AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.94 /5 (sur 556 notes)

Nationalité : Argentine
Né(e) à : Rojas , le 24/06/1911
Mort(e) à : Santos Lugares , le 30/04/2011
Biographie :

Ernesto Sábato est un écrivain, critique littéraire et essayiste argentin d'origine italienne et albanaise.

Après avoir obtenu un doctorat de physique à l'université de La Plata, Ernesto Sábato part étudier à Paris et aux États-Unis. Il revient en Argentine, en 1940 et enseigne à l'université de La Plata.

En 1945, des articles littéraires écrits pour le journal la Nación mécontentent le régime péroniste, qui l'oblige à quitter son poste d'enseignant. Il entreprend alors la rédaction de "Uno y el Universo", un recueil de réflexions et d'observations sur la politique, la société et la philosophie, dans lequel il déplore la neutralité morale de la science.

En 1948, il publie un roman existentialiste, "Le Tunnel", premier d’une trilogie où l’auteur se met lui-même en scène, houspillé par ses fantasmes.

En 1961, "Héros et tombes", roman central de la trilogie, est l’histoire d'un amour, d'une ville et d'une impitoyable secte dont les membres sont aveugles.

En 1968, paraît "Œuvres romanesques", consacré à Borges et Sartre. Son rapport sur les violations des droits de l'homme en Argentine lui vaut le prix Cervantès, la plus haute récompense littéraire du monde hispanique.

En 1974, "L’Ange des ténèbres", son plus grand roman qui remporte le prestigieux prix français du Meilleur Livre étranger, est l’histoire désespérée de l'échec d'un guérillero qui meurt sous la torture.

En 1979, Ernesto Sábato est médaillé Chevalier de la Légion d’honneur en France.

Également auteur d'essais sociopolitiques ("Sartre contre Sartre", 1968), Ernesto Sábato allie une réflexion sur le monde à une puissante créativité. Son influence est remarquable, en regard du nombre limité de ses œuvres.

Atteint d'une grave maladie oculaire, il cesse d'écrire et se consacre à la peinture (exposition au Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou en 1989).


+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Ernesto Sabato   (13)Voir plus

étiquettes
Video et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo

Ernesto Sabato : Avant la fin
Depuis le Centre culturel de "La Recoleta" à Buenos Aires, Olivier BARROT présente le livre d'Ernesto SABATO "Avant la fin".

Citations et extraits (161) Voir plus Ajouter une citation

[...] il arrive qu'on se croit un surhomme, jusqu'au jour où l'on s'aperçoit que comme les autres, on est mesquin, répugnant et faux.

Commenter  J’apprécie          310

Avec l'âge, j'ai pu constater combien de fois il arrive que des gens servant simplement d'intermédiaires conduisent l'un vers l'autre des êtres destinés à se lier d'une façon profonde et définitive, comme ces légers ponts de fortune que les armées construisent et retirent une fois l'abîme franchi.

Commenter  J’apprécie          280

J'ai vu des films dans lesquels l'aliénation et la solitude sont telles que les gens cherchent à s'aimer par ordinateur interposé. Et je ne dis rien de ces mascottes artificielles inventées par les Japonais, et dont j'ai oublié le nom, que l'on dorlote comme si elles étaient vivantes, parce qu'elles sont «sensibles» et qu'il faut leur parler. Quel avilissement, et qu'il est tragique de se dire que des milliers de gens en sont réduits à exprimer leur affection de cette manière! Quel jeu sinistre, alors qu'il y a tant d'enfants abandonnés dans le monde entier, et tant d'animaux nobles en voie de disparition.

Commenter  J’apprécie          260

Quelle horreur et quelle tristesse, ce regard d'enfant que nous avons perdu!

