2017
Ils se battent pour que mes paroles ne soient pas les paroles que j'ai écrites, pour que les choses que je voulais dire soient faussement interprétées. Ils complotent et combattent et assassinent pour que le grand manteau de la destinée ne couvre qu'une unique race... pour que la race la plus perverse d'animaux jamais engendrée s'empare de ce qui n'était pas destiné à elle seule, mais à tous les êtres vivants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2653 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..