AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.1 /5 (sur 1009 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Montevideo, Uruguay , le 04/04/1846
Mort(e) à : Paris , le 24/11/1870
Biographie :

Isidore Lucien Ducasse, plus connu par son pseudonyme de comte de Lautréamont (qu’il emprunta très probablement au "Latréaumont" d’Eugène Sue), est un poète.

Fils de François Ducasse, un commis-chancelier au Consulat général de France à Montevideo, et de Jacquette Célestine Davezac, qui décédera le 9 décembre 1847 dans des circonstances mystérieuses (elle se serait suicidée), Isidore Ducasse passe son enfance en Uruguay.

En octobre 1859, il entre comme interne au lycée impérial de Tarbes. On perd sa trace entre août 1862 et octobre 1863, période durant laquelle il suit les cours de l’établissement qui deviendra le lycée Louis-Barthou à Pau. À cette époque, son tuteur est un avoué tarbais, Jean Dazet. En août 1865, il obtient son baccalauréat ès lettres avec la mention « passable ».

Après un voyage en Uruguay en 1867, il revient à Paris et s’installe à l’hôtel L’Union des Nations, rue Notre-Dame-des-Victoires. Il entame des études supérieures dont la nature reste inconnue (concours d’entrée à l’École polytechnique, a-t-on souvent écrit).

En 1868, il publie à compte d’auteur et anonymement le premier des "Chants de Maldoror" (l’œuvre complète sera imprimée en Belgique un an plus tard et signée Comte de Lautréamont). En 1870, il habite rue Vivienne et publie, sous son vrai nom, deux fascicules intitulés "Poésies I" et "Poésies II" dont une publicité paraîtra dans la Revue populaire de Paris.

A 24 ans, alors que le Second Empire s’effondre, il meurt à son domicile au 7 rue Faubourg-Montmartre. Sur son acte de décès, est écrit : "Sans autres renseignements". Selon certaines sources, il serait mort phtisique.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Comte de Lautréamont   (5)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Julien Dimerman du département Littérature et art, service du Livre et de la littérature française vous propose un programme de lectures autour d'Henri Cartier-Bresson : « Mon coeur mis à nu », Baudelaire https://c.bnf.fr/OeQ « Les chants de Maldoror », Comte de Lautréamont https://c.bnf.fr/OeT « Nadja », André Breton https://c.bnf.fr/OeW En savoir plus sur l'exposition Henri Cartier-Bresson. le Grand Jeu : https://www.bnf.fr/fr/agenda/henri-cartier-bresson

+ Lire la suite
Podcasts (4) Voir tous


Citations et extraits (211) Voir plus Ajouter une citation
Comte de Lautréamont
gouelan   01 janvier 2015
Comte de Lautréamont
"J'ai reçu la vie comme une blessure et j'ai défendu au suicide de guérir la cicatrice."
Commenter  J’apprécie          630
Piatka   07 octobre 2016
Poésies 1 & 2 de Comte de Lautréamont
Le doute est un hommage rendu à l’espoir.
Commenter  J’apprécie          402
chartel   08 février 2008
Les Chants de Maldoror et autres textes de Comte de Lautréamont
L’homme s’est cru beau dans tous les siècles. Moi, je suppose plutôt que l’homme ne croit à sa beauté que par amour-propre ; mais qu’il n’est pas beau réellement et qu’il s’en doute ; car pourquoi regarde-t-il la figure de son semblable avec tant de mépris ?
Commenter  J’apprécie          360
chartel   08 février 2008
Les Chants de Maldoror et autres textes de Comte de Lautréamont
Race stupide et idiote ! Tu te repentiras de te conduire ainsi. C’est moi qui te le dis. Tu t’en repentiras, va ! tu t’en repentiras. Ma poésie ne consistera qu’à attaquer, par tous les moyens, l’homme, cette bête fauve, et le Créateur, qui n’aurait pas dû engendrer une pareille vermine. Les volumes s’entasserons sur les volumes, jusqu’à la fin de ma vie, et, cependant, l’on n’y verra que cette seule idée, toujours présente à ma conscience !
Commenter  J’apprécie          330
Fabinou7   05 février 2022
Les Chants de Maldoror et autres textes de Comte de Lautréamont
"Pour construire mécaniquement la cervelle d'un conte

somnifère, il ne suffit pas de disséquer des bêtises et

abrutir puissamment à doses renouvelées l'intelligence du

lecteur, de manière à rendre ses facultés paralytiques pour

le reste de sa vie, par la loi infaillible de la fatigue; il

faut, en outre, avec du bon fluide magnétique, le mettre

ingénieusement dans l'impossibilité somnambulique de se

mouvoir, en le forçant à obscurcir ses yeux contre son

naturel par la fixité des vôtres. Je veux dire, afin de ne

pas me faire mieux comprendre, mais seulement pour

développer ma pensée qui intéresse et agace en même temps

par une harmonie des plus pénétrantes, que je ne crois pas

qu'il soit nécessaire, pour arriver au but que l'on se

propose, d'inventer une poésie tout à fait en dehors de la

marche ordinaire de la nature, et dont le souffle pernicieux

semble bouleverser même les vérités absolues; mais, amener

un pareil résultat (conforme, du reste, aux règles de

l'esthétique, si l'on y réfléchit bien), cela n'est pas

aussi facile qu'on le pense: voilà ce que je voulais dire.

