AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.52 /5 (sur 287 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 23/05/1924
Mort(e) à : Paris , le 03/06/2001
Biographie :

Écrivain et journaliste française féministe engagée, Flora Groult a milité en faveur du droit à l'avortement et pour l'égalité des sexes.

En collaboration avec sa sœur Benoîte, elle a écrit plusieurs livres : 'Journal à quatre mains', 'Il était deux fois', et seule 'Maxime ou la séparation'.

Elle a notamment travaillé pour la magazine Elle.

D'abord mariée à Michael Pringle, dont elle eut deux filles (dont la journaliste Colombe Pringle), elle épousa ensuite le diplomate britannique Sir Bernard Ledwidge (lui-même écrivain, auteur notamment d'une biographie sur De Gaulle et d'un livre sur Sappho), qu'elle suivit en poste en Finlande, en Israël, puis à Londres.

Veuve, Flora Groult est retournée vivre à Paris en 1999.

Source : www.guichetdusavoir.org
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Flora, the sleeping cat !

Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
PiertyM   01 novembre 2014
Journal à quatre mains de Flora Groult
Les hommes se choisissent un avenir et mettent ensuite une femme dedans; les femmes se choisissent un homme et elles arrangent l'avenir autour, comme elles peuvent.

Commenter  J’apprécie          241
Carosand   09 octobre 2012
Le passé infini de Flora Groult
Toute sa prime jeunesse, j'ai abreuvé ma fille de conseils dont elle aurait préféré se passer et je lui ai donné la nausée avec des livres et des tableaux qu'elle ne voulait pas. Jusqu'à ce jour à Venise, en vaporetto sur le Grand Canal, où, émue par la splendeur, je lui ai dit :

- Regarde ce que cela peut être beau !

Valentine m'a répondu, l'oeil tourné à l'intérieur sans me voir ni le paysage :

- Si tu me laissais découvrir moi-même ce qui est beau.

C'était l'heure froide où je venais de te quitter, je me réjouissais beaucoup de notre première intimité à deux. Elle non. Notre fille n'avait pas quinze ans, elle se foutait de la lagune argentée et de San Marco et des musées Correr, Accademia and co, dont, elle le savait, j'allais tenter de la gaver. Elle attendait les lettres d'un petit jeune homme. Celui-ci n'a plus de visage ni peut-être de nom pour elle aujourd'hui, mais à l'époque il trouvait le moyen d'effacer le palais des Doges et le Condottiere et jusqu'au pont des Soupirs, le petit jeune homme oublié, et moi, en revanche, je n'ai jamais effacé la leçon de ce matin-là. On ne badine pas avec ce que vos enfants vous apprennent. Jusqu'à la fin du voyage, je n'ai plus attiré le regard de Valentine sur un seul Carpaccio. Et il en sera ainsi jusqu'à la fin de mon voyage, je crois. Je n'oserai plus jamais lui vendre, lui solder, lui fourguer de force la beauté des choses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Carosand   30 août 2013
Ni tout à fait la même ni tout à fait une autre-- de Flora Groult
Tout ce qui est beau me fait presque un peu mal. En particulier c'est tellement émouvant de constater la beauté de ses enfants, les regarder de loin et se dire : "C'est pas possible ; c'est moi qui ai fait cela ? Ah, ce que c'est beau !" Cela me donne envie de pleurer. C'est bête, alors je me cache. Mais je m'inquiète pour Délia. Cette arrogance à la Fitzgerald qu'ils ont devant la vie et devant eux-mêmes, Marc et elle. Ce besoin du tout ou rien en amour ! Où va-t-il les mener, ce besoin d'absolu ? Je suis triste de ne pas pouvoir leur dire ce que je sais, ce que le temps m'a fait découvrir au sujet de l'absolu. On ne peut pas toujours offrir à ses enfants ce que l'on sait et dont ils ne veulent point et, parallèlement, on leur refuse parfois ce qu'ils veulent, même s'il vous était possible de le leur donner. Je suis consciente par exemple que Délia me trouve une grand-mère indigne, et je ne fais rien pour changer son opinion. Pourquoi ? Par égoïsme je dirais. L'égoïsme justement des gens qui n'ont plus tellement de temps devant eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Carosand   11 octobre 2012
Le passé infini de Flora Groult
Quand Valentine est née, elle a changé à jamais la direction de mon regard. J'ai été atteinte une fois pour toutes de strabisme maternel. Quoi que je fasse, je regarde aussi dans sa direction. Jamais je ne pense pas à elle.
Commenter  J’apprécie          190
Carosand   13 octobre 2012
Le passé infini de Flora Groult
Oui, je suis heureuse d'être seule ici, pour rêver encore une dernière fois au temps et aux gens perdus et pour clore ce périple avec toi, Thomas. Il me semble que je nous ai à peu près tout dit et je me sens apaisée comme lorsque l'on vient de fermer un livre aimé. On en caresse la couverture du plat de la main. C'est bien dommage d'avoir tout lu. Mais certaines histoires sont interminables, on peut les recommencer sans fin, car l'amour, même au passé, c'est ce qui ne meurt pas, c'est ce qui ne s'oublie pas.

Rassure-toi, jeune homme, tu es parti et tu es là. Tu peux me faire pleurer comme au premier jour. Une larme dans la mer des chagrins humains, je sais, mais elle est intarissable. Et, en échange de cette larme, il faut que tu acceptes de l'estomper, Thom. Ne m'empêche pas d'être, veux-tu ? Tu me rendrais service, monsieur de mon passé infini et présent à jamais.
Commenter  J’apprécie          170
Carosand   28 mars 2013
Maxime ou la déchirure de Flora Groult
On ne saisit jamais l'instant où les choses finissent, pas plus qu'on ne voit le bourgeon devenir feuille.
Commenter  J’apprécie          170
Carosand   01 septembre 2013
Ni tout à fait la même ni tout à fait une autre-- de Flora Groult
Vos enfants pensent souvent que l'on continue à désirer les posséder comme on le faisait par la force des choses, lorsqu'ils étaient petits, alors qu'on contraire, beaucoup moins drôle, on continue à leur appartenir et c'est leur bonheur ou leur malheur qui fait le vôtre.
Commenter  J’apprécie          161
voilier   08 novembre 2013
Journal à quatre mains de Flora Groult
17 octobre 1940



Vichy vient de décider que les femmes ne seraient plus des individus complets et doués de libre arbitre : il les renvoie au grand anonymat des besognes ménagères. Il sera désormais interdit d'embaucher une femme mariée dans les administrations publiques ! Elle sera interdite aux femmes et aux chiens. Nous sommes les juifs des sexes.
Commenter  J’apprécie          150
Carosand   27 mars 2013
Maxime ou la déchirure de Flora Groult
Il se fait tard, tôt dans une vie !
Commenter  J’apprécie          140
PiertyM   01 novembre 2014
Journal à quatre mains de Flora Groult
Cela m'amène à tenir mes poings fermés, le pouce à l'intérieur, position du foetus, typique de l'inadapté qui rêve d'un retour à la sécurité prénatale.



Commenter  J’apprécie          110

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..