Commenter  J’apprécie          270

L’oiseau se satisfait de quelques graines, de vers de terre, d’un arbre où nicher et de grands espaces pour voler ; sa vie se déroule de sa naissance à sa mort au rythme d’une aventure qui ne sera jamais déchirée par le désespoir métaphysique ni par la folie. L’homme, en se levant sur ses deux pattes de derrière et en transformant de ses mains la première pierre effilée en hache, a jeté les bases de sa grandeur et l’origine de son angoisse. Avec ses mains et les instruments fabriqués par ses mains, il a érigé un édifice puissant et étrange qui a pour nom culture et qui a marqué le début de son grand déchirement. Il a cessé à jamais d’être un simple animal mais ne sera jamais le dieu que son esprit lui suggère. L’homme est un être duel et malheureux, qui se déplace et vit entre la terre des animaux et le ciel de ses dieux, qui a perdu le paradis terrestre de l’innocence, sans avoir pour autant gagné le paradis céleste de la rédemption.

Commenter  J’apprécie          242

En tout cas et quoi qu'il en fût, c'était sûrement à la paix qu'il aspirait, c'était de cela qu'il avait besoin, ainsi que tout créateur, que tous ceux qui sont nés avec la malédiction de ne pas se résigner à la réalité qui leur a échu de vivre, et pour qui l'univers est horrible ou tragiquement provisoire et imparfait. Car il n'est pas de bonheur absolu, se disait-il. À peine nous est-il donné en de fugaces et fragiles moments, et l'art est une façon d'éterniser (de chercher à éterniser) de tels instants d'amour ou d'extase. Car toutes nos espérances se transforment tôt ou tard en réalités bancales. Car nous sommes tous déçus d'une façon ou d'une autre ; et si nous réussissions en quelque chose, nous échouons en telle autre ; la déception est la destinée inéluctable de tout être mortel. Car nous sommes tous seuls, ou nous finissons toujours par l'être un jour : amant sans la partenaire aimée, père sans ses enfants ou enfants sans leur père, et le révolutionnaire pur face à la triste matérialisation des idéaux qu'il a jadis défendus au prix de sa souffrance et d'atroces tortures. Car la vie est un continuel rendez-vous manqué ; et si nous rencontrons quelqu'un sur notre chemin, nous ne l'aimons pas quand il nous aime, ou nous l'aimons quand nous ne sommes plus aimé, ou bien quand la personne est morte et que notre amour est devenu vain.

Commenter  J’apprécie          231

Mais j'ai aussi mille fois affirmé que l'homme n'est pas explicable ou qu'il faut en tout cas chercher ses secrets non dans ses raisonnements conscients, mais dans ses songes et ses délires.

Commenter  J’apprécie          240

En réalité, j'ai toujours pensé qu'il n'existe pas de mémoire collective, ce qui pourrait être pour la race humaine une manière de se défendre.

Commenter  J’apprécie          240

Il y a des jours, comme aujourd'hui, où je me lève avec une espérance folle, des moments où je sens que les possibilités d'une vie plus humaine sont à portée de nos mains.

Commenter  J’apprécie          230

Tous les jours, de quatre à six, on avait nos cours. Les plus instruits enseignaient, les autres apprenaient : la grammaire, l'arithmétique, l'histoire, la géographie, la politique, le quechua. Il y avait même des cours de nuit, mais facultatifs, pour ceux qui voulaient en apprendre davantage et qui avaient le plus de résistance. Le Che donnait son cours de français. Il ne s'agit pas de donner des coups de fusils, disait-il, ce n'est pas tout de faire le coup de feu. Un jour, si nous gagnons cette guérilla, certains d'entre vous devront être des dirigeants. Les cadres ne doivent pas seulement avoir du courage, ils doivent se développer idéologiquement, ils doivent être capables de faire des analyses rapides et de prendre des décisions justes, ils doivent être capables de fidélité et de discipline. Mais il disait qu'il fallait surtout constituer l'exemple de l'homme nouveau auquel nous aspirons dans une société juste.

Commenter  J’apprécie          210

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Quiz Voir plus

Des titres auxquels il a mieux valu échapper (n° 3)

J'aurais créché chez Nothomb.

Frédéric Beigbeder
Sylvain Tesson
Boris Vian
François Mauriac

10 questions
61 lecteurs ont répondu
Thèmes : titres , jeux littérairesCréer un quiz sur cet auteur