C'est pourquoi je ferai tous mes efforts pour y parvenir! Si

la mort arrête la maigreur fantastique des deux bras longs

de mes épaules, employés à l'écrasement lugubre de mon gypse

littéraire, je veux au moins que le lecteur en deuil puisse

se dire: « Il faut lui rendre justice. Il m'a beaucoup

crétinisé. Que n'aurait-il pas fait, s'il eût pu vivre

davantage! c'est le meilleur professeur d'hypnotisme que je

connaisse! » On gravera ces quelques mots touchants sur le

marbre de ma tombe, et mes mânes seront satisfaits!"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
Sachenka   12 juillet 2018
Les Chants de Maldoror de Comte de Lautréamont
La grande famille universelle des humains est une utopie digne de la logique la plus médiocre.
Commenter  J’apprécie          310
Unity   01 février 2013
Les Chants de Maldoror et autres textes de Comte de Lautréamont
« Hélas ! Qu’est-ce donc que le bien et le mal ! Est-ce une même chose par laquelle nous témoignons avec rage notre impuissance, et la passion d’atteindre à l’infini par les moyens même les plus insensés ? Ou bien sont-ce deux choses différentes ? Oui… que ce soit plutôt une même chose… car sinon que deviendrais-je au jour du jugement ! Adolescent, pardonne-moi ; c’est celui qui est devant ta figure noble et sacrée, qui a brisé tes os et déchiré les chairs qui pendent à différents endroits de ton corps. Est-ce un délire de ma raison malade, est-ce un instinct secret qui ne dépend pas de mes raisonnements, pareil à celui de l’aigle déchirant sa proie, qui m’a poussé à commettre ce crime ; et pourtant, autant que ma victime, je souffrais ! Adolescent, pardonne-moi. Une fois sorti de cette vie passagère, je veux que nous soyons entrelacés pendant l’éternité ; ne former qu’un seul être, ma bouche collée à ta bouche. Même, de cette manière, ma punition ne sera pas complète. Alors, tu me déchireras, sans jamais t’arrêter, avec les dents et les ongles à la fois. Je parerai mon corps de guirlandes embaumées, pour cet holocauste expiatoire ; et nous souffrirons tous les deux, moi, d’être déchiré, toi, de me déchirer… ma bouche collée à ta bouche. O adolescent, aux cheveux blonds, aux yeux si doux, feras-tu ce que je te conseille ? Malgré toi, je veux que tu le fasses, et tu rendras heureuse ma conscience. » Après avoir parlé ainsi, en même temps tu auras fait le mal à un être humain, et tu seras aimé du même être : c’est le bonheur le plus grand qu’on puisse concevoir. Plus tard, tu pourras le mettre à l’hôpital ; car le perclus ne pourra pas gagner sa vie. On t’appellera bon, et les couronnes de laurier et les médailles d’or cacheront tes pieds nus, épars sur la grande tombe, à la vieille figure. O toi dont je ne veux pas écrire le nom sur cette page qui consacre la sainteté du crime, je sais que ton pardon fut immense comme l’univers. Mais, moi, j’existe encore !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Piatka   12 octobre 2016
Poésies 1 & 2 de Comte de Lautréamont
Une maxime, pour être bien faite, ne demande pas à être corrigée. Elle demande à être développée.
Commenter  J’apprécie          270
Unity   11 janvier 2013
Les Chants de Maldoror et autres textes de Comte de Lautréamont
J'ai vu, pendant toute ma vie, sans en excepter un seul, les hommes, aux épaules étroites, faire des actes stupides et nombreux, abrutir leurs semblables, et pervertir les âmes par tous les moyens. Ils appellent les motifs de leurs actions : la gloire. En voyant ces spectacles, j'ai voulu rire comme les autres ; mais cela, étrange imitation, était impossible.
Commenter  J’apprécie          250
Comte de Lautréamont
dancingbrave   29 novembre 2016
Comte de Lautréamont
Vaste océan aux vagues de cristal…

Tu es un immense bleu appliqué au corps de la Terre.
Commenter  J’apprécie          250

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Les Autodafeurs tome 1: Mon frère est un gardien

Comment s'appelle le personnage principal ?

Il s'appelle Auguste
Il s'appelle Austin
Il s'appelle Augustin
Il s'appelle Auban

10 questions
28 lecteurs ont répondu
Thème : Les autodafeurs, tome 1 : Mon frère est un gardien de Marine CarteronCréer un quiz sur cet auteur