AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2080641751
Éditeur : Flammarion (15/07/1993)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Faut-il dire la femme... ou les femmes d'aujourd'hui Et qui est-elle ou qui sont-elles ?
Il y a Délia, toute jeune mariée, amoureuse, mais qui défend farouchement sa liberté; il y a Emma, l'adolescente dangereusement piégée dans les filets d'une secte mystique; il y a Françoise, journaliste indépendante qui sait vivre comme un homme... D'autres encore, fragiles ou conquérantes ou frustrées.
Traversant les drames et les fêtes de l'existence, ces femmes... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
jolimoisdemai
  12 septembre 2019
La suite de "un seul ennui les jours raccourcissent" signe un portraits de femmes à la fin des années 70, période qui sentait bon l'émancipation des femmes à différents âges de la vie, des femmes espiègles, vibrantes et plus ou moins dégourdies avec leurs libertés nouvelles... En quatrième de couverture il est écrit que les hommes ont à apprendre des femmes, aujourd'hui ce livre pourrait faire apprendre aux femmes aussi en étant loin des " chiennes de garde" à recommander à toutes et tous!
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
CarosandCarosand   30 août 2013
Tout ce qui est beau me fait presque un peu mal. En particulier c'est tellement émouvant de constater la beauté de ses enfants, les regarder de loin et se dire : "C'est pas possible ; c'est moi qui ai fait cela ? Ah, ce que c'est beau !" Cela me donne envie de pleurer. C'est bête, alors je me cache. Mais je m'inquiète pour Délia. Cette arrogance à la Fitzgerald qu'ils ont devant la vie et devant eux-mêmes, Marc et elle. Ce besoin du tout ou rien en amour ! Où va-t-il les mener, ce besoin d'absolu ? Je suis triste de ne pas pouvoir leur dire ce que je sais, ce que le temps m'a fait découvrir au sujet de l'absolu. On ne peut pas toujours offrir à ses enfants ce que l'on sait et dont ils ne veulent point et, parallèlement, on leur refuse parfois ce qu'ils veulent, même s'il vous était possible de le leur donner. Je suis consciente par exemple que Délia me trouve une grand-mère indigne, et je ne fais rien pour changer son opinion. Pourquoi ? Par égoïsme je dirais. L'égoïsme justement des gens qui n'ont plus tellement de temps devant eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
CarosandCarosand   30 août 2013
Cinquante ans, hier, écrivait Lison. Je me répète chaque année : "Quelle chance, j'ai un an de plus ! " Cela veut dire au moins que je ne suis pas morte l'année dernière et cela continue à m'amuser chaque fois d'avoir le même anniversaire que l'an neuf. Mais ce qui m'ennuie un peu plus d'anniversaire en anniversaire, ce ne sont pas tellement les conséquences physiques que chronologiques du vieillissement. Je me fais mal à l'idée d'avoir de moins en moins de temps devant moi. Je ne peux décemment plus rêver à des vies pour moi, la mienne m'habite, je fais corps avec elle. A vingt ans, à trente, à quarante ans même, on peut encore imaginer que l'on réalisera la plupart de ses intentions, on a des destins. A mi-vie, on a une histoire. J'aime bien la mienne, mais elle ne me suffira jamais tout à fait. Je ne me consolerai pas complètement de ce à quoi j'ai choisi de renoncer pour pouvoir accomplir autre chose : je n'écrirai probablement jamais "mon livre", je ne comprendrai jamais rien à l'électricité, je ne parlerai pas l'italien et j'en passe. Déjà, depuis des années, je n'apprends plus un poème par jour comme je le faisais dans l'adolescence en me jurant de continuer à travers la vie. Mais vivre sa vie d'adulte responsable, c'est être acculé justement à accorder un temps sans cesse diminué à cette sorte de geste inutile et que l'on voudrait pourtant indispensable. La conscience de cette implacable érosion du rêve par la réalité peut m'entraîner sur un fleuve de mélancolie vaine bien plus vite et plus sûrement que le chagrin que me fait parfois ma gueule dans la glace. L'érosion de ma gueule doit m'être égale, en fait, puisque je n'y pense pas. Ce sont les autres qui m'y font penser. Souvent quand je parle de notre âge à des amies, la plupart montrent beaucoup de regret et de lassitude devant ce qui nous arrive. Le fait d'être destinée à plaire moins, ou plus du tout, ou différemment, les perturbe, moi pas beaucoup. Non, c'est plutôt que je demeure habitée par la bienheureuse petite inquiétude de l'amour. Je regarde l'homme avec lequel je vis, et dont je suis amoureuse et qui, bien entendu, je l'ai constaté encore il y a quelques jours, est très capable de me faire souffrir, je le regarde, cet homme, sans lui demander d'être mon semblable. Je sans qu'il est mon différent. Ce n'est pas un étranger, par Dieu non, c'est mon proche, mais nous ne sommes pas "qu'un" et, loin d'en souffrir, comme je me suis butée à le faire trop longtemps, je me sens libre de n'éprouver pas le besoin de me fondre en lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
CarosandCarosand   01 septembre 2013
Vos enfants pensent souvent que l'on continue à désirer les posséder comme on le faisait par la force des choses, lorsqu'ils étaient petits, alors qu'on contraire, beaucoup moins drôle, on continue à leur appartenir et c'est leur bonheur ou leur malheur qui fait le vôtre.
Commenter  J’apprécie          141
jolimoisdemaijolimoisdemai   12 septembre 2019
... cette formule en dit long, hein, "reprendre sa liberté" comme un parapluie oublié chez le coiffeur, eh bien, ma petite, où allons-nous?
Commenter  J’apprécie          00
Video de Flora Groult (3) Voir plusAjouter une vidéo

Le roman dans tous ses états
Thème du débat d'Apostrophes : le roman dans tous ses états. Bernard PIVOT reçoit six écrivains ayant publié des romans aux sujets et aux styles très différents. - Flora GROULT "Le passé infini" (Flammarion). Flora GROULT pense que si ses livres marchent bien auprès du public, c'est parce qu'elle aime écrire. le fait d'être publié est déjà un bonheur pour l'écrivain. Ses livres...
autres livres classés : féminismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2141 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre